Ceausescu interdit avortement et contraception

Proposé par
Invité
le

En 1966, le dictateur roumain Nicolae Ceausescu décida brutalement de relever la natalité en interdisant l'avortement et la contraception. Cette mesure eut pour effet un bond spectaculaire des naissances, mais aussi des morts de femmes par avortement clandestin et des abandons d'enfants.


Commentaires préférés (3)

L’avortement est légalisé en France en 1975, tandis qu’elle l’a été en 1957 en Roumanie. Conséquence directe : le taux d’avortement en 1965 est de quatre avortements pour une naissance. La Roumanie était « en avance » sur nous mais avait un taux de natalité parmi les plus bas d’Europe. C’est pourquoi, pour relancer ce taux, l’État promulgue cette loi, ainsi que pour respecter la morale communiste : famille nombreuse fidèle au régime. L’avortement restant tout de fois accessible sous certaines conditions :
«
des femmes dont la vie serait mise en danger par cette grossesse ;
des femmes de plus de 45 ans (en 1972, l'âge est baissé à 40 ans. En 1985, il est à nouveau établi à 45 ans) ;
des femmes ayant déjà donné naissance à quatre enfants, et les élevant ;
des femmes dont la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste ;
des femmes présentant des invalidités physiques ou psychiques graves. »
Officiellement, seulement le sterilet et la pilule sont interdits mais dans les faits tous les moyens de contraception sont introuvables.

Dans le fond je comprends leur geste, c’est seulement politique, pour augmenter le poids du pays, mais bien sûr, je suis contre cette méthode.

Posté le

android

(64)

Répondre

a écrit : franchement cest une bonne loi pour relancer la natalité a remettre sur le tapis qu'importe le politiquement correct et la propagande "progressiste" qui s'est emparé des esprits faibles Considérer la contraception et l'avortement comme un progrès, c'est avoir l'esprit faible ?
Et bien, on n’a pas fini d'entendre les coqueberts chanter.

a écrit : franchement cest une bonne loi pour relancer la natalité a remettre sur le tapis qu'importe le politiquement correct et la propagande "progressiste" qui s'est emparé des esprits faibles Et après, on fait quoi? On oblige chaque femme a avoir 4 enfants minimum? Ben quoi, ca sera super efficace pour faire grimper de force le taux de natalité aussi!

Une loi liberticide, ca reste une loi liberticide. Si la natalité d'une nation dégringole, c'est qu'il y a une raison plus subtile que le stérilet, c'est là dessus qu'il faudrait agir, parce que force est de constater que quand un peuple/nation est heureuse, ben y'a plein de bébés. ;)

Je vais même enfoncer le clou: le pire qu'il puisse arriver à un enfant, c'est de ne pas être désiré.


Tous les commentaires (93)

"Tiens, j'ai une super idée :

Je vais enlever des droits qui devraient être fondamentaux pour les femmes,

En plus de la grande souffrance qu'impose un avortement, autant psychique que physique,

Pour être enfin sûr que quand l'homme vient, avec l'accord de la femme ou pas, cela remontera le taux de natalité et l'économie du pays ! Ah quel génie je suis !"

Et de telles idées sont encore encore en cours dans de nombreux pays dit "développés"

Posté le

android

(14)

Répondre

Au delà de la Loi et de ses conséquences, voilà l'exemple type d'une décision "dictatoriale" qui fera peut-être réfléchir ceux qui n'ont rien compris et disent régulièrement, ici même sur ce forum, que nous ne vivons pas dans une "démocratie" :)

L’avortement est légalisé en France en 1975, tandis qu’elle l’a été en 1957 en Roumanie. Conséquence directe : le taux d’avortement en 1965 est de quatre avortements pour une naissance. La Roumanie était « en avance » sur nous mais avait un taux de natalité parmi les plus bas d’Europe. C’est pourquoi, pour relancer ce taux, l’État promulgue cette loi, ainsi que pour respecter la morale communiste : famille nombreuse fidèle au régime. L’avortement restant tout de fois accessible sous certaines conditions :
«
des femmes dont la vie serait mise en danger par cette grossesse ;
des femmes de plus de 45 ans (en 1972, l'âge est baissé à 40 ans. En 1985, il est à nouveau établi à 45 ans) ;
des femmes ayant déjà donné naissance à quatre enfants, et les élevant ;
des femmes dont la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste ;
des femmes présentant des invalidités physiques ou psychiques graves. »
Officiellement, seulement le sterilet et la pilule sont interdits mais dans les faits tous les moyens de contraception sont introuvables.

Dans le fond je comprends leur geste, c’est seulement politique, pour augmenter le poids du pays, mais bien sûr, je suis contre cette méthode.

Posté le

android

(64)

Répondre

a écrit : "Tiens, j'ai une super idée :

Je vais enlever des droits qui devraient être fondamentaux pour les femmes,

En plus de la grande souffrance qu'impose un avortement, autant psychique que physique,

Pour être enfin sûr que quand l'homme vient, avec l'accord
de la femme ou pas, cela remontera le taux de natalité et l'économie du pays ! Ah quel génie je suis !"

Et de telles idées sont encore encore en cours dans de nombreux pays dit "développés"
Afficher tout
Lui et sa femme ont fini fusillés. La dictature existe pourtant encore et toujours...

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Au delà de la Loi et de ses conséquences, voilà l'exemple type d'une décision "dictatoriale" qui fera peut-être réfléchir ceux qui n'ont rien compris et disent régulièrement, ici même sur ce forum, que nous ne vivons pas dans une "démocratie" :) Merci à toi de nous informer qui a et qui n a pas compris. Heureusement que cet exemple type me fait réfléchir.

Je trouve très faible le fait, au delà de toutes discussion et débat préalable, d'imposer sa parole divine et par la même vilipender ceux qui ne pense pas comme toi et font preuve d esprit critique. Se questionner et le travail de recherche et de pensée serait, sur cette thématique, une tare ?

L étymologie et la sémantique sont très importantes. Sur ces questions, oui, on peut en effet réfléchir sur la qualité démocratique au sens le plus plein du terme de l'Etat français. On peut cependant admettre qu il y ait plusieurs "stades/échelons" au processus démocratique : par exemple, on peut dire que la démocratie suisse est plus "démocratique" que la démocratie que celle serbe ou colombienne.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : "Tiens, j'ai une super idée :

Je vais enlever des droits qui devraient être fondamentaux pour les femmes,

En plus de la grande souffrance qu'impose un avortement, autant psychique que physique,

Pour être enfin sûr que quand l'homme vient, avec l'accord
de la femme ou pas, cela remontera le taux de natalité et l'économie du pays ! Ah quel génie je suis !"

Et de telles idées sont encore encore en cours dans de nombreux pays dit "développés"
Afficher tout
Discutablement fondamentaux.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Au delà de la Loi et de ses conséquences, voilà l'exemple type d'une décision "dictatoriale" qui fera peut-être réfléchir ceux qui n'ont rien compris et disent régulièrement, ici même sur ce forum, que nous ne vivons pas dans une "démocratie" :) « J’vous l’dis on est en démocratie et tous ceux qui sont pas d’accord et bah ils ont qu’à bien fermer leur gueule ! »

a écrit : « J’vous l’dis on est en démocratie et tous ceux qui sont pas d’accord et bah ils ont qu’à bien fermer leur gueule ! » Il y a sûrement des chinois continentaux qui pensent sincèrement être en démocratie.
Affirmer quelque chose haut et fort n engendre en rien la véracité du propos.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : L’avortement est légalisé en France en 1975, tandis qu’elle l’a été en 1957 en Roumanie. Conséquence directe : le taux d’avortement en 1965 est de quatre avortements pour une naissance. La Roumanie était « en avance » sur nous mais avait un taux de natalité parmi les plus bas d’Europe. C’est pourquoi, pour relancer ce taux, l’État promulgue cette loi, ainsi que pour respecter la morale communiste : famille nombreuse fidèle au régime. L’avortement restant tout de fois accessible sous certaines conditions :
«
des femmes dont la vie serait mise en danger par cette grossesse ;
des femmes de plus de 45 ans (en 1972, l'âge est baissé à 40 ans. En 1985, il est à nouveau établi à 45 ans) ;
des femmes ayant déjà donné naissance à quatre enfants, et les élevant ;
des femmes dont la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste ;
des femmes présentant des invalidités physiques ou psychiques graves. »
Officiellement, seulement le sterilet et la pilule sont interdits mais dans les faits tous les moyens de contraception sont introuvables.

Dans le fond je comprends leur geste, c’est seulement politique, pour augmenter le poids du pays, mais bien sûr, je suis contre cette méthode.
Afficher tout
franchement cest une bonne loi pour relancer la natalité a remettre sur le tapis qu'importe le politiquement correct et la propagande "progressiste" qui s'est emparé des esprits faibles

a écrit : Au delà de la Loi et de ses conséquences, voilà l'exemple type d'une décision "dictatoriale" qui fera peut-être réfléchir ceux qui n'ont rien compris et disent régulièrement, ici même sur ce forum, que nous ne vivons pas dans une "démocratie" :) C'est sûr que notre dictateur à nous, il fait petit joueur. Le problème dans notre pays, c'est plutôt que le peuple oublie rapidement que l'opinion publique pousse les politiques à prendre des mesures, mesures vigoureusement critiquées plusieurs années après, quand on s'aperçoit qu'elles étaient mauvaises. Seulement, à ce moment là, le bon peuple a "oublié" sa véhémence passée, et rejette la faute sur le gouvernement présent.
En bref, notre gouvernement est ce qu'il est, mais, on a le gouvernement que l'on mérite...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : franchement cest une bonne loi pour relancer la natalité a remettre sur le tapis qu'importe le politiquement correct et la propagande "progressiste" qui s'est emparé des esprits faibles Considérer la contraception et l'avortement comme un progrès, c'est avoir l'esprit faible ?
Et bien, on n’a pas fini d'entendre les coqueberts chanter.

a écrit : franchement cest une bonne loi pour relancer la natalité a remettre sur le tapis qu'importe le politiquement correct et la propagande "progressiste" qui s'est emparé des esprits faibles Doublon

a écrit : franchement cest une bonne loi pour relancer la natalité a remettre sur le tapis qu'importe le politiquement correct et la propagande "progressiste" qui s'est emparé des esprits faibles Et après, on fait quoi? On oblige chaque femme a avoir 4 enfants minimum? Ben quoi, ca sera super efficace pour faire grimper de force le taux de natalité aussi!

Une loi liberticide, ca reste une loi liberticide. Si la natalité d'une nation dégringole, c'est qu'il y a une raison plus subtile que le stérilet, c'est là dessus qu'il faudrait agir, parce que force est de constater que quand un peuple/nation est heureuse, ben y'a plein de bébés. ;)

Je vais même enfoncer le clou: le pire qu'il puisse arriver à un enfant, c'est de ne pas être désiré.

a écrit : Considérer la contraception et l'avortement comme un progrès, c'est avoir l'esprit faible ?
Et bien, on n’a pas fini d'entendre les coqueberts chanter.
Je pense que le problème qu’il soulève, avec de grands mots certes, est réel. J’interprète ce qu’il dit par l’impossibilité aujourd’hui de discuter des droits des femmes, on ne peut pas en parler on est obligés d’approuver et on nous martèle l’esprit d’affiches du nombre de femmes mortes sous les coups ou je ne sais quoi, si on en parle, on est forcément macho... Je ne suis pas contre le droit des femmes, c’est important, je suis pour la contraception et l’avortement et j’estime que les femmes ont le droit d’avorter. Cependant, je pense qu’on a quand même le droit de discuter de ce sujet « sacré », parce que quand je vois dans l’autre anecdote « qu’il se fasse bouffer ces pourritures » en parlant de violeurs, légérement excessif, on voit que finalement, les avis diffèrent et suivre en fermant les yeux les revendications des féministes (je parle de celles et ceux qui dirigent l’idée « unique » des droits des femmes), eh bien ça peut conduire à des choses pas très égalitaires.

D’un point de vue personnel, je trouve que la contraception est le meilleur des progrès parce que finalement la contraception et l’avortement ont la même finalité, sauf que l’avortement se fait au détriment d’une vie.

Enfin, pour répondre à xilithol, je pense que le décret est certes un bon moyen pour augmenter la natalité, à peu près « moral », mais finalement je pense que c’est quand même aux gens de choisir comment vivre et à mon avis, le meilleur moyen que peut user un état est le nationalisme, du genre afficher partout « faites de bébés pour votre pays ».

Edit : comme l’a dit le politicien Nicontrarié, le meilleur moyen est de rendre heureuse la population.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : C'est sûr que notre dictateur à nous, il fait petit joueur. Le problème dans notre pays, c'est plutôt que le peuple oublie rapidement que l'opinion publique pousse les politiques à prendre des mesures, mesures vigoureusement critiquées plusieurs années après, quand on s'aperçoit qu'elles étaient mauvaises. Seulement, à ce moment là, le bon peuple a "oublié" sa véhémence passée, et rejette la faute sur le gouvernement présent.
En bref, notre gouvernement est ce qu'il est, mais, on a le gouvernement que l'on mérite...
Afficher tout
C'est ça, la démocratie, c'est le bordel, mais j'aime bien. :)

Dans tous les pays qui interdisent l'avortement des femmes meurent d'avortement clandestins (opératoires ou médicamenteux). De nombreuse démocraties interdisent l'avortement, de plus en plus souvent avec l exception du viol, du danger pour la mère, ou de l invisibilité du fœtus. Mais c'est à l'interprétation du juge souvent, dont les convictions et préjugés joueront. Moi même en faveur du droit à l'avortement (et non à l'avortement) je vois que beaucoup de femmes sont contre. Dans beaucoup de pays contrairement à la France les familles aident de bon cœur et humeur les filles mères. Je crois que les conservateurs et les féministes, devraient se mettre d'accord sur deux points : d'abord que quand on n'a pas le droit à l'avortement on a tendance à avorter tout de même. Cela tue des femmes. Ensuite que la société doit aider les femmes qui veulent garder le Petit. Car beaucoup de femmes avortent légalement ou pas, alors qu'elles ont envie du Petit. Mais dans notre monde on laisse des mères toutes seules se dépatouiller. Comme quoi entre pseudo féminisme et béni oui oui il y a un milieu où nous rejoindre.

a écrit : Je pense que le problème qu’il soulève, avec de grands mots certes, est réel. J’interprète ce qu’il dit par l’impossibilité aujourd’hui de discuter des droits des femmes, on ne peut pas en parler on est obligés d’approuver et on nous martèle l’esprit d’affiches du nombre de femmes mortes sous les coups ou je ne sais quoi, si on en parle, on est forcément macho... Je ne suis pas contre le droit des femmes, c’est important, je suis pour la contraception et l’avortement et j’estime que les femmes ont le droit d’avorter. Cependant, je pense qu’on a quand même le droit de discuter de ce sujet « sacré », parce que quand je vois dans l’autre anecdote « qu’il se fasse bouffer ces pourritures » en parlant de violeurs, légérement excessif, on voit que finalement, les avis diffèrent et suivre en fermant les yeux les revendications des féministes (je parle de celles et ceux qui dirigent l’idée « unique » des droits des femmes), eh bien ça peut conduire à des choses pas très égalitaires.

D’un point de vue personnel, je trouve que la contraception est le meilleur des progrès parce que finalement la contraception et l’avortement ont la même finalité, sauf que l’avortement se fait au détriment d’une vie.

Enfin, pour répondre à xilithol, je pense que le décret est certes un bon moyen pour augmenter la natalité, à peu près « moral », mais finalement je pense que c’est quand même aux gens de choisir comment vivre et à mon avis, le meilleur moyen que peut user un état est le nationalisme, du genre afficher partout « faites de bébés pour votre pays ».

Edit : comme l’a dit le politicien Nicontrarié, le meilleur moyen est de rendre heureuse la population.
Afficher tout
Je suis tout à fait ouvert au débat également mais pas de la manière dont il le formule. Je ne comprendrais jamais ceux qui râlent pour enlever des droits aux autres. Il faut garder son énergie pour râler pour obtenir des droits pour soi et pour tout le monde. Cela me parait bien plus logique.

Concernant l'anecdote, non, cette solution me parait complètement idiote. Il y a des moyens plus simples pour augmenter la natalité sans mettre les femmes dans des situations difficiles en les empêchant d'avorter.

On investit dans la petite enfance et c'est très simple mais il faut un peu d'argent. On construit des écoles, des crèches, des maternités, des centres pédiatriques et des parcs de jeux publics. On donne des congés maternité et paternité avec un minimum de compensation salariale, on empêche les entreprises de licencier les femmes enceintes et les parents de nouveaux-nés, on augmente les allocations familiales et on permet des temps partiels avec compensation.

Je vous assure que les gens seront comme des lapins à faire des enfants.

a écrit : Je pense que le problème qu’il soulève, avec de grands mots certes, est réel. J’interprète ce qu’il dit par l’impossibilité aujourd’hui de discuter des droits des femmes, on ne peut pas en parler on est obligés d’approuver et on nous martèle l’esprit d’affiches du nombre de femmes mortes sous les coups ou je ne sais quoi, si on en parle, on est forcément macho... Je ne suis pas contre le droit des femmes, c’est important, je suis pour la contraception et l’avortement et j’estime que les femmes ont le droit d’avorter. Cependant, je pense qu’on a quand même le droit de discuter de ce sujet « sacré », parce que quand je vois dans l’autre anecdote « qu’il se fasse bouffer ces pourritures » en parlant de violeurs, légérement excessif, on voit que finalement, les avis diffèrent et suivre en fermant les yeux les revendications des féministes (je parle de celles et ceux qui dirigent l’idée « unique » des droits des femmes), eh bien ça peut conduire à des choses pas très égalitaires.

D’un point de vue personnel, je trouve que la contraception est le meilleur des progrès parce que finalement la contraception et l’avortement ont la même finalité, sauf que l’avortement se fait au détriment d’une vie.

Enfin, pour répondre à xilithol, je pense que le décret est certes un bon moyen pour augmenter la natalité, à peu près « moral », mais finalement je pense que c’est quand même aux gens de choisir comment vivre et à mon avis, le meilleur moyen que peut user un état est le nationalisme, du genre afficher partout « faites de bébés pour votre pays ».

Edit : comme l’a dit le politicien Nicontrarié, le meilleur moyen est de rendre heureuse la population.
Afficher tout
A la limite, faire de la pub "Faites des bébés", oui, pourquoi pas, tant que ca reste un choix, encourragé avec quelques aides (ah tiens, ca existe déjà?^^)mais la le mec il a pondu une loi, sans se préoccuper des conséquences, interdire bêtement la contraception, SUPER, ben les abandons... apparemment ça c'était pas interdit, enfin si, non, heuuu... le dictateur, il a réfléchi que la lumière, quoi...

Comme si interdire quelquechose avait déjà prouvé son efficacité... J'vais me rouler un pétardos, tiens! ^^

a écrit : Je suis tout à fait ouvert au débat également mais pas de la manière dont il le formule. Je ne comprendrais jamais ceux qui râlent pour enlever des droits aux autres. Il faut garder son énergie pour râler pour obtenir des droits pour soi et pour tout le monde. Cela me parait bien plus logique.

Concernant
l'anecdote, non, cette solution me parait complètement idiote. Il y a des moyens plus simples pour augmenter la natalité sans mettre les femmes dans des situations difficiles en les empêchant d'avorter.

On investit dans la petite enfance et c'est très simple mais il faut un peu d'argent. On construit des écoles, des crèches, des maternités, des centres pédiatriques et des parcs de jeux publics. On donne des congés maternité et paternité avec un minimum de compensation salariale, on empêche les entreprises de licencier les femmes enceintes et les parents de nouveaux-nés, on augmente les allocations familiales et on permet des temps partiels avec compensation.

Je vous assure que les gens seront comme des lapins à faire des enfants.
Afficher tout
Je suis tout à fait d’accord avec toi ;)
Il a juste relevé de manière maladroite un fait de notre société et j’ai voulu appronfondir.
D’ailleurs j’ai aussi remarqué la vision binaire des gens sur les régimes, dictature et démocratie, alors que ces mots ne veulent rien dire.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Et après, on fait quoi? On oblige chaque femme a avoir 4 enfants minimum? Ben quoi, ca sera super efficace pour faire grimper de force le taux de natalité aussi!

Une loi liberticide, ca reste une loi liberticide. Si la natalité d'une nation dégringole, c'est qu'il y a une raison plus subtile
que le stérilet, c'est là dessus qu'il faudrait agir, parce que force est de constater que quand un peuple/nation est heureuse, ben y'a plein de bébés. ;)

Je vais même enfoncer le clou: le pire qu'il puisse arriver à un enfant, c'est de ne pas être désiré.
Afficher tout
Je suis désolé mais le lien entre nation heureuse et nombre de bébé n est malheureusement pas primordial.
Les pays scandinaves qui sont toujours placés parmis les peuples dits les plus heureux mais ont des indices de fécondité qui restent aux alentours de 1.7-1.75, soit une population déclinante en terme d individu.
Il semblerait, et des recherches font ce parallèle de très belle manière, que ce soit l éducation, en particulier féminine, qui entraine à terme une baisse de fécondité. Bien sûr, beaucoup de facteurs rentrent en jeu, mais tous les pays dits "développés" ont des indices inférieurs ne serait-ce qu au renouvellement de leur population.

Posté le

android

(7)

Répondre