Chaleur et humidité ne font pas bon ménage

Proposé par
le
dans

Une température de l’air de 35°C avec 100% d’humidité est considéré comme un seuil mortel pour l’être humain car ces conditions bloquent les deux mécanismes de refroidissement du corps (échange thermique et sudation). Ces conditions ont été observées au Pakistan et leurs fréquences augmentent.


Tous les commentaires (45)

a écrit : Il est néanmoins important de préciser que d'arriver à un taux d'humidité de 100 % ( ou proche), ne se donne pas partout.
Actuellement, (14 h 30), il fait 33 degrés° C chez moi, mais le taux d'humidité n'est que de.... 31 %.

C'est un peu plus au Sud, sur la côte Levantin
e, que j'ai supporté ce type de situation décrite dans l'anecdote, quand la température de l'eau de la Mer Méditerranée est élevée et que le vent est porteur. Là, la sensation est insupportable, car on se sent comme poisseux toute la journée. Afficher tout
Où cette chaleur lourde que l'on ressent après un orage d'été, une part de la pluie qui est tombée qui se vaporise sur le sol très chaud et sature tout de suite l'air ambiant... ca ne dure pas longtemps mais ça a un coté lourd et suffocant très désagréable.

Après, quand ca arrive sur des régions entières et que ça dure des heures, des jours et qu'on a aucun moyen de se rafraîchir où qu'on ne fait pas un minimum attention (un simple bain de pied où des boissons fraiches peut suffire) ça craint... C'est un coup à clamser c'est clair.

Pour l'anecdote, cet air lourd est sensé monter, se refroidir et retomber en flotte mais je crois que c'est nos grandes, immenses villes qui perturbent le phénomène, l'air chaud qui cherche à monter reste coincé sous de l'air froid qui cherche à descendre et stagne près du sol et... walla quoi

a écrit : La variation, en fonction de la température et de la pression, de la quantité d'eau qui représente 100% d'humidité car c'est le maximum que l'air peut absorber sous forme de vapeur, peut d'ailleurs être observée dans la vie de tous les jours. Les nuages au sommet des montagnes : l'air chargé de vapeur d'eau monte sur les pentes de la montagne poussé par le vent, sa pression baisse avec l'augmentation de l'altitude et comme la quantité d'eau que l'air peut contenir diminue avec la pression, la vapeur d'eau, qui est invisible, précipite sous forme de gouttelettes d'eau et ça donne un nuage, et quand l'air redescend de l'autre côté, sa pression augmente, l'air peut absorber davantage de vapeur d'eau, les goutelettes d'eau s'évaporent et l'eau redevient invisible, et tout ça fait un joli chapeau blanc au sommet d'une montagne (et s'il y a davantage d'eau contenue dans l'air ça peut aussi faire des nuages épais et même de la pluie). L'eau qui sort d'un climatiseur : l'air chargé d'humidité est fortement refroidi au contact des ailettes métalliques froides à l'intérieur du climatiseur, or à une température plus basse il ne peut pas contenir autant d'eau, l'eau se condense donc et sort du climatiseur par un tuyau, et l'air qui ressort est plus frais et plus sec, et même s'il se mélange avec l'air de la pièce et si le résultat est donc à peine plus frais que sans climatiseur, il est beaucoup plus sec car il a été abaissé à une température beaucoup plus froide dans le climatiseur et donc il a perdu beaucoup plus d'eau que s'il avait été simplement refroidi à la température de la pièce, et c'est pourquoi un climatiseur sert non seulement à rafraîchir mais aussi à réduire l'humidité d'une pièce. A partir d'un air à 35 °C et 95% d'humidité qui est ressenti comme une chaleur moite étouffante, on peut obtenir en climatisant une pièce, par exemple, de l'air à 32°C et 75% d'humidité et même si c'est à peine moins chaud c'est beaucoup plus agréable car, du coup, notre transpiration peut s'évaporer plus facilement et la régulation de la température au niveau de notre peau peut fonctionner normalement. Afficher tout Tout a fait, un climatiseur n'est pas sensé refroidir l'air de la pièce, mais l'air qui circule à travers un radiateur afin d'en retirer son eau.
Les petits climatiseurs monobloc (pas les trucs plus efficaces où il y a un appareil intérieur et un autre à l'extérieur) réchauffent forcément l'air ambiant (un compresseur qui tourne, ca chauffe) mais régulièrement, il faut vider un réservoir d'eau, eau qui n'est plus dans l'air à l'intérieur de la pièce, et c'est efficace! (pensez a fermer les fenêtres sinon ça sert a rien, mais tous ceux qui ont une clim le savent, je pense)

a écrit : Finalement, ce que je trouve important ce n’est pas tellement la notion de taux d’humidité (qui reste très intéressant entendons nous bien), c’est l’aspect mortel de la situation avec ces paramètres.
On est en train de rendre invivable notre planète et ce n’est plus une métaphore, cela arrive pour de vrai dans n
os différentes observations. 35 degrés Celsius, ce n’est pas énorme. 100% d’humidité, ça arrive relativement souvent dans certaines régions du monde. Si on couple les deux, on est train de rendre des régions entières du globe pas seulement inhospitalières mais véritablement mortelles pour l’être humain. Imaginez devoir vivre en combinaison de spationaute sur notre propre planète...

J’imagine qu’on fera des efforts quand quelques dizaines de millions commenceront à en mourir.
Afficher tout
Et si c'était déjà arrivé sur Mars ?

a écrit : Lire :
« • d’une part, si l’air est saturé en **EAU (humidité de 100%), l’eau DE LA TRANSPIRATION».
« aucun transferT thermiquE ne se fAIT ».
Je ne sais pas ce qu’il m’est arrivé.
Pas de souci, on avait compris quand même, voire même pas relevé - je parle pour moi :-)
Ah le Français (majuscule) et ses subtilités souvent discutables avec lesquelles je me prends la tête tous les jours
Pas plus tard qu’hier (virgule) avec un collègue, pour un rapport technique : je suis un adepte de « zone sans faiblesses notables » et lui de « zone sans faiblesse notable »
Voltaire et l’Académie (majuscule) semblent lui donner raison, mais je crois que Descartes me comprendrait, à défaut de prendre parti...
Pourquoi y aurait-il une seule faiblesse ?
En fait c’est assez subtile car ce que j’ai lu là dessus dit que l’on doit s’en remettre à la logique, et que le pluriel est acceptable si la pluralité est la norme (une rue sans voitures - une zone non fumeurs...) Bref...
Autre point étonnant : je n’ai même pas relevé le « haut » que j’ai bien « lu » comme « eau » !! Amusant...
Dernier point : merci aux nouveaux piliers du site - ils se reconnaîtront : ya vraiment du level !! même si certains indécrotables - ils se reconnaîtront ;) - continuent à dévier un point technique super intéressant (et assez flippant) pour philosopher sur une question de français (minuscule ?) à dix balles...

a écrit : Lire :
« • d’une part, si l’air est saturé en **EAU (humidité de 100%), l’eau DE LA TRANSPIRATION».
« aucun transferT thermiquE ne se fAIT ».
Je ne sais pas ce qu’il m’est arrivé.
MERCI pour cette auto-correction ! C'est tellement rare...
Je pense que tous nous avons tendance à Envoyer à la fin de notre message sans prendre le temps de nous relire auparavant.
Ce qui rendrait la lecture de SCMB beaucoup plus agréable.
Après, il y a aussi ceux qui sont allergiques à l'orthographe, ça c'est autre chose.
Allez, je me relis et j'envoie.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Finalement, ce que je trouve important ce n’est pas tellement la notion de taux d’humidité (qui reste très intéressant entendons nous bien), c’est l’aspect mortel de la situation avec ces paramètres.
On est en train de rendre invivable notre planète et ce n’est plus une métaphore, cela arrive pour de vrai dans n
os différentes observations. 35 degrés Celsius, ce n’est pas énorme. 100% d’humidité, ça arrive relativement souvent dans certaines régions du monde. Si on couple les deux, on est train de rendre des régions entières du globe pas seulement inhospitalières mais véritablement mortelles pour l’être humain. Imaginez devoir vivre en combinaison de spationaute sur notre propre planète...

J’imagine qu’on fera des efforts quand quelques dizaines de millions commenceront à en mourir.
Afficher tout
le seul commentaire valable sur ce fil, le vôtre, qui fait un lien entre l'activité humaine et la destruction des conditions de la vie sur Terre, n'a récolté qu'un seul "Like", le mien. Faut-il en dire plus sur le niveau de conscience des gens ici ?

a écrit : Pour les footeux :
www.eurosport.fr/football/coupe-du-monde/2014/coupe-du-monde-2014-a-manaus-toutes-les-equipes-ont-deux-adversaires._sto4297544/story.shtml
J'étais à Manaus pendant la Coupe du monde en 2014. En simple touriste, pour assister à Suisse-Honduras. Je n'ai pas compris comment les footballeurs étaient capables de jouer dans ces conditions... Premier jour: tourisme; 2e jour resté à l'hôtel, incapable de sortir comme si les quelques kilomètres marchés la veille étaient une épreuve insurmontable. 3e jour, ben j'ai dû me forcer à sortir, c'était jour de match... Je pense que le festival Shaqiri ce soir là m'a remis d'aplomb, car les deux jours suivants se sont bien passé.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Pas de souci, on avait compris quand même, voire même pas relevé - je parle pour moi :-)
Ah le Français (majuscule) et ses subtilités souvent discutables avec lesquelles je me prends la tête tous les jours
Pas plus tard qu’hier (virgule) avec un collègue, pour un rapport technique : je suis un adepte de « 
zone sans faiblesses notables » et lui de « zone sans faiblesse notable »
Voltaire et l’Académie (majuscule) semblent lui donner raison, mais je crois que Descartes me comprendrait, à défaut de prendre parti...
Pourquoi y aurait-il une seule faiblesse ?
En fait c’est assez subtile car ce que j’ai lu là dessus dit que l’on doit s’en remettre à la logique, et que le pluriel est acceptable si la pluralité est la norme (une rue sans voitures - une zone non fumeurs...) Bref...
Autre point étonnant : je n’ai même pas relevé le « haut » que j’ai bien « lu » comme « eau » !! Amusant...
Dernier point : merci aux nouveaux piliers du site - ils se reconnaîtront : ya vraiment du level !! même si certains indécrotables - ils se reconnaîtront ;) - continuent à dévier un point technique super intéressant (et assez flippant) pour philosopher sur une question de français (minuscule ?) à dix balles...
Afficher tout
On en apprend tous les jours... Comme la typographie et les subtilités ne sont pas apprises à l’école, on est obligés (-s ou pas ? Les deux sont justes...) de se renseigner par soi-même. J’ai appris plein de choses recemment comme la différence entre le trait d’union (« - ») et le tiret (« – ») ;) Pour les langues, que des minuscules, « le français » pour la langue, « le Français » pour le voisin. Pour le « zone sans faiblesse(s) », je serais plutôt d’accord avec toi, priorité au sens, tant que c’est français, le but du langage est de faire passer au mieux les idées. De la même manière, il m’arrive souvent d’utiliser « de toutes façons ».

@DELMOTTE
C’est vrai que c’est toujours plus clair quand tout le monde écrit bien, mais j’imagine pas le fil si tout le monde se corrigeait après les 15 minutes d’édition... Mais bon, quand c’est vraiment dégeulasse ou que ça empêche la bonne compréhension, c’est nécessaire. Ravi que ma correction vous ait plu ;) (le pire c’est que je m’étais relu...)

Bon cette fois, c’est pas moi qui ai dérivé sur l’écriture, ne m’en voulez pas svp :)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : le seul commentaire valable sur ce fil, le vôtre, qui fait un lien entre l'activité humaine et la destruction des conditions de la vie sur Terre, n'a récolté qu'un seul "Like", le mien. Faut-il en dire plus sur le niveau de conscience des gens ici ? Ok, donc tous les autres commentaires sont minables, y compris le tien.

Et toc! ;)

a écrit : Et si c'était déjà arrivé sur Mars ? Mars, autre problème, son coeur a refroidi, pas d'activité volcanique dont pas de dégazage (pas de renouvellement de l'atmosphère via les volcans) et pas de champ magnétique, le vent solaire éjecte peu à peu l'atmosphère dans l'espace.

C'est pas ce qui se passe sur Terre, par contre, sur Vénus... emballement de l'effet de serre... la question est encore à l'étude.

Mais c'est un autre sujet. :)

J'ai vécu 4 ans en Guyane française, il existe des valeurs proches, le corps nécessite 1 an d'adaptation environ pour un métropolitain. C'est très éprouvant physiquement les premiers mois.
En saison des pluies, lorsque le ciel se découvre, on avoisine 95 à 97% d'humidité et près de 37-38°c, c'est extrêmement éprouvant. Je buvais entre 4 et 5 litres d'eau par jour. Même en buvant de la bière mon corps métabolisait avant d'être alcoolisé.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Tout a fait, un climatiseur n'est pas sensé refroidir l'air de la pièce, mais l'air qui circule à travers un radiateur afin d'en retirer son eau.
Les petits climatiseurs monobloc (pas les trucs plus efficaces où il y a un appareil intérieur et un autre à l'extérieur) réchauffent forcémen
t l'air ambiant (un compresseur qui tourne, ca chauffe) mais régulièrement, il faut vider un réservoir d'eau, eau qui n'est plus dans l'air à l'intérieur de la pièce, et c'est efficace! (pensez a fermer les fenêtres sinon ça sert a rien, mais tous ceux qui ont une clim le savent, je pense) Afficher tout
C'est à peu près ça mais tu as quand même oublié un paramètre : les petits climatiseurs monobloc ont quand même une gaine d'évacuation pour l'air chaud, qu'on peut par exemple faire sortir par une fenêtre entrebaillée. Ce que tu décris c'est quand on laisse la porte ouverte du frigo : ça ne refroidit pas la pièce, au contraire l'électricité consommée chauffe la pièce. Un climatiseur monobloc retire quand même de la chaleur de la pièce mais c'est moins bien qu'un split (un climatiseur en deux parties comprenant un évaporateur dans la pièce à refroidir et un condenseur à l'extérieur reliés par un circuit dans lequel circule le fréon qui transporte la chaleur) pour 2 raisons : 1) c'est très bruyant car du coup le compresseur est dans la pièce, alors que dans le cas d'un split il est à l'extérieur et on entend seulement dans la pièce le bruit d'un petit ventilateur, et 2) s'il y a de l'air chaud qui sort par la gaine, il faut bien qu'il y ait de l'air qui rentre sinon la pièce finirait par être vide d'air alors soit l'air entre sous la porte, et c'est l'air chaud et humide de l'extérieur, soit, encore pire !, par l'entrebaillement de la fenêtre si on n'a pas bien colmatté autour de la gaine, dont une partie de l'air brûlant qui est soufflé par la gaine et qui est directement réaspiré dans la pièce !

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Finalement, ce que je trouve important ce n’est pas tellement la notion de taux d’humidité (qui reste très intéressant entendons nous bien), c’est l’aspect mortel de la situation avec ces paramètres.
On est en train de rendre invivable notre planète et ce n’est plus une métaphore, cela arrive pour de vrai dans n
os différentes observations. 35 degrés Celsius, ce n’est pas énorme. 100% d’humidité, ça arrive relativement souvent dans certaines régions du monde. Si on couple les deux, on est train de rendre des régions entières du globe pas seulement inhospitalières mais véritablement mortelles pour l’être humain. Imaginez devoir vivre en combinaison de spationaute sur notre propre planète...

J’imagine qu’on fera des efforts quand quelques dizaines de millions commenceront à en mourir.
Afficher tout
En quoi est-ce un mal que des millions ou des milliards meurent ? En 1960 on était 3.6milliards. En Afrique 300millions d'habitants aujourd'hui 1.2milliard, peut-être faut-il revenir autour de 500millions ? L'Europe voit sa population native diminuer rapidement et seul l'apport d'étrangers fausse la démographie donc il faut couper les vannes de l'immigration autre qu'européenne et nous reviendrons à 250/350millions d'habitants.

Le problème n'est pas le réchauffement climatique mais bien la surpopulation. Il est fictif de croire qu'avec 15milliards d'habitants mais une économie décroissante ou vertueuse la terre puisse suffir à cette population. Ça a toujours été un débat de dupe de comparer la consommation d'un occidental par rapport à un africain.

a écrit : En quoi est-ce un mal que des millions ou des milliards meurent ? En 1960 on était 3.6milliards. En Afrique 300millions d'habitants aujourd'hui 1.2milliard, peut-être faut-il revenir autour de 500millions ? L'Europe voit sa population native diminuer rapidement et seul l'apport d'étrangers fausse la démographie donc il faut couper les vannes de l'immigration autre qu'européenne et nous reviendrons à 250/350millions d'habitants.

Le problème n'est pas le réchauffement climatique mais bien la surpopulation. Il est fictif de croire qu'avec 15milliards d'habitants mais une économie décroissante ou vertueuse la terre puisse suffir à cette population. Ça a toujours été un débat de dupe de comparer la consommation d'un occidental par rapport à un africain.
Afficher tout
Je suis totalement d’accord, moi je propose qu’on euthanasie tous les plus de 66 ans, ils sont inutiles à la société, et on reviendrait à des taux normaux. On tue aussi les handicapés car ils mobilisent trop de ressources pour peu de production. Au passage, on renvoie tous les étrangers dans leur pays d’origine, ils pullulent trop et font 5 enfants, ce qui déséquilibre les taux. Pour les Africains, je propose qu’on les tue un sur deux.

Plus sérieusement, vous ne pouvez pas tenir ce discours arriéré en 2020. La Terre peut très bien supporter 10 milliards d’habitants, le problème n’est pas le nombre, mais nos modes de vie. S’il vous plaît, arrêtez de dire n’importe quoi.

Posté le

android

(4)

Répondre

Jlsd, vu que je suis un adepte scientisme convaincu, bien plus préoccupé par les problématiques de demain que par celles d'aujourd'hui. Je commente juste pour dire que j'adore lire les commentaires sur l'art d'écrire. ( Ce qui correspond à de la magie noir à mes yeux)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ça répond aussi à alpho29, non le taux d’humidité n’a pas de rapport avec la pluie. Le taux d’humidité c’est une sorte de pourcentage de saturation de l’air en eau dans un milieu. En fait on peut évaporer une quantité limitée d’eau dans un certain volume, sous une certaine pression. Lorsque le taux de 100% n’est pas atteint, on pourra toujours rajouter des molécules d’eau.
Par exemple, pour faire sécher ta salle de bain quand l’air extérieur est sec (on est au alentour de 40%), la meilleure méthode est de créer un courant d’air, les molécules vont plus vite s’évaporer dans un air à 40% constamment renouvelé. À l’inverse, sans courant d’air, le taux d’humidité de ta salle de bain va augmenter et l’eau va s’évaporer de plus en plus lentement. Si il y a trop d’eau, on va même atteindre 100% d’humidité et de l’eau va rester sous forme liquide et jamais s’évaporer (rare en pratique car il faut beaucoup d’eau et les salles de bains ne sont jamais hermétiques). C’est à renouveler l’air intérieur que servent les bouches d’aération. Pour se faire une idée, dans ma chambre, il faut actuellement 29 ℃ et il y a un taux d’humidité de 45%, je transpire légérement mais c’est supportable. Dans notre jungle à 100% d’humidité, une flaque d’eau ne séchera jamais (en pratique le taux est d’un peu moins de 100%, ça va sécher mais très lentement).

La pluie c’est autre chose, l’eau évaporée dans l’air à la surface de la Terre (dans la jungle, les lacs, les mers...) va petit à petit monter dans l’air et va subir une « détente », c’est-à-dire une baisse de pression, ce qui va entraîner une baisse de température. Les molécules d’eau vont donc se liquéfier autour de « noyaux de condensation ». Les nuages sont liquides. À partir d’un certain seuil d’eau liquide, ces micro-goutellettes vont tomber et voici la pluie.

Devancé par Nicontrarié qui a été plus rapide.
Afficher tout
Et un hammam ? C’est humide et chaud ? Donc pas bon pour le corps ?

a écrit : Et un hammam ? C’est humide et chaud ? Donc pas bon pour le corps ? J’y avais pensé en écrivant.
Alors non, le hammam est excellent pour le corps et possède de très nombreuses vertus : la chaleur et la transpiration ouvrent les pores et permettent un nettoyage profond, relachement des muscles qui permet de bien récupérer, une très belle détente, etc.
Pour y avoir été, il me reste un très bon souvenir en mémoire.
Ce qui répond au paradoxe, c’est qu’on reste dans le hammam peu de temps, pas plus de 20 minutes (on peut aussi « couper » les durées en sortant et en revenant), l’état critique n’a pas assez de temps pour se mettre en place dans le corps donc aucun danger vis à vis de l’anecdote.
Cependant, attention, il peut être très difficile pour certains de respirer, surtout au début. Le hammam n’est pas recommandé aux personnes présentant des antécédents cardiovasculaires ou des problèmes respiratoires.

Anecdote dans l’anecdote :
‣ Hammam : Humidité 100%, 37 ℃-50 ℃, issu du monde arabo-musulman.
‣ Sauna : Humidité 0%, jusqu’à 90 ℃, issu des pays nordiques.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ils sont insupportables ces écolos avec leur dogme sourcé et prouvé. Ce serait comme un catho qui aurait la preuve irréfutable de l’existence de Dieu. Horrible. En quoi ce serait horrible qu'un catho apporte la preuve de l'existence de Dieu ? Il faudrait juste l'intégrer comme une donnée supplémentaire à la problématique.
:)

Posté le

android

(0)

Répondre

Aux USA, un dicton populaire en Arizona dit : "it's a dry heat"("c'est une chaleur sèche"), ce qui veut bien dire que la chaleur est plus supportable dans des zones arides, comparé aux endroits plus humides comme la Louisiane, ou même certains endroits de Californie.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ça répond aussi à alpho29, non le taux d’humidité n’a pas de rapport avec la pluie. Le taux d’humidité c’est une sorte de pourcentage de saturation de l’air en eau dans un milieu. En fait on peut évaporer une quantité limitée d’eau dans un certain volume, sous une certaine pression. Lorsque le taux de 100% n’est pas atteint, on pourra toujours rajouter des molécules d’eau.
Par exemple, pour faire sécher ta salle de bain quand l’air extérieur est sec (on est au alentour de 40%), la meilleure méthode est de créer un courant d’air, les molécules vont plus vite s’évaporer dans un air à 40% constamment renouvelé. À l’inverse, sans courant d’air, le taux d’humidité de ta salle de bain va augmenter et l’eau va s’évaporer de plus en plus lentement. Si il y a trop d’eau, on va même atteindre 100% d’humidité et de l’eau va rester sous forme liquide et jamais s’évaporer (rare en pratique car il faut beaucoup d’eau et les salles de bains ne sont jamais hermétiques). C’est à renouveler l’air intérieur que servent les bouches d’aération. Pour se faire une idée, dans ma chambre, il faut actuellement 29 ℃ et il y a un taux d’humidité de 45%, je transpire légérement mais c’est supportable. Dans notre jungle à 100% d’humidité, une flaque d’eau ne séchera jamais (en pratique le taux est d’un peu moins de 100%, ça va sécher mais très lentement).

La pluie c’est autre chose, l’eau évaporée dans l’air à la surface de la Terre (dans la jungle, les lacs, les mers...) va petit à petit monter dans l’air et va subir une « détente », c’est-à-dire une baisse de pression, ce qui va entraîner une baisse de température. Les molécules d’eau vont donc se liquéfier autour de « noyaux de condensation ». Les nuages sont liquides. À partir d’un certain seuil d’eau liquide, ces micro-goutellettes vont tomber et voici la pluie.

Devancé par Nicontrarié qui a été plus rapide.
Afficher tout
Merci bcp pour vos explications c’est très clair !