Les structures vestigiales humaines ne servent plus à rien

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (54)

a écrit : Ce n'est pas le corps qui s'adapte à l'environnement mais les plus favorisés qui survivent mieux et davantage et se reproduisent entre eux. Oui bien sûr. Et dans le cas de mon exemple, les plus favorisé seront ceux avec une queue vestigiale plus développée. Il survivront mieux et transmettront leur queue aux générations futurs qui finiront par avoir la queue.

a écrit : Oui bien sûr. Et dans le cas de mon exemple, les plus favorisé seront ceux avec une queue vestigiale plus développée. Il survivront mieux et transmettront leur queue aux générations futurs qui finiront par avoir la queue. Désolé, j’ai pas pu m’en empêcher:
youtu.be/JAs4edeYUJY

a écrit : Juste sous ton nez, tu as une "pliure" ou une fossette plus exactement, celle où tu poses ton doigt pour dire "chut" à quelqu'un. On appelle cela le philtrum.

D'ailleurs, d'après la tradition juive et dans certaines légendes, cette marque serait celle d'un ange qui
pose son doigt sur notre bouche juste avant de naitre afin de nous faire oublier notre vie antérieure. On l'appelle donc également la marque de l'ange ou empreinte de l'ange. Afficher tout
Je crois qu il demandait surtout a quoi ça servait(enfin j avoue moi ça m intéresse mais au pire je vais chercher)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je crois qu il demandait surtout a quoi ça servait(enfin j avoue moi ça m intéresse mais au pire je vais chercher) Ah ok.
Alors c’est un vestige du museau animal.

a écrit : Je ne sais pas si je suis visé mais pour ma part (et celles des autres aussi je crois), j’ai très bien compris la théorie de l’évolution. En fait, beaucoup dont moi font le raccourci de finalité, c’est-à-dire, pour raccourcir les phrases, on utilise des verbes à finalité. Par exemple :
« Ses prédispositions vont
lui faciliter la tâche pour se réadapter » au lieu de « Les individus dont les prédispositions sont les plus importantes seront plus favorisés dans leur milieu, et donc se reproduiront plus et mourront moins, les individus résultants seront donc plus adaptés ».
C’est comme si en maths on dit « x deux », pour « x² (x au carré) », c’est faux mais on se comprend plus vite.
Afficher tout
C'est un peu l'erreur que faisait Lamarck, naturaliste français, bien avant que Darwin n'ébauche sa "théorie de lutte pour la vie": il pensait que le cou des girafes grandissaient de génération en génération afin d'atteindre les feuilles d’acacia alors, qu'en fait, celles avec un cou trop court ne pouvaient se nourrir, mourraient, et ne se reproduisaient donc plus. Erreur que corrigea Darwin (preuve qu'il avait lu les travaux du Français).

a écrit : Juste sous ton nez, tu as une "pliure" ou une fossette plus exactement, celle où tu poses ton doigt pour dire "chut" à quelqu'un. On appelle cela le philtrum.

D'ailleurs, d'après la tradition juive et dans certaines légendes, cette marque serait celle d'un ange qui
pose son doigt sur notre bouche juste avant de naitre afin de nous faire oublier notre vie antérieure. On l'appelle donc également la marque de l'ange ou empreinte de l'ange. Afficher tout
Cette pliure (ou cette gouttière) sous le nez est, selon Bernard Werber, "le Baiser de l'Ange" que celui-ci imprime sous le nez du nouveau-né pour marquer sa naissance ... et donc sa réincarnation.
Sources : sa trilogie "Le Cycle des Dieux" ("Nous les dieux", "Le souffle des dieux", "Le mystère des dieux").

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Cette pliure (ou cette gouttière) sous le nez est, selon Bernard Werber, "le Baiser de l'Ange" que celui-ci imprime sous le nez du nouveau-né pour marquer sa naissance ... et donc sa réincarnation.
Sources : sa trilogie "Le Cycle des Dieux" ("Nous les dieux", "Le souffle des dieux", "Le mystère des dieux").
Ce mythe ne vient pas de B. Werber mais du judaïsme. Du Talmud exactement.

a écrit : Cette pliure (ou cette gouttière) sous le nez est, selon Bernard Werber, "le Baiser de l'Ange" que celui-ci imprime sous le nez du nouveau-né pour marquer sa naissance ... et donc sa réincarnation.
Sources : sa trilogie "Le Cycle des Dieux" ("Nous les dieux", "Le souffle des dieux", "Le mystère des dieux").
Oui enfin Werber avec tout le respect que je lui dois n’a rien inventé du tout.

a écrit : Le problème c'est que l'évolution est en général relativement lente. Il faut plusieurs générations pour qu'un caractère qui EXISTE déjà soit transmis à une bonne partie de la population, alors pour un caractère qu'il faudrait développé... Plus vraisemblablement, en cas d'hiver nucléaire ou de n’importe qu'elle catastrophe qui modifierait radicalement notre environnement, soit on serait déjà adapté d'une manière ou d'une autre, soit on s'éteindrait (comme les autres animaux d'ailleurs). Et si on peut déjà survivre, bah il n'y aurait pas besoin d'avoir autre chose.
En tout cas, il est important de comprendre qu'on (les individus) ne DOIT pas évoluer, mais plutôt que les individus qui sont DÉJÀ adaptés vont survivre, transmettre leurs gênes et faire évoluer l'espèce.
A priori, même s'il y a l'épigénétique et donc des caractères qui ne se développent que dans certaines circonstances et sont, je pense, plus proche de ce que tu as en tête, ça demande quand même d'être régulièrement "utiliser" pour rester. Ça n'est pas le cas d'une structure vestigiale par définition, donc j'aurais tendance à dire que ça ne devrait pas trop aider, mais sans grande conviction. Éventuellement si on ne une pression de sélection assez faible ? Il faudrait voir ce qui a été fait sur des organismes qui se reproduisent rapidement, comme des mouches.
Afficher tout
@fssst Comme le dit notre ami ici, il faudrait en effet des milliers d’année de sélection naturelle pour faite ressortir exactement un caractère génétique (nos vestiges seront peut-être d’ici là tous effacés)

De plus, la capacité humaine à penser et organiser sa survie face à l’environnement fait que notre espèce contrecarre légèrement l’évolution : si le caractère n’est pas utile à notre survie, la sélection naturelle ne fera pas ressortir ce caractère plus qu’un autre.

...Et comme nous sommes aujourd’hui en mesure de modifier notre génome de manière intentionnelle et bientôt en usage commercial, Darwin lui-même ne sait pas où nous allons ;)

a écrit : Juste sous ton nez, tu as une "pliure" ou une fossette plus exactement, celle où tu poses ton doigt pour dire "chut" à quelqu'un. On appelle cela le philtrum.

D'ailleurs, d'après la tradition juive et dans certaines légendes, cette marque serait celle d'un ange qui
pose son doigt sur notre bouche juste avant de naitre afin de nous faire oublier notre vie antérieure. On l'appelle donc également la marque de l'ange ou empreinte de l'ange. Afficher tout
Pour en rajouter sur ton commentaire, le mythe indien raconte que les enfants naissant avec une fente labiale (que certain appelle péjorativement "bec de lievre") détiennent tous les secrets du monde. Car à l encontre du mythe européen, les indiens pensent que les enfants détiennent tout le savoir du monde et quand ils naissent, ne pouvant mettre le doigt sur leur bouche, les anges leur laissent le savoir du monde...

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : ...le tubercule de Darwyn (vestige d'une articulation pour rabattre les oreilles), fistule préauculaire (le petit trou aux oreilles que certains ont, défaut de fusion du premier arc branchial), l'appendice (servait à l'origine à digérer les végétaux crues), les poils, muscles horripilateur (dressent vos poils pour vous réchauffer ou "gonfler" quand vous avez peur), mamelons supplémentaires... Afficher tout Je me demande à quoi servent les mamelons supplémentaires ! J'en ai toujours eu trois, et, pendant ma grossesse, un quatrième (qui était à la base une petite tache noire) a poussé symétriquement au troisième...

Posté le

android

(1)

Répondre

En opposé des structures vestigiales, il y a également les organes qui "apparaissent" ou réapparaissent, et je veux citer le "fabella" ou "fabela".
Il s'agit d'un petit os situé à la partie postérieure du genou, et dont on est actuellement en train de mesurer un pourcentage bien plus important au sein de la population actuelle, qu'il n'y a un siècle: jusqu'à 39% en 2018, contre seulement 11% en 1918.
La Science ne détermine pas exactement son rôle et utilité, mais met en relation cette spectaculaire augmentation de présence, à notre alimentation plus variée et abondante, ayant entraîné une modification de la taille moyenne humaine, et donc des contraintes mécaniques.
Le cas de présence du fabella, semble assez notable dans la population Sud-coréenne, pays où les femmes ont gagné pas moins de 20,1 centimètres de stature moyenne en un siècle, à la paire d'être un pays ayant passé d'une économie de subsistance à celle d'un pays développé de haute technologie.

En matière d'Evolution humaine, tout ne peut pas être attribué au seul fruit du hasard et de la sélection génétique. J'en veux pour exemple, la mesure de l'épaisseur du fémur, mise en relation avec les premiers moments de la domestication du cheval en tant que monture.
Il en est de même pour la modification du coude, apparaissant avec les premiers archers.

Il est également intéressant de parler de toutes les particularités anatomiques apportée par l'Homme de Néandertal, et qui, même s'il est aujourd'hui disparu en tant qu'espèce, est encore présent à hauteur de 2%, dans la majorité de la population mondiale.
La peau plutôt claire des populations d'origine Euro-Asiatique, n'est, par exemple, qu'un vestige d'une caractéristique anatomique que l'Homme de Néandertal a patiemment acquis sur des dizaines de générations, et que le Sapiens a également pu acquérir par un raccourci génétique : le métissage.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : On peut aussi citer le coccyx (vestige de la queue, donc), le vomer (un os du nez qui servait à la réception des phéromones), le muscle long palmaire (qui servait à marcher à 4 pattes, on peut le sentir ou le voir sous la peau de l'avant-bras), le tendon plantaire grêle dans la jambe... D’ailleurs le long palmaire a disparu chez une partie de la population, moi même je ne l’ai que sur un seul bras

a écrit : Je me demande à quoi servent les mamelons supplémentaires ! J'en ai toujours eu trois, et, pendant ma grossesse, un quatrième (qui était à la base une petite tache noire) a poussé symétriquement au troisième... J'aurais tendance a dire qu'a l'origine nous avions probablement plusieurs mamelles (6) comme plusieurs mammifères (ex: un chat). L'evolution en a éliminer puisque non nécessaire. La majorité ayant 1 enfant ou 2 (jumeaux). Je doute que beaucoup de mère de triplé est survécue a cette époque.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Le problème c'est que l'évolution est en général relativement lente. Il faut plusieurs générations pour qu'un caractère qui EXISTE déjà soit transmis à une bonne partie de la population, alors pour un caractère qu'il faudrait développé... Plus vraisemblablement, en cas d'hiver nucléaire ou de n’importe qu'elle catastrophe qui modifierait radicalement notre environnement, soit on serait déjà adapté d'une manière ou d'une autre, soit on s'éteindrait (comme les autres animaux d'ailleurs). Et si on peut déjà survivre, bah il n'y aurait pas besoin d'avoir autre chose.
En tout cas, il est important de comprendre qu'on (les individus) ne DOIT pas évoluer, mais plutôt que les individus qui sont DÉJÀ adaptés vont survivre, transmettre leurs gênes et faire évoluer l'espèce.
A priori, même s'il y a l'épigénétique et donc des caractères qui ne se développent que dans certaines circonstances et sont, je pense, plus proche de ce que tu as en tête, ça demande quand même d'être régulièrement "utiliser" pour rester. Ça n'est pas le cas d'une structure vestigiale par définition, donc j'aurais tendance à dire que ça ne devrait pas trop aider, mais sans grande conviction. Éventuellement si on ne une pression de sélection assez faible ? Il faudrait voir ce qui a été fait sur des organismes qui se reproduisent rapidement, comme des mouches.
Afficher tout
Merci pour cette réponse mais je connais les procédés de l'évolution. C'est pour ça que j'ai parlé à l'échelle de l'espèce. Et c'est pour ça que j'ai précisé que mon exemple avait juste vocation à illustrer mon propos sans considération pour l'échelle de temps ou la plausibilité.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Tu peux lire cet article, ça te donnera un début de piste : fr.m.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Dollo

En gros, un organe ou un caractère perdu au cours de l'évolution peut revenir au gré des mutations, mais ça reste hautement improbable. Il y a tout de même des cas répertoriés.

Puisqu&
#039;il faut satisfaire tout le monde, notamment les créationnistes, je n'ai pas trouvé d'exemple dans les livres saints, désolé ;) Afficher tout
Tres intéressant cet article !
Je ne sais cependant pas si ça s'applique à mon cas. Puisque dans le cas d'une structure vestigiale, la caractéristique existe encore, elle est juste inutile. Elle n'a pas encore disparue même si il est probable qu'elle le fasse à l'avenir. Pour reprendre l'exemple, les gènes pour faire une queue sont encore existant en nous, c'est l'expression des gènes qui change et qui petit a petit, par sélection (car mine de rien faire pousser une queue pompe des ressources), amène la queue (à l'échelle de l'espèce) vers une total disparition.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Cette pliure (ou cette gouttière) sous le nez est, selon Bernard Werber, "le Baiser de l'Ange" que celui-ci imprime sous le nez du nouveau-né pour marquer sa naissance ... et donc sa réincarnation.
Sources : sa trilogie "Le Cycle des Dieux" ("Nous les dieux", "Le souffle des dieux", "Le mystère des dieux").
En fait, je crois que ca sert, servait, à l'écoulement des morvines... bweuark! Désolé de casser un si beau mythe.^^
J'ai pas de sources donc si j'ai tord, n'hésitez pas.

D'ailleurs, la barbe, ca sert a quoi a part nous faire acheter des tondeuses aujourd'hui? (a la base c'est une protection contre les éléments mais aujourd'hui, ils me cassent les pieds ces poils^^)
Il me semble que les amérindiens et les africains noirs n'en n'ont pas, où très peu, si je ne m'abuse...

a écrit : Oui enfin Werber avec tout le respect que je lui dois n’a rien inventé du tout. A part des histoires, effectivement... :)

a écrit : Je me demande à quoi servent les mamelons supplémentaires ! J'en ai toujours eu trois, et, pendant ma grossesse, un quatrième (qui était à la base une petite tache noire) a poussé symétriquement au troisième... La plupart des mammifères en ont plusieurs, ca s'est probablement effacé car les singes, surtout les grands, font relativement peu d'enfants, mais effectivement, c'est encore là.

Oups, devancé.

a écrit : En fait, je crois que ca sert, servait, à l'écoulement des morvines... bweuark! Désolé de casser un si beau mythe.^^
J'ai pas de sources donc si j'ai tord, n'hésitez pas.

D'ailleurs, la barbe, ca sert a quoi a part nous faire acheter des tondeuses aujourd'hui? (a la base
c'est une protection contre les éléments mais aujourd'hui, ils me cassent les pieds ces poils^^)
Il me semble que les amérindiens et les africains noirs n'en n'ont pas, où très peu, si je ne m'abuse...
Afficher tout
La barbe est un des héritages génétiques de l'Homme de Néandertal, et que le Sapiens a obtenu par métissage.
La barbe, chez le Néandertal avait une fonction protectrice, tant contre le froid comme contre les coups de soleil. Cette fonction était très importante, car la peau claire est très sensible aux excès du soleil, fusse par réverbération de la lumière sur les zones enneigées.
Il semble d'ailleurs qu'au sein des populations Néandertal, les roux étaient prédominants.

Posté le

android

(1)

Répondre