Aux Etats-Unis, le rachat d'actions dope les cours

Proposé par
le
dans

Une des raisons pour lesquelles les marchés boursiers américains paraissent historiquement toujours plus hauts que les marchés européens vient du fait que les sociétés américaines préfèrent racheter leurs propres actions que de verser des dividendes, ce qui a pour conséquence de gonfler leur cours.

C'est pour cette raison que vous entendez souvent dans les médias que le Dow Jones est à un plus haut historique alors que le CAC40 ne l'est pas. Si les dividendes étaient comptabilisés comme les rachats d'actions, alors le CAC40 aurait également été au "plus haut historique" en fin d'année 2019. Sachant que les rachats d'actions et les dividendes sont les deux manières de rémunérer les actionnaires. Certains indices, comme le DAX en Allemagne, sont calculés dividendes réinvestis.


Tous les commentaires (61)

a écrit : Alors le processus est différent de ce que tu dis.

Admettons que la société A est 100 actions qui sont détenus par 10 actionnaires. Chaque action vaut 1€. Ils ont donc chacun 10€ d’actions.

La société A décide de racheter 10 actions, elle est prête à payer 2€.
Chaque actionnaire se dit
: top, je vais lui vendre une action pour 2€, et je garde les autres.

Après cette opération, chaque actionnaire a 9 actions qui valent chacune 2€ (soit 18€) + 2€ en cash soit 20€. Et la société est détentrice de 10 actions. La plupart du temps, à cause de lois ou de raisons économiques (c’est assez complexe à expliquer mais si tu veux je peux essayer), la société va dissoudre ses 10 actions.

La situation finale sera donc de :
10 actionnaires détendeurs de 90 actions pour une valeur totale de 180€ (et chacun a 2€ en cash).

Sachant que les indices sont la majorité du temps calculé grâce au niveau de chaque composant, la société A est passé de 1€ / actions (soit 100€ de capitalisation boursière) a 2€ par actions (soit 180€ de capitalisation), l’indice a également augmenté.

(Ps: avant que certains « experts » ne viennent s’acharner sur mon commentaire, j’ai effectivement simplifié la réalité pour essayer d’être compréhensible)
Afficher tout
Je comprends pas dans ton raisonnement pourquoi, après le rachat pour 2€ de 10 actions qui valaient au départ 1 €, toutes les actions valent 2 euros.
D’après ton raisonnement, les actionnaires se retrouvent deux fois plus riches.

a écrit : Salut,

Ce que tu dis ne rends pas l'anecdote fausse. Enfin je capte pas ce qui est faux. Ok pour les indices cités qui ne sont peut être pas utilisés des masses en finance, mais l'anecdote ne dit pas qu'ils le sont. Elle fait référence à ce qu'on entend dans les médias. Et en l'occ
urrence, j'entends régulièrement parler du Dow Jones et du CAC40 et de quelques autres et jamais de ceux que tu cites (je lis la presse généraliste).

Du coup, je pige pas ce qui est faux ... Mais je serais ravi que tu m'expliques :-) (en vrai je suis pas du tout familier avec la finance).

Et, en passant, l'argument d'autorité "je travaille dans la finance donc je sais" n'est pas recevable pour ou moins deux raisons :
- on sait pas si c'est vrai, c'est peut être faux :-p
- c'est pas parce que t'y travaille que t'es compétent. Il y a des incompétents partout.
Défendre ses positions avec des arguments, c'est plus chouette qu'avec une position qui ferait autorité ;-)

Par ailleurs, l'anecdote est sourcée.

Bisou
Afficher tout
Dsl si le «  je travaille dans la finance » te paraît pompeux . 2 choses posent problème dans anecdote : L affirmation de base est fausse : les indices américains sont plus haut historiquement que les indices européens pour la raison qu il invoque ! Après que les entreprises américaines ont plus tendance à racheter leurs propres actions est globalement vrai et que certains indices prennent en compte les dividendes réinvestis quand d autres est vrai également

a écrit : À mon tour d'être pas d'accord : le rejet de l'actionnariat est absolument mondial : les 1% aux US, indignados en espagne, etc. Sans compter tous ces pays où il est encadré ou interdit.

« 80% des petits porteurs ne font pas de plus-value »
Ben justement, c'est encore les petit
s (porteurs) qui récoltent des clopinettes (en espérant gagner de l'argent sans travailler), les gros qui deviennent encore plus gros (toujours sans travailler), pendant que d'autres gagnent leur vie ... en travaillant, en étant utiles à la société.

Et si la bourse est un « jeu » dangereux, ça ne devrait justement pas l'être, on ne devrait pas brasser autant d'argent sur des paris. Pour moi une entreprise, ça marche avec ceux qui y bossent et ceux qui la demandent (clients, partenaires), et ça ne devrait pas pouvoir être acheté par des personnes extérieures, qui ignorent tout du secteur d'activité, des contraintes, des spécificités mais qui rappliquent ... en exigeant du profit au mépris de tout le reste (je caricature à peine). L'avidité au service de la société, ça ne marche pas des masses je trouve (pour la société).

Donc je maintiens, une entreprise ne devrait pas pouvoir céder des parts de son capital à des personnes extérieures. Au final, les dividendes, c'est comme de l'argent à rembourser, mais pour perpette (oui, je simplifie beaucoup). Obtenir de l'argent ne devrait pas être facile (ni pour une entreprise, ni pour un actionnaire) avoir une dette me parait être la seule option viable (ou « noble »), parce qu'elle implique de conserver son indépendance, et de continuer à bosser pour le bénéfice de ses clients, partenaires et salariés, pas de pour de parfaits inconnus attirés par une promesse de gain ...

Pour résumer, l'expression de "vendre son âme" me parait appropriée, et pas souhaitable pour un modèle de société, en tout cas dans sa forme actuelle ...
Afficher tout
Moi je suis d'accord avec toi, mais il faut avouer que le système d'action est un bon moyen de recolter rapidement des fonds, pour peu que la société soit crédible !
Je serais partisan de modifier simplement le système :
Un gars achète 100 euros d'actions. Il va alors toucher des dividendes, proportionnellement à son investissement ( jusqu'ici, de mes maigres connaissances en finance, rien ne change).
Seulement, une fois qu'il aura accumulé des dividendes à même hauteur que son investissement (ici 100 euros), stop ! Pour recommencer à gagner de l'argent, il devra racheter des actions, à lui de décider ou non s'il revent celles d'avant ou pas.
Ça permettrait (selon moi hein...) d'améliorer l'investissement dans les entreprises (puisqu'il faut réinvestir pour continuer à gagner) et de mieux faire circuler les capitaux = égaliser les richesses
Après, je ne suis pas trader, mes connaissances sont plus que limitées !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Moi j'ai une petite question.
Comment se fait-il qu'avec autant de gens brillants et compétents qui bossent dans la finance, on se retrouve avec une crise financière (qui touche aussi l'économie réelle) tous les 10 ans ??
Le coupable est plus souvent les banques centrales ou les gouvernements qu un quelconque financier privé . Attention je ne dis pas que les acteurs privés n ont pas eu des actes répréhensibles par le passé pas appât du gain ( enron , délits d initié ...) . Si je prends l exemple de la crise systémique de 2008 par exemple celle ci a démarré plus de 10 ans plus tôt par bill Clinton qui voulait permettre l accès au logement des plus pauvres et à décider de créer des organismes publics pour le rachat des dettes privées contractés par les plus pauvres , dans la foulée la fed a baissé ses taux pendant une décennie pour faire monter encore et encore l immobilier malgré des avertissements sur une surchauffe .

a écrit : Je comprends pas dans ton raisonnement pourquoi, après le rachat pour 2€ de 10 actions qui valaient au départ 1 €, toutes les actions valent 2 euros.
D’après ton raisonnement, les actionnaires se retrouvent deux fois plus riches.
C’est une version simplifiée de ce qui se passe réellement mais pour l’expliquer plus précisément la valeur des actions d’une société se situe au dernier cours côté. Dans notre exemple admettons qu’il a eu une seule transaction à 2€ alors la valeur de toutes actions devient 2€.

Mais donc, si une entreprise rachète les actions de ces actionnaires, ils n’en n’ont donc plus?

a écrit : Un peu simpliste comme affirmation. La réalité est plus complexe. De plus un rachat d’actions ne peut se faire sans l’accord des actionnaires Et surtout la société doit avoir accumulé du cash pour pouvoir le faire. Oui alors encore une fois je ne dis pas que c’est la seule raison, je dis que c’est une des raisons. Et c’est en tout cas la raison principale concernant le fait « des plus hauts historiques » (je te laisse vérifier les sources et regarder où se trouve les indices réinvestis).

Ensuite les dividendes ET les programmes de rachat d’actions doivent être acceptés par les actionnaires, donc aucune différence de ce côté là.

A noter que les rachats d’actions passent généralement plus inaperçu aux yeux des « ennemis de la finance »
On entend souvent, la société a payé tant de dividendes alors qu’il est beaucoup plus rare d’entendre parler de rachat d’action alors même que les deux entraînent des gains pour les actionnaires.
Le rachat d’action est selon les pays taxés différemment que les dividendes et il permet à l’actionnaire de mieux gérer son imposition dans le temps.
Un des avantages pour la société est que le rachat d’action est moins systématique que le dividende qui lui même s’il est libre est en général fortement dépendant des dividendes passés.

Je vous recommande l'excellente vidéo de Bird & Fortune "Silly Money - Investment Bankers" (c'est en anglais, désolé pour les non-anglophone), qui explique avec beaucoup d'humour (anglais...) mais de manière très juste un certain nombre de mécanismes financiers, le fonctionnement des banques d'investissement, et la crise de 2008.
Pour les profanes comme les initiés !

a écrit : À mon tour d'être pas d'accord : le rejet de l'actionnariat est absolument mondial : les 1% aux US, indignados en espagne, etc. Sans compter tous ces pays où il est encadré ou interdit.

« 80% des petits porteurs ne font pas de plus-value »
Ben justement, c'est encore les petit
s (porteurs) qui récoltent des clopinettes (en espérant gagner de l'argent sans travailler), les gros qui deviennent encore plus gros (toujours sans travailler), pendant que d'autres gagnent leur vie ... en travaillant, en étant utiles à la société.

Et si la bourse est un « jeu » dangereux, ça ne devrait justement pas l'être, on ne devrait pas brasser autant d'argent sur des paris. Pour moi une entreprise, ça marche avec ceux qui y bossent et ceux qui la demandent (clients, partenaires), et ça ne devrait pas pouvoir être acheté par des personnes extérieures, qui ignorent tout du secteur d'activité, des contraintes, des spécificités mais qui rappliquent ... en exigeant du profit au mépris de tout le reste (je caricature à peine). L'avidité au service de la société, ça ne marche pas des masses je trouve (pour la société).

Donc je maintiens, une entreprise ne devrait pas pouvoir céder des parts de son capital à des personnes extérieures. Au final, les dividendes, c'est comme de l'argent à rembourser, mais pour perpette (oui, je simplifie beaucoup). Obtenir de l'argent ne devrait pas être facile (ni pour une entreprise, ni pour un actionnaire) avoir une dette me parait être la seule option viable (ou « noble »), parce qu'elle implique de conserver son indépendance, et de continuer à bosser pour le bénéfice de ses clients, partenaires et salariés, pas de pour de parfaits inconnus attirés par une promesse de gain ...

Pour résumer, l'expression de "vendre son âme" me parait appropriée, et pas souhaitable pour un modèle de société, en tout cas dans sa forme actuelle ...
Afficher tout
Donc si on suit ton raisonnement tu es contre toute prise de participation d’un tiers dans une boite, entreprise?
Donc tu donnes le plein pouvoir de l’investissement aux Banques ?
Donc comment t’encourage l’innovation et le developpement des entreprises surtout les petites qui n’ont pas la confiance des banques (refus de pret) et qui ne peuvent pas developper leurs projets ?
La prise de participation dans le capital permet d’eviter l’emprunt contre des parts de capital, elle permet donc aux boite de ne pas s’endetter

a écrit : Alors le processus est différent de ce que tu dis.

Admettons que la société A est 100 actions qui sont détenus par 10 actionnaires. Chaque action vaut 1€. Ils ont donc chacun 10€ d’actions.

La société A décide de racheter 10 actions, elle est prête à payer 2€.
Chaque actionnaire se dit
: top, je vais lui vendre une action pour 2€, et je garde les autres.

Après cette opération, chaque actionnaire a 9 actions qui valent chacune 2€ (soit 18€) + 2€ en cash soit 20€. Et la société est détentrice de 10 actions. La plupart du temps, à cause de lois ou de raisons économiques (c’est assez complexe à expliquer mais si tu veux je peux essayer), la société va dissoudre ses 10 actions.

La situation finale sera donc de :
10 actionnaires détendeurs de 90 actions pour une valeur totale de 180€ (et chacun a 2€ en cash).

Sachant que les indices sont la majorité du temps calculé grâce au niveau de chaque composant, la société A est passé de 1€ / actions (soit 100€ de capitalisation boursière) a 2€ par actions (soit 180€ de capitalisation), l’indice a également augmenté.

(Ps: avant que certains « experts » ne viennent s’acharner sur mon commentaire, j’ai effectivement simplifié la réalité pour essayer d’être compréhensible)
Afficher tout
Donc, tout le monde est gagnant, les actionnaires qui voient leur capital augmenter, et la société qui verse moins de dividendes et finira par rentabiliser le rachat et peut aussi investir plus d'argent, donc grossir, merci pour ton explication simple et accessible, parce que j'avais vraiment du mal à comprendre le schmilblik.

a écrit : Donc si on suit ton raisonnement tu es contre toute prise de participation d’un tiers dans une boite, entreprise?
Donc tu donnes le plein pouvoir de l’investissement aux Banques ?
Donc comment t’encourage l’innovation et le developpement des entreprises surtout les petites qui n’ont pas la confiance des ban
ques (refus de pret) et qui ne peuvent pas developper leurs projets ?
La prise de participation dans le capital permet d’eviter l’emprunt contre des parts de capital, elle permet donc aux boite de ne pas s’endetter
Afficher tout
« Donc tu donnes le plein pouvoir de l’investissement aux Banques ? »
C'est l'idée oui. En modifiant leur rôle et leur fonctionnement en profondeur au passage, sinon ce n'est effectivement pas viable, et ça ne résoudrait pas grand-chose au problème de la finance (dérégulée, déconnectée, etc.)
Si une banque à des raisons de refuser un prêt parce que trop risqué, je ne vois pas en quoi c'est une bonne chose que ce soit un tiers qui prenne ce risque. Je pense (et j’entends que ce n'est que mon opinion) qu'une entreprise devrait se concentrer sur sa pérennité plutôt que sur sa croissance à tout prix. Si une entreprise est rentable et stable, sans croissance, alors elle joue son rôle de création d'activité et de distribution des richesses (salaires).

J'irais même plus loin (et c'est un autre débat), mais selon moi chaque entreprise devrait se rapprocher du modèle des SCOP : pas de patron avec les pleins pouvoirs, des bénéfices mieux répartis (à priori), des salariés plus impliqués dans leur entreprise (pour ceux qui sont associés au moins), et pour qui les gains, la croissance, etc. ne sont que des paramètres parmi d'autres, selon les valeurs et aspirations des gens qui y travaillent. Sans compter le fait que le pouvoir décisionnel est ainsi indissociable des connaissances & compétences des salariés/associés.

a écrit : Alors, commentaire à peu près aussi agressif qu'approximatif.
Deja, je suis content de voir que bcp de personnes ont réagit à mon anecdote, la première depuis que je lis SCMB, alors que je suis un lecteur assidu depuis des années. Merci!
Pour en revenir à ton commentaire. Pour info, je co-gère un fond
de plusieurs dizaine de millions donc j'espère pour mes employeurs et mes investisseurs que je m'y connais un peu.
Oui, on parle dans un monde initié plutot du s&p 500 que du Dow jones, mais les lecteurs de SCMB ne sont pas forcement tous initiés et ont probablement plus l'habitude d'entendre parler du Dow Jones que du spx. Effectivement, le mode de calcul est étrange pour le dji, mais il n'en est pas moins un indice investissable.
Concernant le QE, 1) il fait monter indistinctement les indices, le dow jones autant que le spx, et 2) il y a eu autant de QE aux US qu'en Europe, ce qui n'explique en rien la différence entre les deux régions.
Concernant les différents indices en France, je te laisse (tu as l'air de bosser en finance) vérifier les actifs sous gestion sur le Cac40 vs les autres indices (cac TR), tu vas vite comprendre l'inépsie de ton commentaire.

Enfin, quant aux DAX, non il n'existe qu'un seul indice majeur en Allemagne qui concentre plus des trois quarts des actifs investis en ligne direct.
Par ailleurs, si tu voulais vraiment parler du spx vs le dow jones, tu devrais me reprocher d'avoir parler du cac40 et non de l'Eurostoxx 50. (l'indice qui est composé des 50 plus sociétés européenes et qui est le plus utilisé en Europe).

L'anecdote ne mélange donc aucun concept, il explique comment par le simple fait d'allouer de la trésorerie au paiement d'un dividende ou à un programme de rachat d'action peut faire évoluer les indices de manière différent.

si vous avez d'autres questions n'hésitez pas
Afficher tout
Bonjour Barnabnco,

Serait-il possible de m'entretenir de manière privée (pourquoi pas par mail ?) avec vous, je suis étudiant en France, à la frontière de la Suisse. Je suis très intéressé par la finance et souhaite en faire ma profession.

Bien cordialement.

a écrit : Alors, commentaire à peu près aussi agressif qu'approximatif.
Deja, je suis content de voir que bcp de personnes ont réagit à mon anecdote, la première depuis que je lis SCMB, alors que je suis un lecteur assidu depuis des années. Merci!
Pour en revenir à ton commentaire. Pour info, je co-gère un fond
de plusieurs dizaine de millions donc j'espère pour mes employeurs et mes investisseurs que je m'y connais un peu.
Oui, on parle dans un monde initié plutot du s&p 500 que du Dow jones, mais les lecteurs de SCMB ne sont pas forcement tous initiés et ont probablement plus l'habitude d'entendre parler du Dow Jones que du spx. Effectivement, le mode de calcul est étrange pour le dji, mais il n'en est pas moins un indice investissable.
Concernant le QE, 1) il fait monter indistinctement les indices, le dow jones autant que le spx, et 2) il y a eu autant de QE aux US qu'en Europe, ce qui n'explique en rien la différence entre les deux régions.
Concernant les différents indices en France, je te laisse (tu as l'air de bosser en finance) vérifier les actifs sous gestion sur le Cac40 vs les autres indices (cac TR), tu vas vite comprendre l'inépsie de ton commentaire.

Enfin, quant aux DAX, non il n'existe qu'un seul indice majeur en Allemagne qui concentre plus des trois quarts des actifs investis en ligne direct.
Par ailleurs, si tu voulais vraiment parler du spx vs le dow jones, tu devrais me reprocher d'avoir parler du cac40 et non de l'Eurostoxx 50. (l'indice qui est composé des 50 plus sociétés européenes et qui est le plus utilisé en Europe).

L'anecdote ne mélange donc aucun concept, il explique comment par le simple fait d'allouer de la trésorerie au paiement d'un dividende ou à un programme de rachat d'action peut faire évoluer les indices de manière différent.

si vous avez d'autres questions n'hésitez pas
Afficher tout
Haha Tu parles d agressivité de mon commentaire uniquement parce que je fais remarquer que ton anecdote est mal construite et la formulation la rend fausse . Visiblement vexé tu en profites pour faire un commentaire qui ne démontre en rien que le mien est faux. Parenthèse Je n aurais pas dû mentionner que je bossais dans le finance ce qui effectivement était pompeux , comme f ailleurs ta réponse l est encore plus. En tout cas ta réponse ne répond absolument aux reproches que j ai faite concernant l anecdote . je ne voulais pas te vexer dommage je te conseille de te relire puis de me relire . Concernant le dax il y a un tr et un pr et comme pour le cac 40 sauf que par défaut en France on utilise le pr et en Allemagne le tr . Je t invite à te renseigner tu auras appris des choses . Pour le Dow Jones ce n était pas méchant mais bon ça n est plus depuis lgts l indice de référence et je t invite à regarder le Wikipedia il est très mal construit car il ne pondère pas les actions qui le constituent comme les autres indices le font en fonction de la capitalisation.

Si j'ai bien compris ce sont donc les entreprises qui rachètent sur le marché secondaires leurs propres actions (détenues par d'autres actionnaires) dans le but de purement les supprimer afin de gonfler la valeur des actions restante (toujours détenues par d'autres actionnaires).

C'est donc exactement l'inverse de l'investissement (où là l'entreprise émet des actions sur le marché primaire, acheté par des actionnaires). Alors qu'il nous est présenté comme la principale vertu de la financiarisation de l'économie. Je savais déjà que le marché secondaire (purement spéculatif) était beaucoup beaucoup plus volumineux que le marché primaire (l'investissement), mais je serai curieux de connaître le poids de ces rachats d'actions (pour voir si, cumulées avec les dividendes, elles ne contrebalancent pas le dit investissement).

Quand est-ce que la valeur reviendra à ceux qui la produisent ? (Matériellement et non artificiellement).

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Bonjour Barnabnco,

Serait-il possible de m'entretenir de manière privée (pourquoi pas par mail ?) avec vous, je suis étudiant en France, à la frontière de la Suisse. Je suis très intéressé par la finance et souhaite en faire ma profession.

Bien cordialement.
Bonjour, oui, tu peux, [email protected]

a écrit : Si j'ai bien compris ce sont donc les entreprises qui rachètent sur le marché secondaires leurs propres actions (détenues par d'autres actionnaires) dans le but de purement les supprimer afin de gonfler la valeur des actions restante (toujours détenues par d'autres actionnaires).

C'est
donc exactement l'inverse de l'investissement (où là l'entreprise émet des actions sur le marché primaire, acheté par des actionnaires). Alors qu'il nous est présenté comme la principale vertu de la financiarisation de l'économie. Je savais déjà que le marché secondaire (purement spéculatif) était beaucoup beaucoup plus volumineux que le marché primaire (l'investissement), mais je serai curieux de connaître le poids de ces rachats d'actions (pour voir si, cumulées avec les dividendes, elles ne contrebalancent pas le dit investissement).

Quand est-ce que la valeur reviendra à ceux qui la produisent ? (Matériellement et non artificiellement).
Afficher tout
Alors c’est très dur de délimiter ce que tu appelles le marché primaire et le marché secondaire. Notamment car le primaire ne se réduit pas qu’à l’introduction en bourse.
Mais oui, les programmes de rachat d’actions sont de la trésorerie allouée aux actionnaires plutôt qu’à l’investissement.
Après c’est un équilibre de marché, certaines sociétés ne payent pas de dividendes et ne font aucun programme de rachat, mais c’est extrêmement rare.

Concernant les tailles de rachats d’actions, ça dépend des zone géographiques et des années, mais c’est « relativement » limité comparé à l’investissement. Tu peux trouver les données si tu as accès à des logiciels comme Bloomberg.

a écrit : Haha Tu parles d agressivité de mon commentaire uniquement parce que je fais remarquer que ton anecdote est mal construite et la formulation la rend fausse . Visiblement vexé tu en profites pour faire un commentaire qui ne démontre en rien que le mien est faux. Parenthèse Je n aurais pas dû mentionner que je bossais dans le finance ce qui effectivement était pompeux , comme f ailleurs ta réponse l est encore plus. En tout cas ta réponse ne répond absolument aux reproches que j ai faite concernant l anecdote . je ne voulais pas te vexer dommage je te conseille de te relire puis de me relire . Concernant le dax il y a un tr et un pr et comme pour le cac 40 sauf que par défaut en France on utilise le pr et en Allemagne le tr . Je t invite à te renseigner tu auras appris des choses . Pour le Dow Jones ce n était pas méchant mais bon ça n est plus depuis lgts l indice de référence et je t invite à regarder le Wikipedia il est très mal construit car il ne pondère pas les actions qui le constituent comme les autres indices le font en fonction de la capitalisation. Afficher tout J’ai un peu de mal à te suivre. C’est pas une question d’indice tr ou pas ici, effectivement la plupart des indices peuvent se trouver dans les deux manières.
L’anecdote parle d’indices que connaissent les gens, dont la presse parle, et qui malheureusement est souvent mal compris ce qui conduit à entendre ce que je décris dans l’anecdote : les indices us au plus haut historique alors que l’Europe est a la traine.

Et par ailleurs, je pense que tu oublies tout ton blabla sur le QE, qui était très mal à propos.

quant au problème d’être pompeux, je me permets juste de te souligner que tu n’es pas le seul à travailler en finance, que c’est un argument d’autorité sans valeur parce que tu peux être initier sans pour autant travailler dans un domaine et je te laisse relire ton premier commentaire « visiblement l’auteur ne connaît pas trop les marchés » pour comprendre pourquoi je me permets de te dire que je m’y connais un peu.

Enfin bref, tu devrais plutôt utiliser tes connaissances pour rédiger dès anecdotes.

a écrit : Ca me rappel un business game qu'on avait fait pendant une semaine pendant mes études où l'on devait gérer une entreprise en concurrence avec d'autres étudiants en prenant en compte plein de facteurs (taux de change, demande, tendance, coût du travail par pays etc.), tout était géré informatiquement et l'on rentrait nos décisions dans l'ordi pour chaque années (sur 10 ans).
J'avais identifié que le ROE (return on equity= CA/capitaux propres) était dans les critères de notation. On a cassé le jeux en utilisant notre trésorerie pour racheter nos propres actions et booster artificiellement le ROE.

Ca montre bien ce que certaines entreprises peu scrupuleuses peuvent faire pour satisfaire l'actionnariat.
Afficher tout
C’est quoi le nom du business game?