On bouche les oreilles des chevaux lors des courses de trot

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (42)

Beaucoup d’âneries proférées dans les commentaires précédents, de gens qui « prétendent connaître » et qui n’y connaissent pas grand-chose en réalité.

Une précision concernant l’anecdote : le bruit « motivant » perçu par le cheval au moment où on lui débouche les oreilles n’est pas celui du public (trop lointain, et de toute façon, hormis les jours de Grands Prix tel le Prix d’Amérique ou de l’Arc de Triomphe, il n’y a plus un chat sur les hippodromes...), mais celui de la course elle-même (bruit des sabots, claquement des cravaches, cris des jockeys...)

a écrit : un quart de quoi? Pas compris. 1 quart de cavaliers font de la compétition selon les statistiques de la FFE. Je pensais que c’était bien plus.

a écrit : Beaucoup d’âneries proférées dans les commentaires précédents, de gens qui « prétendent connaître » et qui n’y connaissent pas grand-chose en réalité.

Une précision concernant l’anecdote : le bruit « motivant » perçu par le cheval au moment où on lui débouche les oreilles n’est pas celui du public (trop lo
intain, et de toute façon, hormis les jours de Grands Prix tel le Prix d’Amérique ou de l’Arc de Triomphe, il n’y a plus un chat sur les hippodromes...), mais celui de la course elle-même (bruit des sabots, claquement des cravaches, cris des jockeys...) Afficher tout
Il n’y a plus un chat parce que c’est truqué la plupart du temps (pire que la boxe) et que les qataris préfèrent acheter une équipe de foot que des poneys qui ne rapportent plus rien.

a écrit : Beaucoup d’âneries proférées dans les commentaires précédents, de gens qui « prétendent connaître » et qui n’y connaissent pas grand-chose en réalité.

Une précision concernant l’anecdote : le bruit « motivant » perçu par le cheval au moment où on lui débouche les oreilles n’est pas celui du public (trop lo
intain, et de toute façon, hormis les jours de Grands Prix tel le Prix d’Amérique ou de l’Arc de Triomphe, il n’y a plus un chat sur les hippodromes...), mais celui de la course elle-même (bruit des sabots, claquement des cravaches, cris des jockeys...) Afficher tout
Les bouchons sont retirés à quelques mètres de l'arrivée donc dans 99% du temps devant la tribune ou il y a encore du monde, des centaines de personnes qui "encouragent" le cheval qui présente un intérêt pour eux. Et ces encouragement s'entendent très bien depuis la piste.
Mais même en se basant sur ton analyse, ça rejoint nos différents commentaires, le but des bouchons est de créer une situation stressante, bruyante et effrayante pour pousser le cheval à dépasser ses limites dans la dernière ligne droite.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Beaucoup d’âneries proférées dans les commentaires précédents, de gens qui « prétendent connaître » et qui n’y connaissent pas grand-chose en réalité.

Une précision concernant l’anecdote : le bruit « motivant » perçu par le cheval au moment où on lui débouche les oreilles n’est pas celui du public (trop lo
intain, et de toute façon, hormis les jours de Grands Prix tel le Prix d’Amérique ou de l’Arc de Triomphe, il n’y a plus un chat sur les hippodromes...), mais celui de la course elle-même (bruit des sabots, claquement des cravaches, cris des jockeys...) Afficher tout
La plupart des choses que j'ai écrites, je l'ai vu de mes propres yeux il y a plusieurs années maintenant et le reste provient de cavalières faisant de la compétition en saut d'obstacle et cross.

J'avoue ne pas côtoyer le milieu depuis une dizaine d'années alors peut-être que ce milieu s'est reconstruit une éthique irréprochable en quelques années et ce serait effectivement une bonne chose.

Au vue de plusieurs commentaires sur le traitement animalier et au risque de déplaire : l’offre répond bien souvent à une demande. Tant qu’il y aura des parieurs, des clients pour visiter ou aller voir un spectacle animalier (cirque, zoo, parc de jeux, corrida), il y aura une offre. Nous sommes dans un système capitaliste ou l intérêt est de consommer et de payer pour cela. Tant qu’une activité est lucrative elle perdure.
Que demain il y est une prise de conscience et ce sera la fin des courses hippiques, cirque...

Cela me fait penser aux débats des anti chasse qui mangent de la viande issue de l élevage industriel et parle de massacre animalier par les chasseurs qui doivent respecter des quotas pour permettre de réguler les populations d animaux sauvages.
Ou alors les antispecistes qui veulent interdire la consommation de viande à cause de l’élevage industriel (au lieu de militer pour une alimentation saine), quitte à voir disparaître des races animales.

Militer pour voir des pratiques néfastes disparaître c’est très bien, encore faut il agir intelligemment. Mais il ne faut pas perdre de vue que cela aura des répercussions économiques et environnementales. Des races animales élevées dans un but spécifique vont disparaître, des animaux ne pouvant plus vivre dans leur habitat naturel également. Il y a un revers à la médaille bien souvent.
Beaucoup de choses doivent évoluer dans notre société devenue trop consommatrice et polluante mais en prenant le soin de réfléchir. Les extrêmes sont toujours négatifs dans un sens comme dans l autre.

a écrit : Beaucoup d’âneries proférées dans les commentaires précédents, de gens qui « prétendent connaître » et qui n’y connaissent pas grand-chose en réalité.

Une précision concernant l’anecdote : le bruit « motivant » perçu par le cheval au moment où on lui débouche les oreilles n’est pas celui du public (trop lo
intain, et de toute façon, hormis les jours de Grands Prix tel le Prix d’Amérique ou de l’Arc de Triomphe, il n’y a plus un chat sur les hippodromes...), mais celui de la course elle-même (bruit des sabots, claquement des cravaches, cris des jockeys...) Afficher tout
Je serai curieuse que vous contredisiez avec argumentaire ce qui a été dit.
J’ai une amie qui a fait très très longtemps de l’équitation et de la compétition, c’était une passion chez elle. Puis sa conscience animale s’est réveillée et elle s’est rendu compte de ce qu’ils faisaient subir à ces animaux: de l’esclavage et beaucoup de mal traitance sous couvert de compétition, faut pas se leurrer.

a écrit : Au vue de plusieurs commentaires sur le traitement animalier et au risque de déplaire : l’offre répond bien souvent à une demande. Tant qu’il y aura des parieurs, des clients pour visiter ou aller voir un spectacle animalier (cirque, zoo, parc de jeux, corrida), il y aura une offre. Nous sommes dans un système capitaliste ou l intérêt est de consommer et de payer pour cela. Tant qu’une activité est lucrative elle perdure.
Que demain il y est une prise de conscience et ce sera la fin des courses hippiques, cirque...

Cela me fait penser aux débats des anti chasse qui mangent de la viande issue de l élevage industriel et parle de massacre animalier par les chasseurs qui doivent respecter des quotas pour permettre de réguler les populations d animaux sauvages.
Ou alors les antispecistes qui veulent interdire la consommation de viande à cause de l’élevage industriel (au lieu de militer pour une alimentation saine), quitte à voir disparaître des races animales.

Militer pour voir des pratiques néfastes disparaître c’est très bien, encore faut il agir intelligemment. Mais il ne faut pas perdre de vue que cela aura des répercussions économiques et environnementales. Des races animales élevées dans un but spécifique vont disparaître, des animaux ne pouvant plus vivre dans leur habitat naturel également. Il y a un revers à la médaille bien souvent.
Beaucoup de choses doivent évoluer dans notre société devenue trop consommatrice et polluante mais en prenant le soin de réfléchir. Les extrêmes sont toujours négatifs dans un sens comme dans l autre.
Afficher tout
C'est certain ce que tu dis et d'un certain côté c'est moralement acceptable au même titre que l'élevage industriel.

Ce que je voulais souligner, c'est qu'on ne peut pas dire que ces animaux sont bien traités car ils font des compétitions et font l'objet de "tous les soins". C'est un faux argument.

a écrit : Je ne comprend pas pourquoi de nos jours, où l'on milite pour la défense et le bien être animal, on ne fasse toujours rien pour les chevaux. Sous prétexte que cela fait des siècles qu'ils sont traités comme des objets, nous pouvons continuer ainsi.
Ils sont vouées à être esclavagé pour le plaisir des H
ommes et à vivre dans de ridicule box, alors que ceux sont des animaux vivant dans de grands espaces. Pour moi ce n'est pas mieux que pour les dauphins, bien que là on en fasse tout un drame. Afficher tout
Bonjour, certains militent mais c'est peu relayer par les médias. De plus, il y a beaucoup d'argent en jeu. Si l'on fonctionnait sur une logique non pécuniaire, il n'y aurait plus d'exploitation des autres animaux depuis longtemps.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il n’y a plus un chat parce que c’est truqué la plupart du temps (pire que la boxe) et que les qataris préfèrent acheter une équipe de foot que des poneys qui ne rapportent plus rien. Vous racontez n’importe quoi. Terrible de s’autoriser à penser sur un sujet qu’on ne maîtrise pas. L’époque.

a écrit : Vous racontez n’importe quoi. Terrible de s’autoriser à penser sur un sujet qu’on ne maîtrise pas. L’époque. Éclaire nous de ton savoir !

a écrit : Les bouchons sont retirés à quelques mètres de l'arrivée donc dans 99% du temps devant la tribune ou il y a encore du monde, des centaines de personnes qui "encouragent" le cheval qui présente un intérêt pour eux. Et ces encouragement s'entendent très bien depuis la piste.
Mais même en se bas
ant sur ton analyse, ça rejoint nos différents commentaires, le but des bouchons est de créer une situation stressante, bruyante et effrayante pour pousser le cheval à dépasser ses limites dans la dernière ligne droite. Afficher tout
Les bouchons sont retirés entre le dernier tournant et la mi-ligne droite, plus loin cela ne sert à rien.
Désolé, mais pour en avoir discuté avec certains jockeys, le bruit des tribunes ne s’entend pas dans le feu de l’action, hormis les jours de grand prix, ou en Angleterre où il y a toujours du monde. En France, il n’y a pas de « centaines de spectateurs » criant dans la ligne droite, mais quelques unités ( que l’on entend très bien devant sa télé d’ailleurs)

a écrit : Éclaire nous de ton savoir ! « Gnin gnin gnin, c’est truqué... », sempiternelle rengaine de ceux qui n’y connaissent rien ou pas grand chose. Vous êtes visiblement convaincu, pas utile de vous expliquer. Long et épuisant.

a écrit : « Gnin gnin gnin, c’est truqué... », sempiternelle rengaine de ceux qui n’y connaissent rien ou pas grand chose. Vous êtes visiblement convaincu, pas utile de vous expliquer. Long et épuisant. Je ne demande qu’à changer d’avis mais il faudrait des arguments. Mais ok je vous crois, ce n’est jamais truqué.

Quel est votre avis sur le dopage ou la maltraitance des chevaux ?

a écrit : « Gnin gnin gnin, c’est truqué... », sempiternelle rengaine de ceux qui n’y connaissent rien ou pas grand chose. Vous êtes visiblement convaincu, pas utile de vous expliquer. Long et épuisant. On ne dit pas que c'est truqué, on dit simplement que les propriétaires et les jockey ne disputent pas toujours une courses pour la gagner ;)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : « Gnin gnin gnin, c’est truqué... », sempiternelle rengaine de ceux qui n’y connaissent rien ou pas grand chose. Vous êtes visiblement convaincu, pas utile de vous expliquer. Long et épuisant. Je crois que les courses hippiques ont une mauvaise image qui datent de plusieurs dizaines d'années et basés sur des faits réels et qu'ils n'arriveront jamais à se défaire même en étant quasi-irréprochables aujourd'hui.

C'est exactement pareil avec le cyclisme.

a écrit : On ne dit pas que c'est truqué, on dit simplement que les propriétaires et les jockey ne disputent pas toujours une courses pour la gagner ;) Parfois, une équipe de foot ou autre sport évite de gagner un match durant les poules pour s'assurer une place différente dans le tableau de la compétition qui suit. Est-ce de la triche ou de la stratégie ?

a écrit : C'est certain ce que tu dis et d'un certain côté c'est moralement acceptable au même titre que l'élevage industriel.

Ce que je voulais souligner, c'est qu'on ne peut pas dire que ces animaux sont bien traités car ils font des compétitions et font l'objet de "tous les soins". C'est un faux argument.
Mon commentaire est juste après le tien mais n'en est pas une réponse. J'essaie de ne pas porter le moindre jugement. Nous avons tous nos expériences, notre culture qui façonnent la vision du monde.
Il nous faut tenter de rester un maximum objectif en pensant aux problèmes qui peuvent résulter d'une opinion tranchée. En faisant une recherche suite à ce sujet, je suis tombé sur quelques discours anti spéciste qui m'ont laissé un goût amer dans la bouche "manger de la viande est un meurtre" "arrêtons l'élevage industriel et tant pis si des milliers d'animaux meurent sans raison et que des races s'éteignent".
Certaines races de chevaux, de chiens existent encore car elles servent dans les chasses à court. Certains dirons que la chasse à court c'est mal, les chasseurs sont des monstres (par rapport à un abattoir, je reste sceptique) mais en attendant cela entretient des races animales, et permet de payer une partie des dégâts occasionnés par le gibier aux agriculteurs. La Suisse a supprimé la chasse, maintenant les Suisses paient pour les dégâts animaliers, et surtout ils paient des garde chasse pour chasser. Au final, ils vont voulu supprimer la chasse et se sont rajoutés deux problèmes financiers.

a écrit : Parfois, une équipe de foot ou autre sport évite de gagner un match durant les poules pour s'assurer une place différente dans le tableau de la compétition qui suit. Est-ce de la triche ou de la stratégie ? Dans ton exemple on peut parler de stratégie. Par contre une équipe de foot qui joue une finale et qui évite de gagner, on peut parler de tricherie.

Pour les chevaux il me semble que chaque course est une finale, il n'y a pas un classement annuel qui détermine le cheval de l'année comme ça peut exister en F1 moto GP ou autre.

Pour en revenir au foot, en ligue 2 il y a 2 ou 3 ans Nimes et un autre club se sont faits sanctionner pour s'être mis d'accord sur un match nul avant le match. Aucun accord financier simplement une poignée de mains pr assurer la montée à un club et le maintien à l'autre. Dans les courses de chevaux c'est toutes les semaines ce type d'arrangement.

Posté le

android

(1)

Répondre