Les explosions sous-marines sont très dangereuses

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Histoire d'apporter quelques données chiffrées :

La vitesse de propagation d’une onde de choc dépend du milieu environnant. L'eau est un milieu 800 fois plus dense et 10 000 fois moins compressible que l’air. La vitesse de propagation est donc 4 fois plus élevée et l’amortissement est beaucoup plus faible.
De la même façon, dans l’acier, l’onde de choc se propage 15 fois plus vite que dans l’air. Quand un navire ou une voiture est touché par une mine, la structure transmet très rapidement l'onde de choc, ce qui provoque des dégâts très importants.
Les ondes de choc se propagent dans l’air à des vitesses supersoniques soit supérieure à 1500 m/s dans l’eau et à 5000 m/s dans le métal.

Si on prend l'exemple de l'explosion au Liban, il faut savoir qu'une explosion possède trois composantes principales : une onde de choc, le souffle et la chaleur. L'onde de choc (le blast) consiste en une élévation très brutale de la pression atmosphérique (pic de surpression) suivi d'une dépression plus lente. L'onde de pression se déplace plus rapidement que la vitesse du son soit plus de 1000 km/h.
Au Liban a été observé durant l'explosion un nuage appelé nuage de Wilson. Ce phénomène apparaît lorsque les explosions ont lieu dans un environnement à air humide. L'onde de choc en modifiant la pression provoque un refroidissement temporaire de l'air, ce qui conduit à une une condensation instantanée de l'humidité. On observe le même phénomène sur le fuselage des avions qui passe le mur du son.

Lors d'une explosion, ce qui est principalement létale reste le "blast" qui provoque des lésions primaires (poumons, coeur, oreille interne). Il survient ensuite les lésions secondaires liées au souffle (bris de verre, projectiles, etc.) puis les lésions tertiaires liés à la chaleur de l'explosion (brulure, inhalation de fumée, etc.).

J'ai eu l'idée de l'anecdote en voyant une vidéo de l'explosion au Liban où on voit le caméraman à côté de son scooter des mers plonger dans l'eau avant le passage du blast. Je me suis demandé s'il était plus en sécurité dans l'eau ou dans l'air. Comme l'explosion a eu lieu dans l'air et qu'il est difficile pour une onde de choc de changer de milieu, j'imagine qu'il a bien fait.

C'est principalement grâce au scientifique, ingénieur et inventeur Britannique Barnes Wallis, que l'on doit la mise au point des premières "bombes tremblement de terre", durant la Seconde Guerre Mondiale.

L'eau et le sol ont un comportement similaire, face à une explosion: une onde de choc bien plus importante que dans l'air.
En effet, de par l'impédance acoustique de l'air, celui-ci ne transmet pas bien l'énergie dégagée par la bombe, contre les structures solides ( béton, par exemple)

Ce que découvrit Wallis, c'est qu'une explosion souterraine ou dans un fluide ( eau), provoque des vibrations similaires à un tremblement de terre local, capable d'endommager ou de détruire des structures qu'un bombardement "conventionnel" n'aurait que très peu affecté.

Ce principe de "bombe tremblement de terre" fut utilisé pour tenter de détruire les barrages de la Ruhr, durant la Seconde Guerre Mondiale, et récemment évoqué dans une anecdote de SCMB.

Dans le cas de son utilisation en sous sol, le principal est que la bombe puisse pénétrer à une profondeur suffisante, pour que toute l'énergie provoque le maximum de vibrations.
Il imagina donc une bombe de 10 tonnes, de forme effilée et à la tête renforcée, larguée depuis une altitude de 12 200 mètres, atteignant une vitesse terminale supersonique à l'impact et pouvant théoriquement pénétrer à une profondeur de 40 mètres.
Il présenta son projet aux autorités Britanniques en 1941.
Il dut néanmoins être refusé : la RAF ne possédait pas à l'époque, des avions capables de transporter une bombe de tel poids et encore moins apte à voler à une telle altitude.
L'idée fut cependant reprise à la fin du conflit mondial ( 5 tonnes, depuis 7600 mètres) afin de rendre inutilisable un tunnel ferroviaire, près de Saumur, en France, ou encore pour détruire les fabriques de V1, V2 et les canons V3.
Elle seront également utilisées pour couler le Tirpitz ou encore détruire les bunkers protégeant les U-boots.

Posté le

android

(55)

Répondre

a écrit : C'est principalement grâce au scientifique, ingénieur et inventeur Britannique Barnes Wallis, que l'on doit la mise au point des premières "bombes tremblement de terre", durant la Seconde Guerre Mondiale.

L'eau et le sol ont un comportement similaire, face à une explosion: une on
de de choc bien plus importante que dans l'air.
En effet, de par l'impédance acoustique de l'air, celui-ci ne transmet pas bien l'énergie dégagée par la bombe, contre les structures solides ( béton, par exemple)

Ce que découvrit Wallis, c'est qu'une explosion souterraine ou dans un fluide ( eau), provoque des vibrations similaires à un tremblement de terre local, capable d'endommager ou de détruire des structures qu'un bombardement "conventionnel" n'aurait que très peu affecté.

Ce principe de "bombe tremblement de terre" fut utilisé pour tenter de détruire les barrages de la Ruhr, durant la Seconde Guerre Mondiale, et récemment évoqué dans une anecdote de SCMB.

Dans le cas de son utilisation en sous sol, le principal est que la bombe puisse pénétrer à une profondeur suffisante, pour que toute l'énergie provoque le maximum de vibrations.
Il imagina donc une bombe de 10 tonnes, de forme effilée et à la tête renforcée, larguée depuis une altitude de 12 200 mètres, atteignant une vitesse terminale supersonique à l'impact et pouvant théoriquement pénétrer à une profondeur de 40 mètres.
Il présenta son projet aux autorités Britanniques en 1941.
Il dut néanmoins être refusé : la RAF ne possédait pas à l'époque, des avions capables de transporter une bombe de tel poids et encore moins apte à voler à une telle altitude.
L'idée fut cependant reprise à la fin du conflit mondial ( 5 tonnes, depuis 7600 mètres) afin de rendre inutilisable un tunnel ferroviaire, près de Saumur, en France, ou encore pour détruire les fabriques de V1, V2 et les canons V3.
Elle seront également utilisées pour couler le Tirpitz ou encore détruire les bunkers protégeant les U-boots.
Afficher tout
Super complément comme d'habitude. Je rajouterais que les USA continuent de tester ces bombes anti-structurelles et notamment dans le cadre d'une destruction des installations nucléaires iraniennes. Les bombes actuelles font effectivement entre 13 et 15 tonnes et peuvent être larguées par un B2 furtif. Elles font 6 mètres de long pour un diamètre de 80 cm et peuvent atteindre une profondeur de 60 mètres.


Tous les commentaires (27)

Histoire d'apporter quelques données chiffrées :

La vitesse de propagation d’une onde de choc dépend du milieu environnant. L'eau est un milieu 800 fois plus dense et 10 000 fois moins compressible que l’air. La vitesse de propagation est donc 4 fois plus élevée et l’amortissement est beaucoup plus faible.
De la même façon, dans l’acier, l’onde de choc se propage 15 fois plus vite que dans l’air. Quand un navire ou une voiture est touché par une mine, la structure transmet très rapidement l'onde de choc, ce qui provoque des dégâts très importants.
Les ondes de choc se propagent dans l’air à des vitesses supersoniques soit supérieure à 1500 m/s dans l’eau et à 5000 m/s dans le métal.

Si on prend l'exemple de l'explosion au Liban, il faut savoir qu'une explosion possède trois composantes principales : une onde de choc, le souffle et la chaleur. L'onde de choc (le blast) consiste en une élévation très brutale de la pression atmosphérique (pic de surpression) suivi d'une dépression plus lente. L'onde de pression se déplace plus rapidement que la vitesse du son soit plus de 1000 km/h.
Au Liban a été observé durant l'explosion un nuage appelé nuage de Wilson. Ce phénomène apparaît lorsque les explosions ont lieu dans un environnement à air humide. L'onde de choc en modifiant la pression provoque un refroidissement temporaire de l'air, ce qui conduit à une une condensation instantanée de l'humidité. On observe le même phénomène sur le fuselage des avions qui passe le mur du son.

Lors d'une explosion, ce qui est principalement létale reste le "blast" qui provoque des lésions primaires (poumons, coeur, oreille interne). Il survient ensuite les lésions secondaires liées au souffle (bris de verre, projectiles, etc.) puis les lésions tertiaires liés à la chaleur de l'explosion (brulure, inhalation de fumée, etc.).

J'ai eu l'idée de l'anecdote en voyant une vidéo de l'explosion au Liban où on voit le caméraman à côté de son scooter des mers plonger dans l'eau avant le passage du blast. Je me suis demandé s'il était plus en sécurité dans l'eau ou dans l'air. Comme l'explosion a eu lieu dans l'air et qu'il est difficile pour une onde de choc de changer de milieu, j'imagine qu'il a bien fait.

C'est principalement grâce au scientifique, ingénieur et inventeur Britannique Barnes Wallis, que l'on doit la mise au point des premières "bombes tremblement de terre", durant la Seconde Guerre Mondiale.

L'eau et le sol ont un comportement similaire, face à une explosion: une onde de choc bien plus importante que dans l'air.
En effet, de par l'impédance acoustique de l'air, celui-ci ne transmet pas bien l'énergie dégagée par la bombe, contre les structures solides ( béton, par exemple)

Ce que découvrit Wallis, c'est qu'une explosion souterraine ou dans un fluide ( eau), provoque des vibrations similaires à un tremblement de terre local, capable d'endommager ou de détruire des structures qu'un bombardement "conventionnel" n'aurait que très peu affecté.

Ce principe de "bombe tremblement de terre" fut utilisé pour tenter de détruire les barrages de la Ruhr, durant la Seconde Guerre Mondiale, et récemment évoqué dans une anecdote de SCMB.

Dans le cas de son utilisation en sous sol, le principal est que la bombe puisse pénétrer à une profondeur suffisante, pour que toute l'énergie provoque le maximum de vibrations.
Il imagina donc une bombe de 10 tonnes, de forme effilée et à la tête renforcée, larguée depuis une altitude de 12 200 mètres, atteignant une vitesse terminale supersonique à l'impact et pouvant théoriquement pénétrer à une profondeur de 40 mètres.
Il présenta son projet aux autorités Britanniques en 1941.
Il dut néanmoins être refusé : la RAF ne possédait pas à l'époque, des avions capables de transporter une bombe de tel poids et encore moins apte à voler à une telle altitude.
L'idée fut cependant reprise à la fin du conflit mondial ( 5 tonnes, depuis 7600 mètres) afin de rendre inutilisable un tunnel ferroviaire, près de Saumur, en France, ou encore pour détruire les fabriques de V1, V2 et les canons V3.
Elle seront également utilisées pour couler le Tirpitz ou encore détruire les bunkers protégeant les U-boots.

Posté le

android

(55)

Répondre

a écrit : C'est principalement grâce au scientifique, ingénieur et inventeur Britannique Barnes Wallis, que l'on doit la mise au point des premières "bombes tremblement de terre", durant la Seconde Guerre Mondiale.

L'eau et le sol ont un comportement similaire, face à une explosion: une on
de de choc bien plus importante que dans l'air.
En effet, de par l'impédance acoustique de l'air, celui-ci ne transmet pas bien l'énergie dégagée par la bombe, contre les structures solides ( béton, par exemple)

Ce que découvrit Wallis, c'est qu'une explosion souterraine ou dans un fluide ( eau), provoque des vibrations similaires à un tremblement de terre local, capable d'endommager ou de détruire des structures qu'un bombardement "conventionnel" n'aurait que très peu affecté.

Ce principe de "bombe tremblement de terre" fut utilisé pour tenter de détruire les barrages de la Ruhr, durant la Seconde Guerre Mondiale, et récemment évoqué dans une anecdote de SCMB.

Dans le cas de son utilisation en sous sol, le principal est que la bombe puisse pénétrer à une profondeur suffisante, pour que toute l'énergie provoque le maximum de vibrations.
Il imagina donc une bombe de 10 tonnes, de forme effilée et à la tête renforcée, larguée depuis une altitude de 12 200 mètres, atteignant une vitesse terminale supersonique à l'impact et pouvant théoriquement pénétrer à une profondeur de 40 mètres.
Il présenta son projet aux autorités Britanniques en 1941.
Il dut néanmoins être refusé : la RAF ne possédait pas à l'époque, des avions capables de transporter une bombe de tel poids et encore moins apte à voler à une telle altitude.
L'idée fut cependant reprise à la fin du conflit mondial ( 5 tonnes, depuis 7600 mètres) afin de rendre inutilisable un tunnel ferroviaire, près de Saumur, en France, ou encore pour détruire les fabriques de V1, V2 et les canons V3.
Elle seront également utilisées pour couler le Tirpitz ou encore détruire les bunkers protégeant les U-boots.
Afficher tout
Super complément comme d'habitude. Je rajouterais que les USA continuent de tester ces bombes anti-structurelles et notamment dans le cadre d'une destruction des installations nucléaires iraniennes. Les bombes actuelles font effectivement entre 13 et 15 tonnes et peuvent être larguées par un B2 furtif. Elles font 6 mètres de long pour un diamètre de 80 cm et peuvent atteindre une profondeur de 60 mètres.

Il se trouve que JLSD mais avant, je m'étais longtemps demandé comment les navires de guerre pouvaient faire des dégâts aussi importants aux sous-marins, notamment pendant la seconde guerre mondiale, sans les avoir en visu et avec des canons qui avaient l'air franchement approximatifs. Il existe des tas de vidéos de tirs en parabole pour "toucher" des sous-marins ainsi que des photos de sous-marins dans un état lamentable, et du fait de la quasi incompressibilité de l'eau, ça prend tout son sens :)

a écrit : Super complément comme d'habitude. Je rajouterais que les USA continuent de tester ces bombes anti-structurelles et notamment dans le cadre d'une destruction des installations nucléaires iraniennes. Les bombes actuelles font effectivement entre 13 et 15 tonnes et peuvent être larguées par un B2 furtif. Elles font 6 mètres de long pour un diamètre de 80 cm et peuvent atteindre une profondeur de 60 mètres. Afficher tout Merci.

L'excellent quotidien Espagnol El mundo, avait publié de larges articles à propos des "bombes antibunkers", quand les Américains se mirent à la chasse de Osama bin Laden, en Afghanistan.
Supposé être caché dans l'une des très nombreuses grottes naturelles du pays, une bombe antibunkers aurait été plus efficace qu'une bombe atomique, afin de le mettre hors d'état de nuire.

De fait, si quelqu'un connait quelles sont les techniques employées par certains satellites Américains, pour localiser les cavités souterraines, je suis preneur d'information.

Posté le

android

(5)

Répondre

C'est pour ça que l'on pêche a la grenade, c'est très rentable par contre la chasse a la grenade est plus dangereuse.

a écrit : Il se trouve que JLSD mais avant, je m'étais longtemps demandé comment les navires de guerre pouvaient faire des dégâts aussi importants aux sous-marins, notamment pendant la seconde guerre mondiale, sans les avoir en visu et avec des canons qui avaient l'air franchement approximatifs. Il existe des tas de vidéos de tirs en parabole pour "toucher" des sous-marins ainsi que des photos de sous-marins dans un état lamentable, et du fait de la quasi incompressibilité de l'eau, ça prend tout son sens :) Afficher tout Il s’agit de grenades et de charges sous-marines et non pas d’obus de canons ;)

Le navire en passant au dessus de la position supposée du sous marin va lâcher sur son passage un chapelet de charges d’environ une centaine de de kilo d’explosif, réglées pour exploser à une profondeur donnée (cette suposée du submersible) grâce à un capteur de pression.

Il existe une variante oû la charge est propulsée à plusieurs centaines de mètres par un lanceur de façon à pouvoir couvrir une zone n’étant pas sur la trajectoire du navire et gagner en réactivité une fois le submersible repéré.

Et enfin il a existé une variante américaine au cours de la guerre froide appelée "ASROC" (AntiSubmarine Rocket) composé d’une roquette emportant une petite charge nucléaire, de façon à garantir une mise hors combat du submersible ennemi par l’onde de choc délivré par la charge à grande profondeur.

a écrit : C'est pour ça que l'on pêche a la grenade, c'est très rentable par contre la chasse a la grenade est plus dangereuse. Petit joueur, moi je pêche à la torpille.

Posté le

android

(0)

Répondre

La même anecdote est parue il y a quelques temps. Sauf qu'il était question d'une grenade au lieu d'une explosion.

Posté le

android

(1)

Répondre

C'est peut être bête comme question mais pourrait on surfer grâce à l'énergie d'une explosion sous-marine ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Histoire d'apporter quelques données chiffrées :

La vitesse de propagation d’une onde de choc dépend du milieu environnant. L'eau est un milieu 800 fois plus dense et 10 000 fois moins compressible que l’air. La vitesse de propagation est donc 4 fois plus élevée et l’amortissement est beaucoup p
lus faible.
De la même façon, dans l’acier, l’onde de choc se propage 15 fois plus vite que dans l’air. Quand un navire ou une voiture est touché par une mine, la structure transmet très rapidement l'onde de choc, ce qui provoque des dégâts très importants.
Les ondes de choc se propagent dans l’air à des vitesses supersoniques soit supérieure à 1500 m/s dans l’eau et à 5000 m/s dans le métal.

Si on prend l'exemple de l'explosion au Liban, il faut savoir qu'une explosion possède trois composantes principales : une onde de choc, le souffle et la chaleur. L'onde de choc (le blast) consiste en une élévation très brutale de la pression atmosphérique (pic de surpression) suivi d'une dépression plus lente. L'onde de pression se déplace plus rapidement que la vitesse du son soit plus de 1000 km/h.
Au Liban a été observé durant l'explosion un nuage appelé nuage de Wilson. Ce phénomène apparaît lorsque les explosions ont lieu dans un environnement à air humide. L'onde de choc en modifiant la pression provoque un refroidissement temporaire de l'air, ce qui conduit à une une condensation instantanée de l'humidité. On observe le même phénomène sur le fuselage des avions qui passe le mur du son.

Lors d'une explosion, ce qui est principalement létale reste le "blast" qui provoque des lésions primaires (poumons, coeur, oreille interne). Il survient ensuite les lésions secondaires liées au souffle (bris de verre, projectiles, etc.) puis les lésions tertiaires liés à la chaleur de l'explosion (brulure, inhalation de fumée, etc.).

J'ai eu l'idée de l'anecdote en voyant une vidéo de l'explosion au Liban où on voit le caméraman à côté de son scooter des mers plonger dans l'eau avant le passage du blast. Je me suis demandé s'il était plus en sécurité dans l'eau ou dans l'air. Comme l'explosion a eu lieu dans l'air et qu'il est difficile pour une onde de choc de changer de milieu, j'imagine qu'il a bien fait.
Afficher tout
Je croyais que tu avais eu l'idée de cette anecdote en lisant celle publiée le 28 mai 2017 par memeMETAL.
Naaaaan je te charie.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : C'est peut être bête comme question mais pourrait on surfer grâce à l'énergie d'une explosion sous-marine ? Si t'as un surf supersonique, c'est possible.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il s’agit de grenades et de charges sous-marines et non pas d’obus de canons ;)

Le navire en passant au dessus de la position supposée du sous marin va lâcher sur son passage un chapelet de charges d’environ une centaine de de kilo d’explosif, réglées pour exploser à une profondeur donnée (cette suposée d
u submersible) grâce à un capteur de pression.

Il existe une variante oû la charge est propulsée à plusieurs centaines de mètres par un lanceur de façon à pouvoir couvrir une zone n’étant pas sur la trajectoire du navire et gagner en réactivité une fois le submersible repéré.

Et enfin il a existé une variante américaine au cours de la guerre froide appelée "ASROC" (AntiSubmarine Rocket) composé d’une roquette emportant une petite charge nucléaire, de façon à garantir une mise hors combat du submersible ennemi par l’onde de choc délivré par la charge à grande profondeur.
Afficher tout
Un exemple de missile sous-marin à charge nucléaire tactique ( oui oui ! Missile sous-marin et non pas torpille ) le sub martel ( britannique de mémoire)

a écrit : Histoire d'apporter quelques données chiffrées :

La vitesse de propagation d’une onde de choc dépend du milieu environnant. L'eau est un milieu 800 fois plus dense et 10 000 fois moins compressible que l’air. La vitesse de propagation est donc 4 fois plus élevée et l’amortissement est beaucoup p
lus faible.
De la même façon, dans l’acier, l’onde de choc se propage 15 fois plus vite que dans l’air. Quand un navire ou une voiture est touché par une mine, la structure transmet très rapidement l'onde de choc, ce qui provoque des dégâts très importants.
Les ondes de choc se propagent dans l’air à des vitesses supersoniques soit supérieure à 1500 m/s dans l’eau et à 5000 m/s dans le métal.

Si on prend l'exemple de l'explosion au Liban, il faut savoir qu'une explosion possède trois composantes principales : une onde de choc, le souffle et la chaleur. L'onde de choc (le blast) consiste en une élévation très brutale de la pression atmosphérique (pic de surpression) suivi d'une dépression plus lente. L'onde de pression se déplace plus rapidement que la vitesse du son soit plus de 1000 km/h.
Au Liban a été observé durant l'explosion un nuage appelé nuage de Wilson. Ce phénomène apparaît lorsque les explosions ont lieu dans un environnement à air humide. L'onde de choc en modifiant la pression provoque un refroidissement temporaire de l'air, ce qui conduit à une une condensation instantanée de l'humidité. On observe le même phénomène sur le fuselage des avions qui passe le mur du son.

Lors d'une explosion, ce qui est principalement létale reste le "blast" qui provoque des lésions primaires (poumons, coeur, oreille interne). Il survient ensuite les lésions secondaires liées au souffle (bris de verre, projectiles, etc.) puis les lésions tertiaires liés à la chaleur de l'explosion (brulure, inhalation de fumée, etc.).

J'ai eu l'idée de l'anecdote en voyant une vidéo de l'explosion au Liban où on voit le caméraman à côté de son scooter des mers plonger dans l'eau avant le passage du blast. Je me suis demandé s'il était plus en sécurité dans l'eau ou dans l'air. Comme l'explosion a eu lieu dans l'air et qu'il est difficile pour une onde de choc de changer de milieu, j'imagine qu'il a bien fait.
Afficher tout
Super intéressant, merci !
La vitesse de propagation élevée d'une onde dans l'eau est également la raison pour laquelle il est presque impossible de déterminer la provenance d'un son lorsqu'on a la tête immergée. La vitesse de déplacement de ces ondes étant 5 fois plus élevée que dans l'air, notre cerveau ne parvient pas à déterminer quelle oreille a entendu le son en premier.

Posté le

android

(7)

Répondre

Pour ceux qui parlent anglais, Mark Rober sur YouTube a fait une vidéo la dessus. Je conseille d’ailleurs toutes ses vidéos très instructives !

La vidéo en question : youtu.be/W4DnuQOtA8E

Dommage que la vidéo soit en anglais ... et sans sous-titrage français :-/

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je croyais que tu avais eu l'idée de cette anecdote en lisant celle publiée le 28 mai 2017 par memeMETAL.
Naaaaan je te charie.
Effectivement je n'ai pas cherché dans le moteur avec le terme grenade (mais j'aurais pu le faire avec onde de choc entre autre). La vidéo a été rajouté par la modération.

Bref, désolé pour le doublon, c'était involontaire. J'ai surement épuisé mon inspiration anecdotique. En plus, je trouve l'anecdote de memeMETAL bien mieux rédigée ^^ :

"A distance égale, les grenades sont plus mortelles dans l'eau que sur terre. En effet, l'eau étant quasiment incompressible, l'onde de choc sous-marine va se propager plus vite, plus loin et moins atténuée que dans l'air, jusqu'à la première chose compressible : vos poumons.

L'eau a juste l'avantage de ralentir par rapport à l'air les éléments solides qui pourraient être propulsés à grande vitesse par l'explosion."

a écrit : Un exemple de missile sous-marin à charge nucléaire tactique ( oui oui ! Missile sous-marin et non pas torpille ) le sub martel ( britannique de mémoire) Non il s’agit d’un missile mer-mer anti navire à charge conventionnelle du même titre que le fameux Exocet Français ou Harpoon Américain.

a écrit : Effectivement je n'ai pas cherché dans le moteur avec le terme grenade (mais j'aurais pu le faire avec onde de choc entre autre). La vidéo a été rajouté par la modération.

Bref, désolé pour le doublon, c'était involontaire. J'ai surement épuisé mon inspiration anecdotique. En plus, je
trouve l'anecdote de memeMETAL bien mieux rédigée ^^ :

"A distance égale, les grenades sont plus mortelles dans l'eau que sur terre. En effet, l'eau étant quasiment incompressible, l'onde de choc sous-marine va se propager plus vite, plus loin et moins atténuée que dans l'air, jusqu'à la première chose compressible : vos poumons.

L'eau a juste l'avantage de ralentir par rapport à l'air les éléments solides qui pourraient être propulsés à grande vitesse par l'explosion."
Afficher tout
Je pense que tu est parfaitement pardonné. Les 2 anecdotes se complètent. Et puis un petit rappel ne fait pas de mal, surtout quand il est accompagné de précisions plus qu'intéressantes.
Je disais ça pour te charier.

Posté le

android

(0)

Répondre