Le tableau qui permet d'étudier une espèce disparue

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Il est visible au Musée d'Orsay si je ne me trompe pas. Et en effet quand je me suis trouvé en face on croirait voir une photographie ! Il est d'ailleurs d'une grande taille, ce qui le rend encore plus impactant, cela a également dû permettre d'examiner avec attention les détails de ces bovidés disparus.

Posté le

android

(72)

Répondre

a écrit : Pour les bovins, on parle de disparition de race. Mais ces mêmes races ont été créées par l'Homme à une époque où certaines caractéristiques étaient recherchées. Les besoins humains ont changé.
Il ne faut pas croire non plus qu'un sadique ou autre est arrivé en exterminant toutes ces pauvres bêtes, c�
39;est juste que leur reproduction n'est quasiment qu'artificielle, on c'est "contenté" d'arrêter d'inséminer les femelles...
Quand on prétend sauver des animaux (bovins) en devenant végan, il faut penser que ceux-ci n'existent pas à l'état naturel (ou sauvage), ce sont de pures créations, et sans débouchés, elles disparaitraient sans postérité...
Afficher tout
Sans débouchés... sans des bouchers...

Désolé , j'ai pas pu résister, j'vais me faire cuire un steak, je reviens! ^^


Tous les commentaires (35)

Rosa Bonheur, une femme extraordinaire, modèle d'émancipation. Je vous conseille d'écouter le podcast de Franck Ferrand sur Radio Classique lui étant consacré ("Franck Ferrand raconte", une émission vraiment formidable), c'est tellement bien raconté.

On pourra remarquer que Morvandelle est tout simplement le gentilé (c'est-à-dire le nom des habitants) correspondant au Morgan. Morvandelle est féminin, et pour les hommes qui habitent le Morvan, on dit un Morvandeau ou un Morvandiau. On peut l'utiliser aussi comme adjectif pour tout ce qui se rapporte au Morgan, comme cette race de vaches. Comme tous les gentilés, il faut une majuscule quand c'est le nom qui désigne les habitants et pas quand c'est un adjectif (mais je ne sais pas si c'est vrai quand on utilise ce nom pour une race de vache et pas pour dire où habite cette vache, alors dans le doute le plus simple est de l'employer comme adjectif pour les vaches). C'est pareil pour les vaches normandes ou charolaises mais ces adjectifs sont plus connus comme ceux qui sont relatifs aux régions d'origine de ces races de vaches.

Il est visible au Musée d'Orsay si je ne me trompe pas. Et en effet quand je me suis trouvé en face on croirait voir une photographie ! Il est d'ailleurs d'une grande taille, ce qui le rend encore plus impactant, cela a également dû permettre d'examiner avec attention les détails de ces bovidés disparus.

Posté le

android

(72)

Répondre

a écrit : On pourra remarquer que Morvandelle est tout simplement le gentilé (c'est-à-dire le nom des habitants) correspondant au Morgan. Morvandelle est féminin, et pour les hommes qui habitent le Morvan, on dit un Morvandeau ou un Morvandiau. On peut l'utiliser aussi comme adjectif pour tout ce qui se rapporte au Morgan, comme cette race de vaches. Comme tous les gentilés, il faut une majuscule quand c'est le nom qui désigne les habitants et pas quand c'est un adjectif (mais je ne sais pas si c'est vrai quand on utilise ce nom pour une race de vache et pas pour dire où habite cette vache, alors dans le doute le plus simple est de l'employer comme adjectif pour les vaches). C'est pareil pour les vaches normandes ou charolaises mais ces adjectifs sont plus connus comme ceux qui sont relatifs aux régions d'origine de ces races de vaches. Afficher tout Mon correcteur orthographique ne connaissait pas le Morvan et je vois maintenant qu'il a remplacé quelques occurrences par Morgan. C'est trop tard pour corriger, alors j'espère que vous avez quand même compris mon explication.

Pour ceux que ça amuse, vous pouvez aussi regarder l'histoire des limousines (les vaches, pas les voitures qui ressemblent à des teckels carrés).

Si la morvandelle a d'après les sources disparue car c'était une race uniquement de travail, remplacée par les machines, la limousine, pourtant une des race à viande les plus vendues, a faillie être remplacée par des blondes d'aquitaine.
Il y a en effet eu une grande vague dans les années 50-60 de création de races.
C'est sa rusticité (capacité à vivre dehors par 1000m d'altitude toute l'année, survie en sol pauvre) qui l'a sauvée, conjointement avec la volonté d'agriculteurs locaux.

Enfin, je profite d'un sujet vache pour glisser une autre info : les vaches laitières blanches à taches noires assez emblématique sont des Holstein, et non des Normandes (blanches tachées marron) comme je l'entends assez souvent.

a écrit : Pour ceux que ça amuse, vous pouvez aussi regarder l'histoire des limousines (les vaches, pas les voitures qui ressemblent à des teckels carrés).

Si la morvandelle a d'après les sources disparue car c'était une race uniquement de travail, remplacée par les machines, la limousine, pourtant
une des race à viande les plus vendues, a faillie être remplacée par des blondes d'aquitaine.
Il y a en effet eu une grande vague dans les années 50-60 de création de races.
C'est sa rusticité (capacité à vivre dehors par 1000m d'altitude toute l'année, survie en sol pauvre) qui l'a sauvée, conjointement avec la volonté d'agriculteurs locaux.

Enfin, je profite d'un sujet vache pour glisser une autre info : les vaches laitières blanches à taches noires assez emblématique sont des Holstein, et non des Normandes (blanches tachées marron) comme je l'entends assez souvent.
Afficher tout
En France, ce ne sont pas des Holsteins (plus connu sous le nom de vache hollandaise d'ailleurs) que l'on a mais des Prim'holstein qui sont un croisement entre des Holsteins américaines et des Frisonnes Pie-noir françaises.

Après c'est certain, ce ne sont pas des vaches normandes même si certaines ont le marron tellement foncé qu'on dirait du noir parfois.

Pour les bovins, on parle de disparition de race. Mais ces mêmes races ont été créées par l'Homme à une époque où certaines caractéristiques étaient recherchées. Les besoins humains ont changé.
Il ne faut pas croire non plus qu'un sadique ou autre est arrivé en exterminant toutes ces pauvres bêtes, c'est juste que leur reproduction n'est quasiment qu'artificielle, on c'est "contenté" d'arrêter d'inséminer les femelles...
Quand on prétend sauver des animaux (bovins) en devenant végan, il faut penser que ceux-ci n'existent pas à l'état naturel (ou sauvage), ce sont de pures créations, et sans débouchés, elles disparaitraient sans postérité...

a écrit : Pour les bovins, on parle de disparition de race. Mais ces mêmes races ont été créées par l'Homme à une époque où certaines caractéristiques étaient recherchées. Les besoins humains ont changé.
Il ne faut pas croire non plus qu'un sadique ou autre est arrivé en exterminant toutes ces pauvres bêtes, c�
39;est juste que leur reproduction n'est quasiment qu'artificielle, on c'est "contenté" d'arrêter d'inséminer les femelles...
Quand on prétend sauver des animaux (bovins) en devenant végan, il faut penser que ceux-ci n'existent pas à l'état naturel (ou sauvage), ce sont de pures créations, et sans débouchés, elles disparaitraient sans postérité...
Afficher tout
Sans débouchés... sans des bouchers...

Désolé , j'ai pas pu résister, j'vais me faire cuire un steak, je reviens! ^^

a écrit : Pour les bovins, on parle de disparition de race. Mais ces mêmes races ont été créées par l'Homme à une époque où certaines caractéristiques étaient recherchées. Les besoins humains ont changé.
Il ne faut pas croire non plus qu'un sadique ou autre est arrivé en exterminant toutes ces pauvres bêtes, c�
39;est juste que leur reproduction n'est quasiment qu'artificielle, on c'est "contenté" d'arrêter d'inséminer les femelles...
Quand on prétend sauver des animaux (bovins) en devenant végan, il faut penser que ceux-ci n'existent pas à l'état naturel (ou sauvage), ce sont de pures créations, et sans débouchés, elles disparaitraient sans postérité...
Afficher tout
Non mais nonnnn ! On avait dit plus de débat sur les vegans !!! (Je m’en vais faire griller mon steak comme Nicontrarié :P)

Pour info il existe un petit musée Rosa Bonheur à Thomery (à proximité de Fontainebleau) au château de By.
C’est son ancien atelier.
A visiter dès la fin du confinement.
Cette femme, peintre animalier, a été une des grandes précurseurs (es ?) de l’émancipation des femmes. Bravo !

J'ai dû cliquer sur l'image en source sur Wikipédia (de bien meilleure définition) pour me persuader qu'il s'agissait bien d'un tableau ! Impressionnant !
Quelque part ça me rappelle les desseins de nos ancêtres sur des murs de cavernes, qui nous renvoient eux aussi à des animaux disparus ...

a écrit : Pour les bovins, on parle de disparition de race. Mais ces mêmes races ont été créées par l'Homme à une époque où certaines caractéristiques étaient recherchées. Les besoins humains ont changé.
Il ne faut pas croire non plus qu'un sadique ou autre est arrivé en exterminant toutes ces pauvres bêtes, c�
39;est juste que leur reproduction n'est quasiment qu'artificielle, on c'est "contenté" d'arrêter d'inséminer les femelles...
Quand on prétend sauver des animaux (bovins) en devenant végan, il faut penser que ceux-ci n'existent pas à l'état naturel (ou sauvage), ce sont de pures créations, et sans débouchés, elles disparaitraient sans postérité...
Afficher tout
Donc en mangeant du steak, on le fait pour une bonne cause ?

C'est gros comme une côte de bœuf de limousine ça :)

a écrit : Donc en mangeant du steak, on le fait pour une bonne cause ?

C'est gros comme une côte de bœuf de limousine ça :)
Non, ce n'est pas ce qu'il faut comprendre, je veux "juste" dire que le fait d’arrêter de manger de la viande ne sauve aucun animal...

a écrit : Non, ce n'est pas ce qu'il faut comprendre, je veux "juste" dire que le fait d’arrêter de manger de la viande ne sauve aucun animal... Si on ne parle que des animaux d'élevage, et qu'on exclut le sauvage car archi minoritaire, effectivement les poules de batterie n'ont rien à faire dehors, et les relâcher n'aurait aucun sens.
Ces races d'animaux ont parfois même du mal à marcher, alors voler...
Mais arrêter de manger de la viande sauve tous les animaux qu'on ne créé pas pour les tuer extrêmement tôt (6 mois pour un porc qui peut vivre 20 ans, et qui est très heureux quand il n'est pas dans un enclos de pile poil sa taille).
Dans une moindre mesure, arrêter de manger de la viande de merde, et ne consommer que des produits rares, qualitatifs, et chers, évite aussi les aberrations des batteries.

Je ne comprends pas votre raccourci, arrêter de manger de la viande ne sauvera pas les animaux actuellement vivant, puisqu'ils ne sont plus adaptés à rien, mais mettrait fin au massacre et aux abus en évitant d'en faire naître d'autres, non?

Ce qui ouvre la question philosophique : ne pas faire naître un animal pour ensuite le maltraiter puis le tuer extrêmement tôt, est-ce le sauver?

Quand à la survie des seuls bovins, il me semblait que les races rustiques portaient ce nom parce qu'elles étaient capables de survivre seules dans leur milieu. Si tant est qu'elles aient accès à un milieu dénué de clôture, comme les mustangs américains. Mais on s'écarte du sujet.

Ah bah j'aurais en plus appris que Rosa Bonheur était une peintre et pas seulement un bar branché!

a écrit : Non, ce n'est pas ce qu'il faut comprendre, je veux "juste" dire que le fait d’arrêter de manger de la viande ne sauve aucun animal... Bien dit René

a écrit : Si on ne parle que des animaux d'élevage, et qu'on exclut le sauvage car archi minoritaire, effectivement les poules de batterie n'ont rien à faire dehors, et les relâcher n'aurait aucun sens.
Ces races d'animaux ont parfois même du mal à marcher, alors voler...
Mais arrêter de m
anger de la viande sauve tous les animaux qu'on ne créé pas pour les tuer extrêmement tôt (6 mois pour un porc qui peut vivre 20 ans, et qui est très heureux quand il n'est pas dans un enclos de pile poil sa taille).
Dans une moindre mesure, arrêter de manger de la viande de merde, et ne consommer que des produits rares, qualitatifs, et chers, évite aussi les aberrations des batteries.

Je ne comprends pas votre raccourci, arrêter de manger de la viande ne sauvera pas les animaux actuellement vivant, puisqu'ils ne sont plus adaptés à rien, mais mettrait fin au massacre et aux abus en évitant d'en faire naître d'autres, non?

Ce qui ouvre la question philosophique : ne pas faire naître un animal pour ensuite le maltraiter puis le tuer extrêmement tôt, est-ce le sauver?

Quand à la survie des seuls bovins, il me semblait que les races rustiques portaient ce nom parce qu'elles étaient capables de survivre seules dans leur milieu. Si tant est qu'elles aient accès à un milieu dénué de clôture, comme les mustangs américains. Mais on s'écarte du sujet.
Afficher tout
Je suis d'accord sur la partie arrêter de manger de la viande ou des produits venants d'un mode intensif, mais sur le reste je suis de l'avis de René.
Le paysage pastorale a été forgé par l'agriculture, les bocages qui sont de véritables foyer à biodiversité sont l'œuvre de l'élevage par exemple.

L'arrêt de l'élevage que prône des extrémistes montre juste… leur ignorance du sujet. Des animaux vivent uniquement dans des biotopes de types prairies. Retirer nos gros herbivores (ovins et bovins) provoquerait une expansion des forêts fort dommageable pour des espèces des prairies. Quand on sait que c'est déjà ces espèces qui prennent le plus cher avec l'agriculture intensive… c'est enfoncer le clou.
Les bovins et ovins ne mangent pas exactement la même chose, ils construisent certains paysages, les espèces de prairies en profite mais pas qu'eux. Les bouses attirent le fameux bousier français (et d'autres), bousier français qui nourrit des oiseaux. Condamner l'élevage c'est donc condamner des insectes, des oiseaux etc.

Alors quoi ? On arrête l'élevage et on laisse les bovins/ovins vivre dans la nature ? Il faudra pouvoir les réguler. Comment faire ? Chasse ? Ca revient à faire de l'élevage. Réintroduction de prédateurs ? C'est le cas dans les grands espaces "vides" de la France, ça marche bien mais en-dehors ce n'est pas viable. La campagne Bretonne est semé de petites maisons par exemple. Va mettre un ours la dedans… Mais admettons que ça marche : les bovins/ovins seront tués par des gros prédateurs. La mise à mort dans la nature c'est pire que l'abattoir : les loups éventre, l'ours lacère… L'arrêt de la souffrance n'est donc pas réussi.

L'élevage fait partie du paysage français et est important pour la faune. Retirer l'élevage c'est un peu se créer un gros problème inutile.

D'ailleurs tu dis que l'élevage sauvage est archi minoritaire, ce n'est pas le cas pour plusieurs types d'élevage. La grande majorité des bovins sont en "plein air", idem pour les ovins et les poules.
Et René ne dit pas que les animaux d'élevage ne sont plus adaptés à rien. Il précise juste que certaines races ont disparu car plus adaptées aux besoins agricoles (comme labourer les champs).

a écrit : Pour ceux que ça amuse, vous pouvez aussi regarder l'histoire des limousines (les vaches, pas les voitures qui ressemblent à des teckels carrés).

Si la morvandelle a d'après les sources disparue car c'était une race uniquement de travail, remplacée par les machines, la limousine, pourtant
une des race à viande les plus vendues, a faillie être remplacée par des blondes d'aquitaine.
Il y a en effet eu une grande vague dans les années 50-60 de création de races.
C'est sa rusticité (capacité à vivre dehors par 1000m d'altitude toute l'année, survie en sol pauvre) qui l'a sauvée, conjointement avec la volonté d'agriculteurs locaux.

Enfin, je profite d'un sujet vache pour glisser une autre info : les vaches laitières blanches à taches noires assez emblématique sont des Holstein, et non des Normandes (blanches tachées marron) comme je l'entends assez souvent.
Afficher tout
Mes grands-parents poitevins me disaient que les vaches tâchées marron étaient des normandes et les tâchées noir des bretonnes, celles-ci donnant plus de lait. Les néerlandaises ressemblent beaucoup aux bretonnes.

a écrit : Je suis d'accord sur la partie arrêter de manger de la viande ou des produits venants d'un mode intensif, mais sur le reste je suis de l'avis de René.
Le paysage pastorale a été forgé par l'agriculture, les bocages qui sont de véritables foyer à biodiversité sont l'œuvre de l'élevag
e par exemple.

L'arrêt de l'élevage que prône des extrémistes montre juste… leur ignorance du sujet. Des animaux vivent uniquement dans des biotopes de types prairies. Retirer nos gros herbivores (ovins et bovins) provoquerait une expansion des forêts fort dommageable pour des espèces des prairies. Quand on sait que c'est déjà ces espèces qui prennent le plus cher avec l'agriculture intensive… c'est enfoncer le clou.
Les bovins et ovins ne mangent pas exactement la même chose, ils construisent certains paysages, les espèces de prairies en profite mais pas qu'eux. Les bouses attirent le fameux bousier français (et d'autres), bousier français qui nourrit des oiseaux. Condamner l'élevage c'est donc condamner des insectes, des oiseaux etc.

Alors quoi ? On arrête l'élevage et on laisse les bovins/ovins vivre dans la nature ? Il faudra pouvoir les réguler. Comment faire ? Chasse ? Ca revient à faire de l'élevage. Réintroduction de prédateurs ? C'est le cas dans les grands espaces "vides" de la France, ça marche bien mais en-dehors ce n'est pas viable. La campagne Bretonne est semé de petites maisons par exemple. Va mettre un ours la dedans… Mais admettons que ça marche : les bovins/ovins seront tués par des gros prédateurs. La mise à mort dans la nature c'est pire que l'abattoir : les loups éventre, l'ours lacère… L'arrêt de la souffrance n'est donc pas réussi.

L'élevage fait partie du paysage français et est important pour la faune. Retirer l'élevage c'est un peu se créer un gros problème inutile.

D'ailleurs tu dis que l'élevage sauvage est archi minoritaire, ce n'est pas le cas pour plusieurs types d'élevage. La grande majorité des bovins sont en "plein air", idem pour les ovins et les poules.
Et René ne dit pas que les animaux d'élevage ne sont plus adaptés à rien. Il précise juste que certaines races ont disparu car plus adaptées aux besoins agricoles (comme labourer les champs).
Afficher tout
Oui il y a même des extrémistes contre la reproduction des chiens et des chats de compagnie, ce qui se traduirait par leur disparition pure et simple.