La Grande Muraille militaire de la Chine

Proposé par
le

En plus de ses sous-marins, la Chine a doté son arsenal nucléaire d'un vaste réseau souterrain qui s’étend sur 5 000 km. L'immense tunnel, qui atteindrait par endroit 1 000 m de profondeur, servirait à protéger et à transporter les armes nucléaires à différents points stratégiques du pays.

La Chine pourrait ainsi riposter plus facilement en cas d'attaque, et déplacer ses armes nucléaires sans craindre d'être trahie par les satellites espions.


Commentaires préférés (3)

La Grande Muraille version réseau souterrain, fascinant et inquiétant à la fois

La Chine c'est un pays qui se donne les moyens de ces ambitions. Une nouvelle route de la soie en bitume qui rejoint l'Europe, la route de la soie maritime qui est actuellement parsemée de base militaire et de ports chinois et maintenant des tunnels interne pour l'armée.
Une puissance économique, politique et militaire à n'en pas douter

Posté le

android

(47)

Répondre

Tunnel ou pas tunnel, pouvant servir aux déplacements d'ogives nucléaires ou pas, est-ce vraiment si important ? Dans cette "guerre d'intox" que se livrent les pays possédant cette arme destructrice ce ne sont pas des tunnels qui changeront quoi que ce soit :)
Compte tenu des puissances de feu de chacun à ce jour, si un fou appuyait sur un bouton pour attaquer un autre de ces pays-là, avant même que les charges envoyés n'arrivent à leurs destinations, son pays serait réduit en poussière aussi dans les minutes qui suivraient ; que d'autres charges aient été protégées dans des tunnels ou pas. C'est le principe de cette dissuasion : "attaque-moi si tu veux, je vais être détruit, mais toi aussi"...
Je pense que la vraie dissuasion, plus que le "tonnage" de bombes ou missiles, ou encore de savoir qu'on peut se déplacer sous terre, c'est de pouvoir dire : "même détruit je peux te réduire en cendre aussi"... Et les sous-marins nucléaires sont là pour ça, invisibles, toujours en mer (donc protégés d'une attaque dans le pays), invisibles et pouvant déclencher le désastre après coup aux portes du pays belligérant.
La seule question à se poser aujourd'hui c'est : "quelqu'un serait-il assez "fou" pour appuyer sur le bouton en premier ? Je dois être naïf car je pense que non :)


Tous les commentaires (38)

La Grande Muraille version réseau souterrain, fascinant et inquiétant à la fois

La Chine c'est un pays qui se donne les moyens de ces ambitions. Une nouvelle route de la soie en bitume qui rejoint l'Europe, la route de la soie maritime qui est actuellement parsemée de base militaire et de ports chinois et maintenant des tunnels interne pour l'armée.
Une puissance économique, politique et militaire à n'en pas douter

Posté le

android

(47)

Répondre

Doit pas faire froid aussi bas: le gradient de la croûte terrestre est de 3 degré par 100m, en gros il doit y faire au moins 30 degré quand il fait zéro en surface....
J imagine bien les militaires en tong et t short en train de déplacer un missile nucléaire en chantant vamos a la playa....
;)

5000 kilomètres... C'est tout de même plus de 85 tunnels ferroviaires du Tunnel de base du Saint Gothard !
Même si ce dernier est un tunnel double - ce qui réduit le nombre à une bonne quarantaine - , je doute de la capacité d'un État, -aussi puissant soit-il -, de pouvoir mobiliser une telle capacité de travail et de fonds financiers, afin de mener en parallèle, la perforation d'autant de tronçons tunneliers.

Si le lien du Figaro écrit que ces 5000 kilomètres de tunnel auraient été construits depuis 1995, je trouve d'autres liens disant que ceux-cis auraient commencé durant les années 60. Là, nous sommes sur une marge temporelle bien plus longue: au moins un demi siècle. Factible ? Peut-être...

Le lien du Figaro laisse aussi entendre qu'il s'agirait d'un seul et unique tunnel de telle longueur, alors que d'autres liens parlent plutôt d'un réseau de tronçons de tunnels interconnectés, principalement situés dans la province Chinoise de Hebei (Région de Pékin).
Par ailleurs, je me demande bien comment la Chine arriverait à cacher une telle activité minière des satellites espions, ne serait-ce que pour l'évacuation de millions de tonnes de gravats à l'air libre....
Localisez ces lieux et vous pouvez obtenir des lignes de points qu'il vous suffit de joindre sur une carte, pour connaître grossièrement le réseau...

En parallèle de ces tunnels militaires, la Chine a commencé en été 2017, la construction d'un tunnel aqueduc de 600 kilomètres, dans la Province du Yunnan (Sud du pays). La construction durera 8 ans.
...et la Chine aimerait aussi construire un autre tunnel aqueduc de 1000 kilomètres, reliant le Tibet du désert de Takamaklan.
Ceci serait factible, bien que la Chine doit s'inventer des technologies destinées à mitiger ou annuler les effets de tremblements de terre sur cette infrastructure qui devra traverser plusieurs failles géologiques actives.
De plus, le projet est encore à l'étude... si elle ne veut pas faire "sauter la banque" de par son très haut coût financier.

a écrit : 5000 kilomètres... C'est tout de même plus de 85 tunnels ferroviaires du Tunnel de base du Saint Gothard !
Même si ce dernier est un tunnel double - ce qui réduit le nombre à une bonne quarantaine - , je doute de la capacité d'un État, -aussi puissant soit-il -, de pouvoir mobiliser une telle capacité
de travail et de fonds financiers, afin de mener en parallèle, la perforation d'autant de tronçons tunneliers.

Si le lien du Figaro écrit que ces 5000 kilomètres de tunnel auraient été construits depuis 1995, je trouve d'autres liens disant que ceux-cis auraient commencé durant les années 60. Là, nous sommes sur une marge temporelle bien plus longue: au moins un demi siècle. Factible ? Peut-être...

Le lien du Figaro laisse aussi entendre qu'il s'agirait d'un seul et unique tunnel de telle longueur, alors que d'autres liens parlent plutôt d'un réseau de tronçons de tunnels interconnectés, principalement situés dans la province Chinoise de Hebei (Région de Pékin).
Par ailleurs, je me demande bien comment la Chine arriverait à cacher une telle activité minière des satellites espions, ne serait-ce que pour l'évacuation de millions de tonnes de gravats à l'air libre....
Localisez ces lieux et vous pouvez obtenir des lignes de points qu'il vous suffit de joindre sur une carte, pour connaître grossièrement le réseau...

En parallèle de ces tunnels militaires, la Chine a commencé en été 2017, la construction d'un tunnel aqueduc de 600 kilomètres, dans la Province du Yunnan (Sud du pays). La construction durera 8 ans.
...et la Chine aimerait aussi construire un autre tunnel aqueduc de 1000 kilomètres, reliant le Tibet du désert de Takamaklan.
Ceci serait factible, bien que la Chine doit s'inventer des technologies destinées à mitiger ou annuler les effets de tremblements de terre sur cette infrastructure qui devra traverser plusieurs failles géologiques actives.
De plus, le projet est encore à l'étude... si elle ne veut pas faire "sauter la banque" de par son très haut coût financier.
Afficher tout
« Factible »? Tu veux sans doute dire réalisable?

Tunnel ou pas tunnel, pouvant servir aux déplacements d'ogives nucléaires ou pas, est-ce vraiment si important ? Dans cette "guerre d'intox" que se livrent les pays possédant cette arme destructrice ce ne sont pas des tunnels qui changeront quoi que ce soit :)
Compte tenu des puissances de feu de chacun à ce jour, si un fou appuyait sur un bouton pour attaquer un autre de ces pays-là, avant même que les charges envoyés n'arrivent à leurs destinations, son pays serait réduit en poussière aussi dans les minutes qui suivraient ; que d'autres charges aient été protégées dans des tunnels ou pas. C'est le principe de cette dissuasion : "attaque-moi si tu veux, je vais être détruit, mais toi aussi"...
Je pense que la vraie dissuasion, plus que le "tonnage" de bombes ou missiles, ou encore de savoir qu'on peut se déplacer sous terre, c'est de pouvoir dire : "même détruit je peux te réduire en cendre aussi"... Et les sous-marins nucléaires sont là pour ça, invisibles, toujours en mer (donc protégés d'une attaque dans le pays), invisibles et pouvant déclencher le désastre après coup aux portes du pays belligérant.
La seule question à se poser aujourd'hui c'est : "quelqu'un serait-il assez "fou" pour appuyer sur le bouton en premier ? Je dois être naïf car je pense que non :)

a écrit : Tunnel ou pas tunnel, pouvant servir aux déplacements d'ogives nucléaires ou pas, est-ce vraiment si important ? Dans cette "guerre d'intox" que se livrent les pays possédant cette arme destructrice ce ne sont pas des tunnels qui changeront quoi que ce soit :)
Compte tenu des puissances de feu
de chacun à ce jour, si un fou appuyait sur un bouton pour attaquer un autre de ces pays-là, avant même que les charges envoyés n'arrivent à leurs destinations, son pays serait réduit en poussière aussi dans les minutes qui suivraient ; que d'autres charges aient été protégées dans des tunnels ou pas. C'est le principe de cette dissuasion : "attaque-moi si tu veux, je vais être détruit, mais toi aussi"...
Je pense que la vraie dissuasion, plus que le "tonnage" de bombes ou missiles, ou encore de savoir qu'on peut se déplacer sous terre, c'est de pouvoir dire : "même détruit je peux te réduire en cendre aussi"... Et les sous-marins nucléaires sont là pour ça, invisibles, toujours en mer (donc protégés d'une attaque dans le pays), invisibles et pouvant déclencher le désastre après coup aux portes du pays belligérant.
La seule question à se poser aujourd'hui c'est : "quelqu'un serait-il assez "fou" pour appuyer sur le bouton en premier ? Je dois être naïf car je pense que non :)
Afficher tout
Très bon commentaire.
Le développement de tes écrits, prend le nom de "Option Samson", dans la stratégie militaire Israélienne.
en.m.wikipedia.org/wiki/Samson_Option

a écrit : Tunnel ou pas tunnel, pouvant servir aux déplacements d'ogives nucléaires ou pas, est-ce vraiment si important ? Dans cette "guerre d'intox" que se livrent les pays possédant cette arme destructrice ce ne sont pas des tunnels qui changeront quoi que ce soit :)
Compte tenu des puissances de feu
de chacun à ce jour, si un fou appuyait sur un bouton pour attaquer un autre de ces pays-là, avant même que les charges envoyés n'arrivent à leurs destinations, son pays serait réduit en poussière aussi dans les minutes qui suivraient ; que d'autres charges aient été protégées dans des tunnels ou pas. C'est le principe de cette dissuasion : "attaque-moi si tu veux, je vais être détruit, mais toi aussi"...
Je pense que la vraie dissuasion, plus que le "tonnage" de bombes ou missiles, ou encore de savoir qu'on peut se déplacer sous terre, c'est de pouvoir dire : "même détruit je peux te réduire en cendre aussi"... Et les sous-marins nucléaires sont là pour ça, invisibles, toujours en mer (donc protégés d'une attaque dans le pays), invisibles et pouvant déclencher le désastre après coup aux portes du pays belligérant.
La seule question à se poser aujourd'hui c'est : "quelqu'un serait-il assez "fou" pour appuyer sur le bouton en premier ? Je dois être naïf car je pense que non :)
Afficher tout
Justement, ces tunnels peuvent résister à plusieurs frappes.

"La seule chose qui ait été officiellement reconnue, c'est le projet Grande Muraille, qui consistait à creuser tout au long des 400 km des monts Taihang pour y loger un nombre inconnu de puits fixes et des pas de tir pour lanceurs mobiles. Certains tunnels seraient d'une profondeur de 1 200 m. Démarré en 1964 et achevé en 1995, ce projet de la Seconde Artillerie annonce qu'il est capable de supporter trois vagues d'attaques nucléaires d'un tonnage de 90 mégatonnes chacune et d'assurer encore des capacités de seconde et de troisième frappes. "

Le rayon de destruction d'une bombe nucléaire est moins élevé qu'on ne croit. La Tsar bomba, c'est un cercle de 35 km de destruction complète. Pour anéantir complètement chaque cm² d'un pays grand comme la Chine, il faudrait 2500 tsar bomba.

Et là j'en vient à me demander quelles sont les limites des satellites capables de cartographier les souterrains... :D

a écrit : Doit pas faire froid aussi bas: le gradient de la croûte terrestre est de 3 degré par 100m, en gros il doit y faire au moins 30 degré quand il fait zéro en surface....
J imagine bien les militaires en tong et t short en train de déplacer un missile nucléaire en chantant vamos a la playa....
;)
Désolé, mais quelque soit la température, Vamos a la playa, c'est pas trop le style de la maison...

a écrit : 5000 kilomètres... C'est tout de même plus de 85 tunnels ferroviaires du Tunnel de base du Saint Gothard !
Même si ce dernier est un tunnel double - ce qui réduit le nombre à une bonne quarantaine - , je doute de la capacité d'un État, -aussi puissant soit-il -, de pouvoir mobiliser une telle capacité
de travail et de fonds financiers, afin de mener en parallèle, la perforation d'autant de tronçons tunneliers.

Si le lien du Figaro écrit que ces 5000 kilomètres de tunnel auraient été construits depuis 1995, je trouve d'autres liens disant que ceux-cis auraient commencé durant les années 60. Là, nous sommes sur une marge temporelle bien plus longue: au moins un demi siècle. Factible ? Peut-être...

Le lien du Figaro laisse aussi entendre qu'il s'agirait d'un seul et unique tunnel de telle longueur, alors que d'autres liens parlent plutôt d'un réseau de tronçons de tunnels interconnectés, principalement situés dans la province Chinoise de Hebei (Région de Pékin).
Par ailleurs, je me demande bien comment la Chine arriverait à cacher une telle activité minière des satellites espions, ne serait-ce que pour l'évacuation de millions de tonnes de gravats à l'air libre....
Localisez ces lieux et vous pouvez obtenir des lignes de points qu'il vous suffit de joindre sur une carte, pour connaître grossièrement le réseau...

En parallèle de ces tunnels militaires, la Chine a commencé en été 2017, la construction d'un tunnel aqueduc de 600 kilomètres, dans la Province du Yunnan (Sud du pays). La construction durera 8 ans.
...et la Chine aimerait aussi construire un autre tunnel aqueduc de 1000 kilomètres, reliant le Tibet du désert de Takamaklan.
Ceci serait factible, bien que la Chine doit s'inventer des technologies destinées à mitiger ou annuler les effets de tremblements de terre sur cette infrastructure qui devra traverser plusieurs failles géologiques actives.
De plus, le projet est encore à l'étude... si elle ne veut pas faire "sauter la banque" de par son très haut coût financier.
Afficher tout
Pour rebondir sur ton commentaire, la Chine a également le record du tunnel de métro le plus profond du monde. Il est situé à 88 mètres au dessous du niveau de la mer et mesure 3,49 km de long. La construction a débuté en septembre 2015 et s'est terminé le 6 novembre 2018.
Le tunnel sous la Manche par exemple est situé à 40 m sous le fond de la mer.

a écrit : Pour rebondir sur ton commentaire, la Chine a également le record du tunnel de métro le plus profond du monde. Il est situé à 88 mètres au dessous du niveau de la mer et mesure 3,49 km de long. La construction a débuté en septembre 2015 et s'est terminé le 6 novembre 2018.
Le tunnel sous la Manche par exem
ple est situé à 40 m sous le fond de la mer. Afficher tout
Je crois me souvenir que pour la construction du tunnel sous la Manche, sa profondeur sous le fond marin, est (légèrement) variable, afin de suivre certaines veines géologiques présentant peu de perméabilité à l'eau.
Peut-être trouve t'on également une utilité et finalité similaires dans la recherche d'une profondeur de 88 mètres... Bien que dans ce cas, la mesure est effectuée depuis le niveau de la mer, et non le fond marin.
Le point le plus profond du tunnel sous la Manche n'est "que" de...75 mètres sous le niveau de la mer.

Parlant de tunnel ferroviaire sous-marin...
Le tunnel de Bohai (Nord-Est de Chine), actuellement en projet, aurait une longueur de... 123 kilomètres.
Il serait, tout comme le tunnel sous la Manche, un tunnel ferroviaire apte à transporter des marchandises et des véhicules.
Certes, le temps de trajet serait réduit de 8 heures (par ferry) à 40 minutes... Mais le coût de la méga-construction est estimé à...43 milliards de $ !

Quant au tunnel autoroutier sous-marin le plus profond du monde, ce sera en 2026, le Rogfast, en Norvège, à 392 mètres sous le niveau de la mer !
Quant à sa longueur de 27 kilomètres, il consistera aussi en un nouveau record mondial.
Mais bon, la Norvège, avec son Fond Souverain ahurissant, peut sans doute se permettre cette dépense.

a écrit : Désolé, mais quelque soit la température, Vamos a la playa, c'est pas trop le style de la maison... *quelle que soit la température...

Si je gouverne un pays... Je créerais le covid version 756,757,758 etc avec les vaccins et comme seule arme j' envoie ça chez les ennemis... Un virus tue bien plus et met à genoux le monde entier sans rien faire. On dit que l arme nucléaire est dissuasif... Je pense que le virus l est bien plus et coûte moins cher.

a écrit : Désolé, mais quelque soit la température, Vamos a la playa, c'est pas trop le style de la maison... Les paroles de Vamos a la playa (le titre de Righeira) sont particulièrement bien adaptées à l'anecdote car elles parlent d'holocauste nucléaire.

a écrit : Si je gouverne un pays... Je créerais le covid version 756,757,758 etc avec les vaccins et comme seule arme j' envoie ça chez les ennemis... Un virus tue bien plus et met à genoux le monde entier sans rien faire. On dit que l arme nucléaire est dissuasif... Je pense que le virus l est bien plus et coûte moins cher. Vu qu'il est impossible de savoir quel serait le bilan humain d'une guerre nucléaire, prenons comme référence la Seconde Guerre Mondiale.
Avec une population mondiale trois fois moindre en 1940 qu'à celle d'aujourd'hui, le bilan serait actuellement autour de 150 millions de morts.
Ce chiffre, reparti sur 6 années de Guerre Mondiale, représenterait un bilan de 25 millions annuels.

Le Covid 19 aura tout au plus tué 2 millions d'Humains, avant son premier anniversaire d'expansion mondiale.
Nous sommes donc devant un rapport de létalité 12 fois moindre que la Seconde Guerre Mondiale.

Quant à parler d'un actuel effondrement Économique, nous sommes tout aussi loin que l'impact ayant eu lieu la Seconde Guerre Mondiale, sur les pays belligérants.
Par exemple, le PIB/ habitant dans l'Ex-URSS, a baissé de... 53%, après 3 années de conflit.

Quelqu un a dit : " la 4 ème guerre mondiale se fera avec des arcs et des flèches "

a écrit : Vu qu'il est impossible de savoir quel serait le bilan humain d'une guerre nucléaire, prenons comme référence la Seconde Guerre Mondiale.
Avec une population mondiale trois fois moindre en 1940 qu'à celle d'aujourd'hui, le bilan serait actuellement autour de 150 millions de morts.
Ce chiffre, reparti sur 6 années de Guerre Mondiale, représenterait un bilan de 25 millions annuels.

Le Covid 19 aura tout au plus tué 2 millions d'Humains, avant son premier anniversaire d'expansion mondiale.
Nous sommes donc devant un rapport de létalité 12 fois moindre que la Seconde Guerre Mondiale.

Quant à parler d'un actuel effondrement Économique, nous sommes tout aussi loin que l'impact ayant eu lieu la Seconde Guerre Mondiale, sur les pays belligérants.
Par exemple, le PIB/ habitant dans l'Ex-URSS, a baissé de... 53%, après 3 années de conflit.
Afficher tout
Oui mais non. Prend la grippe espagnol qui a tué bien plus de monde et en moins de temps que la première guerre mondiale ....

Les épidémies sont très efficaces pour diminuer une population et bien plus violemment qu’une guerre ... La peste noire a divisé la population européenne par quasiment deux. Le virus du COVID est simplement peu virulent et peu mortifère.

Une épidémie de variole dont le monde avait peur pendant la guerre froide et avant le vaccin aurait été une véritable hécatombe mondiale.

Afin de préserver leurs capacités de deuxième frappe (représailles nucléaires après une frappe ennemie) et donc de dissuasion, les Russes ont développé le système Périmètre, autrement appelé "Main morte". Lorsqu'il est enclenché, et sous certaines conditions, ce dispositif déclenche automatiquement une frappe nucléaire, même sans ordre "humain". Les Etats-Unis disposerait d'un équivalent l'ERCS.

Posté le

android

(2)

Répondre