Il y a eut une mission Apollo Soyouz en 1975

Proposé par
le
dans

Un épisode méconnu de la conquête spatiale est la mission Apollo Soyouz de 1975. Il s’agit de la première mission spatiale conjointe entre l'Union soviétique et les États-Unis. Un vaisseau Apollo et un vaisseau Soyouz vont s’amarrer en orbite basse terrestre pendant plusieurs jours. Chaque vaisseau était équipé d’un point d’amarrage de type « mâle », il fallut construire un module d’amarrage doté de deux points d’amarrage « femelles » entre les deux vaisseaux pour s’amarrer.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Le module d’amarrage était donc forcément relié au départ à un des deux vaisseaux. Alors lequel des deux a fait la femme? Aucun ils ont conçus un système hermaphrodite.

Posté le

android

(36)

Répondre

a écrit : Apparemment, le module d'amarrage a été envoyé via une troisième lancement, et si tu lis les sources, tu aura la réponse à ta question qui a été importante à l'époque. ^^ Le module d'amarrage était dans la coiffe du S-IVB, là où se trouvait le LEM pour les missions lunaires. La capsule Apollo faisait la même manoeuvre qu'avec le LEM pour le récupérer. On peut voir sur les photos prises par le Soyouz la capsule Apollo avec le module en question. A voir, la vidéo de la chaîne Stardust sur le sujet youtu.be/VjfKNlHV-BM

J'aime bien cet épisode de la conquête spatiale parce que les deux plus grandes puissances de l'époque ont trouvé un moyen pour que deux vaisseaux mâles puissent s'amarrer, comme personne ne voulait le port femelle, dans une époque qui était quand même bien homophobe

Posté le

android

(37)

Répondre

Je ne pense pas qu'il s'agisse uniquement de sexe et de pénétration figurée.

Les deux systèmes sont incompatibles : se doter du système de l'autre est une perte de souveraineté, mais se doter d'un système commun est une avancée.
Ce fut donc fait, en plus de permettre à l'avenir une meilleure interopérabilité avec les programmes Skylab et Saliout (un avenir qui n'a jamais eu lieu, mais le module APAS revint plus tard sur Mir).

Les russe firent le plus gros pas en avant : leur Soyouz fut équipé du système APAS, mais pas le module Apollo, qui se dockait avec le module d'amarrage qui lui portait le système APAS.
S'il n'était question que de sexe au figuré et de pénétration, le module d'amarrage aurait eu comme point d'amarrage un port Apollo passif et un port Soyouz passif.


Tous les commentaires (33)

Le module d’amarrage était donc forcément relié au départ à un des deux vaisseaux. Alors lequel des deux a fait la femme?

Apparemment, le module d'amarrage a été envoyé via une troisième lancement, et si tu lis les sources, tu aura la réponse à ta question qui a été importante à l'époque. ^^

a écrit : Le module d’amarrage était donc forcément relié au départ à un des deux vaisseaux. Alors lequel des deux a fait la femme? Aucun ils ont conçus un système hermaphrodite.

Posté le

android

(36)

Répondre

Et c’est là qu’on voit que l’égo de certains hommes se logent vraiment dans des détails stupides... Comme si être « femelle » était dégradant. Merci bien.

(Après, ça n’enlève pas le travail complexe qui a été fait de devoir concevoir un rajout non prévu pour que les deux morceaux se connectent correctement).

a écrit : Apparemment, le module d'amarrage a été envoyé via une troisième lancement, et si tu lis les sources, tu aura la réponse à ta question qui a été importante à l'époque. ^^ Le module d'amarrage était dans la coiffe du S-IVB, là où se trouvait le LEM pour les missions lunaires. La capsule Apollo faisait la même manoeuvre qu'avec le LEM pour le récupérer. On peut voir sur les photos prises par le Soyouz la capsule Apollo avec le module en question. A voir, la vidéo de la chaîne Stardust sur le sujet youtu.be/VjfKNlHV-BM

J'aime bien cet épisode de la conquête spatiale parce que les deux plus grandes puissances de l'époque ont trouvé un moyen pour que deux vaisseaux mâles puissent s'amarrer, comme personne ne voulait le port femelle, dans une époque qui était quand même bien homophobe

Posté le

android

(37)

Répondre

Cette mission avait surtout une portée symbolique pour marquer la fin de la course à l'espace et le début d'une conquête spatiale plus collaborative.
Aussi aucun des deux camps ne voulait avoir le "rôle" femelle pour l'ammarage. Le machisme avait encore de beaux jours devant lui!

Pour répondre au commentaire ci-dessus, les États-unis ont embarqué le module. Mais celui-ci n'avait pas de colliers femelles mais des pièces "androgynes". Les termes femelles/mâles n'étaient pas utilisés pendant la mission d'ailleurs.

Bref, au-delà de ménager à tout prix les egos de chaqu'un, le module servait aussi à homogénéiser les atmosphères différentes des deux vaisseaux.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Le module d'amarrage était dans la coiffe du S-IVB, là où se trouvait le LEM pour les missions lunaires. La capsule Apollo faisait la même manoeuvre qu'avec le LEM pour le récupérer. On peut voir sur les photos prises par le Soyouz la capsule Apollo avec le module en question. A voir, la vidéo de la chaîne Stardust sur le sujet youtu.be/VjfKNlHV-BM

J'aime bien cet épisode de la conquête spatiale parce que les deux plus grandes puissances de l'époque ont trouvé un moyen pour que deux vaisseaux mâles puissent s'amarrer, comme personne ne voulait le port femelle, dans une époque qui était quand même bien homophobe
Afficher tout
Je crois que tu as raison, ça parait tellement logique! Merci :)

a écrit : Et c’est là qu’on voit que l’égo de certains hommes se logent vraiment dans des détails stupides... Comme si être « femelle » était dégradant. Merci bien.

(Après, ça n’enlève pas le travail complexe qui a été fait de devoir concevoir un rajout non prévu pour que les deux morceaux se connectent correctement).
Concrétement, même en étant une femme je comprends parfaitement. Ce sont des hommes qui ont conçu tout ceci...et les hommes sont conçus pour "enfoncer" ...pas pour "recevoir", et dans leur tête c'est en effet dégradant de devoir jouer le rôle "femelle". Même de nos jours un homme prendra la tour plutôt que le puits...c'est inconscient... il n'y a pas de mal.
Il faut arrêter de voir le mâle partout ^^

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Et c’est là qu’on voit que l’égo de certains hommes se logent vraiment dans des détails stupides... Comme si être « femelle » était dégradant. Merci bien.

(Après, ça n’enlève pas le travail complexe qui a été fait de devoir concevoir un rajout non prévu pour que les deux morceaux se connectent correctement).
Dans cette histoire (qui est un rapport de force entre superpuissances ne l'oublions pas), je conçois pour ma part que la femelle puisse être considérée comme "inférieure" puisqu'elle "subit" en se faisant pénétrer.
Sans parler du dimorphisme sexuel qui fait que le mâle humain en général a une force musculaire plus importante, on comprend bien le symbole de ne pas passer pour la femelle en ces temps de guerre.

Je ne pense pas qu'il s'agisse uniquement de sexe et de pénétration figurée.

Les deux systèmes sont incompatibles : se doter du système de l'autre est une perte de souveraineté, mais se doter d'un système commun est une avancée.
Ce fut donc fait, en plus de permettre à l'avenir une meilleure interopérabilité avec les programmes Skylab et Saliout (un avenir qui n'a jamais eu lieu, mais le module APAS revint plus tard sur Mir).

Les russe firent le plus gros pas en avant : leur Soyouz fut équipé du système APAS, mais pas le module Apollo, qui se dockait avec le module d'amarrage qui lui portait le système APAS.
S'il n'était question que de sexe au figuré et de pénétration, le module d'amarrage aurait eu comme point d'amarrage un port Apollo passif et un port Soyouz passif.

a écrit : Je ne pense pas qu'il s'agisse uniquement de sexe et de pénétration figurée.

Les deux systèmes sont incompatibles : se doter du système de l'autre est une perte de souveraineté, mais se doter d'un système commun est une avancée.
Ce fut donc fait, en plus de permettre à l'aven
ir une meilleure interopérabilité avec les programmes Skylab et Saliout (un avenir qui n'a jamais eu lieu, mais le module APAS revint plus tard sur Mir).

Les russe firent le plus gros pas en avant : leur Soyouz fut équipé du système APAS, mais pas le module Apollo, qui se dockait avec le module d'amarrage qui lui portait le système APAS.
S'il n'était question que de sexe au figuré et de pénétration, le module d'amarrage aurait eu comme point d'amarrage un port Apollo passif et un port Soyouz passif.
Afficher tout
Ca veut dire que l'URSS avait planifié une coopération internationale spatiale avant l'occident?

Le Premiere Relation Homosexuelle Internationale entre deux vaisseaux spatiaux

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je ne pense pas qu'il s'agisse uniquement de sexe et de pénétration figurée.

Les deux systèmes sont incompatibles : se doter du système de l'autre est une perte de souveraineté, mais se doter d'un système commun est une avancée.
Ce fut donc fait, en plus de permettre à l'aven
ir une meilleure interopérabilité avec les programmes Skylab et Saliout (un avenir qui n'a jamais eu lieu, mais le module APAS revint plus tard sur Mir).

Les russe firent le plus gros pas en avant : leur Soyouz fut équipé du système APAS, mais pas le module Apollo, qui se dockait avec le module d'amarrage qui lui portait le système APAS.
S'il n'était question que de sexe au figuré et de pénétration, le module d'amarrage aurait eu comme point d'amarrage un port Apollo passif et un port Soyouz passif.
Afficher tout
Merci de ce commentaire. On a tendance à tout voir par le prisme de nos propres problèmes, opinions ou luttes. Ainsi les homophobes associeront la chute de l'empire romain (et donc in fine l'effondrement d'une civilisation) à l'homosexualité , les communistes verront la lutte des classes dans chaque manifestation etc.
Et certaines personnes ayant subi un sexisme bien réel auront tendance à le voir partout, jusque dans cette anecdote sur la conquête spatiale.

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Merci de ce commentaire. On a tendance à tout voir par le prisme de nos propres problèmes, opinions ou luttes. Ainsi les homophobes associeront la chute de l'empire romain (et donc in fine l'effondrement d'une civilisation) à l'homosexualité , les communistes verront la lutte des classes dans chaque manifestation etc.
Et certaines personnes ayant subi un sexisme bien réel auront tendance à le voir partout, jusque dans cette anecdote sur la conquête spatiale.
Afficher tout
C'est surtout qu'en ce moment dès qu'on parle d'un événement passé on ne réfléchit plus au contexte de l'époque et on veut que tout soit politiquement correct : sans racisme (cf l'actualité avec des gens qui ne réfléchissent pas et déboulonnent des grands noms de notre Histoire), sans sexisme (oui, à une époque les femmes étaient considérées comme des sous m***e bonnes qu'à enfanter, mais il faut arrêter de traiter tout le monde de misogyne) , etc.
On en perd les informations importantes, à savoir par exemple ici que finalement, les deux ont fait des efforts pour que chacun conserve son honneur.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Ca veut dire que l'URSS avait planifié une coopération internationale spatiale avant l'occident? John Kennedy a souhaité à un moment donné associé les russes à la conquête à la conquête de la Lune (en septembre 1963, voir ici : fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_John_Fitzgerald_Kennedy#Pour_une_coop%C3%A9ration_spatiale_(20_septembre_1963), mais Kroutchev a rejeté la proposition.
La belle avance en matière aérospatiale que les russes avaient à cette époque a dû lui tourner la tête :D
Par contre, en 1974, il y a une certaine détente politique, et la proposition est acceptée : le programme est lancé, et des deux côtés, on réfléchi au futur, car chaque camp a ses stations et ça permettrait d'avancer dans le domaine spatial en réduisant les coûts (on rêve de Mars et de Vénus des deux côtés).

Je ne sais pas si les russes avaient prévu la coopération avant les américains, je pense plutôt que chaque camp avait des gens prêt à coopérer avec l'autre pour aller plus loin (et des gens prêt à atomiser l'autre aussi).

Très étonnant compte tenu des rapports à l'époque entre les deux nations: guerre froide etc.
Le peuples AMÉRICAINS avaient quel point de vue de la situation.
Heureux de travailler avec l'ennemie ou un sentiment de trahison....

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Merci de ce commentaire. On a tendance à tout voir par le prisme de nos propres problèmes, opinions ou luttes. Ainsi les homophobes associeront la chute de l'empire romain (et donc in fine l'effondrement d'une civilisation) à l'homosexualité , les communistes verront la lutte des classes dans chaque manifestation etc.
Et certaines personnes ayant subi un sexisme bien réel auront tendance à le voir partout, jusque dans cette anecdote sur la conquête spatiale.
Afficher tout
Sauf que l’anecdote ne donne aucune opinion et présente simplement les faits. Les sources, si on les croient, présentent effectivement le fait de construire un module central ne donnant pas l’avantage à l’une ou l’autre des nations. L’interprétation des faits est due au lecteur.

Euh si, c'est connu... Justement parce que ce fut un symbole politique fort à l'époque.

Posté le

android

(0)

Répondre

Anecdote déjà publiée
secouchermoinsbete.fr/66446-beaucoup-de-diplomatie-pour-la-premiere-mission-spatiale-russo-americaine

Et mieux racontée la première fois:
"La première mission spatiale conjointe entre l'URSS et les États-Unis en 1975 (Apollo-Soyouz) était un rendez-vous spatial entre les appareils des deux nations. Beaucoup d'efforts ont été déployés pour ménager les égos de chacun : le système de raccord n'avait pas de partie mâle / femelle, et le logo pouvait être lu dans les deux sens. La mission fut une réussite."