En Italie, on remplace le beurre par du vin

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

a écrit : Je croyais que l’expression exhaustive était «  on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière »
Un sourire étant toujours force de promesse, personnellement, c’est ce dernier point qui m’a toujours intrigué ... ou fait rêver :-)
Il me semble que les espagnols en ont également une dans le même genre, ou quasi similaire ?

Sinon cet ajout (la crémière) n'est vraisemblablement pas d'origine, il a été ajouté comme variante, mêlant un brin d'érotisme à l'expression.
"L'argent du beurre" est une expression populaire paysanne datant du XIXème siècle, qui a eu plusieurs variantes un peu moins connues de nos jours : "on ne peut pas avoir le lard et le cochon", ainsi que "on ne peut ménager la chèvre et le choux" (celle-ci est mignonne).

Et en petit complètement, admirons la finesse et subtilité de nos amis russes qui, pour l'équivalent familier de cette expression, utilisent "on ne peut pas et manger le poisson et se faire ba*ser", ainsi que de nombreuses variantes que je ne nommerais pas ici...

Posté le

android

(44)

Répondre

a écrit : La traduction proposée en Espagnol par Babbel, ne me semble pas être la meilleure.
La phrase "no se puede estar en misa y repicando", résume bien mieux l'expression Française " ne pas pouvoir être ( à la fois) au four et au moulin", que "le beurre et l'argent du beurre".


Une bien meilleure traduction en espagnol, regroupant la notion de garder la possession du bien et en obtenir son d'argent serait:
"Tener el oro y el moro" ( Avoir/obtenir l'or et le Maure),
Cette expression se décline parfois par l'emploi des verbes: "prometer" (promettre), "querer" (vouloir)
ou encore:
"pedir" ( demander/exiger).

L'origine de cette expression remonte au début du 15eme siècle, durant l'époque de la Reconquista.
Des chevaliers Chrétiens de Jerez, firent prisonniers au chef Musulman Abdallah de Ronda ( près de Malaga), à son neveu Hamet et à une cinquantaine d'autres hommes.
Une forte rançon fut payée, mais seul le chef Musulman fut libéré, exigeant une autre somme d'argent pour les autres, au motif de frais de manutention.
Le roi Juan ll de Castille eut vent de ces faits, ordonna la libération des cinquante hommes, et exigea le transfert du neveu Hamet à ses côtés.
Les Andalous crurent que le roi cherchait à avoir le "Moro" près de lui, pour ensuite réclamer une rançon à son profit.
www.muyinteresante.es/cultura/arte-cultura/articulo/ipor-que-se-dice-prometer-el-oro-y-el-moro
Afficher tout
Très intéressant !

Pour ceux qui ne le savaient pas, les Maures sont les habitants de la « Maurétanie », l’ancien nom de l’actuel Maghreb en Europe. La péninsule ibérique a été conquise par des Maures et Arabes musulmans. Les habitants musulmans de la péninsule (Arabes, Maures ou autochtones convertis) on tous été appelés Maures par extension.

Petit à petit, le territoire « Maurétanie » s’est déplacé vers le sud-ouest, et a donné la Mauritanie contemporaine.

Posté le

android

(42)

Répondre


Tous les commentaires (17)

En d'autres termes la culture italienne est 'patriarcale'? Si tu veux qu'elle soit contente de vivre avec toi et aie envie de te faire des trucs il faut pas être radasse. Alors que nous c'est une culture plus axée sur la bouffe. Ok ok je délire..

Je croyais que l’expression exhaustive était «  on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière »
Un sourire étant toujours force de promesse, personnellement, c’est ce dernier point qui m’a toujours intrigué ... ou fait rêver :-)

Sauf si sa femme ressemble a un tonneau ?
Allez promis j arrête de commenter. Je sors.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je croyais que l’expression exhaustive était «  on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière »
Un sourire étant toujours force de promesse, personnellement, c’est ce dernier point qui m’a toujours intrigué ... ou fait rêver :-)
Il me semble que les espagnols en ont également une dans le même genre, ou quasi similaire ?

Sinon cet ajout (la crémière) n'est vraisemblablement pas d'origine, il a été ajouté comme variante, mêlant un brin d'érotisme à l'expression.
"L'argent du beurre" est une expression populaire paysanne datant du XIXème siècle, qui a eu plusieurs variantes un peu moins connues de nos jours : "on ne peut pas avoir le lard et le cochon", ainsi que "on ne peut ménager la chèvre et le choux" (celle-ci est mignonne).

Et en petit complètement, admirons la finesse et subtilité de nos amis russes qui, pour l'équivalent familier de cette expression, utilisent "on ne peut pas et manger le poisson et se faire ba*ser", ainsi que de nombreuses variantes que je ne nommerais pas ici...

Posté le

android

(44)

Répondre

On parle d expressions idiomatiques ou idiotismes.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : On parle d expressions idiomatiques ou idiotismes. Et ça n’a rien à voir avec quelque chose d’idiot d’ailleurs.

La traduction proposée en Espagnol par Babbel, ne me semble pas être la meilleure.
La phrase "no se puede estar en misa y repicando", résume bien mieux l'expression Française " ne pas pouvoir être ( à la fois) au four et au moulin", que "le beurre et l'argent du beurre".

Une bien meilleure traduction en espagnol, regroupant la notion de garder la possession du bien et en obtenir son d'argent serait:
"Tener el oro y el moro" ( Avoir/obtenir l'or et le Maure),
Cette expression se décline parfois par l'emploi des verbes: "prometer" (promettre), "querer" (vouloir)
ou encore:
"pedir" ( demander/exiger).

L'origine de cette expression remonte au début du 15eme siècle, durant l'époque de la Reconquista.
Des chevaliers Chrétiens de Jerez, firent prisonniers au chef Musulman Abdallah de Ronda ( près de Malaga), à son neveu Hamet et à une cinquantaine d'autres hommes.
Une forte rançon fut payée, mais seul le chef Musulman fut libéré, exigeant une autre somme d'argent pour les autres, au motif de frais de manutention.
Le roi Juan ll de Castille eut vent de ces faits, ordonna la libération des cinquante hommes, et exigea le transfert du neveu Hamet à ses côtés.
Les Andalous crurent que le roi cherchait à avoir le "Moro" près de lui, pour ensuite réclamer une rançon à son profit.
www.muyinteresante.es/cultura/arte-cultura/articulo/ipor-que-se-dice-prometer-el-oro-y-el-moro

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : La traduction proposée en Espagnol par Babbel, ne me semble pas être la meilleure.
La phrase "no se puede estar en misa y repicando", résume bien mieux l'expression Française " ne pas pouvoir être ( à la fois) au four et au moulin", que "le beurre et l'argent du beurre".


Une bien meilleure traduction en espagnol, regroupant la notion de garder la possession du bien et en obtenir son d'argent serait:
"Tener el oro y el moro" ( Avoir/obtenir l'or et le Maure),
Cette expression se décline parfois par l'emploi des verbes: "prometer" (promettre), "querer" (vouloir)
ou encore:
"pedir" ( demander/exiger).

L'origine de cette expression remonte au début du 15eme siècle, durant l'époque de la Reconquista.
Des chevaliers Chrétiens de Jerez, firent prisonniers au chef Musulman Abdallah de Ronda ( près de Malaga), à son neveu Hamet et à une cinquantaine d'autres hommes.
Une forte rançon fut payée, mais seul le chef Musulman fut libéré, exigeant une autre somme d'argent pour les autres, au motif de frais de manutention.
Le roi Juan ll de Castille eut vent de ces faits, ordonna la libération des cinquante hommes, et exigea le transfert du neveu Hamet à ses côtés.
Les Andalous crurent que le roi cherchait à avoir le "Moro" près de lui, pour ensuite réclamer une rançon à son profit.
www.muyinteresante.es/cultura/arte-cultura/articulo/ipor-que-se-dice-prometer-el-oro-y-el-moro
Afficher tout
Très intéressant !

Pour ceux qui ne le savaient pas, les Maures sont les habitants de la « Maurétanie », l’ancien nom de l’actuel Maghreb en Europe. La péninsule ibérique a été conquise par des Maures et Arabes musulmans. Les habitants musulmans de la péninsule (Arabes, Maures ou autochtones convertis) on tous été appelés Maures par extension.

Petit à petit, le territoire « Maurétanie » s’est déplacé vers le sud-ouest, et a donné la Mauritanie contemporaine.

Posté le

android

(42)

Répondre

a écrit : Très intéressant !

Pour ceux qui ne le savaient pas, les Maures sont les habitants de la « Maurétanie », l’ancien nom de l’actuel Maghreb en Europe. La péninsule ibérique a été conquise par des Maures et Arabes musulmans. Les habitants musulmans de la péninsule (Arabes, Maures ou autochtones convertis) on
tous été appelés Maures par extension.

Petit à petit, le territoire « Maurétanie » s’est déplacé vers le sud-ouest, et a donné la Mauritanie contemporaine.
Afficher tout
Et en complément, on rajoutera que pendant que Charles Martel gagnait la bataille de Poitiers, les Maures s'installaient durablement dans le sud-est de la France (d'aujourd'hui) , d'où la côte des Maures (Cavalaire, St Tropez et environ) et le "blason" corse
Les Francs mettrons plusieurs dizaines d'années pour les chasser de ces territoires

a écrit : Je croyais que l’expression exhaustive était «  on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière »
Un sourire étant toujours force de promesse, personnellement, c’est ce dernier point qui m’a toujours intrigué ... ou fait rêver :-)
Moi je la connais surtout avec le c*l de la crémière...on s'en fiche de son sourire ! Mais c'est juste un ajout, me semble-t-il.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Et en complément, on rajoutera que pendant que Charles Martel gagnait la bataille de Poitiers, les Maures s'installaient durablement dans le sud-est de la France (d'aujourd'hui) , d'où la côte des Maures (Cavalaire, St Tropez et environ) et le "blason" corse
Les Francs mettrons plu
sieurs dizaines d'années pour les chasser de ces territoires Afficher tout
Je me demandais justement si les musulmans avaient laissé une trace durable en France. Merci pour ce complément de complément de complément de complément :)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Très intéressant !

Pour ceux qui ne le savaient pas, les Maures sont les habitants de la « Maurétanie », l’ancien nom de l’actuel Maghreb en Europe. La péninsule ibérique a été conquise par des Maures et Arabes musulmans. Les habitants musulmans de la péninsule (Arabes, Maures ou autochtones convertis) on
tous été appelés Maures par extension.

Petit à petit, le territoire « Maurétanie » s’est déplacé vers le sud-ouest, et a donné la Mauritanie contemporaine.
Afficher tout
Encore actuellement, le mot "Moro" (ou Mora au féminin) est employé pour désigner les personnes originaires du Maghreb, voire même ceux/celles originaires du Proche ou Moyen-Orient.

Il est assez rare d'entendre un hispanophone employer le mot "Magrebí" (Maghrébin), mais par contre, celui de "Marroquí" ( Marocain), peut être employé comme un synonyme du premier, indépendamment de la nationalité inscrite sur le passeport.

Postérieurement à la fin de la Reconquista et des expulsions ( plus ou moins partielles) et conversions des personnes de confession Musulmane, ceux qui restèrent dans la Péninsule, furent appelés "Moriscos".
Quant aux personnes de confession Juive, elles furent appelées de forme très péjorative "Marrano", qui n'est autre que synonyme de "cochon". Aujourd'hui encore qualifier une personne de par ce nom est insultant.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Je me demandais justement si les musulmans avaient laissé une trace durable en France. Merci pour ce complément de complément de complément de complément :) En complément de complément....
fr.m.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9sence_sarrasine_au_nord_des_Pyr%C3%A9n%C3%A9es

Je serai d'ailleurs curieux de savoir s'il y a une relation étymologique avec la pseudo-céréale, nommée "farine de sarrasin" ou encore de "blé noir", chère aux crêpes salées Bretonnes.
.... Ou encore pourquoi "Mora" designe également le fruit de la ronce, en Espagnol.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : En complément de complément....
fr.m.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9sence_sarrasine_au_nord_des_Pyr%C3%A9n%C3%A9es

Je serai d'ailleurs curieux de savoir s'il y a une relation étymologique avec la pseudo-céréale, nommée "farine de sarrasin" ou encore de "blé noir"
;, chère aux crêpes salées Bretonnes.
.... Ou encore pourquoi "Mora" designe également le fruit de la ronce, en Espagnol.
Afficher tout
Tu as aiguisé ma curiosité :
– « L'emploi du terme ‹sarrasin› pour désigner la graine de pseudo-céréale Fagopyrum esculentum vient dit-on, outre de l'origine de la pseudo-céréale (tout ce qui vient d'Orient est qualifié de ‹sarrasin› au Moyen-Âge), de la couleur de la graine que l'on comparait au teint des Sarrasins [d’où l’autre appelation de ‹blé noir›]. » ;
– « fruit de la ronce » = « mûre », du latin « mora » qui signifie « délai, retard... » et qui a donné « murir » en français, donc rien à voir avec les Maures.

Posté le

android

(7)

Répondre

On peut avoir son tonneau plein si elle la re-remplie d'eau !

Posté le

android

(0)

Répondre