SCMB souffre-t-il d'hypercorrection ?

Proposé par
le

L'hypercorrection consiste à corriger des fautes qui en réalité n'en sont pas. Ce concept est aussi défini en sociolinguistique comme une volonté de s'exprimer de manière trop soutenue, amenant l'orateur à faire lui-même des fautes. Par exemple, le locuteur peut s'efforcer de faire toutes les liaisons de la langue, à tel point qu'il peut en faire même si l'orthographe ne le justifie pas.


Tous les commentaires (34)

Personne n'a cité Chanson Plus Bifluorée - L'Imparfait du Subjonctif ?
(Maintenant, oui.)

Posté le

android

(1)

Répondre

JLSD grâce à linguisticae dont je vous conseille la chaîne YT, ci-après la vidéo " les grammarnazis sont des connards" pour coller avec le sujet :

youtu.be/EU3Ysuqv4sI

Mais sinon j'ai une préférence pour celle sur l'académie française :

youtu.be/hfUsGmcr1PI

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : "Après que" est suivi de l'indicatif. Alors que "Avant que" est suivi du subjonctif. C'est pourquoi il y a confusion : on pourrait croire que ces deux expressions sont semblables. Mais il y a une différence fondamentale entre ces expressions qui justifie l'emploi de modes différents : par définition, ce qui suit "Après que" s'est déjà produit et est donc sûr, alors que "Avant que" introduit un événement qui ne s'est pas encore produit et est donc hypothétique. Or le subjonctif est le mode à employer pour ce qui est hypothétique. Si ça sonne mieux avec le subjonctif c'est que tu as l'habitude de la construction des phrases avec "Avant que", mais on ne peut pas le remplacer par "Après que", même si ça sonne pareil, en méconnaissant la différence de chronologie que ça introduit. Afficher tout Oui parce que si je me souviens bien, l’indicatif s’applique lorsque l’action portée par le verbe est certaine, alors que le subjonctif s’appliquerait si l’action est incertaine.

a écrit : Il existe différent types de fautes liées à l'hypercorrection. On notera par exemple des redoublements.
Redoublement du pronom avec un pronom relatif : c'est l'homme que je l'ai vu*
Redoublement de la portée syntaxique de l'interrogation à la fois directe et indirecte (très souvent
dans les dissertation) : nous nous demanderons donc quel âge la grand-mère a-t-elle ?*
Redoublement du sujet par un clitique : c'est moi que j'ai*

C'est un phénomène qu'on retrouve souvent et même chez de bons locuteurs, surtout à l'oral. Puisqu'il s'agit d'un type de correction, on le retrouve même chez des locuteurs qui se surveillent et qui voudraient ne rien oublier.
Afficher tout
Euh...non là il n'y a qu'une personne bizarre pour s'exprimer comme ça. ;-)

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Personne n'a cité Chanson Plus Bifluorée - L'Imparfait du Subjonctif ?
(Maintenant, oui.)
Ni Trénet : « Longtemps après que les poètes ont disparu » pour se rappeler la règle de l’indicatif avec « après que »...

a écrit : Euh...non là il n'y a qu'une personne bizarre pour s'exprimer comme ça. ;-) Ça nous arrive à tous. Non seulement j'entends ce genre de choses tous les jours y compris de la part de professeurs, mais je ne pourrais pas jurer que ça ne m'arrive pas et à vous non plus. Quand je parle des doublures d'interrogation en dissertation, je peux vous assurer que ça se voit en master de lettres

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : "Après que" est suivi de l'indicatif. Alors que "Avant que" est suivi du subjonctif. C'est pourquoi il y a confusion : on pourrait croire que ces deux expressions sont semblables. Mais il y a une différence fondamentale entre ces expressions qui justifie l'emploi de modes différents : par définition, ce qui suit "Après que" s'est déjà produit et est donc sûr, alors que "Avant que" introduit un événement qui ne s'est pas encore produit et est donc hypothétique. Or le subjonctif est le mode à employer pour ce qui est hypothétique. Si ça sonne mieux avec le subjonctif c'est que tu as l'habitude de la construction des phrases avec "Avant que", mais on ne peut pas le remplacer par "Après que", même si ça sonne pareil, en méconnaissant la différence de chronologie que ça introduit. Afficher tout Et quid de "avant que" dans une situation passé ? "il a été tué avant qu'elle le fasse / l'ait fait / autre"?. "Il fut tué avant que....".

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et quid de "avant que" dans une situation passé ? "il a été tué avant qu'elle le fasse / l'ait fait / autre"?. "Il fut tué avant que....". D'un point de vue de concordance des temps "il a été tué avant qu'elle le fasse" serait correct mais ça n'a pas beaucoup de sens, sauf si on l'accuse de meurtre sur cadavre, c'est réprimé par la loi mais c'est quand même très très rare, alors il est quand même plus probable qu'elle ne tue pas à nouveau celui qui est déjà mort et, même si c'est un meurtre sur cadavre, ce n'est quand même pas très heureux d'utiliser le verbe faire pour éviter une répétition alors que le sujet est passif dans la première partie de la phrase. Donc il vaut mieux dire dans cette situation (si c'est une situation qui te tient vraiment à coeur, je trouve cet exemple un peu bizarre mais... chacun ses goûts) : "Il avait déjà été tué avant son arrivée" (ou "avant qu'elle arrive" si tu veux absolument utiliser le subjonctif, mais je trouve que ça alourdit la phrase alors que la situation est déjà suffisamment pesante sans ça...).

a écrit : "Après que" est suivi de l'indicatif. Alors que "Avant que" est suivi du subjonctif. C'est pourquoi il y a confusion : on pourrait croire que ces deux expressions sont semblables. Mais il y a une différence fondamentale entre ces expressions qui justifie l'emploi de modes différents : par définition, ce qui suit "Après que" s'est déjà produit et est donc sûr, alors que "Avant que" introduit un événement qui ne s'est pas encore produit et est donc hypothétique. Or le subjonctif est le mode à employer pour ce qui est hypothétique. Si ça sonne mieux avec le subjonctif c'est que tu as l'habitude de la construction des phrases avec "Avant que", mais on ne peut pas le remplacer par "Après que", même si ça sonne pareil, en méconnaissant la différence de chronologie que ça introduit. Afficher tout Si, après que, signifie une action futur dont je suppose faire après une autre, n'est-on pas dans l'hypothétique ? Par exemple, après que j'aie mangé, j'irai dormir n'ait il pas juste aussi ?

Posté le

android

(0)

Répondre

Je ne suis pas certain que les différents exemples de fautes cités dans les com ci-dessus relèvent tous de l'hypercorrection. On dirait plutôt des erreurs de grammaire ou de synthaxe "classique".
L'anecdote est assez explicite sur ce qu'est l'hypercorrection. Dans une situation particulière, lorsque l'on veut faire l'effort de bien s'exprimer, on en fait trop et on fait des fautes qu'on ne ferait pas en situation normal. En essayant de bien s'exprimer, on fait tellement d'effort qu'on commet des fautes.
Les sources de l'anecdote aident à bien comprendre.
L'exemple donnée "le gouvernement actuel" ne doit pas être prononcé "gouvernement-t-actuel". Mais comme certaines de ces liaisons "abusives" sont souvent entendues à la télé ou à la radio, on les reproduit lorsqu'on cherche à bien s'exprimer.

a écrit : D'un point de vue de concordance des temps "il a été tué avant qu'elle le fasse" serait correct mais ça n'a pas beaucoup de sens, sauf si on l'accuse de meurtre sur cadavre, c'est réprimé par la loi mais c'est quand même très très rare, alors il est quand même plus probable qu�39;elle ne tue pas à nouveau celui qui est déjà mort et, même si c'est un meurtre sur cadavre, ce n'est quand même pas très heureux d'utiliser le verbe faire pour éviter une répétition alors que le sujet est passif dans la première partie de la phrase. Donc il vaut mieux dire dans cette situation (si c'est une situation qui te tient vraiment à coeur, je trouve cet exemple un peu bizarre mais... chacun ses goûts) : "Il avait déjà été tué avant son arrivée" (ou "avant qu'elle arrive" si tu veux absolument utiliser le subjonctif, mais je trouve que ça alourdit la phrase alors que la situation est déjà suffisamment pesante sans ça...). Afficher tout Effectivement mon exemple est sans sens, c'était uniquement pour illustrer la concordance des temps, et le verbe "faire" à la mérite d'avoir une conjugaison simple à retenir à l'oral.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Si, après que, signifie une action futur dont je suppose faire après une autre, n'est-on pas dans l'hypothétique ? Par exemple, après que j'aie mangé, j'irai dormir n'ait il pas juste aussi ? Non. L'exemple est faux. Et il y a aussi des fautes dans tout le reste du texte. Tu devrais plutôt commencer par appliquer simplement les règles sans chercher des exceptions compliquées, si tu ne veux pas faire de fautes.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ça nous arrive à tous. Non seulement j'entends ce genre de choses tous les jours y compris de la part de professeurs, mais je ne pourrais pas jurer que ça ne m'arrive pas et à vous non plus. Quand je parle des doublures d'interrogation en dissertation, je peux vous assurer que ça se voit en master de lettres Je veux bien vous croire (et je suis certains de faire des fautes) mais là il s'agit de fautes assez énormes (et vraiment hideuses)
Quant aux fautes de prof ou master de lettre...nul n'est parfait. ;-)

"C'est moi que j'ai" me fait penser (pour les vieux comme moi) a la chanson des inconnus... "c'est moi que je t'aime...." lol

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Il existe différent types de fautes liées à l'hypercorrection. On notera par exemple des redoublements.
Redoublement du pronom avec un pronom relatif : c'est l'homme que je l'ai vu*
Redoublement de la portée syntaxique de l'interrogation à la fois directe et indirecte (très souvent
dans les dissertation) : nous nous demanderons donc quel âge la grand-mère a-t-elle ?*
Redoublement du sujet par un clitique : c'est moi que j'ai*

C'est un phénomène qu'on retrouve souvent et même chez de bons locuteurs, surtout à l'oral. Puisqu'il s'agit d'un type de correction, on le retrouve même chez des locuteurs qui se surveillent et qui voudraient ne rien oublier.
Afficher tout
Ha bon ? On retrouve vraiment ce genre d’énorme faute chez de bons locuteurs ? J’ai peine à le croire.