L'espace fait grandir

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Les astronautes ne subissent pas les mêmes forces que nous dans l'espace et reviennent souvent cassés.

Sur Terre, la gravité nous "tire vers le bas", ce qui tasse constamment notre corps (pendant notre sommeil, ce tassement influe également sur notre taille allongée, il est possible de prendre entre 1 et 3cm)
Or dans l'espace, les astronautes ne subissent pas cette force.

L'astronome américain Scott Kelly, retraité à 52 ans, a cumulé 520 jours dans l'espace dans sa carrière, dont 340 jours consécutifs. Une fois de retour au bercail, il a souffert de terribles douleurs partout sur le corps pendant des mois. ll a même déclaré que "se réadapter à la vie sur Terre est un véritable défi".

Kelly se plaignait d'avoir perdu de la masse osseuse, de sentir ses muscles atrophiés. Son sang, redistribué à nouveau dans tout le corps à forcé sur le cœur. Il avait une sensation de brûlure et de démangeaison constantes sur la peau, ses pieds ne supportaient plus les chaussures. Chaque jour dans l'espace, il était confronté à plus de dix fois les radiations présente sur la planète, ce qui augmente considérablement le risque d'attraper un cancer dans le futur.

Kelly a cependant déclaré avoir trouvé du positif dans sa nouvelle condition : il a énormément bronzé.

Posté le

android

(73)

Répondre

Il y a beaucoup de choses surprenantes sur l'effet de l'apesanteur à long terme sur les astronautes. Ils peuvent devenir aveugles car trop de sang dans les globes oculaires (et dans le cerveau avec les répercussions que cela peut avoir). Atrophie des muscles bien connue d'où les exercices sportifs récurents dans l'ISS.
Irradiation du soleil qui est cancérigène.

Encore plus "amusant" si l'on va sur Mars il faudra bien penser à prendre nos combinaisons pressurisées, en effet la pression étant moindre, même à basse température notre sang entrerait en ébullition... Beurk...

Tout ça pour dire que la conquête spatiale au delà des problèmes techniques pour le voyage ce heurte à des problèmes physiques. Nous ne sommes pas fait pour voyager dans l'espace et la science doit s'adapter à cela.

Nous avons mis des millions d'années à tenir debout, si la conquête spatiale évolue il est probable que notre métabolisme à treeeees long terme évolue avec elle.

Posté le

android

(33)

Répondre

a écrit : Il y a beaucoup de choses surprenantes sur l'effet de l'apesanteur à long terme sur les astronautes. Ils peuvent devenir aveugles car trop de sang dans les globes oculaires (et dans le cerveau avec les répercussions que cela peut avoir). Atrophie des muscles bien connue d'où les exercices sportifs récurents dans l'ISS.
Irradiation du soleil qui est cancérigène.

Encore plus "amusant" si l'on va sur Mars il faudra bien penser à prendre nos combinaisons pressurisées, en effet la pression étant moindre, même à basse température notre sang entrerait en ébullition... Beurk...

Tout ça pour dire que la conquête spatiale au delà des problèmes techniques pour le voyage ce heurte à des problèmes physiques. Nous ne sommes pas fait pour voyager dans l'espace et la science doit s'adapter à cela.

Nous avons mis des millions d'années à tenir debout, si la conquête spatiale évolue il est probable que notre métabolisme à treeeees long terme évolue avec elle.
Afficher tout
Suite à une étude récente réalisée par certains astronotaunes sur eux même on a découvert que le sens de circulation du sang dans certaines artères allant au cerveau changent.
Le corps s'adapte pour permettre une meilleure circulation du sang dans le cerveau.

Posté le

android

(22)

Répondre


Tous les commentaires (19)

Les astronautes ne subissent pas les mêmes forces que nous dans l'espace et reviennent souvent cassés.

Sur Terre, la gravité nous "tire vers le bas", ce qui tasse constamment notre corps (pendant notre sommeil, ce tassement influe également sur notre taille allongée, il est possible de prendre entre 1 et 3cm)
Or dans l'espace, les astronautes ne subissent pas cette force.

L'astronome américain Scott Kelly, retraité à 52 ans, a cumulé 520 jours dans l'espace dans sa carrière, dont 340 jours consécutifs. Une fois de retour au bercail, il a souffert de terribles douleurs partout sur le corps pendant des mois. ll a même déclaré que "se réadapter à la vie sur Terre est un véritable défi".

Kelly se plaignait d'avoir perdu de la masse osseuse, de sentir ses muscles atrophiés. Son sang, redistribué à nouveau dans tout le corps à forcé sur le cœur. Il avait une sensation de brûlure et de démangeaison constantes sur la peau, ses pieds ne supportaient plus les chaussures. Chaque jour dans l'espace, il était confronté à plus de dix fois les radiations présente sur la planète, ce qui augmente considérablement le risque d'attraper un cancer dans le futur.

Kelly a cependant déclaré avoir trouvé du positif dans sa nouvelle condition : il a énormément bronzé.

Posté le

android

(73)

Répondre

Il y a beaucoup de choses surprenantes sur l'effet de l'apesanteur à long terme sur les astronautes. Ils peuvent devenir aveugles car trop de sang dans les globes oculaires (et dans le cerveau avec les répercussions que cela peut avoir). Atrophie des muscles bien connue d'où les exercices sportifs récurents dans l'ISS.
Irradiation du soleil qui est cancérigène.

Encore plus "amusant" si l'on va sur Mars il faudra bien penser à prendre nos combinaisons pressurisées, en effet la pression étant moindre, même à basse température notre sang entrerait en ébullition... Beurk...

Tout ça pour dire que la conquête spatiale au delà des problèmes techniques pour le voyage ce heurte à des problèmes physiques. Nous ne sommes pas fait pour voyager dans l'espace et la science doit s'adapter à cela.

Nous avons mis des millions d'années à tenir debout, si la conquête spatiale évolue il est probable que notre métabolisme à treeeees long terme évolue avec elle.

Posté le

android

(33)

Répondre

a écrit : Il y a beaucoup de choses surprenantes sur l'effet de l'apesanteur à long terme sur les astronautes. Ils peuvent devenir aveugles car trop de sang dans les globes oculaires (et dans le cerveau avec les répercussions que cela peut avoir). Atrophie des muscles bien connue d'où les exercices sportifs récurents dans l'ISS.
Irradiation du soleil qui est cancérigène.

Encore plus "amusant" si l'on va sur Mars il faudra bien penser à prendre nos combinaisons pressurisées, en effet la pression étant moindre, même à basse température notre sang entrerait en ébullition... Beurk...

Tout ça pour dire que la conquête spatiale au delà des problèmes techniques pour le voyage ce heurte à des problèmes physiques. Nous ne sommes pas fait pour voyager dans l'espace et la science doit s'adapter à cela.

Nous avons mis des millions d'années à tenir debout, si la conquête spatiale évolue il est probable que notre métabolisme à treeeees long terme évolue avec elle.
Afficher tout
Suite à une étude récente réalisée par certains astronotaunes sur eux même on a découvert que le sens de circulation du sang dans certaines artères allant au cerveau changent.
Le corps s'adapte pour permettre une meilleure circulation du sang dans le cerveau.

Posté le

android

(22)

Répondre

D'ailleurs, autre particularité de la colonne vertébrale : on perd 2/3 cm entre le matin au réveil et le soir !

En effet, les disques intervertébraux sont majoritairement composés d'eau et la station debout entraîne un tassement de ceux-ci. Chaque nuit, comme les disques ne sont plus écrasés par la gravité, ils se regonflent pour reprendre leur taille normale.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Il y a beaucoup de choses surprenantes sur l'effet de l'apesanteur à long terme sur les astronautes. Ils peuvent devenir aveugles car trop de sang dans les globes oculaires (et dans le cerveau avec les répercussions que cela peut avoir). Atrophie des muscles bien connue d'où les exercices sportifs récurents dans l'ISS.
Irradiation du soleil qui est cancérigène.

Encore plus "amusant" si l'on va sur Mars il faudra bien penser à prendre nos combinaisons pressurisées, en effet la pression étant moindre, même à basse température notre sang entrerait en ébullition... Beurk...

Tout ça pour dire que la conquête spatiale au delà des problèmes techniques pour le voyage ce heurte à des problèmes physiques. Nous ne sommes pas fait pour voyager dans l'espace et la science doit s'adapter à cela.

Nous avons mis des millions d'années à tenir debout, si la conquête spatiale évolue il est probable que notre métabolisme à treeeees long terme évolue avec elle.
Afficher tout
Voir les dernières recherches sur le sujet (et les accidents dans le "vide") et une très bonne vidéo de Max Bird dessus : on ne meurt pas à cause de notre sang qui serait en ébullition.

Il y a plus de pression sur Mars que dans l'espace et déjà la différence par rapport à celle sur Terre n'est pas "énorme". Le corps n'explosera pas et le sang étant dans ton corps, n'entrera pas en ébullition.

Par contre, l'air de ton corps sortira à toute vitesse et la salive et les petites vaisseaux des yeux vont entrer en ébullition, avant que tu perdes conscience au bout de 15s à cause du manque d'oxygène. Ce qui tuera le "Martien" ça sera donc le manque d'oxygène et/ou le froid.

Désolé mais l'anecdote est mal formulée. Les vertèbres ne se "relâchent" pas. C'est de l'os. Par contre les disques intervertébraux se gonflent de liquide plus qu'à l'accoutumée (principalement le noyau, si on veut chipoter). Ce phénomène se passe à moindre échelle chez chacun de nous : en position verticale les disques perdent du liquide sous la pression de la pesanteur, et en position allongée ils se "regonflent". D'où une variation de taille pouvant aller jusqu'à 1 cm et demi chez un sujet jeune entre le début et la fin de journée.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Les astronautes ne subissent pas les mêmes forces que nous dans l'espace et reviennent souvent cassés.

Sur Terre, la gravité nous "tire vers le bas", ce qui tasse constamment notre corps (pendant notre sommeil, ce tassement influe également sur notre taille allongée, il est possible de pren
dre entre 1 et 3cm)
Or dans l'espace, les astronautes ne subissent pas cette force.

L'astronome américain Scott Kelly, retraité à 52 ans, a cumulé 520 jours dans l'espace dans sa carrière, dont 340 jours consécutifs. Une fois de retour au bercail, il a souffert de terribles douleurs partout sur le corps pendant des mois. ll a même déclaré que "se réadapter à la vie sur Terre est un véritable défi".

Kelly se plaignait d'avoir perdu de la masse osseuse, de sentir ses muscles atrophiés. Son sang, redistribué à nouveau dans tout le corps à forcé sur le cœur. Il avait une sensation de brûlure et de démangeaison constantes sur la peau, ses pieds ne supportaient plus les chaussures. Chaque jour dans l'espace, il était confronté à plus de dix fois les radiations présente sur la planète, ce qui augmente considérablement le risque d'attraper un cancer dans le futur.

Kelly a cependant déclaré avoir trouvé du positif dans sa nouvelle condition : il a énormément bronzé.
Afficher tout
Rien là dedans ne me paraît faux mais attention à ne pas confondre l'astronaute et l'astronome... Scott Kelly est un Astronaute américain, une personne qui a voyagé dans l'espace. Un astronome est un scientifique qui étudie l'astronomie, c'est à dire la science qui vise à étudier et comprendre les astres. On parle souvent d'astrophysicien pour un scientifique qui théorise sur le fonctionnement de l'univers tandis que le terme d'astronome est réservé à ceux qui observent au moyen d'un téléscope, mais en théorie cette distinction n'est pas obligatoire et l'astrophysique n'est qu'une branche de l'astronomie au sens large.

L'astrologue, lui, escroque les gens pour des prédictions basées sur rien du tout.

Après il est vrai que les astronautes sont souvent des passionnés qui aiment admirer les étoiles en amateur avec des jumelles ou un petit télescope donc choisir d'appeler Scott Kelly un astronome n'est sans doute pas faux mais ce n'est pas pour ça qu'il est connu...

Posté le

android

(5)

Répondre

Le principal problème du voyage spatial sur le squelette n'est pas ce problème de taille qui diminue mais un problème de fragilité. En effet le manque de gravité empêche un des mécanismes de renforcement des os d'opérer de façon normale.

Car voyez-vous quand nous sommes sur Terre, il se trouve qu'on maltraite quelque peu nos os mais que cela est bon pour eux.

Lorsqu'on marche, qu'on court, qu'on saute ou qu'on se cogne, on crée dans nos os des micro fissures, qui sont imperceptibles de notre point de vue mais que l'organisme détecte et répare. Et ces "réparations" permettent d'entretenir l'os et de le renforcer considérablement. Sans ce mécanisme, les os des astronautes perdent en masse et se fragilisent.

Posté le

android

(7)

Répondre

Erreur ! La gravité dans l'iss est bel et bien présente. Mais elle n'est pas ressentie car l'iss est en orbite.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : J’allais dire la même chose. C’est même l’objet d’une autre anecdote.

secouchermoinsbete.fr/58690-les-astronautes-en-orbite-autour-de-la-terre-flottent-car-ils-sont-en-chute-libre
Le fait que les astronautes ne soient plus soumis à la gravité ne veut pas dire qu'il n'y a plus de gravité, juste qu'ils n'y sont plus soumis. (car une autre force annule la première).
La rédaction de l'anecdote est donc juste.

Quand aux effets de l'impesanteur, c'est clair qu'ils ont d'énormes conséquences sur l'organisme, les astronautes qui font de longs séjours (plus d'un mois) sont à ramasser à la petite cuillère! D'ailleurs pour aller sur Mars, ils ne pourront pas se passer d'un minimum de gravité artificielle pendant le voyage, et... c'est pour ça qu'on a développé des petites centrifugeuses de quelques mètres de diamètre pouvant entrer dans un petit vaisseau et tenir dans un (gros) lanceur spatial.

Aujourd'hui la technologie pour faire ce voyage est au point, avec une garantie de succès supérieure à celle d'Apollo 11.

Manque juste les pépettes! ^^

Et ça fait vieillir moins vite, je vous conseille de regarder la vidéo de science étonnante qui s’appelle le paradoxe des jumeaux (de mémoire)

a écrit : Le fait que les astronautes ne soient plus soumis à la gravité ne veut pas dire qu'il n'y a plus de gravité, juste qu'ils n'y sont plus soumis. (car une autre force annule la première).
La rédaction de l'anecdote est donc juste.

Quand aux effets de l'impesanteur, c'
est clair qu'ils ont d'énormes conséquences sur l'organisme, les astronautes qui font de longs séjours (plus d'un mois) sont à ramasser à la petite cuillère! D'ailleurs pour aller sur Mars, ils ne pourront pas se passer d'un minimum de gravité artificielle pendant le voyage, et... c'est pour ça qu'on a développé des petites centrifugeuses de quelques mètres de diamètre pouvant entrer dans un petit vaisseau et tenir dans un (gros) lanceur spatial.

Aujourd'hui la technologie pour faire ce voyage est au point, avec une garantie de succès supérieure à celle d'Apollo 11.

Manque juste les pépettes! ^^
Afficher tout
Alors c’est du vocabulaire sûrement. Pour moi les astronautes de l’ISS sont à la fois soumis à la gravité et à la chute libre mais aussi à la mise en orbite donc ils flottent.

Dire qu’ils ne sont plus soumis à la gravité me paraît erroné.

a écrit : Alors c’est du vocabulaire sûrement. Pour moi les astronautes de l’ISS sont à la fois soumis à la gravité et à la chute libre mais aussi à la mise en orbite donc ils flottent.

Dire qu’ils ne sont plus soumis à la gravité me paraît erroné.
Soit on est soumis à la gravité (on ne peut pas lutter) et on s'écrase, soit on est en impesanteur, soit on est en accélération, soit...

Je ne suis pas en train de parler de physique, mais de sens des mots. Soumis, ca veut dire qu'on ne peut pas résister, et les astronautes résistent tellement bien à la gravité en exploitant la force centrifuge contraire qui annule le tout que ca pose des problèmes physiologiques, d'ailleurs.

Quand on est en chute libre dans le vide, on est aussi en impesanteur, mais comme on est soumis à la gravité, ... "splatch" ^^

Après si on rentre dans les détails, tu a raison. On peut aussi dire que les astronautes sont en chute libre mais qu'ils tournent si vite autour de la Terre qu'ils la ratent en permanence, j'aime bien l'image. C'est comme ça qu'on m'avait expliqué ce qu'est une orbite étant gamin .

a écrit : Les astronautes ne subissent pas les mêmes forces que nous dans l'espace et reviennent souvent cassés.

Sur Terre, la gravité nous "tire vers le bas", ce qui tasse constamment notre corps (pendant notre sommeil, ce tassement influe également sur notre taille allongée, il est possible de pren
dre entre 1 et 3cm)
Or dans l'espace, les astronautes ne subissent pas cette force.

L'astronome américain Scott Kelly, retraité à 52 ans, a cumulé 520 jours dans l'espace dans sa carrière, dont 340 jours consécutifs. Une fois de retour au bercail, il a souffert de terribles douleurs partout sur le corps pendant des mois. ll a même déclaré que "se réadapter à la vie sur Terre est un véritable défi".

Kelly se plaignait d'avoir perdu de la masse osseuse, de sentir ses muscles atrophiés. Son sang, redistribué à nouveau dans tout le corps à forcé sur le cœur. Il avait une sensation de brûlure et de démangeaison constantes sur la peau, ses pieds ne supportaient plus les chaussures. Chaque jour dans l'espace, il était confronté à plus de dix fois les radiations présente sur la planète, ce qui augmente considérablement le risque d'attraper un cancer dans le futur.

Kelly a cependant déclaré avoir trouvé du positif dans sa nouvelle condition : il a énormément bronzé.
Afficher tout
Les combinaisons sont dimensionnées pour ce changement de taille, j’espère !

a écrit : Soit on est soumis à la gravité (on ne peut pas lutter) et on s'écrase, soit on est en impesanteur, soit on est en accélération, soit...

Je ne suis pas en train de parler de physique, mais de sens des mots. Soumis, ca veut dire qu'on ne peut pas résister, et les astronautes résistent tellement bi
en à la gravité en exploitant la force centrifuge contraire qui annule le tout que ca pose des problèmes physiologiques, d'ailleurs.

Quand on est en chute libre dans le vide, on est aussi en impesanteur, mais comme on est soumis à la gravité, ... "splatch" ^^

Après si on rentre dans les détails, tu a raison. On peut aussi dire que les astronautes sont en chute libre mais qu'ils tournent si vite autour de la Terre qu'ils la ratent en permanence, j'aime bien l'image. C'est comme ça qu'on m'avait expliqué ce qu'est une orbite étant gamin .
Afficher tout
Ce n’est pas comme ça qu’on l’explique pour les enfants. C’est l’explication pour tout le monde.

La Lune est en chute libre vers la Terre, les astronautes de l’ISS sont en chute libre vers la Terre. Leur vitesse initiale leur permet de rester en orbite c’est à dire de chuter continuellement autour d’un corps sphérique. Ils sont donc soumis à la gravité sinon ils quitteraient leur orbite que ce soit la Lune ou l’ISS.

a écrit : Rien là dedans ne me paraît faux mais attention à ne pas confondre l'astronaute et l'astronome... Scott Kelly est un Astronaute américain, une personne qui a voyagé dans l'espace. Un astronome est un scientifique qui étudie l'astronomie, c'est à dire la science qui vise à étudier et comprendre les astres. On parle souvent d'astrophysicien pour un scientifique qui théorise sur le fonctionnement de l'univers tandis que le terme d'astronome est réservé à ceux qui observent au moyen d'un téléscope, mais en théorie cette distinction n'est pas obligatoire et l'astrophysique n'est qu'une branche de l'astronomie au sens large.

L'astrologue, lui, escroque les gens pour des prédictions basées sur rien du tout.

Après il est vrai que les astronautes sont souvent des passionnés qui aiment admirer les étoiles en amateur avec des jumelles ou un petit télescope donc choisir d'appeler Scott Kelly un astronome n'est sans doute pas faux mais ce n'est pas pour ça qu'il est connu...
Afficher tout
Mini précision à la précision, l’astrophysicien théorise (ou simplement étudie) le fonctionnement des astres (que ce soit les planètes, les étoiles ou même les galaxies) mais c’est le cosmologue ( ou cosmologiste) qui théorise le fonctionnement de l’Univers dans son ensemble.

Ça serait pas mal un petit séjour en gravité zéro pour traiter l'arthrose (pas mal mais infiniment cher hehe..)

Posté le

android

(1)

Répondre