On continue de produire des neurones après la naissance

Proposé par
le
dans

Nous avons longtemps cru que le cerveau humain possédait une structure fixe dès la naissance et un stock de neurones limité. De récentes études ont démontré qu'il existait une neurogenèse chez l'enfant, mais également chez l'adulte avec une production de nouvelles cellules nerveuses.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Ça me rappelle un autre mythe concernant le cerveau reptilien chez l'Homme qui en fait n'existe pas, c'était une hypothèse émise dans les années 60 qui s'est finalement avérée fausse. Le cerveau reptilien n'est pas un cerveau "physique", mais une périphrase résumant le comportement primaire des êtres vivants.

Le cerveau n'est pas le seul organe possédant des neurones. Il faut prendre en compte tous les neurones, y compris ceux qui gèrent les battements du cœur du côté de l'oreillette droite, et les neurones gérant la digestion, du coté de l'abdomen.
En quelque sorte, on a trois cerveaux distincts

D'ailleurs c'est impressionnant à quel point le cerveau peut s'adapter et se reformer au besoin. On parle de plasticité cérébrale dans ce cas là. Par exemple un individu adulte qui perd la vue verra (hihi) son cerveau petit à petit réalouer les zones dédiées à la vue à d'autres choses comme l'ouï ou le toucher.
Mais cela ne se limite pas au fait de réalouer des zones devenues inutiles. Ainsi si vous pratiquez beaucoup de piano ou bien si vous êtes polyglotte votre cerveau va petit à petit s'adapter pour optimiser au mieux la pratique de ces activités.
A savoir que plus on est jeune plus la plasticité est importante. Un petit enfant apprenant tôt plusieurs langues sera très doué pour en apprendre devenu adulte. (Si tenté que la pratique de ces langues soit entretenue, le cerveau est un muscle dans le sens où on peut l'entrainer mais aussi où on peut perdre ces facilités si elles ne sont pas travaillées).
Pour les gamers, on pourrait dire que notre cerveau monte de niveau.

NB : Bien qu'étant sûr que la plasticité cérébrale fait intervenir des réarrangement des synapses, je ne suis pas sûr que cela fasse intervenir la neurogénèse. Mais ça me parais fort plausible. Je me renseignerai.


Tous les commentaires (32)

Ça me rappelle un autre mythe concernant le cerveau reptilien chez l'Homme qui en fait n'existe pas, c'était une hypothèse émise dans les années 60 qui s'est finalement avérée fausse.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ça me rappelle un autre mythe concernant le cerveau reptilien chez l'Homme qui en fait n'existe pas, c'était une hypothèse émise dans les années 60 qui s'est finalement avérée fausse. Le cerveau reptilien n'est pas un cerveau "physique", mais une périphrase résumant le comportement primaire des êtres vivants.

Le cerveau n'est pas le seul organe possédant des neurones. Il faut prendre en compte tous les neurones, y compris ceux qui gèrent les battements du cœur du côté de l'oreillette droite, et les neurones gérant la digestion, du coté de l'abdomen.
En quelque sorte, on a trois cerveaux distincts

D'ailleurs c'est impressionnant à quel point le cerveau peut s'adapter et se reformer au besoin. On parle de plasticité cérébrale dans ce cas là. Par exemple un individu adulte qui perd la vue verra (hihi) son cerveau petit à petit réalouer les zones dédiées à la vue à d'autres choses comme l'ouï ou le toucher.
Mais cela ne se limite pas au fait de réalouer des zones devenues inutiles. Ainsi si vous pratiquez beaucoup de piano ou bien si vous êtes polyglotte votre cerveau va petit à petit s'adapter pour optimiser au mieux la pratique de ces activités.
A savoir que plus on est jeune plus la plasticité est importante. Un petit enfant apprenant tôt plusieurs langues sera très doué pour en apprendre devenu adulte. (Si tenté que la pratique de ces langues soit entretenue, le cerveau est un muscle dans le sens où on peut l'entrainer mais aussi où on peut perdre ces facilités si elles ne sont pas travaillées).
Pour les gamers, on pourrait dire que notre cerveau monte de niveau.

NB : Bien qu'étant sûr que la plasticité cérébrale fait intervenir des réarrangement des synapses, je ne suis pas sûr que cela fasse intervenir la neurogénèse. Mais ça me parais fort plausible. Je me renseignerai.

Finalement que sait t'on ?
Tu peu passer ta vie à avoir une attitude jugée saine et comprendre 50 plus tard que tu t'empoisonnais.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Le cerveau reptilien n'est pas un cerveau "physique", mais une périphrase résumant le comportement primaire des êtres vivants. oui c'est sûr mais ça n'en reste pas moins une hypothèse qui est erronée malgré tout.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : oui c'est sûr mais ça n'en reste pas moins une hypothèse qui est erronée malgré tout. En quoi est-elle erronée?

a écrit : D'ailleurs c'est impressionnant à quel point le cerveau peut s'adapter et se reformer au besoin. On parle de plasticité cérébrale dans ce cas là. Par exemple un individu adulte qui perd la vue verra (hihi) son cerveau petit à petit réalouer les zones dédiées à la vue à d'autres choses comme l'ouï ou le toucher.
Mais cela ne se limite pas au fait de réalouer des zones devenues inutiles. Ainsi si vous pratiquez beaucoup de piano ou bien si vous êtes polyglotte votre cerveau va petit à petit s'adapter pour optimiser au mieux la pratique de ces activités.
A savoir que plus on est jeune plus la plasticité est importante. Un petit enfant apprenant tôt plusieurs langues sera très doué pour en apprendre devenu adulte. (Si tenté que la pratique de ces langues soit entretenue, le cerveau est un muscle dans le sens où on peut l'entrainer mais aussi où on peut perdre ces facilités si elles ne sont pas travaillées).
Pour les gamers, on pourrait dire que notre cerveau monte de niveau.

NB : Bien qu'étant sûr que la plasticité cérébrale fait intervenir des réarrangement des synapses, je ne suis pas sûr que cela fasse intervenir la neurogénèse. Mais ça me parais fort plausible. Je me renseignerai.
Afficher tout
J'ai trouvé une source établissant le lien entre neurogenèse et plasticité cérébrale, voici le lien :
plastik.univ-paris1.fr/plasticite-cerebrale-et-neoneurogenese-un-voyage-mental-infini/

a écrit : D'ailleurs c'est impressionnant à quel point le cerveau peut s'adapter et se reformer au besoin. On parle de plasticité cérébrale dans ce cas là. Par exemple un individu adulte qui perd la vue verra (hihi) son cerveau petit à petit réalouer les zones dédiées à la vue à d'autres choses comme l'ouï ou le toucher.
Mais cela ne se limite pas au fait de réalouer des zones devenues inutiles. Ainsi si vous pratiquez beaucoup de piano ou bien si vous êtes polyglotte votre cerveau va petit à petit s'adapter pour optimiser au mieux la pratique de ces activités.
A savoir que plus on est jeune plus la plasticité est importante. Un petit enfant apprenant tôt plusieurs langues sera très doué pour en apprendre devenu adulte. (Si tenté que la pratique de ces langues soit entretenue, le cerveau est un muscle dans le sens où on peut l'entrainer mais aussi où on peut perdre ces facilités si elles ne sont pas travaillées).
Pour les gamers, on pourrait dire que notre cerveau monte de niveau.

NB : Bien qu'étant sûr que la plasticité cérébrale fait intervenir des réarrangement des synapses, je ne suis pas sûr que cela fasse intervenir la neurogénèse. Mais ça me parais fort plausible. Je me renseignerai.
Afficher tout
* si tant est que

Ton commentaire est super intéressant mais cette faute m’a piqué les yeux. Je soupçonne toutefois le correcteur orthographique. ;)

a écrit : * si tant est que

Ton commentaire est super intéressant mais cette faute m’a piqué les yeux. Je soupçonne toutefois le correcteur orthographique. ;)
Malheureusement non, j'ai honte de dire que le correcteur orthographique n'y est pour rien. La faute m'incombe…

a écrit : Le cerveau reptilien n'est pas un cerveau "physique", mais une périphrase résumant le comportement primaire des êtres vivants. Pour avoir lu des livres des années 60 et 70 sur le cerveau je confirme qu on parlait bien de couches, avec le cerveau reptilien, au coeur, une couche de système limbique et le néo cortex apparu "après". Il y avait des diagrammes etc, c était pas de la périphrase a l époque. Idem a l'époque on pensait bien que les neurones étaient "fixes" et que juste le poids des connexions changeaient. Bref je suis plutôt de l avis de bronsky.

Posté le

android

(7)

Répondre

Il existe une étude célèbre sur la transformation du cerveau chez les chauffeurs de taxi:

Tous les chauffeurs ayant réussi à obtenir leur licence ont augmenté la taille de leur hippocampe de façon significative, en augmentant le nombre de cellules gliales. Faut dire que, pour réussir l'examen, ils doivent connaître par cœur 20 000 noms de rues, avec leur emplacement.

www.letemps.ch/opinions/chauffeurs-taxi-londoniens-ont-un-plus-grand-cerveau

« Nous n’avons pas un cerveau unique, mais plusieurs. Ils sont comme imbriqués les uns dans les autres... nous avons hérité des cerveaux de nos ancêtres , reptiles ou insectes, et avec l’évolution nous ne nous sommes pas débarrassés d’eux , mais les avons intégrés dans un cerveau plus grand » passage de la Clé de Salomon suite de la formule de dieu , roman policier scientifique que je vous conseille. En tout cas vaste sujet, la plasticité cérébrale est extraordinaire !

a écrit : « Nous n’avons pas un cerveau unique, mais plusieurs. Ils sont comme imbriqués les uns dans les autres... nous avons hérité des cerveaux de nos ancêtres , reptiles ou insectes, et avec l’évolution nous ne nous sommes pas débarrassés d’eux , mais les avons intégrés dans un cerveau plus grand » passage de la Clé de Salomon suite de la formule de dieu , roman policier scientifique que je vous conseille. En tout cas vaste sujet, la plasticité cérébrale est extraordinaire ! Afficher tout C’est très jolie sur le papier mais c’est faux.
lactualite.com/sante-et-science/ou-est-le-cerveau-reptilien-de-clotaire-rapaille/

a écrit : « Nous n’avons pas un cerveau unique, mais plusieurs. Ils sont comme imbriqués les uns dans les autres... nous avons hérité des cerveaux de nos ancêtres , reptiles ou insectes, et avec l’évolution nous ne nous sommes pas débarrassés d’eux , mais les avons intégrés dans un cerveau plus grand » passage de la Clé de Salomon suite de la formule de dieu , roman policier scientifique que je vous conseille. En tout cas vaste sujet, la plasticité cérébrale est extraordinaire ! Afficher tout "La formule de Dieu", livre que j'ai découvert sur ce site (en commentaire) et qui m'a introduit dans le monde de la vulgarisation scientifique (physique surtout). Je trouvais l'intrigue secondaire.
La suite n'avait pas encore été publiée à l'époque. Merci pour le rappel.

a écrit : Mes yeux commencent à me piquer... « joli ». Dans ma tête j’ai accordé avec la clé de Salomon qui reste d’ailleurs un excellent livre.

a écrit : Le cerveau n'est pas le seul organe possédant des neurones. Il faut prendre en compte tous les neurones, y compris ceux qui gèrent les battements du cœur du côté de l'oreillette droite, et les neurones gérant la digestion, du coté de l'abdomen.
En quelque sorte, on a trois cerveaux distincts
Le coeur et le système digestif n'ont pas des neurones particuliers, et encore moins "un cerveau distinct" mais sont juste regulés par le système nerveux dit végétatif ou autonome, c'est à dire celui qu'on ne contrôle pas par la pensée. Ce sont des neurones tout ce qu'il y a de plus banal. Tous les organes du corps humain (foie, pancréas, poumons, oeil, les sphincters etc) fonctionnent de cette façon, le coeur et l'intestin ne sont pas des exceptions.
D'ailleurs, le cœur est particulier car il bat "tout seul" : il y a un réseau électrique (non neuronal) au sein même du tissu cardiaque, qui enclenche les battements du coeur. Le système végétatif se contente de réguler : plus vite ou moins vite.

Quant au cerveau "reptilien", c'est une image pour simplifier la théorie, mais c'est loin d'être une "connerie" : les niveaux de développement des différentes strates cérébrales sont acquis, et au coeur de la pratique neurologique, psychologique et psychiatrique.
Oui, ce qui nous unit aux vertébrés inférieurs c'est notre tronc cérébral (gestion des fonctions vitales), ce qui nous différencie de lui c'est notre cortex cérébral...

Pour revenir à l'anecdote, cette capacité des neurones à se diviser (même si ca reste marginal), qu'on a longtemps cru impossible, a entrainé la découverte d'une tumeur heureusement très rare : le neurocytome, formée de neurones cancéreux (car la quasi totalité des tumeurs cérébrales sont des tumeurs des cellules de protection des neurones, pas des neurones eux-mêmes)

a écrit : Finalement que sait t'on ?
Tu peu passer ta vie à avoir une attitude jugée saine et comprendre 50 plus tard que tu t'empoisonnais.
Oui c'est ca qui est passionnant dans les sciences : un esprit plus malin que les autres peut tout bouleverser...

a écrit : Le cerveau n'est pas le seul organe possédant des neurones. Il faut prendre en compte tous les neurones, y compris ceux qui gèrent les battements du cœur du côté de l'oreillette droite, et les neurones gérant la digestion, du coté de l'abdomen.
En quelque sorte, on a trois cerveaux distincts
Ce ne sont pas des neurones qui gèrent l’activité du cœur à côté de l’oreillette droite (le noeud sinusal), mais des cellules musculaires spécialisées :-)