La gendarmerie a sa brigade de cold case

Proposé par
le

La gendarmerie nationale a créé en 2020 une nouvelle division consacrée aux "Cold cases", les affaires criminelles jamais élucidées. Le but est de faire travailler ensemble plusieurs corps de métiers pour trouver de nouvelles pistes et confondre les criminels passés jusqu'ici entre les mailles du filet.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Si je comprends bien la gendarmerie a recréé le système de la gendarmerie avec tous ses services d'enquête à plus petite echelle pour favoriser la communication et diminuer les frictions inhérentes à chaque grosse administration.
J'ai une question concernant la source de FranceInter: on parle dedans de
profileuses et non profileurs, ce qui tend à dire que seules des femmes ont été sélectionnées à ce poste. A titre de pure curiosité et dénué de toute arrière-pensée, je le précise au cas où, ne connaissant pas du tout ce milieu, les femmes sont-elles en moyenne plus douées dans ce métier en raison d'une certaine affinité ? Y a-t-il eu une étude portant sur le sujet ? Afficher tout
Il y a un excellent article, dans le blog
portrait-culture-justice.com avec le mot-clef "profileuse"
Il m'est impossible de le mettre en lien.
SCMB me répond : unknown error

a écrit : Une question qui me taraude c’est l’ont il fait sous “l’influence” des séries américaines (et notamment celle du même nom) ? Probablement. Et l'armée songe à monter un groupe de spychopathes après avoir vu suicide squad. Quand aux milices, elles ont vu l'agence tous risques et proposent désormais un nouveau service aux particuliers lorsque l'état est défaillant. Si tu es bon bricoleur, prépares toi à être recruté, l'état major s'apprête à visionner MacGiver.

Posté le

android

(70)

Répondre

a écrit : Une question qui me taraude c’est l’ont il fait sous “l’influence” des séries américaines (et notamment celle du même nom) ? Avant d'être une série, le métier de profileur est une réalité. Ils a été inventé par deux agents du FBI, Douglas et Russler, et une psychologue, nommée Ann Burgess, dans les années 1960.
Ils sont à l'origine de la création d'un service interne au FBI appelé le BAU (behavioral analysis unit). Ce sont les premiers à avoir étudier le comportement des grands criminels en s'entretenant avec eux, en prison. Ce sont eux également qui sont à l'origine du terme "serial killer".
Un livre intitulé "Mindhunter" a été écrit par Douglas où il raconte la naissance de ce service, il est captivant. Netflix a produit une série du même nom, peu connue, qui est d'ailleurs l'une des meilleures de la plate-forme.


Tous les commentaires (46)

Si je comprends bien la gendarmerie a recréé le système de la gendarmerie avec tous ses services d'enquête à plus petite echelle pour favoriser la communication et diminuer les frictions inhérentes à chaque grosse administration.
J'ai une question concernant la source de FranceInter: on parle dedans de profileuses et non profileurs, ce qui tend à dire que seules des femmes ont été sélectionnées à ce poste. A titre de pure curiosité et dénué de toute arrière-pensée, je le précise au cas où, ne connaissant pas du tout ce milieu, les femmes sont-elles en moyenne plus douées dans ce métier en raison d'une certaine affinité ? Y a-t-il eu une étude portant sur le sujet ?

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Si je comprends bien la gendarmerie a recréé le système de la gendarmerie avec tous ses services d'enquête à plus petite echelle pour favoriser la communication et diminuer les frictions inhérentes à chaque grosse administration.
J'ai une question concernant la source de FranceInter: on parle dedans de
profileuses et non profileurs, ce qui tend à dire que seules des femmes ont été sélectionnées à ce poste. A titre de pure curiosité et dénué de toute arrière-pensée, je le précise au cas où, ne connaissant pas du tout ce milieu, les femmes sont-elles en moyenne plus douées dans ce métier en raison d'une certaine affinité ? Y a-t-il eu une étude portant sur le sujet ? Afficher tout
Il y a un excellent article, dans le blog
portrait-culture-justice.com avec le mot-clef "profileuse"
Il m'est impossible de le mettre en lien.
SCMB me répond : unknown error

Une question qui me taraude c’est l’ont il fait sous “l’influence” des séries américaines (et notamment celle du même nom) ?

Ça va fait penser aux polars de Jussie Adler Olsen et "les enquêtes départements V" , livres que je conseils pour commencer à lire !!!

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Il y a un excellent article, dans le blog
portrait-culture-justice.com avec le mot-clef "profileuse"
Il m'est impossible de le mettre en lien.
SCMB me répond : unknown error
Merci de l'info je vais y jeter un coup d'oeil.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Une question qui me taraude c’est l’ont il fait sous “l’influence” des séries américaines (et notamment celle du même nom) ? Probablement. Et l'armée songe à monter un groupe de spychopathes après avoir vu suicide squad. Quand aux milices, elles ont vu l'agence tous risques et proposent désormais un nouveau service aux particuliers lorsque l'état est défaillant. Si tu es bon bricoleur, prépares toi à être recruté, l'état major s'apprête à visionner MacGiver.

Posté le

android

(70)

Répondre

a écrit : Une question qui me taraude c’est l’ont il fait sous “l’influence” des séries américaines (et notamment celle du même nom) ? Peut-être...
Mais il y a aussi le fait que la Science criminelle a beaucoup évolué durant ces dernières décennies.
L'étude d'infimes échantillons de terre, permet parfois de déterminer le lieu (distinct) où le crime s'est produit, et de faire progresser l'enquête.
De même, l'identification des cocons ou de cadavres d'insectes, permet parfois de préciser le moment de la mort.
Une autre avancée importante dans les enquêtes criminelles, est le traçage des téléphones mobiles, dont l'affinage des données exploitables, s'est grandement améliorée ces dernières années. Une retentissante affaire criminelle ayant eue lieu ici, en Espagne, a permis de confondre l'auteur du crime, grâce à l'étude fine des données de son portable. (Affaire Diana Quer ).

Mais ce sont il se parlera de plus en plus dans les cas de "cold case", est surtout l'usage de comparación génétique.
Les banques de données volontaires (tests ADN proposées par "MyHeritage", par exemple), sont accessibles aux Force de l'ordre. Or, si votre profil ADN présente une similitude avec un prélèvement effectué sur un lieu de crime (parfois vieux de plusieurs décennies !), il permettra de confondre un membre de votre famille...
La même méthode permet aussi d'identifier les parents biologiques de bébés abandonnés. (Sous réserve de protection des données, selon la Loi du pays, bien entendu)

a écrit : Peut-être...
Mais il y a aussi le fait que la Science criminelle a beaucoup évolué durant ces dernières décennies.
L'étude d'infimes échantillons de terre, permet parfois de déterminer le lieu (distinct) où le crime s'est produit, et de faire progresser l'enquête.
De même, l&
#039;identification des cocons ou de cadavres d'insectes, permet parfois de préciser le moment de la mort.
Une autre avancée importante dans les enquêtes criminelles, est le traçage des téléphones mobiles, dont l'affinage des données exploitables, s'est grandement améliorée ces dernières années. Une retentissante affaire criminelle ayant eue lieu ici, en Espagne, a permis de confondre l'auteur du crime, grâce à l'étude fine des données de son portable. (Affaire Diana Quer ).

Mais ce sont il se parlera de plus en plus dans les cas de "cold case", est surtout l'usage de comparación génétique.
Les banques de données volontaires (tests ADN proposées par "MyHeritage", par exemple), sont accessibles aux Force de l'ordre. Or, si votre profil ADN présente une similitude avec un prélèvement effectué sur un lieu de crime (parfois vieux de plusieurs décennies !), il permettra de confondre un membre de votre famille...
La même méthode permet aussi d'identifier les parents biologiques de bébés abandonnés. (Sous réserve de protection des données, selon la Loi du pays, bien entendu)
Afficher tout
Pour ta culture linguistique que je sais très varié (et j'en serais presque jaloux), cela fait plusieurs fois que tu utilises le terme comparación pour comparaison :) mais il se peut que ce soit ton correcteur orthographique.

Pour l'anecdote, je pense que tu as raison, c'est un besoin (les cold cases) longtemps resté insoluble et qui se retrouve à avoir aujourd'hui des solutions contemporaines inédites et principalement la comparaison d'ADN familial. Donc si vous commettez un crime, veillez à ce que les membres de votre famille n'en fassent pas autant.

a écrit : Pour ta culture linguistique que je sais très varié (et j'en serais presque jaloux), cela fait plusieurs fois que tu utilises le terme comparación pour comparaison :) mais il se peut que ce soit ton correcteur orthographique.

Pour l'anecdote, je pense que tu as raison, c'est un besoin (les
cold cases) longtemps resté insoluble et qui se retrouve à avoir aujourd'hui des solutions contemporaines inédites et principalement la comparaison d'ADN familial. Donc si vous commettez un crime, veillez à ce que les membres de votre famille n'en fassent pas autant. Afficher tout
Si le but du crime est de tuer toute la famille, le problème serait vite résolu de ce côté.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Pour ta culture linguistique que je sais très varié (et j'en serais presque jaloux), cela fait plusieurs fois que tu utilises le terme comparación pour comparaison :) mais il se peut que ce soit ton correcteur orthographique.

Pour l'anecdote, je pense que tu as raison, c'est un besoin (les
cold cases) longtemps resté insoluble et qui se retrouve à avoir aujourd'hui des solutions contemporaines inédites et principalement la comparaison d'ADN familial. Donc si vous commettez un crime, veillez à ce que les membres de votre famille n'en fassent pas autant. Afficher tout
C'est effectivement la faute du correcteur d'orthographe.
Bien que plusieurs internautes m'avaient enseigné comment passer du clavier Français (idéal pour écrire les accents) à l'américain (hispanisé, histoire de pouvoir écrire le "ñ"), le correcteur me mélange les deux vocabulaires. (Français et Espagnol)
Veuillez m'en excuser.

Résoudre un "cold case" a effectivement un effet psychologique sur les proches de la victime.
Tout comme l'impossibilité de retrouver la dépouille mortelle d'une personne, ou encore de pouvoir certifier que celle-ci est encore vivante ou décédée, un crime impuni peut malheureusement devenir une double condamnation pour sa famille.
Non seulement elle doit chercher à faire le deuil, suite à cette mort violente et inattendue, mais de plus, elle doit porter un fardeau psychologique de voir le "Triomphe du Mal sur le bien", tant que l'identité et l'arrestation de l'auteur n'ait lieu.

a écrit : Probablement. Et l'armée songe à monter un groupe de spychopathes après avoir vu suicide squad. Quand aux milices, elles ont vu l'agence tous risques et proposent désormais un nouveau service aux particuliers lorsque l'état est défaillant. Si tu es bon bricoleur, prépares toi à être recruté, l'état major s'apprête à visionner MacGiver. Afficher tout Il ne faut pas seulement être un bon bricoleur, mais savoir tout faire avec sa bite et son couteau (suisse)...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour ta culture linguistique que je sais très varié (et j'en serais presque jaloux), cela fait plusieurs fois que tu utilises le terme comparación pour comparaison :) mais il se peut que ce soit ton correcteur orthographique.

Pour l'anecdote, je pense que tu as raison, c'est un besoin (les
cold cases) longtemps resté insoluble et qui se retrouve à avoir aujourd'hui des solutions contemporaines inédites et principalement la comparaison d'ADN familial. Donc si vous commettez un crime, veillez à ce que les membres de votre famille n'en fassent pas autant. Afficher tout
A titre d'information à propos de comparaisons génétiques à partir des banques de données, voici un article:
www-nouvelobs-com.cdn.ampproject.org/v/s/www.nouvelobs.com/sciences/20181011.OBS3809/votre-adn-peut-etre-fiche-a-cause-d-un-parent-eloigne.amp?usqp=mq331AQSKAFQApgB4OuGgfTSvalgsAEg&amp_js_v=a6&amp_gsa=1#referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&csi=0&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.nouvelobs.com%2Fsciences%2F20181011.OBS3809%2Fvotre-adn-peut-etre-fiche-a-cause-d-un-parent-eloigne.html

C'est grace a cette nouvelle equipe et les nouvelles capacités de la police scientifique qu'on sait maintenant que jacques maire etait vraiment l'assassin de Nelly Haderer ( 1987) meurtre pour lequel il avait ete acquitté

a écrit : Une question qui me taraude c’est l’ont il fait sous “l’influence” des séries américaines (et notamment celle du même nom) ? Avant d'être une série, le métier de profileur est une réalité. Ils a été inventé par deux agents du FBI, Douglas et Russler, et une psychologue, nommée Ann Burgess, dans les années 1960.
Ils sont à l'origine de la création d'un service interne au FBI appelé le BAU (behavioral analysis unit). Ce sont les premiers à avoir étudier le comportement des grands criminels en s'entretenant avec eux, en prison. Ce sont eux également qui sont à l'origine du terme "serial killer".
Un livre intitulé "Mindhunter" a été écrit par Douglas où il raconte la naissance de ce service, il est captivant. Netflix a produit une série du même nom, peu connue, qui est d'ailleurs l'une des meilleures de la plate-forme.

a écrit : Ça va fait penser aux polars de Jussie Adler Olsen et "les enquêtes départements V" , livres que je conseils pour commencer à lire !!! Et si vraiment ouvrir un livre en rebute certains ou que ce soit une question de temps disponible, les films sont pas mal non plus. Même si forcément, c’est moins détaillé, je les ai quand même trouvé assez proches des livres pour les avoir lu et vu les films.

Bonjour à tous, je trouve tres positif qu'une "usine a gaz" comme la Gendarmerie soit capable de pondre un concept pareil malgré le conservatisme ( que j'imagine peut etre à tort) et le manque de moyens. Peut-être de nouveaux dirigeants plus en phase avec leur temps.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Bonjour à tous, je trouve tres positif qu'une "usine a gaz" comme la Gendarmerie soit capable de pondre un concept pareil malgré le conservatisme ( que j'imagine peut etre à tort) et le manque de moyens. Peut-être de nouveaux dirigeants plus en phase avec leur temps. Au niveau des méthodes, la gendarmerie s'en sort plutôt pas mal. Elle est plutôt pas mal au niveau scientifique par exemple (IRCGN). Je ne sais pas au niveau politique, mais malgré le manque de moyen elle essaie de rester dans l'ère du temps malgré sa taille concernant ses outils de travail. Je ne suis pas sûr que cela a quelque chose à voir avec ses dirigeants mais plutôt avec la volonté de remplir ses missions.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Au niveau des méthodes, la gendarmerie s'en sort plutôt pas mal. Elle est plutôt pas mal au niveau scientifique par exemple (IRCGN). Je ne sais pas au niveau politique, mais malgré le manque de moyen elle essaie de rester dans l'ère du temps malgré sa taille concernant ses outils de travail. Je ne suis pas sûr que cela a quelque chose à voir avec ses dirigeants mais plutôt avec la volonté de remplir ses missions. Afficher tout Je suis relativement d'accord, mais on peut se demander pourquoi ça a pris autant de temps pour ENFIN créer un service qui regroupe tous les services.

Enfin, mieux vaut tard que jamais.

P.S, la Gendarmerie ne fait pas de politique, elle y est soumise, c'est de là que vient le problème, je pense, la bureaucratie...

Juste une question, la notion de prescription qui permet à des fripouilles notoires de s'en tirer. J'ai bien aimé la série Cold case, mais coincer un tueur des années 60, si l'enquête a été close, en France, no way. Un pénaliste pourrait-il nous éclairer ?

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Je suis relativement d'accord, mais on peut se demander pourquoi ça a pris autant de temps pour ENFIN créer un service qui regroupe tous les services.

Enfin, mieux vaut tard que jamais.

P.S, la Gendarmerie ne fait pas de politique, elle y est soumise, c'est de là que vient le problème, je pense, la bureaucratie...
Alors j'ai la réponse d'une source que je ne citerai pas: lors d'une enquête, lorsqu'une enquête est ouverte, le procureur saisit un service de la gendarmerie (ou la police) qui ne pourra par la suite pas s'en dessaisir. J'imagine que le droit français qui était la cause de ce problème a du être révisé pour l'ouverture de ce service et pour définir le terme de cold case.

Posté le

android

(2)

Répondre