Mussolini fut instituteur

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

La dernière phrase de l'anecdote, pourrait porter à confusion.
Mussolini est revenu en Italie, suite à une amnistie qui supprimait sa condamnation à une année de prison, pour ne pas avoir effectué son service militaire. Service qu'il effectuera d'ailleurs ultérieurement, pour une période de deux ans, à Vérone.


De tout, un peu.
Quelques autres anecdotes et curiosités à propos de Benito Mussolini.

Plusieurs documents attestent que Mussolini fut, en 1917 et 1918, à la solde du MI5, les Services Secrets Britanniques, pour un salaire hebdomadaire de 100 livres sterling. Pour une personne qui avait des idées de Gauche quand il se lança en Politique, ce salaire était plus que généreux, car il représenterait aujourd'hui, un revenu de 6400 €uros, chaque semaine.

Margheritta Sarfatti était une de ses amantes. C'était une écrivaine issue d'une riche famille Juive Vénitienne. Elle écrivit la biographie de Mussolini, livre qui deviendra un succès commercial international, traduit dans de nombreuses langues, dont le Turc ou le Japonais.
Quand les Lois Antisémites apparurent en Italie en 1938, elle abandonnera son pays et son amant, pour vivre en Argentine et en Uruguay.
Sa sœur fut malheureusement arrêtée, déportée et assassinée à Auschwitz.

Alors que l'idéologie Fasciste Italienne prônait les valeurs de la famille traditionnelle, Mussolini était un véritable coureur de jupons qui n'hésitait pas a tromper et sa femme, Ida Dasler, et son amante. On lui prête d'avoir fait détruire les registres de mariage religieux de sa première femme (Ida), et l'acte de naissance de son premier fils, Benito Albino. Toujours est-il que quand il accède au Pouvoir, il fait interner Ida dans un asile, où elle décédera. Son fils Benito suivra le même chemin.

Rachelle Guido fut sa femme officielle. Elle était tout aussi infidèle que son mari. Mari qui était appelé "Il duce" par ses admirateurs... Et "il cornuto" par ses détracteurs.

Mussolini fut fusillé par les Partisans, le 28 avril 1945. Il était alors accompagné par son amante du moment, Clara Petacci. Clara fournissait Mussolini d'un médicament appelé Hormovin, produit par un laboratoire pharmaceutique Allemand. Le Hormovin est considéré comme le précurseur de l'actuel Viagra.
Elle, 29 ans plus jeune que Mussolini, coucha un millier de pages d'écriture, contant la vie publique, privée et intime du Duce, narrant jusqu'à sa brutalité, ses manies et ses vices sexuels.

Adolf Hitler et Eva Braun furent informés de la mort violente de Mussolini et de Clara Petacci.
Deux jours plus tard, le Leader nazi et son amante, se suicident.

Mussolini était un fanfaron, un bouffon, un histrionique, qui théâtralisait sa vie et ses actes publics.
De petite taille et obèse, il voulait donner une apparence autre, portant des bottes à haut-talons et des excentriques chapeaux ou couvre chef.
Durant ses discours, il faisait usage d'une gestuelle et de mimiques remplies de furie guerrière, mais interprété par un mauvais acteur de la Comedia del Arte.... Tout comme le petit moustachu de Berlin.

Posté le

android

(84)

Répondre

Commentaire supprimé Oui ! Il est issu d’une famille communiste, c’est lui-même un syndicaliste notoire, révolutionnaire, favorable à la dictature du prolétariat, ses très nombreuses actions sur le terrain toujours en opposition aux « patrons » font de lui un communiste convaincu. Il est d’ailleurs premièrement connu pour l’agitation qu’il causait. Il refuse le courant socialiste qui voudrait réformer en faveur des ouvriers et préfère la révolution, il formera alors une milice pour renverser le capitalisme. À l’entrée en guerre de l’Italie il sera en désaccord avec son parti qui préconisait la non-intervention. Il rejoindra alors les faisceaux (ultra-gauche favorable à la guerre). Déçu que la guerre ne mène pas à la révolte sociale qu’il attendait, son positionnement politique change un peu, gardant les idées de l’ultra-étatisme, de mettre fin à la religion, mais avec une dimension toute autre sur la nation italienne. Complètement balayé aux élections, le parti deviendra un parti de droite, passant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite (qui sont en réalité bien plus proches qu’on ne veut le dire). Son programme passe à une volonté extrême d’imposer l’ordre, et ensuite il prendra le pouvoir. Une fois au commande de l’Italie c’est bien un programme d’extrême-droite tourné vers l’ordre, l’armée, la gloire de l’Italie (en faisant souvent référence à l’Empire Romain) qui sera appliqué et non un programme communiste (l’ordre est préféré à la révolution donc le droit de grève est supprimé par lui qui en avait tant fait usage par exemple). Donc Mussolini communiste évidemment ! Son régime non ! (Mais on se doit de condamner si bien l'application fasciste que les racines communistes ayant mené à la dictature en Italie)

a écrit : Merci pour la première partie de ton commentaire. Elle est tout autant intéressante et agréable à lire.

Cependant, la fin de mon commentaire, ( les deux derniers paragraphes) ne sont pas de moi, mais une traduction - certes réduite - d' un article de l'excellent auteur Alfredo Serra.
/> Quant à Karine, si tu savais combien je "m'en bat les coui**es"... Afficher tout
Et Epoxy craqua


Tous les commentaires (33)

La dernière phrase de l'anecdote, pourrait porter à confusion.
Mussolini est revenu en Italie, suite à une amnistie qui supprimait sa condamnation à une année de prison, pour ne pas avoir effectué son service militaire. Service qu'il effectuera d'ailleurs ultérieurement, pour une période de deux ans, à Vérone.


De tout, un peu.
Quelques autres anecdotes et curiosités à propos de Benito Mussolini.

Plusieurs documents attestent que Mussolini fut, en 1917 et 1918, à la solde du MI5, les Services Secrets Britanniques, pour un salaire hebdomadaire de 100 livres sterling. Pour une personne qui avait des idées de Gauche quand il se lança en Politique, ce salaire était plus que généreux, car il représenterait aujourd'hui, un revenu de 6400 €uros, chaque semaine.

Margheritta Sarfatti était une de ses amantes. C'était une écrivaine issue d'une riche famille Juive Vénitienne. Elle écrivit la biographie de Mussolini, livre qui deviendra un succès commercial international, traduit dans de nombreuses langues, dont le Turc ou le Japonais.
Quand les Lois Antisémites apparurent en Italie en 1938, elle abandonnera son pays et son amant, pour vivre en Argentine et en Uruguay.
Sa sœur fut malheureusement arrêtée, déportée et assassinée à Auschwitz.

Alors que l'idéologie Fasciste Italienne prônait les valeurs de la famille traditionnelle, Mussolini était un véritable coureur de jupons qui n'hésitait pas a tromper et sa femme, Ida Dasler, et son amante. On lui prête d'avoir fait détruire les registres de mariage religieux de sa première femme (Ida), et l'acte de naissance de son premier fils, Benito Albino. Toujours est-il que quand il accède au Pouvoir, il fait interner Ida dans un asile, où elle décédera. Son fils Benito suivra le même chemin.

Rachelle Guido fut sa femme officielle. Elle était tout aussi infidèle que son mari. Mari qui était appelé "Il duce" par ses admirateurs... Et "il cornuto" par ses détracteurs.

Mussolini fut fusillé par les Partisans, le 28 avril 1945. Il était alors accompagné par son amante du moment, Clara Petacci. Clara fournissait Mussolini d'un médicament appelé Hormovin, produit par un laboratoire pharmaceutique Allemand. Le Hormovin est considéré comme le précurseur de l'actuel Viagra.
Elle, 29 ans plus jeune que Mussolini, coucha un millier de pages d'écriture, contant la vie publique, privée et intime du Duce, narrant jusqu'à sa brutalité, ses manies et ses vices sexuels.

Adolf Hitler et Eva Braun furent informés de la mort violente de Mussolini et de Clara Petacci.
Deux jours plus tard, le Leader nazi et son amante, se suicident.

Mussolini était un fanfaron, un bouffon, un histrionique, qui théâtralisait sa vie et ses actes publics.
De petite taille et obèse, il voulait donner une apparence autre, portant des bottes à haut-talons et des excentriques chapeaux ou couvre chef.
Durant ses discours, il faisait usage d'une gestuelle et de mimiques remplies de furie guerrière, mais interprété par un mauvais acteur de la Comedia del Arte.... Tout comme le petit moustachu de Berlin.

Posté le

android

(84)

Répondre

Commentaire supprimé Oui ! Il est issu d’une famille communiste, c’est lui-même un syndicaliste notoire, révolutionnaire, favorable à la dictature du prolétariat, ses très nombreuses actions sur le terrain toujours en opposition aux « patrons » font de lui un communiste convaincu. Il est d’ailleurs premièrement connu pour l’agitation qu’il causait. Il refuse le courant socialiste qui voudrait réformer en faveur des ouvriers et préfère la révolution, il formera alors une milice pour renverser le capitalisme. À l’entrée en guerre de l’Italie il sera en désaccord avec son parti qui préconisait la non-intervention. Il rejoindra alors les faisceaux (ultra-gauche favorable à la guerre). Déçu que la guerre ne mène pas à la révolte sociale qu’il attendait, son positionnement politique change un peu, gardant les idées de l’ultra-étatisme, de mettre fin à la religion, mais avec une dimension toute autre sur la nation italienne. Complètement balayé aux élections, le parti deviendra un parti de droite, passant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite (qui sont en réalité bien plus proches qu’on ne veut le dire). Son programme passe à une volonté extrême d’imposer l’ordre, et ensuite il prendra le pouvoir. Une fois au commande de l’Italie c’est bien un programme d’extrême-droite tourné vers l’ordre, l’armée, la gloire de l’Italie (en faisant souvent référence à l’Empire Romain) qui sera appliqué et non un programme communiste (l’ordre est préféré à la révolution donc le droit de grève est supprimé par lui qui en avait tant fait usage par exemple). Donc Mussolini communiste évidemment ! Son régime non ! (Mais on se doit de condamner si bien l'application fasciste que les racines communistes ayant mené à la dictature en Italie)

a écrit : La dernière phrase de l'anecdote, pourrait porter à confusion.
Mussolini est revenu en Italie, suite à une amnistie qui supprimait sa condamnation à une année de prison, pour ne pas avoir effectué son service militaire. Service qu'il effectuera d'ailleurs ultérieurement, pour une période de deux
ans, à Vérone.


De tout, un peu.
Quelques autres anecdotes et curiosités à propos de Benito Mussolini.

Plusieurs documents attestent que Mussolini fut, en 1917 et 1918, à la solde du MI5, les Services Secrets Britanniques, pour un salaire hebdomadaire de 100 livres sterling. Pour une personne qui avait des idées de Gauche quand il se lança en Politique, ce salaire était plus que généreux, car il représenterait aujourd'hui, un revenu de 6400 €uros, chaque semaine.

Margheritta Sarfatti était une de ses amantes. C'était une écrivaine issue d'une riche famille Juive Vénitienne. Elle écrivit la biographie de Mussolini, livre qui deviendra un succès commercial international, traduit dans de nombreuses langues, dont le Turc ou le Japonais.
Quand les Lois Antisémites apparurent en Italie en 1938, elle abandonnera son pays et son amant, pour vivre en Argentine et en Uruguay.
Sa sœur fut malheureusement arrêtée, déportée et assassinée à Auschwitz.

Alors que l'idéologie Fasciste Italienne prônait les valeurs de la famille traditionnelle, Mussolini était un véritable coureur de jupons qui n'hésitait pas a tromper et sa femme, Ida Dasler, et son amante. On lui prête d'avoir fait détruire les registres de mariage religieux de sa première femme (Ida), et l'acte de naissance de son premier fils, Benito Albino. Toujours est-il que quand il accède au Pouvoir, il fait interner Ida dans un asile, où elle décédera. Son fils Benito suivra le même chemin.

Rachelle Guido fut sa femme officielle. Elle était tout aussi infidèle que son mari. Mari qui était appelé "Il duce" par ses admirateurs... Et "il cornuto" par ses détracteurs.

Mussolini fut fusillé par les Partisans, le 28 avril 1945. Il était alors accompagné par son amante du moment, Clara Petacci. Clara fournissait Mussolini d'un médicament appelé Hormovin, produit par un laboratoire pharmaceutique Allemand. Le Hormovin est considéré comme le précurseur de l'actuel Viagra.
Elle, 29 ans plus jeune que Mussolini, coucha un millier de pages d'écriture, contant la vie publique, privée et intime du Duce, narrant jusqu'à sa brutalité, ses manies et ses vices sexuels.

Adolf Hitler et Eva Braun furent informés de la mort violente de Mussolini et de Clara Petacci.
Deux jours plus tard, le Leader nazi et son amante, se suicident.

Mussolini était un fanfaron, un bouffon, un histrionique, qui théâtralisait sa vie et ses actes publics.
De petite taille et obèse, il voulait donner une apparence autre, portant des bottes à haut-talons et des excentriques chapeaux ou couvre chef.
Durant ses discours, il faisait usage d'une gestuelle et de mimiques remplies de furie guerrière, mais interprété par un mauvais acteur de la Comedia del Arte.... Tout comme le petit moustachu de Berlin.
Afficher tout
C'est dommage, ton commentaire est intéressant et agréable à lire, jusqu'à ton jugement personnel et réducteur final qui te rapproche un peu plus de Karine.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est dommage, ton commentaire est intéressant et agréable à lire, jusqu'à ton jugement personnel et réducteur final qui te rapproche un peu plus de Karine. Merci pour la première partie de ton commentaire. Elle est tout autant intéressante et agréable à lire.

Cependant, la fin de mon commentaire, ( les deux derniers paragraphes) ne sont pas de moi, mais une traduction - certes réduite - d' un article de l'excellent auteur Alfredo Serra.

Quant à Karine, si tu savais combien je "m'en bat les coui**es"...

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Merci pour la première partie de ton commentaire. Elle est tout autant intéressante et agréable à lire.

Cependant, la fin de mon commentaire, ( les deux derniers paragraphes) ne sont pas de moi, mais une traduction - certes réduite - d' un article de l'excellent auteur Alfredo Serra.
/> Quant à Karine, si tu savais combien je "m'en bat les coui**es"... Afficher tout
Et Epoxy craqua

A savoir que c’est en grande partie grâce à l’Église catholique que Mussolini a été élu en 1924

a écrit : C'est dommage, ton commentaire est intéressant et agréable à lire, jusqu'à ton jugement personnel et réducteur final qui te rapproche un peu plus de Karine. Ah ! Je croyais que c'était agréable à lire seulement jusqu'à la fin de la première ligne, dans laquelle il a écrit "porter à confusion" (au lieu de "préter à confusion" qui est l'expression correcte).

Commentaire supprimé Le communisme n'a rien de nocif, c'est au contraire une très idéologie qui n'a jamais connu de réalité politique. Éventuellement Cuba et les kolkozes en Israël mais on est encore loin.

Posté le

android

(0)

Répondre

Commentaire supprimé Marx n'a pas créé le capitalisme, il l'a critiqué au contraire,

Posté le

android

(0)

Répondre

Commentaire supprimé Il était surtout fasciste...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et Epoxy craqua C'est, de très loin, le MEILLEUR commentaire qui m'a été fait.
Merci.

Il y a toute une autre liste de faits Historiques relatifs à Mussolini et au Fascisme Italien, qui sont bien plus profonds, sérieux et tristes - tres tristes ! - que je n'ai pas voulu rajouter dans ces anecdote à propos du Duce.

Malheureusement, il se trouve actuellement un 20% d'Italiens, ayant une opinion favorable envers Mussolini, et qui trouveraient donc "réducteur" de dépeindre le Duce, en les termes peu élogieux employés par Alfredo Serra, et avec lequels j'adhère totalement.

Je termine en reprenant - de forme revisitée -, une phrase de Winston Churchill.
"Une Europe qui n'apprend pas de son Histoire, est condamnée à la revivre".
Je doute que "Karine" ( Le Pen) prononcerait une telle phrase.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Ah ! Je croyais que c'était agréable à lire seulement jusqu'à la fin de la première ligne, dans laquelle il a écrit "porter à confusion" (au lieu de "préter à confusion" qui est l'expression correcte). AAPLR, tu sais où j'habite, et que dans ma langue quotidienne, "prêter à confusion" se dit " llevar a confusión"... C'est à dire: "porter à confusion" en bon français.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : AAPLR, tu sais où j'habite, et que dans ma langue quotidienne, "prêter à confusion" se dit " llevar a confusión"... C'est à dire: "porter à confusion" en bon français. C'était juste une manière plaisante de signaler le bon usage de cette expression pour tout ceux qui seraient intéressés, y compris toi si ça t'intéresse. Mais ça n'enlève rien à l'intérêt de ton texte qui était également souligné par le commentaire auquel j'ai répondu. Sinon je ne savais pas où tu habitais, ni que tu parles catalan, ni comment cette expression se dit en catalan, mais, maintenant que tu le dis, je constate en effet qu'il y a une ville indiquée dans ton profil.

Commentaire supprimé Il était plutôt socialiste au départ... comme son père...!

Posté le

android

(2)

Répondre

Commentaire supprimé Je ne comprend pas ton commentaire. C’est de l’ironie ? Karl Marx était avant tout communiste puis il est vrai que vers la fin il s’arrangeait de certain travers Capitaliste non ?

a écrit : C'était juste une manière plaisante de signaler le bon usage de cette expression pour tout ceux qui seraient intéressés, y compris toi si ça t'intéresse. Mais ça n'enlève rien à l'intérêt de ton texte qui était également souligné par le commentaire auquel j'ai répondu. Sinon je ne savais pas où tu habitais, ni que tu parles catalan, ni comment cette expression se dit en catalan, mais, maintenant que tu le dis, je constate en effet qu'il y a une ville indiquée dans ton profil. Afficher tout Heu....
En réalité, je ne parle pas du tout le Catalan et communique seulement en Espagnol.
A mes yeux, le Catalan est une langue a unique finalité politique, et qui a divisé les gens... Alors que la finalité d'une langue est justement le contraire: communiquer et se comprendre.

Tu as tout à fait eu raison de me reprendre, à propos de "porter" et "prêter".
Ce n'est pas la première fois que je "francise" des mots ou expressions ( en espagnol), sans pour autant m'en rendre compte.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Il était plutôt socialiste au départ... comme son père...! Bonsoir @giulia0683.
En préambule, dire que je suis désolé de la tournure qu'ont pris les commentaires relatifs à ton anecdote.

Non seulement Mussolini fut "plutôt" Socialiste, mais il s'engagea a fond pour cette doctrine durant plus d'une décennie, devenant membre militant du Parti, écrivant des articles et publiant des quotidiens, organisant des grèves ouvrières et défendant le syndicalisme.
Et pourtant, il sera exclu du Parti Socialiste Italien... Mais continuera dans la sphère de la Gauche Italienne.

Ce n'est qu'en 1920 qu'il bascule vers la Droite.... Mais là c'est une autre Histoire, celle qui est plus connue par le public, alors que ton anecdote voulait mettre en lumière, une période de sa vie bien différente de celle d'un dictateur.
Cette période de la vie d'un prolétaire qui gagnait son pain de petits boulots en Suisse, dont celui de maçon, participant à la construction de villas pour milliardaires. Celle d'un Mussolini qui fut même arrêté par la police Suisse pour... vagabondage alors qu'il dort dans la rue.

Surprenant.

EDIT: et Philippe passa l'aspirateur....

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ah ! Je croyais que c'était agréable à lire seulement jusqu'à la fin de la première ligne, dans laquelle il a écrit "porter à confusion" (au lieu de "préter à confusion" qui est l'expression correcte). Merci.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Le communisme n'a rien de nocif, c'est au contraire une très idéologie qui n'a jamais connu de réalité politique. Éventuellement Cuba et les kolkozes en Israël mais on est encore loin. Les diverses tentatives de construction de «l'homme nouveau» ont provoqué, de par le monde, la mort de 65 à 85 millions de personnes. Deux mille fois plus toxique que le corona virus!

a écrit : C'est, de très loin, le MEILLEUR commentaire qui m'a été fait.
Merci.

Il y a toute une autre liste de faits Historiques relatifs à Mussolini et au Fascisme Italien, qui sont bien plus profonds, sérieux et tristes - tres tristes ! - que je n'ai pas voulu rajouter dans ces anecdote à
propos du Duce.

Malheureusement, il se trouve actuellement un 20% d'Italiens, ayant une opinion favorable envers Mussolini, et qui trouveraient donc "réducteur" de dépeindre le Duce, en les termes peu élogieux employés par Alfredo Serra, et avec lequels j'adhère totalement.

Je termine en reprenant - de forme revisitée -, une phrase de Winston Churchill.
"Une Europe qui n'apprend pas de son Histoire, est condamnée à la revivre".
Je doute que "Karine" ( Le Pen) prononcerait une telle phrase.
Afficher tout
Et de quelles leçons de l'histoire se sont servi les différents gouvernants européens et particulièrement ceux de France pour en arriver à l'état de délabrement que nous connaissons aujourd'hui.
Les citations du genre : pour préparer l'avenir il faut tenir compte du passé etc etc ne sont que des belles phrases philosophiques. Les politiques et les grosses industries n'en ont rien à battre, il agissent dans leurs intérêts du moment sans tenir compte de ce que leur choix aura comme conséquences.
Et les conséquences nous les avons sous les yeux, accroissement de la pauvreté, insécurité, peur de l'avenir et donc montée galopante du fascisme et la peur d'une guerre civile.
Alors bien sûr que le fascisme et l'ultra nationalisme c'est l'horreur, mais j'en reviens à ma phrase d'intro et n'est-ce pas une période que nous avons déjà connu en Europe.
Donc non, nos dirigeants ne tiennent aucun compte du passé et font sans cesse les mêmes erreurs qui nous emmènent au même résultat.

Posté le

android

(0)

Répondre