Certains arbres et plantes ont besoin du feu

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (50)

a écrit : Il y a aussi les arbres qui ne brulent pas, qui pourraient bloquer les incendies de forêt, qui dans le pire des cas repartent de plus belle. Ils résistent même aux explosions atomiques : fr.wikipedia.org/wiki/Ginkgo_biloba
mais ils puent comme pas possible (les fruits des arbres femelles, seulement, mai
s bon) et ils sont - relativement - toxiques Afficher tout
Mais le Ginkgo biloba est aussi une plante médicinale aux vertus reconnues pour la circulation sanguine (tonus veineux, fluidité du sang, jambes lourdes, hémorroïdes) et le vieillissement cellulaire grâce aux principes actifs contenus dans ses feuilles.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Du coup, faudrait planter des forêts de callistémons, de séquoias, de chênes-lièges, de palmiers, dans les forêts où ces arbres peuvent pousser! Ainsi ne verrait-on plus d’images dramatiques comme celles présentées ces dernières années!? Ah non, absolument pas, en plantant ça, ça repoussera plus vite, mais ca cramera quand même, je te rassure! ^^

a écrit : Ce n'est pas moi qui l'ai inventé que l'acier cède plus rapidement que le bois et c'est bien pourquoi les structures en acier sont protégées par un flocage (qui était dans le temps à base d'amiante, ce qui pose un autre problème) : pour laisser aux occupants le temps d'évacuer en cas d9;incendie avant que tout s'écroule. Je serais curieux de savoir ce que donne la déformation progressive dont tu parles, sur une structure porteuse, à ton avis : tu crois que les planchers et les charpentes s'affaissent tout doucement pendant que les gens évacuent, ou au contraire tout s'écroule d'un coup dès que le poids des planchers et du toit dépasse la résistance de la structure qui est en train de se ramollir ? Je te donne un indice : si les poutres métalliques sont obligatoirement protégées par un isolant et si des bâtiments ont été considérés comme dangereux en cas d'incendie parce que l'isolant s'effritait, c'est bien parce que ça se serait écroulé d'un coup en cas d'incendie sans laisser le temps aux occupants d'évacuer ! Ceci dit, je n'ai pas assisté à ce phénomène, je ne le connais que par ce que j'en ai lu. Afficher tout Un autre problème de l'acier: c'est un excellent conducteur thermique. Ca ne propage pas l'incendie mais ca propage la chaleur dans toute la structure et fout facilement le feu dans les pièces d'à coté (point éclair).

Par contre, il a raison sur la déformation progressive, on le voit dans l'incendie du WTC, les tours se dilataient à certains endroits. C'est d'ailleurs un énorme problème des structures en métal, y compris avec le béton armé. Ca finit par faire sauter les soudures et tout se casse la figure, ajouté à ça le fait que ca se ramollit avec la chaleur...

Enfin bref, la charpente parfaite, ca n'existe pas, chaque matériau a ses avantages et ses inconvénients.

a écrit : Un autre problème de l'acier: c'est un excellent conducteur thermique. Ca ne propage pas l'incendie mais ca propage la chaleur dans toute la structure et fout facilement le feu dans les pièces d'à coté (point éclair).

Par contre, il a raison sur la déformation progressive, on le voit
dans l'incendie du WTC, les tours se dilataient à certains endroits. C'est d'ailleurs un énorme problème des structures en métal, y compris avec le béton armé. Ca finit par faire sauter les soudures et tout se casse la figure, ajouté à ça le fait que ca se ramollit avec la chaleur...

Enfin bref, la charpente parfaite, ca n'existe pas, chaque matériau a ses avantages et ses inconvénients.
Afficher tout
Je dirais même plus, on se fiche un peu que la structure s’effondre ou pas car elle s’effondrera forcément en cas d’incendie non maitrisée. On veut juste que les occupants puissent avoir le temps de sortir en toute sécurité.

a écrit : Pour ce qui est des eucalyptus (d'Australie), non seulement ils résistent au feu, mais ils les attisent, en évaporant pendant la saison sèche de l'huile essentielle hautement inflammable, c'est pour ça que les incendies sont presque toujours incontrôlables là bas.
En Europe, on a un peu le même pro
blème avec les pins, qui brûlent comme de l'essence, sauf que normalement c'est essentiellement des chênes qui devraient peupler les forêts, parce qu'ils résistent bien au feu, contrairement aux pins que l'on a fait l'erreur de planter massivement parce que ca pousse vite.
Dans le parc Yellowstone (USA) c'est encore autre chose qui se passe, les conifères y sont légion et, sans le feu, les troncs morts deviennent si nombreux qu'ils finissent par étouffer les forets (ils se décomposent très mal à cause du climat sec et froid) et on fait maintenant exprès d'y allumer des incendies contrôlés.
Il y a d'autres exemples partout où le feu fait partie du cycle naturel du vivant, mais je ne les ai pas en tête.

En fait, nous vivons littéralement sur une planète en feu. En tout cas, c'est la seule où on peut s'en griller une dans tout le système solaire. ^^
Afficher tout
Si les pins ont été préfèrés c'est pas seulement à cause de la vitesse de pousse mais aussi de sa capacité d'enracinement et stabilisation des sols. Dumoins dans le sud-ouest c'est la raison des pins des landes plantés par le roi

Posté le

android

(5)

Répondre

La chaleur ne fait pas fondre les soudures. A 600° on est loin de faire fondre l'Acier. Il se déforme et perd son intégrité structurelle. Il n'est plus capable de porter le même poids. Et une structure en Acier ne s'effondre pas nécessairement (rarement) en cas d'incendie non maîtrisé. Elle s'effondre si une quantité importante de poutres primaires sont soumises à de forte chaleur. Ca sous entend qu'il y a beaucoup de matériaux pouvant activer le feu (peu probable) et qu'un nombre conséquent de poutre primaires sont directement exposées au feu ce qui est également peu probable puisqu'elles sont réparties dans tout l'édifice et protégées contre le feu. Bref, comme dans toutes les catastrophes il faut une somme d'événements improbables pour arriver à l'effondrement.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Si les pins ont été préfèrés c'est pas seulement à cause de la vitesse de pousse mais aussi de sa capacité d'enracinement et stabilisation des sols. Dumoins dans le sud-ouest c'est la raison des pins des landes plantés par le roi Il me semble que c'était Napoléon III alors c'était par l'empereur.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La chaleur ne fait pas fondre les soudures. A 600° on est loin de faire fondre l'Acier. Il se déforme et perd son intégrité structurelle. Il n'est plus capable de porter le même poids. Et une structure en Acier ne s'effondre pas nécessairement (rarement) en cas d'incendie non maîtrisé. Elle s'effondre si une quantité importante de poutres primaires sont soumises à de forte chaleur. Ca sous entend qu'il y a beaucoup de matériaux pouvant activer le feu (peu probable) et qu'un nombre conséquent de poutre primaires sont directement exposées au feu ce qui est également peu probable puisqu'elles sont réparties dans tout l'édifice et protégées contre le feu. Bref, comme dans toutes les catastrophes il faut une somme d'événements improbables pour arriver à l'effondrement. Afficher tout Deux gros Boeing 767 remplis de kérosène, ça compte ?

a écrit : Deux gros Boeing 767 remplis de kérosène, ça compte ? Ca compte dans les évènements improbables oui.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Si les pins ont été préfèrés c'est pas seulement à cause de la vitesse de pousse mais aussi de sa capacité d'enracinement et stabilisation des sols. Dumoins dans le sud-ouest c'est la raison des pins des landes plantés par le roi Oui c'est ce que je dis, parce que ca pousse vite. Les forêts de pins (exceptés les forêts de pins d'altitude qui elles sont naturelles) sont presque toutes des forêts à caractère économique, des cultures d'arbres.

Et finalement, là où on a planté des pins juste pour stabiliser et éviter l'érosion des sols au plus vite après incendie (souvent après la 2GM après que les allemands aient foutu le feu partout pour déloger les maquisards), ca a fait plus de mal que de bien à l'incendie suivant. C'est joli la garrigue mais bon, c'est pas terrible comme biotope!^^

a écrit : La chaleur ne fait pas fondre les soudures. A 600° on est loin de faire fondre l'Acier. Il se déforme et perd son intégrité structurelle. Il n'est plus capable de porter le même poids. Et une structure en Acier ne s'effondre pas nécessairement (rarement) en cas d'incendie non maîtrisé. Elle s'effondre si une quantité importante de poutres primaires sont soumises à de forte chaleur. Ca sous entend qu'il y a beaucoup de matériaux pouvant activer le feu (peu probable) et qu'un nombre conséquent de poutre primaires sont directement exposées au feu ce qui est également peu probable puisqu'elles sont réparties dans tout l'édifice et protégées contre le feu. Bref, comme dans toutes les catastrophes il faut une somme d'événements improbables pour arriver à l'effondrement. Afficher tout J'ai pas dit "fondre" j'ai dit qu'elles sautaient, se cassaient si tu préfère.

Pour le WTC, il n'a pas été conçu pour se manger un B767 bourré de kérosène dans la truffe mais pour résister à un incendie "normal", si l'on peut dire, (le temps d'évacuer) accidentel avec uniquement le combustible présent dans l'immeuble: le plastique, les meubles, le papier..., ca explique l'effondrement rapide (20 minutes pour l'un, un peu moins d'une heure pour l'autre).

Les structures métalliques sont conçues pour se dilater et se rétracter, ne serais-ce qu'avec les cycles jour/nuit, mais elles ont une limite de tolérance. Et dans le WTC, même si ce n'est pas directement ce phénomène qui a entrainé l'effondrement des tours, il est certain que ça n'a pas aidé à les garder debout.

a écrit : J'ai pas dit "fondre" j'ai dit qu'elles sautaient, se cassaient si tu préfère.

Pour le WTC, il n'a pas été conçu pour se manger un B767 bourré de kérosène dans la truffe mais pour résister à un incendie "normal", si l'on peut dire, (le temps d'évacuer) acc
identel avec uniquement le combustible présent dans l'immeuble: le plastique, les meubles, le papier..., ca explique l'effondrement rapide (20 minutes pour l'un, un peu moins d'une heure pour l'autre).

Les structures métalliques sont conçues pour se dilater et se rétracter, ne serais-ce qu'avec les cycles jour/nuit, mais elles ont une limite de tolérance. Et dans le WTC, même si ce n'est pas directement ce phénomène qui a entrainé l'effondrement des tours, il est certain que ça n'a pas aidé à les garder debout.
Afficher tout
Certes. Reste que c'est pas un problème de soudure, elles n'ont rien a voir là dedans. C'est un problème de perte de propriétés mécaniques de l'Acier chaud. Les poutres passent de l'état de spaghetti cru à celui de spaghetti cuit si tu préfères. Elles deviennent souples et incapables de supporter la charge. Mais les soudures ne cassent pas pour autant.

Dans le cas du WTC les avions ont endommagés les colonnes vertebrales des immeubles et leurs protection au feu lors des impacts. Ca plus l'énorme quantité de kérosène... la structure métallique primaire ne pouvait plus soutenir le poids de la partie haute.

Le problème de perte d'intégrité structurelle n'a rien a voir avec la notion de dilatation. Certes les poutres ont commencées par se dilater mais rapidement on est passé à autre chose. Pour info une poutre en Acier se dilate de 0.012mm par mètre par degrès, jusqu'a 400°. Une poutre de 10m s'allongera donc de 45.6mm à 400°. Et elle perdra ses proprietés mécaniques vers les 600°. C'est là que tout s'écroule, et pas parce qu'elle s'est dilatée mais parce qu'elle est trop chaude.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ce n'est pas moi qui l'ai inventé que l'acier cède plus rapidement que le bois et c'est bien pourquoi les structures en acier sont protégées par un flocage (qui était dans le temps à base d'amiante, ce qui pose un autre problème) : pour laisser aux occupants le temps d'évacuer en cas d9;incendie avant que tout s'écroule. Je serais curieux de savoir ce que donne la déformation progressive dont tu parles, sur une structure porteuse, à ton avis : tu crois que les planchers et les charpentes s'affaissent tout doucement pendant que les gens évacuent, ou au contraire tout s'écroule d'un coup dès que le poids des planchers et du toit dépasse la résistance de la structure qui est en train de se ramollir ? Je te donne un indice : si les poutres métalliques sont obligatoirement protégées par un isolant et si des bâtiments ont été considérés comme dangereux en cas d'incendie parce que l'isolant s'effritait, c'est bien parce que ça se serait écroulé d'un coup en cas d'incendie sans laisser le temps aux occupants d'évacuer ! Ceci dit, je n'ai pas assisté à ce phénomène, je ne le connais que par ce que j'en ai lu. Afficher tout Tu mélanges deux choses : le temps que mets une structure pour commencer à avoir des problèmes et le temps qu’elle met pour s’effondrer. Une charpente en bois résiste un certain temps, celui qu’il faut pour consumer le bois. Une charpente métallique non protégée pourra résister des heures si la température critique n’est pas atteinte, comme elle peut se casser la figure après quelques minutes si la température est atteinte. Mais je parlais de la vitesse d’effondrement. Une structure en bois ou en béton va s’effondrer en quelques secondes. Une charpente métallique s’effondre « au ralenti ». Ce que je dis est valable pour une structure métallique seule, pas pour une ossature béton/acier style WTC.
Mais merci de me donner un indice

a écrit : Tu mélanges deux choses : le temps que mets une structure pour commencer à avoir des problèmes et le temps qu’elle met pour s’effondrer. Une charpente en bois résiste un certain temps, celui qu’il faut pour consumer le bois. Une charpente métallique non protégée pourra résister des heures si la température critique n’est pas atteinte, comme elle peut se casser la figure après quelques minutes si la température est atteinte. Mais je parlais de la vitesse d’effondrement. Une structure en bois ou en béton va s’effondrer en quelques secondes. Une charpente métallique s’effondre « au ralenti ». Ce que je dis est valable pour une structure métallique seule, pas pour une ossature béton/acier style WTC.
Mais merci de me donner un indice
Afficher tout
Je ne pense pas que ce soit agréable d'être en-dessous (et c'est bien ce qui compte, que la charpente en question s'effondre avec une grande vitesse ou au ralenti. Je ne mélange pas ces deux choses : "commencer à avoir des problèmes" et "s'effondrer", au contraire, j'ignore totalement ce que c'est que "commencer à avoir des problèmes" et je ne m'intéresse qu'à l'effondrement, comme les gens qui sont en dessous d'ailleurs, probablement. Mais je ne doute pas que les ingénieurs qui font des calculs de structure sont passionnés par les différents problèmes et leur commencement. Le risque d'effondrement c'est d'ailleurs ce qui avait justifié, entre autres exemples, le déménagement en catastrophe pour quitter un bâtiment qui hébergeait une administration européenne à Bruxelles, suite à une inspection : la protection de la structure en acier avait été jugée insuffisante ou trop dégradée pour être efficace et laisser le temps d'évacuer le bâtiment en cas d'incendie. C'est vraiment regrettable qu'il ait fallu trouver un autre bâtiment susceptible d'accueillir tous ces fonctionnaires très rapidement et organiser un déménagement à la va-vite, tout simplement à cause d'une commission de sécurité qui n'avait pas été sensible à l'argument que si la structure devait s'effondrer sur les occupants en cas d'incendie ça serait "au ralenti" et ça serait donc beaucoup plus confortable pour eux...

a écrit : Je ne pense pas que ce soit agréable d'être en-dessous (et c'est bien ce qui compte, que la charpente en question s'effondre avec une grande vitesse ou au ralenti. Je ne mélange pas ces deux choses : "commencer à avoir des problèmes" et "s'effondrer", au contraire, j'ignore totalement ce que c'est que "commencer à avoir des problèmes" et je ne m'intéresse qu'à l'effondrement, comme les gens qui sont en dessous d'ailleurs, probablement. Mais je ne doute pas que les ingénieurs qui font des calculs de structure sont passionnés par les différents problèmes et leur commencement. Le risque d'effondrement c'est d'ailleurs ce qui avait justifié, entre autres exemples, le déménagement en catastrophe pour quitter un bâtiment qui hébergeait une administration européenne à Bruxelles, suite à une inspection : la protection de la structure en acier avait été jugée insuffisante ou trop dégradée pour être efficace et laisser le temps d'évacuer le bâtiment en cas d'incendie. C'est vraiment regrettable qu'il ait fallu trouver un autre bâtiment susceptible d'accueillir tous ces fonctionnaires très rapidement et organiser un déménagement à la va-vite, tout simplement à cause d'une commission de sécurité qui n'avait pas été sensible à l'argument que si la structure devait s'effondrer sur les occupants en cas d'incendie ça serait "au ralenti" et ça serait donc beaucoup plus confortable pour eux... Afficher tout Tu es un peu de mauvaise fois tout de même.

Tu as écris : "C'est parce que les poutrelles d'acier (...) et tout s’effondre alors d'un coup sans signe avant-coureur alors que les charpentes en bois (...) c'est davantage prévisible."

Et ce n'est pas correcte : une charpente métallique (et pas acier + béton) s'effondre lentement. Entre le moment ou tu vois la poutre qui commence à plier et le moment où elle touche le sol, tu as le temps de prendre un café !

Ce n'est pas de la théorie pour ingénieur, c'est du concret : si un pompier rentre dans une bâtiment bois ou béton, même s'il connait la durée de résistance au feu, il connait rarement l'heure à laquelle le feu à démarré. S'il entre dans le bâtiment avec une charpente en bois ou en béton, à tout moment le toit peut lui tomber dessus. S'il entre dans un bâtiment avec une charpente métallique et que celle-ci est encore droite, il peut entrer dans le bâtiment chercher quelqu'un sans risque d'effondrement. J'ai déjà vu des bâtiments métalliques en feu où l'on sortait les machines une par une pendant l'incendie. L'incendie à duré plusieurs heures et il était impossible de voir à l'oeuil nu les poutrelles se déformer tellement le mouvement est lent !

PS : cela n'est valable que dans un bâtiment simple niveau, style hall industriel

C'est quand même triste de voir des gens faire une petite erreur et ne pas vouloir se laisser apporter une correction.

a écrit : Tu es un peu de mauvaise fois tout de même.

Tu as écris : "C'est parce que les poutrelles d'acier (...) et tout s’effondre alors d'un coup sans signe avant-coureur alors que les charpentes en bois (...) c'est davantage prévisible."

Et ce n'est pas correct
e : une charpente métallique (et pas acier + béton) s'effondre lentement. Entre le moment ou tu vois la poutre qui commence à plier et le moment où elle touche le sol, tu as le temps de prendre un café !

Ce n'est pas de la théorie pour ingénieur, c'est du concret : si un pompier rentre dans une bâtiment bois ou béton, même s'il connait la durée de résistance au feu, il connait rarement l'heure à laquelle le feu à démarré. S'il entre dans le bâtiment avec une charpente en bois ou en béton, à tout moment le toit peut lui tomber dessus. S'il entre dans un bâtiment avec une charpente métallique et que celle-ci est encore droite, il peut entrer dans le bâtiment chercher quelqu'un sans risque d'effondrement. J'ai déjà vu des bâtiments métalliques en feu où l'on sortait les machines une par une pendant l'incendie. L'incendie à duré plusieurs heures et il était impossible de voir à l'oeuil nu les poutrelles se déformer tellement le mouvement est lent !

PS : cela n'est valable que dans un bâtiment simple niveau, style hall industriel

C'est quand même triste de voir des gens faire une petite erreur et ne pas vouloir se laisser apporter une correction.
Afficher tout
C'est peut-être triste mais c'est sans doute parce que j'ai appris, au contraire, que les pompiers se méfient d'une structure métallique car ils ne savent pas à quel moment elle pourra leur tomber dessus alors qu'ils font davantage confiance à une charpente de bois car ils ont l'habitude et ils peuvent prévoir quand elle risque de tomber. Alors la différence c'est sans doute parce que j'ai écouté des pompiers qui parlaient de sauver des vies humaines dans un bâtiment et pas des pompiers qui parlaient de sauver des machines dans un hangar. Ça ne m'étonne pas d'ailleurs qu'un hangar entièrement métallique s'affaisse lentement, le problème de l'écroulement brutal et imprévisible d'une structure métallique c'est quand elle supporte une forte charge et notamment plusieurs niveaux de planchers.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est peut-être triste mais c'est sans doute parce que j'ai appris, au contraire, que les pompiers se méfient d'une structure métallique car ils ne savent pas à quel moment elle pourra leur tomber dessus alors qu'ils font davantage confiance à une charpente de bois car ils ont l'habitude et ils peuvent prévoir quand elle risque de tomber. Alors la différence c'est sans doute parce que j'ai écouté des pompiers qui parlaient de sauver des vies humaines dans un bâtiment et pas des pompiers qui parlaient de sauver des machines dans un hangar. Ça ne m'étonne pas d'ailleurs qu'un hangar entièrement métallique s'affaisse lentement, le problème de l'écroulement brutal et imprévisible d'une structure métallique c'est quand elle supporte une forte charge et notamment plusieurs niveaux de planchers. Afficher tout Tu connais beaucoup de bâtiments en structure acier à plusieurs niveaux, accueillant du personnel et n’ayant pas vocation à l’usage industriel ?
C’est plutôt rare aujourd’hui.

a écrit : Tu connais beaucoup de bâtiments en structure acier à plusieurs niveaux, accueillant du personnel et n’ayant pas vocation à l’usage industriel ?
C’est plutôt rare aujourd’hui.
J'en connais même beaucoup : la plupart des gratte-ciels. Ils peuvent servir de logements ou de bureaux ou les deux. Tu savais que, même ceux où on voit de la pierre en façade, n'ont pas de murs porteurs en pierre comme si c'étaient des chateaux-forts ou des cathédrales gothiques ? La structure est à l'intérieur et est en acier et les pierres sont des plaques de parement. Et il y en a au moins un dont les risques en cas d'incendie ont fait parler d'eux : celui qui hébergeait des administrations européennes à Bruxelles et l'organisation du déménagent a été compliquée du fait que le bâtiment où les services devaient réemménager présentait un grave défaut, lui aussi : les vitres étaient plus grandes que dans l'ancien alors on ne pouvait pas recaser chaque fonctionnaire dans des bureaux qui avaient exactement autant de vitres que leur bureau précédent et donc un chef de service dont le bureau avait 3 fenêtres risquait de se retrouver dans un bureau qui n'en avait que 2 alors qu'un autre qui en avait déjà 2 se retrouvait dans un bureau qui en avait toujours 2 comme celui qui en avait anciennement 3 ! Tu dois bien te douter que cette polémique a fait la une de la presse et ceux qui suivent l'actualité ont forcément entendu parler des risques d'écroulement d'une structure en acier insuffisamment protégée qui ne laisserait même pas aux occupants le temps d'évacuer en cas d'incendie. Et bien sûr les journalistes se sont fait un devoir d'interroger longuement des pompiers et des experts sur les risques inhérents aux structures métalliques pour savoir si ce n'était pas préférable d'écraser les gens en cas d'incendie avec une structure métallique mal protégée ou de froisser leur égo en l'absence d'incendie avec des vitres de taille inadaptée.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : J'en connais même beaucoup : la plupart des gratte-ciels. Ils peuvent servir de logements ou de bureaux ou les deux. Tu savais que, même ceux où on voit de la pierre en façade, n'ont pas de murs porteurs en pierre comme si c'étaient des chateaux-forts ou des cathédrales gothiques ? La structure est à l'intérieur et est en acier et les pierres sont des plaques de parement. Et il y en a au moins un dont les risques en cas d'incendie ont fait parler d'eux : celui qui hébergeait des administrations européennes à Bruxelles et l'organisation du déménagent a été compliquée du fait que le bâtiment où les services devaient réemménager présentait un grave défaut, lui aussi : les vitres étaient plus grandes que dans l'ancien alors on ne pouvait pas recaser chaque fonctionnaire dans des bureaux qui avaient exactement autant de vitres que leur bureau précédent et donc un chef de service dont le bureau avait 3 fenêtres risquait de se retrouver dans un bureau qui n'en avait que 2 alors qu'un autre qui en avait déjà 2 se retrouvait dans un bureau qui en avait toujours 2 comme celui qui en avait anciennement 3 ! Tu dois bien te douter que cette polémique a fait la une de la presse et ceux qui suivent l'actualité ont forcément entendu parler des risques d'écroulement d'une structure en acier insuffisamment protégée qui ne laisserait même pas aux occupants le temps d'évacuer en cas d'incendie. Et bien sûr les journalistes se sont fait un devoir d'interroger longuement des pompiers et des experts sur les risques inhérents aux structures métalliques pour savoir si ce n'était pas préférable d'écraser les gens en cas d'incendie avec une structure métallique mal protégée ou de froisser leur égo en l'absence d'incendie avec des vitres de taille inadaptée. Afficher tout C’est rare les gratte ciel, il n’y en a pas à tous les coins de rue. En France, il n’y en a que 81 par exemple et la plupart ont une structure à noyau central en béton armé.
Les structures en tubes acier type WTC sont réservés aux immeubles de plus de 100 étages et restent relativement rares par rapport aux autres bâtiments.

D’ailleurs pour ceux qui ne le savent pas encore, la Tour Montparnasse n’est plus le gratte ciel le plus haut de France. C’est la tour First à La Défense.

Par exemple, la tour la plus haute du monde, le Burj Khalifa est constitué d’une structure à noyau centrale en béton armé. La majorité de la structure est en béton recouvert d’acier de construction.