Le condor des Andes est un très bon planeur

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Mouais, l'A380 lui il a 80 mètres d'envergure et il fait 12000 km sans battre des ailes non plus !
Alors faut arrêter de se la péter.

En revenant de Bolivie en 1997, Chirac aurait dit à Juppé «j'ai été fait "Grand Condor", si vous étiez venu avec moi, vous auriez été fait "Grand Con d'Argent"...»

Depuis, j'ai du mal à regarder cet oiseau sans ricaner bêtement

a écrit : Mouais, l'A380 lui il a 80 mètres d'envergure et il fait 12000 km sans battre des ailes non plus !
Alors faut arrêter de se la péter.
Ce ne serait pas une espèce en voie de disparition?


Tous les commentaires (37)

Et encore plus s’il est tout en or.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Et encore plus s’il est tout en or. "A bord du grand condor
Tu recherches les Cités d'Or
Ah. Ah ah ah ah ah ah..."

Posté le

android

(23)

Répondre

Mouais, l'A380 lui il a 80 mètres d'envergure et il fait 12000 km sans battre des ailes non plus !
Alors faut arrêter de se la péter.

En revenant de Bolivie en 1997, Chirac aurait dit à Juppé «j'ai été fait "Grand Condor", si vous étiez venu avec moi, vous auriez été fait "Grand Con d'Argent"...»

Depuis, j'ai du mal à regarder cet oiseau sans ricaner bêtement

si on ne tient compte que du poids, c'est le cygne européen qui est le plus lourd des oiseaux volants actuels, talonné par l'albatros hurleur et le grand condor
Je ne sais pas si ça se mange, le cygne, mais c'est quand même 15 kg... (14 et 12 pour les deux autres)

PS, bien sûr, ça dépend aussi des sources ☺

Les ornithologues ne savent pas très bien où situer le condor des Andes, car en réalité il descend des échassiers, dont la cigogne, avec qui il est apparenté.
Il ne s'agirait donc pas d'un vautour à proprement parler, bien que ses modifications morphologiques au cours de son évolution, lui donne un aspect très similaire.
Le condor des Andes a d'ailleurs évolué pour ne vivre que dans cette Cordillère se répartissant sur toute le flan Ouest de l'Amérique du Sud.
Ceci démontre une totale adaptation du condor à son milieu, sachant donc faire au mieux l'usage des courants ascendants provoqués par les accidents du relief.

Les Incas croyaient que le condor était immortel. Ils lui attribuaient aussi le rôle mythique de celui qui se chargeait de tirer le soleil vers le haut, à l'aube.

Posté le

android

(26)

Répondre

a écrit : Mouais, l'A380 lui il a 80 mètres d'envergure et il fait 12000 km sans battre des ailes non plus !
Alors faut arrêter de se la péter.
Ce ne serait pas une espèce en voie de disparition?

a écrit : Ce ne serait pas une espèce en voie de disparition? On ne peut pas mettre de pouce sous Web Android, mais j'adore ce genre d réparties !

Et d'ailleurs (je sais je suis pas le premier) quand pourrons nous éditer nos messages sous Android (quelle horreur quand c'est posté et qu'on voit la faute qui tue) et mettre des pouces ???

Le condor est le plus grand rapace au monde (envergure maximale de 3.50m d'envergure). Le seul oiseau plus grand que lui est l'albatros hurleur (record de 3.70m d'envergure).

Bien évidemment c'est oiseau sont des gros planeurs. Les vautours se laissent porter par les courants d'airs chauds. Ils peuvent ainsi voler très longtemps sans battre des ailes.

De jour, par forte température, on peut les voir très haut dans le ciel pour moins subir le chaleur (le vautour de Rüppell peut voler aussi haut qu'un avion de ligne : source les pilotes de ligne). Si vous les voyez bas : soit ils cherchent, soit il y a une curée et si vous voyez un gros animal bizarre au sol, ne cherchez pas plus loin l'animal en question est juste un amas de vautours "nettoyant" un cadavre.

Et parce que l'anecdote en parle, voici les 3 modes de vols des oiseaux :
- Le planeur : c'est tout les rapaces et la grande majorité des oiseaux migrateurs ou parcourant de grande distance. Ce vol demande peu de battement des ailes, donc permet une économie d’énergie. Une économie bienvenue pour ces oiseaux qui avalent chaque jour des kilomètres.
Il y a une variante : le vol à voile. Notamment les vautours qui planent en utilisant l'air chaud.

- Le vol battu : le pigeon en est le digne représentant. Des oiseaux migrateurs ont ce vol mais on y retrouve la plupart des oiseaux "sédentaire". Le canard, la pie etc. C'est un vol qui permet notamment de mieux voler en formation : les oies typiquement (mais le pigeon ou canard aussi). Pour faire simple c'est comme au tour de France : les premières oies vont "percer" l'air et permettre aux oies de derrière de s'économiser. Le groupe se relaie régulièrement. Voilà pourquoi elles volent en V.

- Le vol sinusoïdale. Voila, pour ceux qui aiment épater la galerie vous pouvez caser ça. Tous les pics et les pinsons (les moineaux, mésanges etc.) en sont les représentants. Alors j'ai tout à fait oublier pourquoi ce vol, mais le processus est simple : ils battent des ailes, remontent un peu en l'air, plaquent les ailes contre le corps, redescendent, battent des ailes, remontent, plaquent, redescendent, battent...

a écrit : Le condor est le plus grand rapace au monde (envergure maximale de 3.50m d'envergure). Le seul oiseau plus grand que lui est l'albatros hurleur (record de 3.70m d'envergure).

Bien évidemment c'est oiseau sont des gros planeurs. Les vautours se laissent porter par les courants d'air
s chauds. Ils peuvent ainsi voler très longtemps sans battre des ailes.

De jour, par forte température, on peut les voir très haut dans le ciel pour moins subir le chaleur (le vautour de Rüppell peut voler aussi haut qu'un avion de ligne : source les pilotes de ligne). Si vous les voyez bas : soit ils cherchent, soit il y a une curée et si vous voyez un gros animal bizarre au sol, ne cherchez pas plus loin l'animal en question est juste un amas de vautours "nettoyant" un cadavre.

Et parce que l'anecdote en parle, voici les 3 modes de vols des oiseaux :
- Le planeur : c'est tout les rapaces et la grande majorité des oiseaux migrateurs ou parcourant de grande distance. Ce vol demande peu de battement des ailes, donc permet une économie d’énergie. Une économie bienvenue pour ces oiseaux qui avalent chaque jour des kilomètres.
Il y a une variante : le vol à voile. Notamment les vautours qui planent en utilisant l'air chaud.

- Le vol battu : le pigeon en est le digne représentant. Des oiseaux migrateurs ont ce vol mais on y retrouve la plupart des oiseaux "sédentaire". Le canard, la pie etc. C'est un vol qui permet notamment de mieux voler en formation : les oies typiquement (mais le pigeon ou canard aussi). Pour faire simple c'est comme au tour de France : les premières oies vont "percer" l'air et permettre aux oies de derrière de s'économiser. Le groupe se relaie régulièrement. Voilà pourquoi elles volent en V.

- Le vol sinusoïdale. Voila, pour ceux qui aiment épater la galerie vous pouvez caser ça. Tous les pics et les pinsons (les moineaux, mésanges etc.) en sont les représentants. Alors j'ai tout à fait oublier pourquoi ce vol, mais le processus est simple : ils battent des ailes, remontent un peu en l'air, plaquent les ailes contre le corps, redescendent, battent des ailes, remontent, plaquent, redescendent, battent...
Afficher tout
S'ils volent comme ça (sinusoïdal), c'est pour perturber leurs prédateurs, pas de trajectoire précise, ca complique la chasse.

L albatros à une tech ique impressionnante pour parcourir un max de distance avec un minimum d efforts
Porté par les vents continus saisonniers, il plane dans le même sens que le vent et perd très peu d altitude
Ensuite quand il redescend à un niveau proche des vagues, il vire de bord sur une aile, et se retrouve brusquement face au vent, donc il perd sa vitesse mais regagne de l altitude, en fournissant un léger effort
Puis c est reparti pour une très longue descente en pente douce

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : L albatros à une tech ique impressionnante pour parcourir un max de distance avec un minimum d efforts
Porté par les vents continus saisonniers, il plane dans le même sens que le vent et perd très peu d altitude
Ensuite quand il redescend à un niveau proche des vagues, il vire de bord sur une aile, et se re
trouve brusquement face au vent, donc il perd sa vitesse mais regagne de l altitude, en fournissant un léger effort
Puis c est reparti pour une très longue descente en pente douce
Afficher tout
Et il est aussi capable de dormir en volant.

a écrit : Et il est aussi capable de dormir en volant. Énorme d ailleurs il passe presque toute sa vie en l air et est sur terre presque exclusivement pour couver et nourrir ses petits

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Mouais, l'A380 lui il a 80 mètres d'envergure et il fait 12000 km sans battre des ailes non plus !
Alors faut arrêter de se la péter.
C’est comme le chameau qui est capable de travailler 10jours sans boire et moi qui suis capable de boire 10jours sans travailler lol

a écrit : Mouais, l'A380 lui il a 80 mètres d'envergure et il fait 12000 km sans battre des ailes non plus !
Alors faut arrêter de se la péter.
Mais les avions battent des ailes... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : si on ne tient compte que du poids, c'est le cygne européen qui est le plus lourd des oiseaux volants actuels, talonné par l'albatros hurleur et le grand condor
Je ne sais pas si ça se mange, le cygne, mais c'est quand même 15 kg... (14 et 12 pour les deux autres)

PS, bien sûr, ça dépend aussi des sources ☺
J'ignore si c'est bon, mais ça se mange, parce que les Romains en avaient à leur table. Au Moyen-âge, on trouve également la description de recettes de cygne, et les Carminae Buranae décrivent un cygne en train de se faire rôtir. Par la suite, ce fut un plat réservé à la noblesse, et c'est peut-être la raison pour laquelle il est tombé en désuétude. Actuellement, je crois que seule la reine d'Angleterre a encore le droit d'en bouffer, au titre de ce privilège moyenâgeux, mais elle ne l'a jamais exercé...

Posté le

android

(7)

Répondre

Pour les rares personnes qui ne le sauraient pas, on appelle la femelle du condor "la chambre à coucher" parceque c'est là qu'on dort.

Posté le

android

(3)

Répondre

Il est facile de capturer un condor. Il suffit de lui fournir une assez grande quantité de viande et attendre qu'il vienne manger. Il est tellement glouton qu'il mange autant qu'il le peut. Son problème est que quand il s'est gavé il ne peut plus s'envoler et ce pendant plusieurs heures. A ce moment là il suffit aux chasseurs de l'approcher et le capturer.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Mouais, l'A380 lui il a 80 mètres d'envergure et il fait 12000 km sans battre des ailes non plus !
Alors faut arrêter de se la péter.
L’espérance de vie d’un condor des Andes est moyennement plus longue que celle du programme A 380 xD