5000 veaux pour faire la première bible de Gutenberg

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

a écrit : 5000 veaux en trois ans dans une ville de la taille de Mayence, ce n'est pas beaucoup, finalement. À cette époque, le papier était lui aussi très cher, Gutenberg n'a lancé son travail qu'après qu'une souscription ait été entièrement couverte. Pour info, le futur pape Pie II n'a pas réussi à s'en procurer un exemplaire, tellement la fabrication était "tendue". Afficher tout 5000 veaux tout de même à l'époque c'était quelque chose.
Tout ça pour juste 30 bibles.

Pour ceux qui ont la flemme de lire les sources, il y a un excellent exemple d'un ouvrage que beaucoup de gens ont apprécié :

"Quand Harry Potter prépare ses fournitures scolaires pour aller Poudlard, il achète du «Parchemin et des plumes».
Les élèves de Poudlard utilisent du parchemin pour leurs devoirs, admettons que chaque élève utilise en moyenne l’équivalent de 10 feuilles par semaine. Des sites de fans estiment à 280 le nombre total d’étudiants répartis dans les différentes maisons.
En comptant 36 semaines de cours et étant donné qu’on peut extraire en moyenne 4 pages de format standard de la peau d’un seul mouton, on peut évaluer qu’une école comme Poudlard consomme les peaux de 25 200 moutons par an.
On peut en déduire qu’il doit y avoir souvent du ragoût de mouton au menu de la cantine à Poudlard…"

Vous regardez la saga Harry Potter différemment ;)

a écrit : Pauvre animaux... l’Homme est horrible C'est un peu glauque, c'est sur, mais t'inquiète, ce qui restait des veaux a terminé en blanquette. Pas de gaspillage!^^

Après, quand on voit les dégâts que fait l'industrie papetière actuelle pour répondre à nos besoins colossaux, c'est pas jolijoli non plus.

Pour l'anecdote, ça se fait encore, le parchemin, justement parce qu'on a des peaux, et pour les percussions aussi, rien ne vaut une peau de chèvre. Avant, on ne fabriquait pas que des bouquins avec ça, on faisait aussi des fenêtres, des abats jours, des couvertures, des fringues bien évidemment... plein de choses!

De tous les exemplaires de "Bible de Gutenberg" imprimées sur vélin ( certaines sources parlent de 45 exemplaires), 17 sont arrivés jusqu'à nos jours, mais seuls trois sont en parfait état: Un exemplaire à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis, un autre à la Bibliothèque Britannique, et le dernier à la Bibliothèque nationale de France.

Alors que la "Bible de Gutenberg" est présenté comme le premier livre imprimé (en Europe), il semble en réalité, que Gutenberg avait déjà imprimé le "missel de Constance", quelques années auparavant (1449-50).
Il n'existe aujourd'hui que trois ou quatre exemplaires ( les sources divergent).
Une source récente ( non référencée) signale cependant que le missel de Constance ne peut pas être antérieur à 1473, de par la composition du papier.

Si Gutenberg est considéré comme "l'inventeur" de l'imprimerie, la réalité est bien différente. Elle existait déjà depuis des siècles en Asie ( Chine, Corée) et en veut pour preuve, une impression du Sutra du diamant (texte Bouddhiste) daté de 868, provenant des Manuscrits de Dunhuang, découverts dans les grottes de Mogao.
Les caractères utilisés par les Chinois et Coréens pouvaient être en bois ou en bronze.

Le vélin ( d'origine animale et pas forcément issu de veau) ne doit pas être confondu avec le papier vélin, inventé à la fin du 18eme.

Posté le

android

(43)

Répondre


Tous les commentaires (35)

5000 veaux en trois ans dans une ville de la taille de Mayence, ce n'est pas beaucoup, finalement. À cette époque, le papier était lui aussi très cher, Gutenberg n'a lancé son travail qu'après qu'une souscription ait été entièrement couverte. Pour info, le futur pape Pie II n'a pas réussi à s'en procurer un exemplaire, tellement la fabrication était "tendue".

a écrit : 5000 veaux en trois ans dans une ville de la taille de Mayence, ce n'est pas beaucoup, finalement. À cette époque, le papier était lui aussi très cher, Gutenberg n'a lancé son travail qu'après qu'une souscription ait été entièrement couverte. Pour info, le futur pape Pie II n'a pas réussi à s'en procurer un exemplaire, tellement la fabrication était "tendue". Afficher tout 5000 veaux tout de même à l'époque c'était quelque chose.
Tout ça pour juste 30 bibles.

Pour ceux qui ont la flemme de lire les sources, il y a un excellent exemple d'un ouvrage que beaucoup de gens ont apprécié :

"Quand Harry Potter prépare ses fournitures scolaires pour aller Poudlard, il achète du «Parchemin et des plumes».
Les élèves de Poudlard utilisent du parchemin pour leurs devoirs, admettons que chaque élève utilise en moyenne l’équivalent de 10 feuilles par semaine. Des sites de fans estiment à 280 le nombre total d’étudiants répartis dans les différentes maisons.
En comptant 36 semaines de cours et étant donné qu’on peut extraire en moyenne 4 pages de format standard de la peau d’un seul mouton, on peut évaluer qu’une école comme Poudlard consomme les peaux de 25 200 moutons par an.
On peut en déduire qu’il doit y avoir souvent du ragoût de mouton au menu de la cantine à Poudlard…"

Vous regardez la saga Harry Potter différemment ;)

a écrit : Pauvre animaux... l’Homme est horrible C'est un peu glauque, c'est sur, mais t'inquiète, ce qui restait des veaux a terminé en blanquette. Pas de gaspillage!^^

Après, quand on voit les dégâts que fait l'industrie papetière actuelle pour répondre à nos besoins colossaux, c'est pas jolijoli non plus.

Pour l'anecdote, ça se fait encore, le parchemin, justement parce qu'on a des peaux, et pour les percussions aussi, rien ne vaut une peau de chèvre. Avant, on ne fabriquait pas que des bouquins avec ça, on faisait aussi des fenêtres, des abats jours, des couvertures, des fringues bien évidemment... plein de choses!

a écrit : 5000 veaux tout de même à l'époque c'était quelque chose.
Tout ça pour juste 30 bibles.

Pour ceux qui ont la flemme de lire les sources, il y a un excellent exemple d'un ouvrage que beaucoup de gens ont apprécié :

"Quand Harry Potter prépare ses fournitures sco
laires pour aller Poudlard, il achète du «Parchemin et des plumes».
Les élèves de Poudlard utilisent du parchemin pour leurs devoirs, admettons que chaque élève utilise en moyenne l’équivalent de 10 feuilles par semaine. Des sites de fans estiment à 280 le nombre total d’étudiants répartis dans les différentes maisons.
En comptant 36 semaines de cours et étant donné qu’on peut extraire en moyenne 4 pages de format standard de la peau d’un seul mouton, on peut évaluer qu’une école comme Poudlard consomme les peaux de 25 200 moutons par an.
On peut en déduire qu’il doit y avoir souvent du ragoût de mouton au menu de la cantine à Poudlard…"

Vous regardez la saga Harry Potter différemment ;)
Afficher tout
Mais non!!!
"Ipicus, Saladus! Papyrus!" et hop, on a du parchemin!

En tout cas, tu m'a bien fait rire :)

D'ailleurs du fait de sa valeur historique et de sa rareté, cette Bible vaut chère sur le marché. Un des exemplaires a notamment été vendu 1,8 millions d'euros à un musée.

Donc vérifiez bien les bibliothèques la prochaine fois que vous irez chez Mamie !

Posté le

android

(5)

Répondre

De tous les exemplaires de "Bible de Gutenberg" imprimées sur vélin ( certaines sources parlent de 45 exemplaires), 17 sont arrivés jusqu'à nos jours, mais seuls trois sont en parfait état: Un exemplaire à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis, un autre à la Bibliothèque Britannique, et le dernier à la Bibliothèque nationale de France.

Alors que la "Bible de Gutenberg" est présenté comme le premier livre imprimé (en Europe), il semble en réalité, que Gutenberg avait déjà imprimé le "missel de Constance", quelques années auparavant (1449-50).
Il n'existe aujourd'hui que trois ou quatre exemplaires ( les sources divergent).
Une source récente ( non référencée) signale cependant que le missel de Constance ne peut pas être antérieur à 1473, de par la composition du papier.

Si Gutenberg est considéré comme "l'inventeur" de l'imprimerie, la réalité est bien différente. Elle existait déjà depuis des siècles en Asie ( Chine, Corée) et en veut pour preuve, une impression du Sutra du diamant (texte Bouddhiste) daté de 868, provenant des Manuscrits de Dunhuang, découverts dans les grottes de Mogao.
Les caractères utilisés par les Chinois et Coréens pouvaient être en bois ou en bronze.

Le vélin ( d'origine animale et pas forcément issu de veau) ne doit pas être confondu avec le papier vélin, inventé à la fin du 18eme.

Posté le

android

(43)

Répondre

a écrit : 5000 veaux tout de même à l'époque c'était quelque chose.
Tout ça pour juste 30 bibles.

Pour ceux qui ont la flemme de lire les sources, il y a un excellent exemple d'un ouvrage que beaucoup de gens ont apprécié :

"Quand Harry Potter prépare ses fournitures sco
laires pour aller Poudlard, il achète du «Parchemin et des plumes».
Les élèves de Poudlard utilisent du parchemin pour leurs devoirs, admettons que chaque élève utilise en moyenne l’équivalent de 10 feuilles par semaine. Des sites de fans estiment à 280 le nombre total d’étudiants répartis dans les différentes maisons.
En comptant 36 semaines de cours et étant donné qu’on peut extraire en moyenne 4 pages de format standard de la peau d’un seul mouton, on peut évaluer qu’une école comme Poudlard consomme les peaux de 25 200 moutons par an.
On peut en déduire qu’il doit y avoir souvent du ragoût de mouton au menu de la cantine à Poudlard…"

Vous regardez la saga Harry Potter différemment ;)
Afficher tout
Et encore, tu ne comptes pas les oies pour les plumes !

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Et encore, tu ne comptes pas les oies pour les plumes ! Les plumes, ça repousse, non? C'est comme les poils.

-AILLEU!! Non mais qu'es ce qui vous prend???
-C'est pour écrire une lettre d'amour!
-Oui ben je vous aime pas!

a écrit : 5000 veaux tout de même à l'époque c'était quelque chose.
Tout ça pour juste 30 bibles.

Pour ceux qui ont la flemme de lire les sources, il y a un excellent exemple d'un ouvrage que beaucoup de gens ont apprécié :

"Quand Harry Potter prépare ses fournitures sco
laires pour aller Poudlard, il achète du «Parchemin et des plumes».
Les élèves de Poudlard utilisent du parchemin pour leurs devoirs, admettons que chaque élève utilise en moyenne l’équivalent de 10 feuilles par semaine. Des sites de fans estiment à 280 le nombre total d’étudiants répartis dans les différentes maisons.
En comptant 36 semaines de cours et étant donné qu’on peut extraire en moyenne 4 pages de format standard de la peau d’un seul mouton, on peut évaluer qu’une école comme Poudlard consomme les peaux de 25 200 moutons par an.
On peut en déduire qu’il doit y avoir souvent du ragoût de mouton au menu de la cantine à Poudlard…"

Vous regardez la saga Harry Potter différemment ;)
Afficher tout
C'est un point de vue, mais 5 000 veaux en trois ans, ça fait moins de 5 veaux par jour, pour (environ) 25 000 habitants à l'époque.
Mais on utilisait surtout la peau de mouton, et "seulement 30 bibles" c'est le travail de plusieurs années de dizaines de copistes.
Tout était hors de prix par rapport à notre vie d'aujourd'hui, mais la diffusion des livres religieux a toujours été une priorité des hiérarchies religieuse. Les premiers Corans étaient gravés sur des os de Camélidés (traités façon "ivoire"), et ça ne choquait personne, les maximes de Bouddha étaient imprimées sur du papier à base de feuilles de muriers, on faisait avec ce qu'on avait
Il est vrai qu'à cette époque on mangeait essentiellement surtout du pain et des légumes dans les classes populaires, et du poulet, du porc ou du mouton (je ne sais pas dans quel ordre, mais dans la plupart des langues européennes, le mot boucher vient de "bouc") chez les gens plus aisés
Les bovins c'était pour le lait des vaches (fromage) et la force des bœufs (remorquage et labourage), les équidés c'était pour le transport

a écrit : Et encore, tu ne comptes pas les oies pour les plumes ! Ben non, justement, c'était pour imprimer. Avec des encres à base de plomb, mais bon, les oies s'en tiraient bien sur ce coup

a écrit : Les plumes, ça repousse, non? C'est comme les poils.

-AILLEU!! Non mais qu'es ce qui vous prend???
-C'est pour écrire une lettre d'amour!
-Oui ben je vous aime pas!
Je ne suis pas sûr, car on arrache la plume avec la racine. Quand on fait ça aux poils, ils ne repoussent pas

a écrit : C'est un peu glauque, c'est sur, mais t'inquiète, ce qui restait des veaux a terminé en blanquette. Pas de gaspillage!^^

Après, quand on voit les dégâts que fait l'industrie papetière actuelle pour répondre à nos besoins colossaux, c'est pas jolijoli non plus.

Pour l&#
039;anecdote, ça se fait encore, le parchemin, justement parce qu'on a des peaux, et pour les percussions aussi, rien ne vaut une peau de chèvre. Avant, on ne fabriquait pas que des bouquins avec ça, on faisait aussi des fenêtres, des abats jours, des couvertures, des fringues bien évidemment... plein de choses! Afficher tout
Es-tu batteur pour affirmer quels peau de chèvre est la meilleure en percussion ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ben non, justement, c'était pour imprimer. Avec des encres à base de plomb, mais bon, les oies s'en tiraient bien sur ce coup Ben non justement c'est toi qui mélanges tout : 1) à propos des plumes, je réponds à un commentaire qui parle des plumes dans Harry Potter, et 2) si tu as compris que les bibles de Gutenberg étaient imprimées, tu devrais comprendre aussi que ces 30 bibles ne représentent pas "plusieurs années de travail de dizaines de copistes". C'était d'ailleurs tout l'intérêt de l'invention de l'imprimerie de ne pas avoir besoin de plusieurs années de travail de dizaines de copistes" pour produire des livres.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Es-tu batteur pour affirmer quels peau de chèvre est la meilleure en percussion ? Chuis pas batteur, chuis percussionniste. La peau de chèvre, y'a rien de mieux pour taper dessus, cela dit, la pire peau, ça reste la peau de vache. ^^

En peau de veau ça va encore mais il existe de nombreux livres reliés en peau humaine, et principalement la peau de femme...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je ne suis pas sûr, car on arrache la plume avec la racine. Quand on fait ça aux poils, ils ne repoussent pas Tu n'arraches pas vraiment la racine de la plume. Elle va repousser.

J'ai vu bon nombre d'oiseaux dans des centres de soin avec des plumes arrachées par un chien : au bout de 3 mois les plumes repoussaient et hop ça revole.

Par contre, il y a des plumes qui une fois arrachées ne repoussent pas. On les trouve sur les ailes et certaines sur la queue si je ne me trompe pas. Tous le reste repousse à volonté.

a écrit : C'est un point de vue, mais 5 000 veaux en trois ans, ça fait moins de 5 veaux par jour, pour (environ) 25 000 habitants à l'époque.
Mais on utilisait surtout la peau de mouton, et "seulement 30 bibles" c'est le travail de plusieurs années de dizaines de copistes.
Tout était hors de
prix par rapport à notre vie d'aujourd'hui, mais la diffusion des livres religieux a toujours été une priorité des hiérarchies religieuse. Les premiers Corans étaient gravés sur des os de Camélidés (traités façon "ivoire"), et ça ne choquait personne, les maximes de Bouddha étaient imprimées sur du papier à base de feuilles de muriers, on faisait avec ce qu'on avait
Il est vrai qu'à cette époque on mangeait essentiellement surtout du pain et des légumes dans les classes populaires, et du poulet, du porc ou du mouton (je ne sais pas dans quel ordre, mais dans la plupart des langues européennes, le mot boucher vient de "bouc") chez les gens plus aisés
Les bovins c'était pour le lait des vaches (fromage) et la force des bœufs (remorquage et labourage), les équidés c'était pour le transport
Afficher tout
Je suis tout à fait d'accord (bien que le porc était surtout mangé par les classes populaires).

Mais 5 000 c'est tout de même énorme car les troupeaux n'était pas aussi grand que maintenant. Et même si ce n'est "que" 5 par jours, se dire qu'il en faut 170 juste pour 1 seul exemplaire, je trouve ça énorme :)

Je ne suis pas un spécialiste, donc je lance une demande de confirmation à la cantonade : pour moi, si l'on veut faire de la production de lait, il faut bien tuer le veau, non? Sinon la plupart du lait sert à élever le veau. Dans ce cas là, la production de vélin pourrait se faire avec un sous-produit de la production laitière, sans impliquer de tuer ces veaux juste pour l'édition... Je bois du lait et mange de la viande, et serais pourtant incapable de tuer quoique ce soit plus gros qu'un insecte. Si je ferme les yeux, je ne nie pas la dure réalité des morts qu'implique mon mode de vie.
Si la mort devient de plus en plus inacceptable dans notre société, c'est évidement un signe de progrès. Mais il faut aussi comprendre de la valeur de la mort était toute autre avant de XXeme siecle. Par exemple le mathématicien Euler, du temps de Napoleon, a eu 13 enfants, et seuls 5 ont atteint l'age adulte. La mort faisait bien plus partie du quotidien, et donc le sort de ces veaux devaient encore moins compter à l'époque, que compte maintenant le sort des veaux des vaches laitières.

a écrit : Les plumes, ça repousse, non? C'est comme les poils.

-AILLEU!! Non mais qu'es ce qui vous prend???
-C'est pour écrire une lettre d'amour!
-Oui ben je vous aime pas!
Certes ça peut repousser si on les arrache, et elles tombent même toutes seules et repoussent donc pour se renouveler, cependant je doute qu'on se contente de ramasser celles qui tombent toutes seules ou de les prélever et les laisser repousser, comme la laine sur le mouton : dans la plupart des cas on doit récupérer les plumes au moment où l'oie passe à la casserole !