Au Japon, on ne s'enterre pas

Proposé par
Invité
le

Commentaires préférés (3)

A propos du titre de cette anecdote, on pourra remarquer que c'est quand même très rare, même dans les autres pays, que la personne concernée s'enterre elle-même !

Posté le

android

(107)

Répondre

On pourrait croire que le crémation est une manière bien propre écologiquement de disposer du corps d'un défunt mais, outre le fait qu'il faut utiliser du combustible et qu'il est souvent à base de pétrole, parce qu'un corps ne brûle pas facilement, et que la crémation pollue donc comme des voitures à essence, le principal problème vient de la conservation du corps avant la crémation elle-même : pour respecter les rites funéraires et permettre à la famille éplorée de garder le défunt pendant plusieurs jours (voire semaines ou mois), on injecte du formol dans le corps du defunt ! Ce corps devient alors un déchet polluant et il n'y a aucune façon de s'en débarrasser proprement : si on l'enterre, il va polluer le sol et une éventuelle nappe phréatique et si on l'incinère, le formol chauffé va produire de la dioxine (qui se trouve rejetée dans l'atmosphère avec la fumée) ! La solution pour éviter cette pollution serait de conserver plutôt le corps par le froid en l'installant sur une table réfrigérée (et c'est une solution très présentable, une fois recouverte de draps, ces tables ressemblent tout à fait à un lit) mais les employés des pompes funèbres ont néanmoins souvent recours au formol notamment dans les pays moins développés et donc moins sensibles aux problèmes environnementaux, car le formol conserve quand même mieux et plus longtemps et il faut parfois garder le corps très longtemps pour satisfaire la famille, et c'est d'autant plus un problème dans les pays chauds (par exemple pour laisser le temps aux proches de réunir la somme nécessaire à l'organisation de l'enterrement tellement cette cérémonie peut être ruineuse dans certains pays africains).

Posté le

android

(79)

Répondre

Pour ceux qui sont sensibles à l'environnement et veulent polluer le moins possible après leur mort, il y a des recherches en ce sens et il semblerait que les meilleures solutions disponibles actuellement (mais pas forcément autorisées dans tous les pays) sont : soit une sorte de compostage (avec un activateur permettant d'obtenir un engrais pouvant être répandu dans la nature dans un délai raisonnable de quelques mois) ou la dissolution du corps dans une solution de soude chauffée (qui consomme moins d'énergie que la crémation et dont le résultat, après neutralisation de la soude, peut également être répandu dans la nature).

Posté le

android

(49)

Répondre


Tous les commentaires (69)

A propos du titre de cette anecdote, on pourra remarquer que c'est quand même très rare, même dans les autres pays, que la personne concernée s'enterre elle-même !

Posté le

android

(107)

Répondre

a écrit : A propos du titre de cette anecdote, on pourra remarquer que c'est quand même très rare, même dans les autres pays, que la personne concernée s'enterre elle-même ! C’est également plutôt rare de ne pas faire quelque chose quand une loi nous y oblige...
99,9% des Français ne sont pas en prison...

On pourrait croire que le crémation est une manière bien propre écologiquement de disposer du corps d'un défunt mais, outre le fait qu'il faut utiliser du combustible et qu'il est souvent à base de pétrole, parce qu'un corps ne brûle pas facilement, et que la crémation pollue donc comme des voitures à essence, le principal problème vient de la conservation du corps avant la crémation elle-même : pour respecter les rites funéraires et permettre à la famille éplorée de garder le défunt pendant plusieurs jours (voire semaines ou mois), on injecte du formol dans le corps du defunt ! Ce corps devient alors un déchet polluant et il n'y a aucune façon de s'en débarrasser proprement : si on l'enterre, il va polluer le sol et une éventuelle nappe phréatique et si on l'incinère, le formol chauffé va produire de la dioxine (qui se trouve rejetée dans l'atmosphère avec la fumée) ! La solution pour éviter cette pollution serait de conserver plutôt le corps par le froid en l'installant sur une table réfrigérée (et c'est une solution très présentable, une fois recouverte de draps, ces tables ressemblent tout à fait à un lit) mais les employés des pompes funèbres ont néanmoins souvent recours au formol notamment dans les pays moins développés et donc moins sensibles aux problèmes environnementaux, car le formol conserve quand même mieux et plus longtemps et il faut parfois garder le corps très longtemps pour satisfaire la famille, et c'est d'autant plus un problème dans les pays chauds (par exemple pour laisser le temps aux proches de réunir la somme nécessaire à l'organisation de l'enterrement tellement cette cérémonie peut être ruineuse dans certains pays africains).

Posté le

android

(79)

Répondre

J'en connais un qui à regardé la dernière vidéo de Tev =)

En parlant de place dans les cimetières, un vrai business sur les morts. Comme pour les voitures ....

Pour ceux qui sont sensibles à l'environnement et veulent polluer le moins possible après leur mort, il y a des recherches en ce sens et il semblerait que les meilleures solutions disponibles actuellement (mais pas forcément autorisées dans tous les pays) sont : soit une sorte de compostage (avec un activateur permettant d'obtenir un engrais pouvant être répandu dans la nature dans un délai raisonnable de quelques mois) ou la dissolution du corps dans une solution de soude chauffée (qui consomme moins d'énergie que la crémation et dont le résultat, après neutralisation de la soude, peut également être répandu dans la nature).

Posté le

android

(49)

Répondre

a écrit : Pour ceux qui sont sensibles à l'environnement et veulent polluer le moins possible après leur mort, il y a des recherches en ce sens et il semblerait que les meilleures solutions disponibles actuellement (mais pas forcément autorisées dans tous les pays) sont : soit une sorte de compostage (avec un activateur permettant d'obtenir un engrais pouvant être répandu dans la nature dans un délai raisonnable de quelques mois) ou la dissolution du corps dans une solution de soude chauffée (qui consomme moins d'énergie que la crémation et dont le résultat, après neutralisation de la soude, peut également être répandu dans la nature). Afficher tout Il existe aussi, en Italie je crois, une sorte de "sac" ou le défunt est placé avec une graine, qui permet au corps de nourrir un futur arbre. Mais ca pose apparemment beaucoup de problème au autorité, pour des raisons sanitaires.

Néanmoins, il faut quand même souligner qu'en Europe, dans n'importe quelle ville, on marche constamment sur des espace d'inculpation, ne serait ce qu'autour de n'importe quelle église, et que avant le 18e siècle, on enterre principalement en linceul ou en pleine terre, sans que ça nous pose de problème aujourd'hui.

Posté le

android

(15)

Répondre

Moi j'aime bien le truc perse ou andin, on laissait le corps aux charognards. Par contre je me demande si à le vautour à la cocotte passe bien (histoire d'équilibrer éventuellement)..?

a écrit : C’est également plutôt rare de ne pas faire quelque chose quand une loi nous y oblige...
99,9% des Français ne sont pas en prison...
Tu avais vérifié les chiffres avant d'écrire ça ?
Effectivement, il y a 71 061 prisonniers pour 66 993 000 français, soit 0,01% de la population.
Et encore, il ya des prisonniers étrangers...

a écrit : Tu avais vérifié les chiffres avant d'écrire ça ?
Effectivement, il y a 71 061 prisonniers pour 66 993 000 français, soit 0,01% de la population.
Et encore, il ya des prisonniers étrangers...
S'il y a bien quelque chose que j'ai retenu sur ce site, c'est que quand on répond à AAPLR, il est préférable de vérifier ces chiffres pour éviter tout retour de bâton :)

Il y a en extrême Orient (Népal je pense mais je ne suis pas sûr) où ils apportent leurs morts dans un temple, ils les découpent et les donnent aux vautours. Un peu gore de voir son oncle servir de dîner, mais question place et écologie, c'est efficace.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Tu avais vérifié les chiffres avant d'écrire ça ?
Effectivement, il y a 71 061 prisonniers pour 66 993 000 français, soit 0,01% de la population.
Et encore, il ya des prisonniers étrangers...
Mais il y a aussi des Français dans des prisons étrangères et tu as oublié d'en tenir compte ! Et le nombre de Français que tu cites ne me semble pas correct car, non seulement tu sembles citer la population de la France et pas le nombre de personnes qui possèdent la nationalité française, et si c'est le cas tu as du retard puisque la population vient de dépasser les 67 millions l'année dernière, mais de plus, puisque ce sont bien des Français dont vous parlez, TybsXckZ et toi, il doit y en avoir beaucoup moins que le nombre que tu avances car la France est davantage un pays d'accueil que d’émigration massive (je dirais que nous sommes environ 64 millions de Français pour tenir compte d'une population de 67 millions plus environ 2 millions de Français vivant à l'étranger et moins environ 5 millions d'étrangers vivant en France). Ça remet pas mal en cause tes propres calculs alors si tu prétends corriger quelqu'un, il faudrait être un peu plus rigoureux !

a écrit : Il y a en extrême Orient (Népal je pense mais je ne suis pas sûr) où ils apportent leurs morts dans un temple, ils les découpent et les donnent aux vautours. Un peu gore de voir son oncle servir de dîner, mais question place et écologie, c'est efficace. C'est au Tibet.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : On pourrait croire que le crémation est une manière bien propre écologiquement de disposer du corps d'un défunt mais, outre le fait qu'il faut utiliser du combustible et qu'il est souvent à base de pétrole, parce qu'un corps ne brûle pas facilement, et que la crémation pollue donc comme des voitures à essence, le principal problème vient de la conservation du corps avant la crémation elle-même : pour respecter les rites funéraires et permettre à la famille éplorée de garder le défunt pendant plusieurs jours (voire semaines ou mois), on injecte du formol dans le corps du defunt ! Ce corps devient alors un déchet polluant et il n'y a aucune façon de s'en débarrasser proprement : si on l'enterre, il va polluer le sol et une éventuelle nappe phréatique et si on l'incinère, le formol chauffé va produire de la dioxine (qui se trouve rejetée dans l'atmosphère avec la fumée) ! La solution pour éviter cette pollution serait de conserver plutôt le corps par le froid en l'installant sur une table réfrigérée (et c'est une solution très présentable, une fois recouverte de draps, ces tables ressemblent tout à fait à un lit) mais les employés des pompes funèbres ont néanmoins souvent recours au formol notamment dans les pays moins développés et donc moins sensibles aux problèmes environnementaux, car le formol conserve quand même mieux et plus longtemps et il faut parfois garder le corps très longtemps pour satisfaire la famille, et c'est d'autant plus un problème dans les pays chauds (par exemple pour laisser le temps aux proches de réunir la somme nécessaire à l'organisation de l'enterrement tellement cette cérémonie peut être ruineuse dans certains pays africains). Afficher tout Il y a juste un passage qui me gêne dans ce que tu dis : Le corps devient alors un "déchet" polluant.
Même si dans le fond c'est ça, je pense que le mot déchet est mal choisi. On parle quand même de restes humains pas des restes du repas du soir.
Je reste toutefois persuadé que tu ne voulais offenser personne.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Il y a juste un passage qui me gêne dans ce que tu dis : Le corps devient alors un "déchet" polluant.
Même si dans le fond c'est ça, je pense que le mot déchet est mal choisi. On parle quand même de restes humains pas des restes du repas du soir.
Je reste toutefois persuadé que tu ne voulais offenser personne.
Il ne faut pas être aussi susceptible et réclamer en permanence du politiquement correct ! Le terme que j'ai employé est parfaitement choisi et, d'ailleurs, ce n'est pas déchet mais déchet polluant que j'ai choisi. Et même s'il s'agit de la dépouille d'un être cher, ça décrit parfaitement ce qu''elle devient une fois bourrée de formol. Alors si tu es choqué, ce n'est pas par le mot qu'il faut être choqué mais plutôt par cette pratique de mettre des polluants très dangereux dans la nature sous couvert de rites funéraires, et la solution n'est pas choisir un mot plus joli pour se voiler la face mais plutôt de faire face à l'horrible réalité et arrêter de remplir les corps de formol avant de les incinérer ou de les rendre à la nature d'une manière ou d'une autre.

a écrit : Mais il y a aussi des Français dans des prisons étrangères et tu as oublié d'en tenir compte ! Et le nombre de Français que tu cites ne me semble pas correct car, non seulement tu sembles citer la population de la France et pas le nombre de personnes qui possèdent la nationalité française, et si c'est le cas tu as du retard puisque la population vient de dépasser les 67 millions l'année dernière, mais de plus, puisque ce sont bien des Français dont vous parlez, TybsXckZ et toi, il doit y en avoir beaucoup moins que le nombre que tu avances car la France est davantage un pays d'accueil que d’émigration massive (je dirais que nous sommes environ 64 millions de Français pour tenir compte d'une population de 67 millions plus environ 2 millions de Français vivant à l'étranger et moins environ 5 millions d'étrangers vivant en France). Ça remet pas mal en cause tes propres calculs alors si tu prétends corriger quelqu'un, il faudrait être un peu plus rigoureux ! Afficher tout Je ne le corrige pas, au contraire j'abonde dans son sens en m'étonnant de la justesse de son estimation.
Mes chiffres étaient les premiers trouvés sur Google. Au 1e janvier 2019, la France hors collectivités d'outre mer comptait 66 993 000 personnes, et au 1e janvier 2020 nous serions 67 063 703.
Et au 1e décembre 2018, le nombre de détenus dans les prisons françaises était de 71 061 (dont 22% de personnes de nationalités étrangères) et il y avait 11 573 personnes sous surveillance électronique.
euh...tout ça pour dire quoi au fait ??

a écrit : Je ne le corrige pas, au contraire j'abonde dans son sens en m'étonnant de la justesse de son estimation.
Mes chiffres étaient les premiers trouvés sur Google. Au 1e janvier 2019, la France hors collectivités d'outre mer comptait 66 993 000 personnes, et au 1e janvier 2020 nous serions 67 063 703.

Et au 1e décembre 2018, le nombre de détenus dans les prisons françaises était de 71 061 (dont 22% de personnes de nationalités étrangères) et il y avait 11 573 personnes sous surveillance électronique.
euh...tout ça pour dire quoi au fait ??
Afficher tout
Pour rappeler quelques ordres de grandeur utiles à ceux qui lisent ces lignes ? Et ce n'est pas sans rapport avec l'anecdote d'ailleurs puisque Carlos Ghosn possède la nationalité française et a été emprisonné au Japon !

a écrit : Pour ceux qui sont sensibles à l'environnement et veulent polluer le moins possible après leur mort, il y a des recherches en ce sens et il semblerait que les meilleures solutions disponibles actuellement (mais pas forcément autorisées dans tous les pays) sont : soit une sorte de compostage (avec un activateur permettant d'obtenir un engrais pouvant être répandu dans la nature dans un délai raisonnable de quelques mois) ou la dissolution du corps dans une solution de soude chauffée (qui consomme moins d'énergie que la crémation et dont le résultat, après neutralisation de la soude, peut également être répandu dans la nature). Afficher tout Au regard de la législation actuelle concernant l'éventuelle dispersion d'un défunt dans l'espace public ou privé je crains que sous forme de compost ou d'un résidu chimique liquide ce soit encore plus compliqué...
Il y a bien sûr le colombarium ou le caveau de famille, je jardin des souvenirs dans les cimetières, en pleine nature loin des habitations, ou en mer à une distance minimale de la côte. Dans tous les cas de dispersion en nature la mairie doit être informée. L'accès à l'endroit doit rester possible par la famille. C'est pour cette raison qu'une dispersion ou inhumation sur un terrain privé pose problème en cas de vente car il faudra y conserver une servitude pour la famille du défunt.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Il ne faut pas être aussi susceptible et réclamer en permanence du politiquement correct ! Le terme que j'ai employé est parfaitement choisi et, d'ailleurs, ce n'est pas déchet mais déchet polluant que j'ai choisi. Et même s'il s'agit de la dépouille d'un être cher, ça décrit parfaitement ce qu''elle devient une fois bourrée de formol. Alors si tu es choqué, ce n'est pas par le mot qu'il faut être choqué mais plutôt par cette pratique de mettre des polluants très dangereux dans la nature sous couvert de rites funéraires, et la solution n'est pas choisir un mot plus joli pour se voiler la face mais plutôt de faire face à l'horrible réalité et arrêter de remplir les corps de formol avant de les incinérer ou de les rendre à la nature d'une manière ou d'une autre. Afficher tout "Considéré" comme un déchet polluant, comme les corps des liquidateurs de Tchernobyl qui ont étés inhumés comme des déchets radioactifs. Moi ca me choque pas, faut appeler un chat: un chat!

Cela dit, je te rejoins à 100% sur la manière non écologique avec laquelle on traite nos défunts, c'est en train de changer d'ailleurs.

Le coup du compost, c'est nickel, "tu est né poussière et tu retournera poussière... enfin, lombricompost... ^^

Mon dernier chat qui est mort y'a 10 ans, il est dans le jardin, j'ai planté un arbre dessus, ben, l'arbre est magnifique, et c'est quand même moins glauque qu'une bête plaque de marbre où une urne sur la télévision! ^^

a écrit : "Considéré" comme un déchet polluant, comme les corps des liquidateurs de Tchernobyl qui ont étés inhumés comme des déchets radioactifs. Moi ca me choque pas, faut appeler un chat: un chat!

Cela dit, je te rejoins à 100% sur la manière non écologique avec laquelle on traite nos défunts, c'es
t en train de changer d'ailleurs.

Le coup du compost, c'est nickel, "tu est né poussière et tu retournera poussière... enfin, lombricompost... ^^

Mon dernier chat qui est mort y'a 10 ans, il est dans le jardin, j'ai planté un arbre dessus, ben, l'arbre est magnifique, et c'est quand même moins glauque qu'une bête plaque de marbre où une urne sur la télévision! ^^
Afficher tout
Le problème de l'urne sur la télévision c'est que c'est pas facile de la faire tenir en équilibre sur un écran plat. Mais heureusement je viens d'inventer l'urne dont la base possède une fente pour pouvoir être placée aussi bien sur le manteau de la cheminée que sur le haut de l'écran plat !