Le tunnel tombeau de la Première Guerre mondiale a été retrouvé

Proposé par
le
dans

Un père et son fils, passionnés d'histoire, ont retrouvé en 2020 un tunnel où 250 soldats allemands avaient trouvé la mort en 1917 sur le plateau de Craonne. La probable absence d'oxygène laisse espérer de découvrir des artefacts ou même des corps en parfait état de conservation.

Les fouilles étant réglementées, ils ont enfreint la loi qui interdit de creuser. Après être certains de leur découverte, ils ont soigneusement rebouché le trou et averti les autorités françaises et allemandes afin que des archéologues puissent y faire des fouilles légales.


Commentaires préférés (3)

C’est important pour comprendre ce qui c’est passé et puis cela peut permettre aux descendants et aux familles de retrouver un aïeul pour lui donner une vraie sépulture. C’est sur que pour les soldats ça ne changera pas grand chose mais pour les vivants cela peut faire une vraie différence de d’avoir de l’empathie avec ce que ces hommes ont vécu.

Bruno Frémont, médecin-légiste et urgentiste au CHU de Verdun, est officiellement la personne chargée d'identifier les dépouilles de soldats (Français comme Allemands) découvertes sur les lieux de cette terrible bataille.
Rarement, il est possible de trouver la plaque d'identification du soldat.
Néanmoins, il est aujourd'hui possible de tenter une identification comparative à partir de l'ADN. Cette méthode a, pour la première fois, permis de mettre un nom sur un squelette de Poilu, un siècle plus tard.
Voici le lien pour plus d'infos:
amp.lepoint.fr/2264112

Un autre lieu de France où la probabilité de trouver des dépouilles mortelles de soldats est élevée, est en Normandie.
Un médecin légiste Français, spécifiquement formé en Autriche, est officiellement chargé de tenter donner une identité aux dépouilles de soldats du Reich nazi, tombés en France.

a écrit : Ces hommes sont des ennemis de la France. D'où l'importance de bien vérifier qu'ils soient morts :)

Plus sérieusement, ça peut être important pour certaines familles de savoir dans quelles conditions leur aïeul est mort, au delà de simplement "il est mort à la guerre".


Tous les commentaires (39)

Dans la première source, il est mentionné que trois soldats survécurent?! Du coup, ils attendent toujours qu’on les sortent ou dans le cas contraire, comment ont ils pu sortir et ne pas retrouver le chemin qui mène au tunnel?

Il y a que moi qui trouve cette histoire glauque? Ces hommes sont morts il y a plus de 100 ans, qu'on laisse leur dépouilles tranquilles, de toute façon il y a peu de chance qu'on en sauve un seul.

C’est important pour comprendre ce qui c’est passé et puis cela peut permettre aux descendants et aux familles de retrouver un aïeul pour lui donner une vraie sépulture. C’est sur que pour les soldats ça ne changera pas grand chose mais pour les vivants cela peut faire une vraie différence de d’avoir de l’empathie avec ce que ces hommes ont vécu.

Bruno Frémont, médecin-légiste et urgentiste au CHU de Verdun, est officiellement la personne chargée d'identifier les dépouilles de soldats (Français comme Allemands) découvertes sur les lieux de cette terrible bataille.
Rarement, il est possible de trouver la plaque d'identification du soldat.
Néanmoins, il est aujourd'hui possible de tenter une identification comparative à partir de l'ADN. Cette méthode a, pour la première fois, permis de mettre un nom sur un squelette de Poilu, un siècle plus tard.
Voici le lien pour plus d'infos:
amp.lepoint.fr/2264112

Un autre lieu de France où la probabilité de trouver des dépouilles mortelles de soldats est élevée, est en Normandie.
Un médecin légiste Français, spécifiquement formé en Autriche, est officiellement chargé de tenter donner une identité aux dépouilles de soldats du Reich nazi, tombés en France.

a écrit : C’est important pour comprendre ce qui c’est passé et puis cela peut permettre aux descendants et aux familles de retrouver un aïeul pour lui donner une vraie sépulture. C’est sur que pour les soldats ça ne changera pas grand chose mais pour les vivants cela peut faire une vraie différence de d’avoir de l’empathie avec ce que ces hommes ont vécu. Afficher tout La plupart d'entre nous ne sait même pas qui dans sa famille a participé à la guerre de 14-18. Mon grand-père m'a raconté, quand j'étais tout petit, qu'il avait été marin et qu'il avait participé à la bataille des Dardanelles (que la GB et la France ont perdue) contre les Turcs.
Avant d'arriver à Reims par la D980, on traverse un cimetière militaire italien (14-18). Je me suis souvent demandé ce que ces types faisaient dans cette région froide et humide, eux qui viennent d'un pays chaleureux.
En fait, personne ne les attend plus nulle part, ils sont définitivement oubliés. C'est la vie, et puis c'est tout

a écrit : Dans la première source, il est mentionné que trois soldats survécurent?! Du coup, ils attendent toujours qu’on les sortent ou dans le cas contraire, comment ont ils pu sortir et ne pas retrouver le chemin qui mène au tunnel? On était en pleine guerre, les 3 rescapés étaient sûrement blessés, l’entrée du tunnel était peut être passé sous contrôle français... Et avec la pluie d’obus qui tombait dans le coin, le paysage changeait très vite.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Il y a que moi qui trouve cette histoire glauque? Ces hommes sont morts il y a plus de 100 ans, qu'on laisse leur dépouilles tranquilles, de toute façon il y a peu de chance qu'on en sauve un seul. Personnellement si j'étais à la place des 250, j'aurais aimé qu'on me retrouve un jour pour reposer près de ma famille et si on m'apprenait aujourd'hui que mon aïeul se trouve dans une tranchée tombeau, j'aimerais bien l'enterrer dans le cimetière familiale.

Surtout qu'il y a mieux comme tombeau qu'un tunnel d'un réseau défensif de tranchée où tu as connu la souffrance, l'horreur et une mort pas des plus sympa…

a écrit : Il y a que moi qui trouve cette histoire glauque? Ces hommes sont morts il y a plus de 100 ans, qu'on laisse leur dépouilles tranquilles, de toute façon il y a peu de chance qu'on en sauve un seul. Ces hommes sont des ennemis de la France.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ces hommes sont des ennemis de la France. Euh... c’est toi qui sort du tunnel en fait

a écrit : Ces hommes sont des ennemis de la France. D'où l'importance de bien vérifier qu'ils soient morts :)

Plus sérieusement, ça peut être important pour certaines familles de savoir dans quelles conditions leur aïeul est mort, au delà de simplement "il est mort à la guerre".

a écrit : La plupart d'entre nous ne sait même pas qui dans sa famille a participé à la guerre de 14-18. Mon grand-père m'a raconté, quand j'étais tout petit, qu'il avait été marin et qu'il avait participé à la bataille des Dardanelles (que la GB et la France ont perdue) contre les Turcs.
Avant d&
#039;arriver à Reims par la D980, on traverse un cimetière militaire italien (14-18). Je me suis souvent demandé ce que ces types faisaient dans cette région froide et humide, eux qui viennent d'un pays chaleureux.
En fait, personne ne les attend plus nulle part, ils sont définitivement oubliés. C'est la vie, et puis c'est tout
Afficher tout
Chacun son point de vue. Perso, je trouve que faire ça, exhumer des corps, tenter de leur donner une identité et une sépulture, c'est une des choses qui nous différencie des animaux.
D'ailleurs il y a des surprises, il y a quelque temps ils ont retrouvé aux USA un squelette dont on supposait que la personne avait été victime d'un meurtre et enterré en foret et on s'est rendu compte que c'était vrai mais que ca s'était passé il y a 500 ans...

Et pour l'anecdote, il y a aussi le travail de reconstitution des faits, ca a été un tel enfer que de reconstituer l'historique des évènement n'est pas prêt de s'arrêter.

a écrit : Ces hommes sont des ennemis de la France. Mon grand-père et son frère étant alsaciens sont nés allemands et ont combattu tous les deux dans l’armée allemande (mon grand-père a été blessé et mon grand-oncle est mort en 1917).
Je ne crois pas qu’ils étaient des ennemis de la France...
Je fais de recherche pour retrouver la trace de mon grand oncle et savoir où il est mort...

a écrit : La plupart d'entre nous ne sait même pas qui dans sa famille a participé à la guerre de 14-18. Mon grand-père m'a raconté, quand j'étais tout petit, qu'il avait été marin et qu'il avait participé à la bataille des Dardanelles (que la GB et la France ont perdue) contre les Turcs.
Avant d&
#039;arriver à Reims par la D980, on traverse un cimetière militaire italien (14-18). Je me suis souvent demandé ce que ces types faisaient dans cette région froide et humide, eux qui viennent d'un pays chaleureux.
En fait, personne ne les attend plus nulle part, ils sont définitivement oubliés. C'est la vie, et puis c'est tout
Afficher tout
Comment sais tu que plus personnes les attends ? Peut-être un fils ou une fille les ont attendu toute leur vie, rien que pour ca c'est important de les rendre a leurs familles

Il y avait un article assez complet sur cette découverte dans Le Monde le 16 novembre. Désolé mais c’est un article payant, voici toutefois le lien pour ceux qui y auraient accès:

Le Monde - Un « tunnel de la mort », mystère de la guerre 14-18, livre ses premiers secrets

Lors de la bataille du Chemin des Dames, en 1917, plusieurs centaines de soldats allemands se sont réfugiés dans un conduit souterrain pour échapper aux canons français. Ce sera leur tombeau, et une énigme de plus d’un siècle.

www.lemonde.fr/international/article/2020/11/16/mystere-de-la-guerre-de-14-18-le-tunnel-du-winterberg-livre-ses-premiers-secrets_6059854_3210.html

a écrit : Il y avait un article assez complet sur cette découverte dans Le Monde le 16 novembre. Désolé mais c’est un article payant, voici toutefois le lien pour ceux qui y auraient accès:

Le Monde - Un « tunnel de la mort », mystère de la guerre 14-18, livre ses premiers secrets

Lors de la bataille du
Chemin des Dames, en 1917, plusieurs centaines de soldats allemands se sont réfugiés dans un conduit souterrain pour échapper aux canons français. Ce sera leur tombeau, et une énigme de plus d’un siècle.

www.lemonde.fr/international/article/2020/11/16/mystere-de-la-guerre-de-14-18-le-tunnel-du-winterberg-livre-ses-premiers-secrets_6059854_3210.html
Afficher tout
Faril, est-ce que ton article précise comment les 3 survivants ont pu s'échapper ?
Dans la 1ere source, il est dit "Certains soldats se suicident, d’autres agonisent en attendant la mort. Seuls trois survivront." mais je n'ai pas trouvé comment ces 3 là ont pu survivre (échappés avant que tout s'écroule, ont trouvé une sortie, ont été secourus, se sont téléportés?). C'est pas clair et la question m'intrique. Merci à toi (ou tout lecteur ayant un compte LeMonde)

a écrit : Chacun son point de vue. Perso, je trouve que faire ça, exhumer des corps, tenter de leur donner une identité et une sépulture, c'est une des choses qui nous différencie des animaux.
D'ailleurs il y a des surprises, il y a quelque temps ils ont retrouvé aux USA un squelette dont on supposait que la pe
rsonne avait été victime d'un meurtre et enterré en foret et on s'est rendu compte que c'était vrai mais que ca s'était passé il y a 500 ans...

Et pour l'anecdote, il y a aussi le travail de reconstitution des faits, ca a été un tel enfer que de reconstituer l'historique des évènement n'est pas prêt de s'arrêter.
Afficher tout
Je comprends bien tous les arguments, mais je trouve que déterrer ces types qui sont restés 104 ans ensemble, pour les ré enterrer à quelques km (il y a plein de cimetières militaires allemands, en fait de toutes les nationalités dans la Marne et l'Aisne, et dans tout le NE de la France), séparés... ça me fait comme un ressenti de violation de sépulture, même si celle-ci est plus un piège mortel qu'un endroit de repos.
En ce moment, à Soissons, des archéologues sont en train d'exhumer les moines du vieux cimetière d'un monastère (morts aux XI et XIIème siècle), comme si c'étaient les tombes des premiers pharaons égyptiens. Est-ce que ça veut dire que dans 100 ou 500 ou 800 ans il y a un ou des abrutis qui vont venir nous déterrer, alors qu'il y a des archives, des rapports de police, de hiérarchie ou d'historiens contemporains partout? Qu'on laisse les os de nos aïeux, les nôtres et ceux de nos descendants tranquilles, la plupart n'en demandent pas plus

a écrit : Faril, est-ce que ton article précise comment les 3 survivants ont pu s'échapper ?
Dans la 1ere source, il est dit "Certains soldats se suicident, d’autres agonisent en attendant la mort. Seuls trois survivront." mais je n'ai pas trouvé comment ces 3 là ont pu survivre (échappés avant que tou
t s'écroule, ont trouvé une sortie, ont été secourus, se sont téléportés?). C'est pas clair et la question m'intrique. Merci à toi (ou tout lecteur ayant un compte LeMonde) Afficher tout
Ils expliquent que suite à une explosion à l’entrée du tunnel, des munitions s’enflamment. Environ 250 hommes se réfugient à l’arrière de la grotte où ils sont piégés alors qu’une trentaine s’échappe par un boyau de secours.
Les secours sont extrêmement difficiles sous le feu des français et arrivent à sauver les trois survivants. A l’extérieur les combats sont féroces et ils abandonnent. La chronologie n’est pas très claire dans l’article avec le récit d’un survivant qui explique comment ils n’avaient plus d’air ni d’eau et qu’il avait perdu plusieurs fois connaissance avant d’entendre les secours (ça semble avoir duré plusieurs jours).
4 mois plus tard, les allemands reprennent la place mais renoncent à pénétrer à cause de l’odeur et le fait que la colline entière est un cimetière. L’emplacement est alors perdu à la fin de la guerre jusqu’à ce qu’il soit retrouvé par Pierre Malinowski

a écrit : Je comprends bien tous les arguments, mais je trouve que déterrer ces types qui sont restés 104 ans ensemble, pour les ré enterrer à quelques km (il y a plein de cimetières militaires allemands, en fait de toutes les nationalités dans la Marne et l'Aisne, et dans tout le NE de la France), séparés... ça me fait comme un ressenti de violation de sépulture, même si celle-ci est plus un piège mortel qu'un endroit de repos.
En ce moment, à Soissons, des archéologues sont en train d'exhumer les moines du vieux cimetière d'un monastère (morts aux XI et XIIème siècle), comme si c'étaient les tombes des premiers pharaons égyptiens. Est-ce que ça veut dire que dans 100 ou 500 ou 800 ans il y a un ou des abrutis qui vont venir nous déterrer, alors qu'il y a des archives, des rapports de police, de hiérarchie ou d'historiens contemporains partout? Qu'on laisse les os de nos aïeux, les nôtres et ceux de nos descendants tranquilles, la plupart n'en demandent pas plus
Afficher tout
C'est pas vraiment une violation de sépulture, puisqu'il reçoivent justement une "vrai" sépulture, plutôt que de rester anonyme et oubliés dans une tranchée jusqu'ici inconnue.
Il y a quelques années, pas loin de chez moi, à Carspach (Haut-Rhin), des archéologues ont mis au jour une tranchée qui s'est effondrée sur les soldats allemands suite à un bombardement, et les ossements, dont la plupart ont été identifiés grâce à a la très bonne conservations d'objets personnels (photos, médailles de baptêmes, etc...) sont aujourdhui ré-inhumé avec leurs familles en Allemagne.
Et c'est con, mais je me dis que pour les famille, ça peut être important de savoir que son père, grand-père, son oncle, etc, est enterré avec ses proches, là où on peut honorer sa mémoire, plutôt que dans la boue d'une tranchée quelque part en France.

Enfin, ne t'inquiète pas pour nos ossements. La mémoire des morts durent en moyenne une centaine d'année (même si ça tend à s'allonger) et la gestion des cimetières contemporains fait que les ossements finissent de toute façon broyés dans une fosse commune au bout d'un moment, surtout en ville.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Question plus que commentaire. Ce genre de site n'a-t-il pas le statut de cimetière militaire comme les épaves de navires? Et partant inviolable. Un exemple : www.europe1.fr/international/L-epave-d-un-sous-marin-nazi-retrouve-au-fond-de-l-Atlantique-793372 Les épaves de navire, c'est un statut différent, qui n'empêche pas les explorations sous réserve d'autorisation comme dans l'anecdote, la raison en est qu'il est difficile d'y accéder, et c'est aussi pour éviter les pillages et les accidents (navire de guerre=bombes)

Dans tout les cas, il est interdit de faire des fouilles sans autorisation, où que ce soit et pour quoi que ce soit, le père et son fils fouillaient sans autorisation, mais ils ont eu la décence d'en informer les autorités dès qu'ils ont trouvé quelquechose de ... comment dire... "sacré?", beaucoup n'auraient pas eu autant de scrupules.

Perso j'ai déjà trouvé des munitions, des artefacts de la 2GM sur un site où il y a eu une bataille de résistants contre allemands (site qui a déjà été fouillé) mais bon, tant que c'est un bout de ferraille, ca passe, mais si un jour je trouve une main...