Pourquoi parle-t-on de bidonvilles ?

Proposé par
le

Le mot "bidonville" vient du bidon en tôle d'huile lubrifiante dans lequel elle était vendue avant la généralisation des bidons en plastique. Les gens découpaient les tôles des bidons pour en faire des parois de "murs" et des toits. Le terme désigne aujourd'hui plus généralement les habitations précaires faites en matériaux de récupération.


Commentaires préférés (3)

a écrit : La formulation est particulière. On a l'impression que la tôle est formée d'huile lubrifiante.
Existe-t-il seulement de l'huile qui soit non lubrifiante ?
et l'huile d'olive? C'est pas vendu comme un lubrifiant! ^^

Content que mon anecdote ait été publiée

a écrit : Ce qui m'a toujours étonné, en Inde notamment, c'est que ces bidonvilles sans eau courante, sans égouts, avec les détritus à l'air libre dans chacune des ruelles, bref sans rien, ont tous l'électricité et une antenne parabolique pour regarder la télé.

Et sans refaire le monde ou être
démagogique, l'eau courante et développer les services publics me semble tellement plus important que de recevoir la télé. Ca fait vraiment "Du pain et des jeux".

Bravo Nicontrarié pour ta première anecdote.
Afficher tout
Simplement que de tirer des câbles électriques, de façon amateur car souvent illégalement, est largement plus simple que d'installer un réseau souterrain de collecte et d'évacuation des eaux usagées.

Posté le

android

(83)

Répondre

Ce concept se décline actuellement par la revalorisation des bouteilles de boissons gazeuses (pas besoin de citer de marques) où l'emballage sera rempli de sable ou gravats, refermé grâce au bouchon à vis, puis utilisé à mode de briques avec mortier.
Il peut également être fait usage des mêmes bouteilles, vides cette fois, comme isolant thermique. Le mur pourra être recouvert d'un enduit.
Ce type de vidéos fourmille sur Youtube.

Dans le même genre d'idée, le plastique peut être fondu, pour la fabrication de briques pleines ou creuses. Une société Canadienne propose une maison paraissant aux pavillons des pays industrialisés, mais intégralement construit à partir du plastique des bouteilles d'eau minérale. Il en faut aux alentours de 600 000 pour construire chaque maison. Elle a passé avec succès, les tests de résistance aux vent violents.

Dans le même genre d'idée, les feuilles des bricks (jus de fruits lait, etc...), dépliées, peuvent aussi servir d'isolant contre la pluie sur un toit. La surface argentée et plastifiée, se trouve au dessus. Elles se fixent à la manière des revêtements cloutés. Comprenez que ceci n'est que pour un usage temporaire.
Les bouteilles de plastique des boissons gazeuses peuvent aussi servir à la fabrication de chauffe-eau solaire. Un Brésilien diffuse son invention, de mode altruiste.
De même, ces bouteilles peuvent servir à la construction de climatiseurs passifs. Ça ne permet que de baisser la température de 5 degrés, mais c'est principalement gratuit, tant à la construction comme à l'usage. Là, c'est en Inde que ça se passe.

Même les pneumatiques, en l'état, remplis de terre compactée, peuvent servir dans la fabrication de murs. C'est laborieux à mettre en place, mais c'est un procédé durable, apprécié pour la construction de maisons dites écologiques.il y a un bel exemple en Nouvelle-Zélande, documenté en vidéo.

Ah! Et félicitations pour ta première anecdote.


Tous les commentaires (36)

La formulation est particulière. On a l'impression que la tôle est formée d'huile lubrifiante.
Existe-t-il seulement de l'huile qui soit non lubrifiante ?

a écrit : La formulation est particulière. On a l'impression que la tôle est formée d'huile lubrifiante.
Existe-t-il seulement de l'huile qui soit non lubrifiante ?
et l'huile d'olive? C'est pas vendu comme un lubrifiant! ^^

Content que mon anecdote ait été publiée

a écrit : La formulation est particulière. On a l'impression que la tôle est formée d'huile lubrifiante.
Existe-t-il seulement de l'huile qui soit non lubrifiante ?
Toutes les huiles sont lubrifiantes, sauf l'huile de figues "sèches". LoL... Bon.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : et l'huile d'olive? C'est pas vendu comme un lubrifiant! ^^

Content que mon anecdote ait été publiée
Si je met de l'huile d'olive sur les gonds de mon portail qui grince, je suis certain qu'il y aura une action lubrifiante :)
Ça sentira juste l'olive en rentrant chez moi.

Demande donc aux grecs de l'Antiquité si l'huile d'olive n'était pas lubrifiante... tu auras de belle surprises quand à l'origine de l'essor des plantations d'olives en Grèce.

Ce qui m'a toujours étonné, en Inde notamment, c'est que ces bidonvilles sans eau courante, sans égouts, avec les détritus à l'air libre dans chacune des ruelles, bref sans rien, ont tous l'électricité et une antenne parabolique pour regarder la télé.

Et sans refaire le monde ou être démagogique, l'eau courante et développer les services publics me semble tellement plus important que de recevoir la télé. Ca fait vraiment "Du pain et des jeux".

Bravo Nicontrarié pour ta première anecdote.

a écrit : Si je met de l'huile d'olive sur les gonds de mon portail qui grince, je suis certain qu'il y aura une action lubrifiante :)
Ça sentira juste l'olive en rentrant chez moi.

Demande donc aux grecs de l'Antiquité si l'huile d'olive n'était pas lubrifiante... tu
auras de belle surprises quand à l'origine de l'essor des plantations d'olives en Grèce. Afficher tout
La flotte aussi est un lubrifiant. Le fer fondu aussi.

Et si je fais geler de l'huile... beh voila, de l'huile gelée, c'est de l'huile figée. C'est pas un lubrifiant. et TOC.
T'aime bien jouer avec les mots, moi aussi! ^^

a écrit : Ce qui m'a toujours étonné, en Inde notamment, c'est que ces bidonvilles sans eau courante, sans égouts, avec les détritus à l'air libre dans chacune des ruelles, bref sans rien, ont tous l'électricité et une antenne parabolique pour regarder la télé.

Et sans refaire le monde ou être
démagogique, l'eau courante et développer les services publics me semble tellement plus important que de recevoir la télé. Ca fait vraiment "Du pain et des jeux".

Bravo Nicontrarié pour ta première anecdote.
Afficher tout
Simplement que de tirer des câbles électriques, de façon amateur car souvent illégalement, est largement plus simple que d'installer un réseau souterrain de collecte et d'évacuation des eaux usagées.

Posté le

android

(83)

Répondre

a écrit : Ce qui m'a toujours étonné, en Inde notamment, c'est que ces bidonvilles sans eau courante, sans égouts, avec les détritus à l'air libre dans chacune des ruelles, bref sans rien, ont tous l'électricité et une antenne parabolique pour regarder la télé.

Et sans refaire le monde ou être
démagogique, l'eau courante et développer les services publics me semble tellement plus important que de recevoir la télé. Ca fait vraiment "Du pain et des jeux".

Bravo Nicontrarié pour ta première anecdote.
Afficher tout
T'as raison. Il y a des bidonvilles un peu partout. Le fait le plus marquant est la présence de deux choses. La parabole et le climatiseur. Je ne comprendrai jamais ça.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ce qui m'a toujours étonné, en Inde notamment, c'est que ces bidonvilles sans eau courante, sans égouts, avec les détritus à l'air libre dans chacune des ruelles, bref sans rien, ont tous l'électricité et une antenne parabolique pour regarder la télé.

Et sans refaire le monde ou être
démagogique, l'eau courante et développer les services publics me semble tellement plus important que de recevoir la télé. Ca fait vraiment "Du pain et des jeux".

Bravo Nicontrarié pour ta première anecdote.
Afficher tout
Un peu comme les papous de Papouasie vivant dans des villages reculés en pleine montagne et pour certains dans des cabanes de fortune et pourtant ils ont tous un smartphone.

Toutefois, tu compares un besoin de service public global avec des besoins personnels individuels.

a écrit : La formulation est particulière. On a l'impression que la tôle est formée d'huile lubrifiante.
Existe-t-il seulement de l'huile qui soit non lubrifiante ?
Tu as parfaitement raison. Il aurait été préférable d’écrire « bidon d’huile lubrifiante en tôle »

a écrit : Un peu comme les papous de Papouasie vivant dans des villages reculés en pleine montagne et pour certains dans des cabanes de fortune et pourtant ils ont tous un smartphone.

Toutefois, tu compares un besoin de service public global avec des besoins personnels individuels.
Oui mais déjà les bidonvilles sont dûs au manque de logements. Les familles, faute de moyens, construisent ces trucs. Mais au départ, ils étaient où ? Ajoutons à cela que l'hygiène est, je ne peux pas dire que c'est une culture, mais un besoin capital. On peut vivre sans eau courante, sans gaz, et même sans électricité, mais vivre dans un milieu insalubre, je doute. Ils auraient pu faire des fosses septiques, des toilettes sèches. Facile à dire, oui, mais pas impossible.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : T'as raison. Il y a des bidonvilles un peu partout. Le fait le plus marquant est la présence de deux choses. La parabole et le climatiseur. Je ne comprendrai jamais ça. C'est parce qu'il suffit d'avoir de l'électricité pour les faire fonctionner. Ça n'est pas le cas d'une douche ou d'un lave linge. Et tirer un câble électrique, comme dit plus haut, c'est en fait assez facile et surtout facile a réparer et maintenir.

Posté le

android

(6)

Répondre

Ce concept se décline actuellement par la revalorisation des bouteilles de boissons gazeuses (pas besoin de citer de marques) où l'emballage sera rempli de sable ou gravats, refermé grâce au bouchon à vis, puis utilisé à mode de briques avec mortier.
Il peut également être fait usage des mêmes bouteilles, vides cette fois, comme isolant thermique. Le mur pourra être recouvert d'un enduit.
Ce type de vidéos fourmille sur Youtube.

Dans le même genre d'idée, le plastique peut être fondu, pour la fabrication de briques pleines ou creuses. Une société Canadienne propose une maison paraissant aux pavillons des pays industrialisés, mais intégralement construit à partir du plastique des bouteilles d'eau minérale. Il en faut aux alentours de 600 000 pour construire chaque maison. Elle a passé avec succès, les tests de résistance aux vent violents.

Dans le même genre d'idée, les feuilles des bricks (jus de fruits lait, etc...), dépliées, peuvent aussi servir d'isolant contre la pluie sur un toit. La surface argentée et plastifiée, se trouve au dessus. Elles se fixent à la manière des revêtements cloutés. Comprenez que ceci n'est que pour un usage temporaire.
Les bouteilles de plastique des boissons gazeuses peuvent aussi servir à la fabrication de chauffe-eau solaire. Un Brésilien diffuse son invention, de mode altruiste.
De même, ces bouteilles peuvent servir à la construction de climatiseurs passifs. Ça ne permet que de baisser la température de 5 degrés, mais c'est principalement gratuit, tant à la construction comme à l'usage. Là, c'est en Inde que ça se passe.

Même les pneumatiques, en l'état, remplis de terre compactée, peuvent servir dans la fabrication de murs. C'est laborieux à mettre en place, mais c'est un procédé durable, apprécié pour la construction de maisons dites écologiques.il y a un bel exemple en Nouvelle-Zélande, documenté en vidéo.

Ah! Et félicitations pour ta première anecdote.

a écrit : Un peu comme les papous de Papouasie vivant dans des villages reculés en pleine montagne et pour certains dans des cabanes de fortune et pourtant ils ont tous un smartphone.

Toutefois, tu compares un besoin de service public global avec des besoins personnels individuels.
L'hygiène c'est aussi un besoin individuel, tomber malade du choléra ce n'est pas vraiment sympathique.

Toutefois, je suis d'accord et bien conscient de la problématique : il est facile de poser un cable.
C'est juste que je trouve ça fou.

Et c'est sans compter la corruption qui empêche la mise en place de service public, le manque d'éducation, l'influence relgieuse. Oui car en Inde (dans la région de Mumbai en tout cas) après une prière certains vont jeter des fleurs dans les cours d'eau. Avant les fleurs étaient dans un panier traditionnelle, mais à présent elles sont dans un sac en plastique.

Résultat tu as des bidonvilles remplis de détritus dans l'eau, dans les ruelles, des rats de partout, des chiens parias etc... Mais ils ont la télé.

a écrit : T'as raison. Il y a des bidonvilles un peu partout. Le fait le plus marquant est la présence de deux choses. La parabole et le climatiseur. Je ne comprendrai jamais ça. Il ne faut pas désespérer ! Tu comprendras peut-être un jour le mode de vie dans un bidonville. Surtout si tu en viens à y habiter...

a écrit : Il ne faut pas désespérer ! Tu comprendras peut-être un jour le mode de vie dans un bidonville. Surtout si tu en viens à y habiter... Je comprends, dommage que les sentiments ne se reflètent pas sur les commentaires, car tu m'as mal compris. Je n'étais guère exaspéré par les bidonvilles, j'en vois tous les jours puisque ils sont a 200 mètres de chez moi. C'est juste le laxisme sanitaire que je ne comprends pas. Puisque on peut s'acheter une télé et un climatiseur, on peut dépenser, même un peu, pour la propreté de son environnement direct.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Je comprends, dommage que les sentiments ne se reflètent pas sur les commentaires, car tu m'as mal compris. Je n'étais guère exaspéré par les bidonvilles, j'en vois tous les jours puisque ils sont a 200 mètres de chez moi. C'est juste le laxisme sanitaire que je ne comprends pas. Puisque on peut s'acheter une télé et un climatiseur, on peut dépenser, même un peu, pour la propreté de son environnement direct. Afficher tout D'où ma remarque : tu comprendrais sans doute mieux si tu y habitais. Les gens qui y habitent ont d'autres priorités, façonnées pas leur environnement. Tu es peut-être davantage incommodé par une mauvaise odeur que par la chaleur alors que pour la personne qui habite dans un bidonville c'est le contraire. Et ce n'est qu'un exemple.

a écrit : D'où ma remarque : tu comprendrais sans doute mieux si tu y habitais. Les gens qui y habitent ont d'autres priorités, façonnées pas leur environnement. Tu es peut-être davantage incommodé par une mauvaise odeur que par la chaleur alors que pour la personne qui habite dans un bidonville c'est le contraire. Et ce n'est qu'un exemple. Afficher tout Tu as peut être raison. Je vais te raconter une petite histoire. Une famille vivait dans un bidonville. La mairie leur a donné un appartement au premier étage. Le patriarche avait une chèvre. Voyant la chèvre parmi les meubles lors du déménagement, un responsable lui a signifié qu'il n'était pas possible de ramener la chèvre dans un immeuble, et bien il leur a dit la chèvre avec moi ou je retourne au bidonville. Ce que je veux dire, les priorités sont propres à tout un chacun, mais l'hygiène, et je ne parle pas que de l'odeur, est indispensable.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Ce concept se décline actuellement par la revalorisation des bouteilles de boissons gazeuses (pas besoin de citer de marques) où l'emballage sera rempli de sable ou gravats, refermé grâce au bouchon à vis, puis utilisé à mode de briques avec mortier.
Il peut également être fait usage des mêmes bouteilles,
vides cette fois, comme isolant thermique. Le mur pourra être recouvert d'un enduit.
Ce type de vidéos fourmille sur Youtube.

Dans le même genre d'idée, le plastique peut être fondu, pour la fabrication de briques pleines ou creuses. Une société Canadienne propose une maison paraissant aux pavillons des pays industrialisés, mais intégralement construit à partir du plastique des bouteilles d'eau minérale. Il en faut aux alentours de 600 000 pour construire chaque maison. Elle a passé avec succès, les tests de résistance aux vent violents.

Dans le même genre d'idée, les feuilles des bricks (jus de fruits lait, etc...), dépliées, peuvent aussi servir d'isolant contre la pluie sur un toit. La surface argentée et plastifiée, se trouve au dessus. Elles se fixent à la manière des revêtements cloutés. Comprenez que ceci n'est que pour un usage temporaire.
Les bouteilles de plastique des boissons gazeuses peuvent aussi servir à la fabrication de chauffe-eau solaire. Un Brésilien diffuse son invention, de mode altruiste.
De même, ces bouteilles peuvent servir à la construction de climatiseurs passifs. Ça ne permet que de baisser la température de 5 degrés, mais c'est principalement gratuit, tant à la construction comme à l'usage. Là, c'est en Inde que ça se passe.

Même les pneumatiques, en l'état, remplis de terre compactée, peuvent servir dans la fabrication de murs. C'est laborieux à mettre en place, mais c'est un procédé durable, apprécié pour la construction de maisons dites écologiques.il y a un bel exemple en Nouvelle-Zélande, documenté en vidéo.

Ah! Et félicitations pour ta première anecdote.
Afficher tout
Une bouteille d'eau remplie d'eau retournée et traversant le toit pour éclairer l'habitat... ;-)

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Une bouteille d'eau remplie d'eau retournée et traversant le toit pour éclairer l'habitat... ;-) Oui !!!!
Où encore la réutilisation de hublots de machines à laver, en guise de lucarnes ou d'oeil-de-boeuf.
Note: la partie interne doit se trouver au dessus, sinon l'eau de pluie s'y accumulerait. Il est aussi possible de découper la tôle frontale de l'électro-ménager, afin de pouvoir le fixer plus facilement sur le revêtement de la charpente. Ensuite, poser les tuiles ou les ardoises, pour "cacher la misère".

Un chauffage solaire a partir de canettes, vides, bien sûr. C'est à la portée de tout bon bricoleur. Des tutos existent sur le Net.