Après la révolution française, il fallait payer des impôts pour voter

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Il faut remettre ça dans le contexte de l'époque où le Parlement était avant tout vu comme un organe permettant de lever des impôts et de les affecter à des dépenses, plus qu'à voter des lois régissant la société qui était vu comme un rôle moins important qu'aujourd'hui (même si c'est à partir de la Révolution que ce rôle a commencé à se renforcer).
Le suffrage censitaire était en quelque sorte la réciproque de la maxime "no tax without representation". Et sous l'Ancien Régime, l'"ancêtre" du Parlement, les Etats généraux, ne devaient être réunis que pour lever un nouvel impôt justement.

a écrit : Qu'est ce qui a changé depuis ? Et bien Gégé le SDF, Robert en prison et Renée au chomage depuis 10 ans ont le droit de voter.

a écrit : Qu'est ce qui a changé depuis ? Aaaah ! La petite dose complotiste quotidienne, ça fait du bien !

Tu n’es peut-être pas d’accord avec la politique actuelle, mais il faut arrêter ce genre de sous-entendus et autres « on n’est plus en démocratie ! ».
Quand on voit les taux d’abstention à TOUTES les élections, ça fait doucement rire... à croire que les gens attendent systématiquement que d’autres choisissent pour eux puis passent les années suivantes à râler parce que le choix ne leur convient pas finalement.


Tous les commentaires (102)

Il faut remettre ça dans le contexte de l'époque où le Parlement était avant tout vu comme un organe permettant de lever des impôts et de les affecter à des dépenses, plus qu'à voter des lois régissant la société qui était vu comme un rôle moins important qu'aujourd'hui (même si c'est à partir de la Révolution que ce rôle a commencé à se renforcer).
Le suffrage censitaire était en quelque sorte la réciproque de la maxime "no tax without representation". Et sous l'Ancien Régime, l'"ancêtre" du Parlement, les Etats généraux, ne devaient être réunis que pour lever un nouvel impôt justement.

A noter qu'à l'époque si le droit de vote était fermé aux femmes et aux "basses classes", il était bien plus ouvert aux étrangers.

Censitaire veut d'ailleurs dire "qui paie des impôts", on peut l'employer comme adjectif et aussi comme nom.

Posté le

android

(13)

Répondre

Alors certes, il fallait payer des impôts pour voter, mais trois jours de travail seulement suffisaient... Curieux mais pas trop violent quand même... Non, plus incroyable est le 2ème article qui disait que pour voter il fallait "pouvoir raisonner et juger de part soi même" ; ce qui excluait à l'époque les domestiques (c'est gentil pour eux :), mais aussi... les femmes ! L'égalité hommes-femmes commençait bien dès la révolution :)

a écrit : Qu'est ce qui a changé depuis ? Sans doute une blague ? Ou alors tu n es pas français et ne connais pas le système de vote.

a écrit : Qu'est ce qui a changé depuis ? Et bien Gégé le SDF, Robert en prison et Renée au chomage depuis 10 ans ont le droit de voter.

a écrit : Qu'est ce qui a changé depuis ? Aaaah ! La petite dose complotiste quotidienne, ça fait du bien !

Tu n’es peut-être pas d’accord avec la politique actuelle, mais il faut arrêter ce genre de sous-entendus et autres « on n’est plus en démocratie ! ».
Quand on voit les taux d’abstention à TOUTES les élections, ça fait doucement rire... à croire que les gens attendent systématiquement que d’autres choisissent pour eux puis passent les années suivantes à râler parce que le choix ne leur convient pas finalement.

a écrit : Alors certes, il fallait payer des impôts pour voter, mais trois jours de travail seulement suffisaient... Curieux mais pas trop violent quand même... Non, plus incroyable est le 2ème article qui disait que pour voter il fallait "pouvoir raisonner et juger de part soi même" ; ce qui excluait à l'époque les domestiques (c'est gentil pour eux :), mais aussi... les femmes ! L'égalité hommes-femmes commençait bien dès la révolution :) Afficher tout Le "raisonner et juger par soi meme" est plutôt pas mal même si ils en avaient une interprétation... particulière à l'époque. On l'applique encore aujourd'hui : on peut pas voter quand on est mineur car on juge qu'on dépend trop de ses parents ou qu'on a une opinion pas suffisamment raisonnée ou trop émotionnelle (par exemple en opposition contre ses parents).

Je crois qu'on a également quelques restrictions pour les malades mentaux mais je ne suis pas sûr, à verifier.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Et bien Gégé le SDF, Robert en prison et Renée au chomage depuis 10 ans ont le droit de voter. En ce qui concerne le vote en prison, ça reste quand même limité. D'une part parce qu'on peut être déchu de ses droits civiques lors d'une condamnation, ensuite parce que les démarches administratives sont compliquées à gérer depuis une cellule (réinscription sur les listes souvent nécessaire, demandes de sorties pour le vote souvent refusées, difficultés à trouver une personne de confiance pour la procuration...).

www.liberation.fr/france/2019/04/28/europeennes-5-342-detenus-pourront-voter-en-prison_1723809

J'imagine que les problématiques sont sensiblement les mêmes pour les SDF.

Ceci dit, on reste quand même bien loin du système censitaire...

Posté le

android

(15)

Répondre

Soit dit en passant ça m'a toujours surpris qu'on parle de suffrage "universel" encore aujourd'hui pour désigner les époques où seuls les hommes avaient le droit de vote. Quand on exclue la moitié de la population on peut difficilement parler d'universalité.

La france a tout de même fait office de très mauvais eleve à ce niveau la

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Aaaah ! La petite dose complotiste quotidienne, ça fait du bien !

Tu n’es peut-être pas d’accord avec la politique actuelle, mais il faut arrêter ce genre de sous-entendus et autres « on n’est plus en démocratie ! ».
Quand on voit les taux d’abstention à TOUTES les élections, ça fait doucement rire.
.. à croire que les gens attendent systématiquement que d’autres choisissent pour eux puis passent les années suivantes à râler parce que le choix ne leur convient pas finalement. Afficher tout
Il y a quand même un fond de vérité, qui est dénoncé tout à fait sérieusement et pas par des complotistes : étant donné que les dons aux partis politiques sont déductibles des impôts, ça incite ceux qui paient des impôts à donner et donc choisir à quel parti ils veulent donner davantage de moyens. Et l'argent est le nerf de la guerre, entre partis politiques aussi (l'argent permet de communiquer, organiser des meetings, diffuser de la publicité, etc. pour attirer les votes).

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Le "raisonner et juger par soi meme" est plutôt pas mal même si ils en avaient une interprétation... particulière à l'époque. On l'applique encore aujourd'hui : on peut pas voter quand on est mineur car on juge qu'on dépend trop de ses parents ou qu'on a une opinion pas suffisamment raisonnée ou trop émotionnelle (par exemple en opposition contre ses parents).

Je crois qu'on a également quelques restrictions pour les malades mentaux mais je ne suis pas sûr, à verifier.
Afficher tout
Maintenant les gens sous tutelle ont le droit de voter.

Par contre je ne suis pas certaine que l’interdiction de vote aux enfants soit dûe à ça.

a écrit : Et bien Gégé le SDF, Robert en prison et Renée au chomage depuis 10 ans ont le droit de voter. En fait non. Un citoyen SDF ( j'ai volontairement abandonné les surnoms méprisants ) ne peut voter s'il n'a pas d'adresse. Il est parfois même difficile pour un SDF d'obtenir une carte avec une adresse "boite aux lettres".
Sans compter qu'en situation de survie difficile de se consacrer aux choix d'un syndicat.


Les citoyens détenus ont théoriquement le droit de vote mais l'administration pénitentiaire traine la patte, par manque de volonté ou de moyen, et il est très difficile de voter en prison. Ce qui nous amène à un taux d'abstention de 95% en milieu pénitentiaire.

Les citoyens privés d'emploi peuvent voter. Mais ceux qui se laissent affecter par le mepris social ambiant s'abstiennent.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Soit dit en passant ça m'a toujours surpris qu'on parle de suffrage "universel" encore aujourd'hui pour désigner les époques où seuls les hommes avaient le droit de vote. Quand on exclue la moitié de la population on peut difficilement parler d'universalité.

La france a tout d
e même fait office de très mauvais eleve à ce niveau la Afficher tout
Je pense qu'il faut se mettre dans la perspective du législateur de l'époque pour comprendre les raisons ce cela.
Ils n'étaient pas de grand méchants bonshommes voulant opprimer la femme.
Ils avaient surtout une vision de la société comme étant composée de ménages dont l'interface entre le ménage et la société était l'homme de la maison. Celui-ci représentait la maison et en était l'autorité sur la plupart des sujets.
La maison étant bien entendu la famille mais aussi les éventuels domestiques ou métayers.
Et donc ils considéraient que la maison avait forcément UNE opinion et donc qu'il était inutile de faire voter chaque individu. D'autant plus que le riche qui a beaucoup de domestiques aurait alors eu un poids politique beaucoup plus important que le couple moyen.
Donc c'était universel dans leur sens.
Mais heureusement ça l'est pas dans le nôtre.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Aaaah ! La petite dose complotiste quotidienne, ça fait du bien !

Tu n’es peut-être pas d’accord avec la politique actuelle, mais il faut arrêter ce genre de sous-entendus et autres « on n’est plus en démocratie ! ».
Quand on voit les taux d’abstention à TOUTES les élections, ça fait doucement rire.
.. à croire que les gens attendent systématiquement que d’autres choisissent pour eux puis passent les années suivantes à râler parce que le choix ne leur convient pas finalement. Afficher tout
Ahhhh, la petite dose quotidienne, du soit tu vas voter soit tu te tais, ça fait du bien.

A croire que les gens pensent tous agir de la bonne manière en tout temps

PS: je suis quelqu'un qui m intéresse a la politique, sans en être un érudit j'estime être suffisamment au courant et pourtant je ne vote jamais. Et ce n' est pas une question de flemme.

Posté le

android

(1)

Répondre

Je sais que tout le monde est attaché au suffrage universel mais se développe l’idée d’un retour à un suffrage universel censitaire dans le monde du droit constitutionnel.
Je m’explique, que chacun puisse exprimer sa volonté est essentielle mais encore faut il avoir la capacité de donner son avis et restreindre ce droit en fonction de chaque individu, non basé sur ses ressources mais sur ses activités pro ou en fonction de ses études.
On peut facilement voir les effets néfastes de la possibilité de dire tout et n’importe quoi (ou voter) avec la réforme actuelle des retraites ou chacun à un mot à dire sur la situation du voisin sans même essayer de la connaître...

a écrit : En fait non. Un citoyen SDF ( j'ai volontairement abandonné les surnoms méprisants ) ne peut voter s'il n'a pas d'adresse. Il est parfois même difficile pour un SDF d'obtenir une carte avec une adresse "boite aux lettres".
Sans compter qu'en situation de survie difficile de
se consacrer aux choix d'un syndicat.


Les citoyens détenus ont théoriquement le droit de vote mais l'administration pénitentiaire traine la patte, par manque de volonté ou de moyen, et il est très difficile de voter en prison. Ce qui nous amène à un taux d'abstention de 95% en milieu pénitentiaire.

Les citoyens privés d'emploi peuvent voter. Mais ceux qui se laissent affecter par le mepris social ambiant s'abstiennent.
Afficher tout
Les surnoms méprisant ne le sont que par ceux qui les considèrent méprisant.

Ensuite, ils ont le droit. Avoir de la difficulté à le faire n'occulte pas le fait qu'ils ont le droit et que des associations les aident.
Idem pour les détenus.

Mais bon ça pour chevalier jedi blanc du net c'est dur à comprendre.

a écrit : Ahhhh, la petite dose quotidienne, du soit tu vas voter soit tu te tais, ça fait du bien.

A croire que les gens pensent tous agir de la bonne manière en tout temps

PS: je suis quelqu'un qui m intéresse a la politique, sans en être un érudit j'estime être suffisamment au courant et po
urtant je ne vote jamais. Et ce n' est pas une question de flemme. Afficher tout
Tu vas te faire taper sur les doigts par la brigade de la bien pensance et des défenseurs du droit de vote ! En commençant par les arguments du style : "il y en a pleins qui sont morts pour avoir ce droit", "ne pas voter, c'est cracher sur la république", "si tu ne votes pas, tu n'aimes pas la France." … Je suis même sympa, je leur donne un lien où piocher des arguments (www.votons.info/10-arguments-et-raisons-daller-voter/).

En réalité, je ne vote jamais. La politique national m'intéresse très peu et j'estime que mon choix personnel n'a aucun impact sur l'organisation politique du pays. Les gouvernements ont bien peu de pouvoir aujourd'hui et les lois du marchés sont bien plus à même d'organiser la société que les énarques beaux-parleurs dont on mélange les noms dans un chapeau tous les 5 ans.
La seule chose que j'estime intéressante est finalement la géopolitique internationale mais sur ce sujet également, à part quelques personnalités fortes qui se détachent ça et là, la plupart du temps, les enjeux internationaux dépassent largement les épaules de ceux et celles "censés" les représenter. Les choix internationaux sont une nouvelle fois dictés par les marchés et les intérêts des investisseurs et des grandes entreprises. Je ne dis pas que c'est bien ou mal (c'est un autre sujet) mais c'est mon point de vue global.

Finalement, si on étudie véritablement les campagnes politiques et particulièrement aux USA, on se rend bien compte qu'il s'agit plus d'une histoire de gros sous que de véritables opinions. C'est du marketing de masse et pas véritablement la défense d'un projet pour défendre les citoyens. J'estime que c'est la même chose à moindre échelle en France.

Pour finir, je crois avoir bien plus de poids et de pouvoir à mon échelle sur l'organisation sociétale de mon pays avec le choix de mes achats, de mon mode de vie, de ma manière de me déplacer, les associations que je fréquente, etc. que la dépose d'un nom quelconque dans une urne.

Je vous laisse la parole, vous pouvez taper :)

a écrit : Il y a quand même un fond de vérité, qui est dénoncé tout à fait sérieusement et pas par des complotistes : étant donné que les dons aux partis politiques sont déductibles des impôts, ça incite ceux qui paient des impôts à donner et donc choisir à quel parti ils veulent donner davantage de moyens. Et l'argent est le nerf de la guerre, entre partis politiques aussi (l'argent permet de communiquer, organiser des meetings, diffuser de la publicité, etc. pour attirer les votes). Afficher tout Il me semble qu il y a justement des lois pour éviter que seul les parties les plus riche puissent se présenter (comme aux Etats Unis). A chaque élection présidentielle des inconnus se présentent. A eux de réunir le nombre de signature des élus nécessaire et de faire un score minimum. Ils seront ainsi rembourser de leur frais jusqu a un certain montant identique pour tt les partis. Et le montant maximum a dépenser par partie est aussi limite et identique pour tous.
Il n y a donc pas de fond de vérité a la dose complotiste.
Le problème c est qu a notre époque d individualisation extrême il faudrait 66 millions d élus pour représenter les 66 millions d habitants.

Posté le

android

(2)

Répondre