Klaus Barbie fut confondu par une interview

Proposé par
le
dans

Le 3 février 1972 en Bolivie, un journaliste obtint une interview avec Klaus Altmann, le présumé Klaus Barbie. Une question posée en français, une langue qui lui était inconnue, fut le point de départ de sa déchéance. Une empreinte fut prise grâce à une photo tendue vers l'individu, qui donna ainsi son empreinte digitale et permit de l'identifier formellement.


Tous les commentaires (83)

a écrit : Un Juif n'est pas forcément Israélien, et un Israélien n'est pas forcément de confession Juive.
Voilà LA raison de mon commentaire, et je m'insurgerai tout autant d'une personne cherchant à mettre en relation "Musulman"et "terroriste".

Quant à la suite de to
n texte, ce sont tes opinions et je me garderai bien de vouloir les modifier. Afficher tout
Je comprends ce que tu veux dire et je suis d'accord.
comme je suis plutôt gentil (et parfois candide) je pars aussi du principe que des fois on fait une erreur sans forcément penser à mal.

Je comprends très bien pourquoi ils ont fait cette chasse aux nazis. Et je suis 100% d'accord (pour des raisons perso)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il a vécu "tranquille" en Bolivie pendant des décennies avant d'être extradé. Pour finalement ne faire que 4 ans de prison avant de mourir enfin... Je me suis toujours demandé si tous ces enfoirés (et lui en était le roi) ont fait un mea culpa de leurs exactions passées, ou s'ils sont restés persuadés d'avoir bien agit.
Ont-ils été "pris" dans la frénésie de la guerre qui en a fait des monstres, ou étaient-ils comme ça ? et ont-ils regretté ensuite ?
Afficher tout
Dans la vidéo de Mamytwink, on peux voir des témoignage bouleversant de victimes au moment du procès.
L’une d’entre elle affirme qu’il éprouvait une sorte de jouissance en torturant ses prisonniers, se délectent de leurs cris de douleurs.
Au cours du meme procès il apparaît comme stoïque et ne fait preuve d’aucun regret envers ses actions.

Ce manque d’empathie / émotions ressemble beaucoup à de la psychopathie.
Alors est-ce la guerre et le climat nazi qui l’a rendu comme ça ? Était-il déjà détraqué depuis son enfance ?
Les deux à mon avis..

Ce reportage en lien avec l’anecdote est super bien fait je trouve. On suite et on comprends très bien toute l’évolution de l’enquête et la synopsis de l’histoire de cet homme.