On a écrit seconde de bien différentes manières

Proposé par
le

Jusqu’au XVIIIe siècle, le mot "seconde" s’écrivait de plusieurs manières, la plus fréquente étant "segond". La prononciation n’a pas suivi l’uniformisation de l’orthographe. Du latin secundus ("qui suit"), la lettre G a été remplacée par un C, rendant la graphie conforme à la racine latine.


Commentaires préférés (3)

Jusqu'à cette anecdote, j'avais absolument jamais prêté attention au fait qu'on écrit "seConde" mais prononce "seGonde". Le Français est incroyable.

Posté le

android

(75)

Répondre

Suis-je le seul a avoir prononcé "seconde" à mi-voix pendant bien 30 segonds ?

Grâce aux sources de l'anectode et en farfouillant, j'ai également appris que notre système seconde/minute/heure, provenait de la civilisation sumérienne (3 à 4 millénaires avant JC, période néolithique tout de même...), repris plus tard par les babyloniens, puis par nous.
Les sumériens et babyloniens semblaient avoir un faible pour le chiffre 60, étant donné qu'ils "comptaient par 60". Par exemple, pour dire que 183 bêtes broutaient dans un pré, on disait simplement 33 (3×60+3 bêtes additionnelles). C'est également à eux qu'on doit le découpage jour, mois etc, selon le calendrier lunaire.
Finalement, c'est assez incroyable de se dire que ce système pluri-millénaires a tellement fait ses preuves qu'il est parvenu jusqu'à nous, de manière quasi universelle et naturelle.

Posté le

android

(93)

Répondre


Tous les commentaires (27)

Jusqu'à cette anecdote, j'avais absolument jamais prêté attention au fait qu'on écrit "seConde" mais prononce "seGonde". Le Français est incroyable.

Posté le

android

(75)

Répondre

La vraie question est : qu'est-ce qui a poussé les Francs/Français à prononcer "segond" au fil de l'histoire ?

Posté le

android

(7)

Répondre

Suis-je le seul a avoir prononcé "seconde" à mi-voix pendant bien 30 segonds ?

a écrit : La vraie question est : qu'est-ce qui a poussé les Francs/Français à prononcer "segond" au fil de l'histoire ? Je n'ai pas trouvé de source fiable mais, à priori, se serait dû au fait que segond est bien plus facile à prononcer en français que seconde. (Tu peux t'amuser à essayer à haute voix) ^^
D'ailleurs ce serait pour ça qu'au début l'écriture la plus répandu était segond, c'est l'académie française qui, lorsqu'il fallait trancher pour une orthographe, a choisi en fonction de l’étymologie latine. (cf anecdote)

a écrit : Jusqu'à cette anecdote, j'avais absolument jamais prêté attention au fait qu'on écrit "seConde" mais prononce "seGonde". Le Français est incroyable. Cela ne concerne pas uniquement le français, je te laisse regardé la prononciation du mot anglais "thought" :)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Suis-je le seul a avoir prononcé "seconde" à mi-voix pendant bien 30 segonds ? Non juste une fois ^^

Grâce aux sources de l'anectode et en farfouillant, j'ai également appris que notre système seconde/minute/heure, provenait de la civilisation sumérienne (3 à 4 millénaires avant JC, période néolithique tout de même...), repris plus tard par les babyloniens, puis par nous.
Les sumériens et babyloniens semblaient avoir un faible pour le chiffre 60, étant donné qu'ils "comptaient par 60". Par exemple, pour dire que 183 bêtes broutaient dans un pré, on disait simplement 33 (3×60+3 bêtes additionnelles). C'est également à eux qu'on doit le découpage jour, mois etc, selon le calendrier lunaire.
Finalement, c'est assez incroyable de se dire que ce système pluri-millénaires a tellement fait ses preuves qu'il est parvenu jusqu'à nous, de manière quasi universelle et naturelle.

Posté le

android

(93)

Répondre

Jusqu'au XVII° siècle, beaucoup de mots pouvaient s'écrire de plusieurs manières et on n'était pas trop regardant sur l'orthographe...

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Sauf a Marseille, car nous ont prononce toutes les lettres et le b se prononce b.
Je suppose que la source est faite par un parisien.
Même phonétiquement le b reste un b.
Que ce soit à Marseille ou à Paris et dans n'importe quel dictionnaire, le mot est toujours précisé en alphabet phonétique entre crochets ou deux barres obliques.

Ainsi en alphabet phonétique française et internationale on obtient :
abcès = [apsè] ou \ab.sɛ\
absurde = [apsyrd] ou \ap.syʁd\
observer = \ɔp.sɛʁ.ve\
subtilité = \syp.ti.li.te\
etc.

Le b se prononce avec le son [p] selon l'alphabet phonétique pour la plupart des mots cités (sauf abcès apparemment).

a écrit : Que ce soit à Marseille ou à Paris et dans n'importe quel dictionnaire, le mot est toujours précisé en alphabet phonétique entre crochets ou deux barres obliques.

Ainsi en alphabet phonétique française et internationale on obtient :
abcès = [apsè] ou \ab.sɛ\
absurde = [apsyrd] ou \ap.s
yʁd\
observer = \ɔp.sɛʁ.ve\
subtilité = \syp.ti.li.te\
etc.

Le b se prononce avec le son [p] selon l'alphabet phonétique pour la plupart des mots cités (sauf abcès apparemment).
Afficher tout
Je ne voit pas le rapport entre Marseille, Paris et les dictionnaire. Le dictionnaire tien compte d'un standard, et omet donc les particularités régionales.

a écrit : Je ne voit pas le rapport entre Marseille, Paris et les dictionnaire. Le dictionnaire tien compte d'un standard, et omet donc les particularités régionales. Ça tombe bien, moi non plus, vu que le dictionnaire est valable partout dans l’ensemble des régions francophones qui l’utilisent.

a écrit : Jusqu'à cette anecdote, j'avais absolument jamais prêté attention au fait qu'on écrit "seConde" mais prononce "seGonde". Le Français est incroyable. C’est toi qui est incroyable. Comment c’est possible de pas s’en être rendu compte ? C’est évident comme le nez au milieu de la figure.

a écrit : Que ce soit à Marseille ou à Paris et dans n'importe quel dictionnaire, le mot est toujours précisé en alphabet phonétique entre crochets ou deux barres obliques.

Ainsi en alphabet phonétique française et internationale on obtient :
abcès = [apsè] ou \ab.sɛ\
absurde = [apsyrd] ou \ap.s
yʁd\
observer = \ɔp.sɛʁ.ve\
subtilité = \syp.ti.li.te\
etc.

Le b se prononce avec le son [p] selon l'alphabet phonétique pour la plupart des mots cités (sauf abcès apparemment).
Afficher tout
Ah oui le dico Marseillais n'a pas encore était inventé, alors je vous laisse a votre prononciation avec la bouche en cul de poule. "apsyrde".....

a écrit : Ah oui le dico Marseillais n'a pas encore était inventé, alors je vous laisse a votre prononciation avec la bouche en cul de poule. "apsyrde"..... Et je n’ai jamais dit que vous n’aviez pas le droit de mal prononcer les mots. Chacun fait ce qui lui plait :)

Dingue ! Merci pour l'anecdote. Vraiment je n'ai jamais remarqué la subtilité du mot. J'ai une question (comme d'habitude): est-ce fait exprès ? Parceque j'ai essayé de prononcer le c (son /k/) et je me retrouve toujours à prononcer le d (son /t/). Ca donne sekonte.

Posté le

android

(1)

Répondre

Personnellement j'ai pas de mal à dire "ce con de Bernard" et je pense que la plupart des gens non plus. C'est juste que psychologiquement parlant ça nous paraît totalement bizarre de dire cette prononciation pour évoquer les "secondes" ce qui crée comme un blocage phonétique. CQFD

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Suis-je le seul a avoir prononcé "seconde" à mi-voix pendant bien 30 segonds ? En remarquant que même quand tu dis "seconde", c'est pas si choquant que ça?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Grâce aux sources de l'anectode et en farfouillant, j'ai également appris que notre système seconde/minute/heure, provenait de la civilisation sumérienne (3 à 4 millénaires avant JC, période néolithique tout de même...), repris plus tard par les babyloniens, puis par nous.
Les sumériens et babyloniens
semblaient avoir un faible pour le chiffre 60, étant donné qu'ils "comptaient par 60". Par exemple, pour dire que 183 bêtes broutaient dans un pré, on disait simplement 33 (3×60+3 bêtes additionnelles). C'est également à eux qu'on doit le découpage jour, mois etc, selon le calendrier lunaire.
Finalement, c'est assez incroyable de se dire que ce système pluri-millénaires a tellement fait ses preuves qu'il est parvenu jusqu'à nous, de manière quasi universelle et naturelle.
Afficher tout
Disons que ce nombre (60) est très pratique, car il se divise par 1, 2, 3, 4, 5 et 6 (et donc 10, 12, 15, 20, 30 et bien sûr 60). Très utile !

Posté le

android

(1)

Répondre