La sape : quand on attaque par dessous

Proposé par
Invité
le

La sape est une méthode de siège qui consiste à détruire une fortification ennemie en attaquant les fondations. En 1916, les Allemands creusèrent des galeries sous le camp français à Leintrey (54) afin d’y déposer des tonnes d’explosifs. Aujourd’hui le site est un mémorial appelé « les entonnoirs de Leintrey » et témoigne encore de la violence des explosions.


Commentaires préférés (3)

Nos aïeux (j'ai 2 arrière-grand-pères qui étaient à Verdun) étaient vraiment des "taupes"... J'ai eu la chance d'en connaître un, et, gamin, je me souviendrai toujours de ses témoignages, de ce qu'il a bien voulu me raconter... C'était à celui qui creusait le plus profond pour passer en dessous de l'ennemi ! Des explosifs et "boum" tout le monde était enterré vivant... Quatre ans "seulement" dans une vie, mais qui les ont marqués à jamais.

c'est une vieille technique. En syrie, la forteresse de Margat fut prise par les mamelouks, en sapant ses remparts. Il foutait le feu sous le rempart (origine du mot sapeur?). ça affaiblissait la structure

On peut lier celle-ci à l'anecdote qui raconte que si les soldats du feu sont appelés "sapeurs-pompiers", c'est que les premiers pompiers sapaient les maisons autour du feu afin d'en limiter la propagation.


Tous les commentaires (25)

C'est ce que l'on appelle faire un vrai travail de sape !

Nos aïeux (j'ai 2 arrière-grand-pères qui étaient à Verdun) étaient vraiment des "taupes"... J'ai eu la chance d'en connaître un, et, gamin, je me souviendrai toujours de ses témoignages, de ce qu'il a bien voulu me raconter... C'était à celui qui creusait le plus profond pour passer en dessous de l'ennemi ! Des explosifs et "boum" tout le monde était enterré vivant... Quatre ans "seulement" dans une vie, mais qui les ont marqués à jamais.

L'origine du fameux "travail de sape" ?

Posté le

android

(5)

Répondre

c'est une vieille technique. En syrie, la forteresse de Margat fut prise par les mamelouks, en sapant ses remparts. Il foutait le feu sous le rempart (origine du mot sapeur?). ça affaiblissait la structure

Leintrey, sapé comme jamais

Posté le

android

(10)

Répondre

On peut lier celle-ci à l'anecdote qui raconte que si les soldats du feu sont appelés "sapeurs-pompiers", c'est que les premiers pompiers sapaient les maisons autour du feu afin d'en limiter la propagation.

La sape de Leintrey n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

Les armées pensaient que la sape allait permettre de créer une brèche, tout en causant d'énormes pertes. Or, comme à chaque fois dans cette guerre, les avancés étaient minimes - parfois même nulles - et les pertes causées dérisoires au vu des moyens engagés (ici on parle de 73 hommes tués pour 15 tonnes d'explosifs).

L'un des seules exemples de sapes ayant fonctionnées, c'est à dire ayant permis d'atteindre des objectifs fixés de manière réaliste, est situé a Messines. Et la encore, quand bien même les mines ont eux un résultat "excellent" les pertes de la bataille sont de 17 000 pour les Britanniques et 20 000 pour les Allemands.
Les cratères formées lors de ces explosions feront 61 mètres de large et 6 de profondeur.

Un autre exemple, qui pour le coup illustre à quel point cette stratégie est peu efficace durant ce conflit, est la bataille de Vauquois. Une vraie guerre des mines y a lieu (320 explosions françaises et 199 allemands). L'une des explosions va tuer 30 Allemands. Mais pour ça on aura utiliser 12 tonnes d'explosifs et creusé durant 3 semaines.

Et dans tout ça je n'ai même pas parlé des accidents, des contre-sapes ... Ce qui rend les résultats encore plus ridicule.

a écrit : c'est une vieille technique. En syrie, la forteresse de Margat fut prise par les mamelouks, en sapant ses remparts. Il foutait le feu sous le rempart (origine du mot sapeur?). ça affaiblissait la structure Si je ne dis pas de bêtises vis-à-vis des sapeurs-pompiers, il me semble qu’à l’époque, pour empêcher qu’un feu se propage, ils détruisaient les maisons alentour à leurs bases. Je crois d’ailleurs qu’une anecdote avait déjà été publiée sur ce sujet :)

On en voit quelques images de fiction dans la série Peaky Blinders.

Il existe en France, non loin d'une ferme isolée, un endroit où les allemands avaient entamé des travaux de sape, déposant au fond d une galerie des explosifs alors que des français faisaient une galerie au dessous (contresape) avec non moins d'explosif. Tout le monde a évacué, laissant des dizaines de tonnes d'explosifs. On attend toujours le jour où l'explosif vieilli réagira....

Posté le

android

(5)

Répondre

Et dire que pendant des années, j'ai cru que cela voulait dire "récupérer des ballons au milieu de terrain" quand j'entendais:
"Vieira et Makélélé font un véritable travail de sape !"

a écrit : Si je ne dis pas de bêtises vis-à-vis des sapeurs-pompiers, il me semble qu’à l’époque, pour empêcher qu’un feu se propage, ils détruisaient les maisons alentour à leurs bases. Je crois d’ailleurs qu’une anecdote avait déjà été publiée sur ce sujet :) Exact, quand on a pas de Canadairs, de bouches à incendie et de camions-pompe, uniquement des seaux de flotte, c'était le seul moyen d'éteindre un incendie en ville devenu incontrôlable.

D'ailleurs ca se fait encore dans les zones naturelles, on allume des feux contrôlés pour priver l'incendie approchant de combustible, technique très courante en Amérique du nord, Australie, Sibérie où les zones sauvages sont immenses.

En France, on peut voir un peu partout des barrières "coupe-feu", c'est aussi un travail de sape, mais préventif.

Pour l'anecdote, le travail de sape en temps de guerre s'est répandu quand on a arrêté d'entourer les fortifications de douves remplies d'eau (qui sont devenues obsolètes ainsi que les hauts remparts avec la généralisation de l'artillerie à feu), douves qui avaient justement pour but d'empêcher l'ennemi de creuser jusque sous les remparts pour en saper les fondations et les faire s'effondrer sous leur propre poids.

a écrit : Exact, quand on a pas de Canadairs, de bouches à incendie et de camions-pompe, uniquement des seaux de flotte, c'était le seul moyen d'éteindre un incendie en ville devenu incontrôlable.

D'ailleurs ca se fait encore dans les zones naturelles, on allume des feux contrôlés pour priver l'i
ncendie approchant de combustible, technique très courante en Amérique du nord, Australie, Sibérie où les zones sauvages sont immenses.

En France, on peut voir un peu partout des barrières "coupe-feu", c'est aussi un travail de sape, mais préventif.

Pour l'anecdote, le travail de sape en temps de guerre s'est répandu quand on a arrêté d'entourer les fortifications de douves remplies d'eau (qui sont devenues obsolètes ainsi que les hauts remparts avec la généralisation de l'artillerie à feu), douves qui avaient justement pour but d'empêcher l'ennemi de creuser jusque sous les remparts pour en saper les fondations et les faire s'effondrer sous leur propre poids.
Afficher tout
Je trouve ton commentaire important car l’anecdote ne le dit pas. La sape existe depuis très longtemps, depuis que les fortifications existent et pas forcément besoin d’explosif.
La 1ère guerre mondiale c’est même les derniers exemples de sape. Ça n’est plus très utile aujourd’hui avec notre armement actuel.

J’ai réalisé il y a quelques années, un atelier « documentaire » photo avec une classe de CM2. Nous sommes allés à Leintrey, et avions photographié le front allemand et français plusieurs fois pendant quelques mois. C’est vraiment très impressionnant à voir. Avant cet atelier je n’avais même pas idée que ça existait pas si loin de chez moi. Les élèves non plus d’ailleurs. Ça nous avait bouleversé. D’un côté des tranchées, de l’autre des trous énormes et des restes d’obus un peu partout.
Dommage qu’on ne puisse pas mettre de photo en commentaire !

a écrit : J’ai réalisé il y a quelques années, un atelier « documentaire » photo avec une classe de CM2. Nous sommes allés à Leintrey, et avions photographié le front allemand et français plusieurs fois pendant quelques mois. C’est vraiment très impressionnant à voir. Avant cet atelier je n’avais même pas idée que ça existait pas si loin de chez moi. Les élèves non plus d’ailleurs. Ça nous avait bouleversé. D’un côté des tranchées, de l’autre des trous énormes et des restes d’obus un peu partout.
Dommage qu’on ne puisse pas mettre de photo en commentaire !
Afficher tout
Tu peux toujours les mettre sur un site hébergeur d'images et mettre le lien ici, j'aimerai bien voir ton travail

a écrit : Je trouve ton commentaire important car l’anecdote ne le dit pas. La sape existe depuis très longtemps, depuis que les fortifications existent et pas forcément besoin d’explosif.
La 1ère guerre mondiale c’est même les derniers exemples de sape. Ça n’est plus très utile aujourd’hui avec notre armement actuel.
C'est sur, d'ailleurs il est bien précisé que pendant la grande guerre, c'était pas très efficace malgré les moyens colossaux employés, sur une ligne de front, les forteresses n'étant pas vraiment efficaces, aucune, d'ailleurs, n'a fait le poids dans ce conflit, et encore moins pendant la seconde.

Les exemples de travail de sape militaire les plus incroyables ont eu lieu avec l'avènement des forteresses type Vauban, quasiment imprenables de manière classique, galeries de mines, galeries de contre-mines... sous ces forteresses, il y a encore de véritables labyrinthes souterrains relativement bien conservés, ca serait intéressant à visiter mais je ne sais pas si c'est possible.

La guerre a quelquechose de passionnant, c'est un peu triste mais bon, c'est historiquement intéressant, je trouve.

a écrit : J’ai réalisé il y a quelques années, un atelier « documentaire » photo avec une classe de CM2. Nous sommes allés à Leintrey, et avions photographié le front allemand et français plusieurs fois pendant quelques mois. C’est vraiment très impressionnant à voir. Avant cet atelier je n’avais même pas idée que ça existait pas si loin de chez moi. Les élèves non plus d’ailleurs. Ça nous avait bouleversé. D’un côté des tranchées, de l’autre des trous énormes et des restes d’obus un peu partout.
Dommage qu’on ne puisse pas mettre de photo en commentaire !
Afficher tout
Salut,
Assez dingue ton commentaire ! J’ai également participé minot à ce projet, c’est moi qui ai soumis l’anecdote suite à ce souvenir ! :)

a écrit : C'est ce que l'on appelle faire un vrai travail de sape ! Commentaire très original, bravo.

a écrit : On en voit quelques images de fiction dans la série Peaky Blinders. Ce fameux tommy shelby, j’ai aussi pensé à cela en essayant d’imaginer ce que ça devait être. Comment ressortir humain après de tels barbaries..

En forêt d'Argonne, on peut encore trouver des galeries souterraines creusées dans la roche. On appelle cela des sapes car elles ont été creusé à la pioche par les sapeurs de l'arme du génie.
En réalité, ce ne sont pas des sapes destinées à détruire les fortifications ennemies mais des restes d'abri souterrain utilisé en cas de bombardements.

Il est possible de les "visiter" mais c'est à vos risques et périls, les galeries ne sont pas stables et des obus non explosés sont présents dans la zone.

Il existe 3 types de sapes : galerie pour détruire les fortifications ennemis à l'explosif, galerie pour se protéger et attendre, galerie pour avancer dans le no mans land derrière les barbelés et charger depuis ce point.

Quelques photos :
ce.qui.demeure.pagesperso-orange.fr/pages2/page_1sapespag