L’attaque de Pearl Harbor aurait pu être anticipée

Proposé par
le
dans

Avant l’attaque de Pearl Harbor, le directeur du FBI, J. Edgar Hoover, avait été prévenu par un agent double britannique du MI6, Dusko Popov, que le Japon serait en train de planifier une attaque contre un port militaire américain. Estimant que Pearl Harbor était trop éloigné du Japon, il ne fit remonter qu’une petite partie de l’information auprès de la Maison-Blanche.

Dusko Popov avait dévoilé aux services secrets britanniques (MI5) que les Japonais avaient commandé à la défense allemande une étude détaillée du bombardement par la RAF de la flotte italienne dans le port de Tarente les 11 et 12 novembre 1940, ce qui laissait présager qu’ils avaient l’intention de reproduire une attaque similaire.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Quelle est la différence entre le MI6 et le MI5 ? Défense britannique "intérieur" (MI5) et étrangère (MI6)

C'est facile après coup de prétendre que les Américains avaient été prévenus et qu'ils n'en avaient pas tenu compte. C'était la guerre, ils étaient déjà sur le qui-vive et il y avait toutes sortes d'informations plus ou moins fiables qui annonçaient toutes sortes d'initiatives de l'ennemi. Alors ils ne pouvaient pas revoir tout leur système de défense à chaque nouvelle information sinon ils n'auraient plus fait que ça. Les attaques par surprise et la désinformation ont toujours existé et ont été utilisées par les deux camps.

Ricardo Rivera fut ambassadeur du Pérou au Japon, entre 1939 et 1942.

Au sein de l'ambassade, venait régulièrement travailler un traducteur Japonais, du nom de Yasukisu Suganuma, qui avait la "langue un peu trop pendue".
Il recevait des informations de la part de son cousin travaillant au Ministère Japonais de la Marine, faits qui s'avéraient toujours être exacts.
Même si l'ambassadeur ne parlait jamais directement avec Yasukisu, son chef de personnel (du nom de Felipe Akakawa), avait régulièrement des conversations avec le traducteur...

En janvier 1941 (soit onze mois avant l'attaque de Pearl Harbour), Yasukisu annonça à Felipe, que le Japon "va détruire l'escuadron Américain".
Le chef du personnel en informe l'ambassadeur, mais celui ci n'en prête pas attention.
10 jours plus tard, Felipe lui annonce que l'attaque aura lieu au "milieu du Pacifique". L'ambassadeur prend l'information plus au sérieux mais...
Jusqu'à ce qu'une autre source, lui confirme les préparatifs: Furukido Yoshida, professeur de l'Université de Tokyo est également traducteur pour le Ministère Japonais de la Marine.
... Et il est également ami de Ricardo Rivera.
Furukido lui informera que l'Amiral Yamamoto a déjà dessiné le plan d'attaque de Pearl Harbour, et que des entraînements aériens ont lieu dans des îles méridionales du Japon.
L'ambassadeur Péruvien prend la décision d'en informer celui qui représente les États-Unis à Tokyo, Joseph Grew.
L'ambassadeur Américain en informera le Secrétaire d'état Américain par télégramme. De même, ce télégramme passera par les Départements de la Guerre et de la Marine, ainsi qu'aux plus hautes sphères de la Flotte du Pacifique.

Néanmoins, la lecture de ce télégramme laisse planer un doute entre "rumeur" et "information capitale", car il comporte le mot "fantastique", qui a vraisemblablement été interprété aux États-Unis, comme "improbable".

En 1941, les États-Unis vont recevoir à plusieurs reprises, et de diverses formes, des informations sur une possible attaque Japonaise contre les internets Américains dans le Pacifique.
Quand l'Historien Alain Decaux en avait parlé sur les ondes télévisées durant les années 80, il avait bien précisé que les Américains connaissaient cette possibilité, mais que ceci n'était pas un sujet pouvant avoir lieu de forme imminente, et qui ne précisait donc pas une prise de précautions particulières.

Ces témoignages furent publiés en février 1949, dans le quotidien Péruvien El comercio.
www-bbc-com.cdn.ampproject.org/v/s/www.bbc.com/mundo/noticias/2015/12/151126_america_latina_ricardo_rivera_schreiber_advirtio_pearl_harbor_ppb.amp?amp_js_v=a6&amp_gsa=1&usqp=mq331AQKKAFQArABIIACAw%3D%3D#aoh=16257645611646&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=De%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.bbc.com%2Fmundo%2Fnoticias%2F2015%2F12%2F151126_america_latina_ricardo_rivera_schreiber_advirtio_pearl_harbor_ppb


Tous les commentaires (31)

Heureusement que les Japonais n'ont pas réussi a obtenir la même efficacité que les Britanniques à Tarente, auquel cas la guerre aurait duré plus longtemps.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Heureusement que les Japonais n'ont pas réussi a obtenir la même efficacité que les Britanniques à Tarente, auquel cas la guerre aurait duré plus longtemps. Pour les curieux, une explication très détaillée du raid de Tarente par les Anglais :
aviatik68.fr/aerobulle/5/tarente.pdf

« Les faisans sont dans le nid »

Quelle est la différence entre le MI6 et le MI5 ?

a écrit : Quelle est la différence entre le MI6 et le MI5 ? Défense britannique "intérieur" (MI5) et étrangère (MI6)

a écrit : Quelle est la différence entre le MI6 et le MI5 ? Le mi6 sont les services de renseignements extérieurs et le mi5 les services de renseignements intérieurs. C'est comme la dst et la dgse à l'époque en France.

a écrit : Pour les curieux, une explication très détaillée du raid de Tarente par les Anglais :
aviatik68.fr/aerobulle/5/tarente.pdf

« Les faisans sont dans le nid »
C'est incroyable de voir que l'attaque aéronavale la plus efficace à ce jour a été effectuée par de vieux biplans obsolètes contre une flotte à cette époque flambant neuve.

Posté le

android

(7)

Répondre

C'est facile après coup de prétendre que les Américains avaient été prévenus et qu'ils n'en avaient pas tenu compte. C'était la guerre, ils étaient déjà sur le qui-vive et il y avait toutes sortes d'informations plus ou moins fiables qui annonçaient toutes sortes d'initiatives de l'ennemi. Alors ils ne pouvaient pas revoir tout leur système de défense à chaque nouvelle information sinon ils n'auraient plus fait que ça. Les attaques par surprise et la désinformation ont toujours existé et ont été utilisées par les deux camps.

N’est-ce pas ce même Hoover qui voulait prouver qu’Einstein était communiste et l’ expluser des EU ?

a écrit : Quelle est la différence entre le MI6 et le MI5 ? Ce sont les services de renseignement ("services secrets" si tu préfères et pour faire court):

Le MI5 est l'équivalent de notre DGSI: sécurité intérieure, lutte contre le terrorisme sur notre sol, surveillance des groupuscules radicalisés (ultra gauche, néo-nazis...)

Le MI6 est l'équivalent de notre DGSE: renseignements extérieurs, service où on retrouve les fameux "clandestins", agents de l'État travaillant sous couverture et chargés de récolter des renseignements sur les menaces émanant d'individus opérant à partir d'autres pays que le nôtre.

À noter qu'en GB, ils sont tous militaires (sécurité intérieure et extérieure) et que chez nous, la sécurité intérieure est assurée par des policiers (DGSI).

Ricardo Rivera fut ambassadeur du Pérou au Japon, entre 1939 et 1942.

Au sein de l'ambassade, venait régulièrement travailler un traducteur Japonais, du nom de Yasukisu Suganuma, qui avait la "langue un peu trop pendue".
Il recevait des informations de la part de son cousin travaillant au Ministère Japonais de la Marine, faits qui s'avéraient toujours être exacts.
Même si l'ambassadeur ne parlait jamais directement avec Yasukisu, son chef de personnel (du nom de Felipe Akakawa), avait régulièrement des conversations avec le traducteur...

En janvier 1941 (soit onze mois avant l'attaque de Pearl Harbour), Yasukisu annonça à Felipe, que le Japon "va détruire l'escuadron Américain".
Le chef du personnel en informe l'ambassadeur, mais celui ci n'en prête pas attention.
10 jours plus tard, Felipe lui annonce que l'attaque aura lieu au "milieu du Pacifique". L'ambassadeur prend l'information plus au sérieux mais...
Jusqu'à ce qu'une autre source, lui confirme les préparatifs: Furukido Yoshida, professeur de l'Université de Tokyo est également traducteur pour le Ministère Japonais de la Marine.
... Et il est également ami de Ricardo Rivera.
Furukido lui informera que l'Amiral Yamamoto a déjà dessiné le plan d'attaque de Pearl Harbour, et que des entraînements aériens ont lieu dans des îles méridionales du Japon.
L'ambassadeur Péruvien prend la décision d'en informer celui qui représente les États-Unis à Tokyo, Joseph Grew.
L'ambassadeur Américain en informera le Secrétaire d'état Américain par télégramme. De même, ce télégramme passera par les Départements de la Guerre et de la Marine, ainsi qu'aux plus hautes sphères de la Flotte du Pacifique.

Néanmoins, la lecture de ce télégramme laisse planer un doute entre "rumeur" et "information capitale", car il comporte le mot "fantastique", qui a vraisemblablement été interprété aux États-Unis, comme "improbable".

En 1941, les États-Unis vont recevoir à plusieurs reprises, et de diverses formes, des informations sur une possible attaque Japonaise contre les internets Américains dans le Pacifique.
Quand l'Historien Alain Decaux en avait parlé sur les ondes télévisées durant les années 80, il avait bien précisé que les Américains connaissaient cette possibilité, mais que ceci n'était pas un sujet pouvant avoir lieu de forme imminente, et qui ne précisait donc pas une prise de précautions particulières.

Ces témoignages furent publiés en février 1949, dans le quotidien Péruvien El comercio.
www-bbc-com.cdn.ampproject.org/v/s/www.bbc.com/mundo/noticias/2015/12/151126_america_latina_ricardo_rivera_schreiber_advirtio_pearl_harbor_ppb.amp?amp_js_v=a6&amp_gsa=1&usqp=mq331AQKKAFQArABIIACAw%3D%3D#aoh=16257645611646&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=De%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.bbc.com%2Fmundo%2Fnoticias%2F2015%2F12%2F151126_america_latina_ricardo_rivera_schreiber_advirtio_pearl_harbor_ppb

a écrit : Ricardo Rivera fut ambassadeur du Pérou au Japon, entre 1939 et 1942.

Au sein de l'ambassade, venait régulièrement travailler un traducteur Japonais, du nom de Yasukisu Suganuma, qui avait la "langue un peu trop pendue".
Il recevait des informations de la part de son cousin trava
illant au Ministère Japonais de la Marine, faits qui s'avéraient toujours être exacts.
Même si l'ambassadeur ne parlait jamais directement avec Yasukisu, son chef de personnel (du nom de Felipe Akakawa), avait régulièrement des conversations avec le traducteur...

En janvier 1941 (soit onze mois avant l'attaque de Pearl Harbour), Yasukisu annonça à Felipe, que le Japon "va détruire l'escuadron Américain".
Le chef du personnel en informe l'ambassadeur, mais celui ci n'en prête pas attention.
10 jours plus tard, Felipe lui annonce que l'attaque aura lieu au "milieu du Pacifique". L'ambassadeur prend l'information plus au sérieux mais...
Jusqu'à ce qu'une autre source, lui confirme les préparatifs: Furukido Yoshida, professeur de l'Université de Tokyo est également traducteur pour le Ministère Japonais de la Marine.
... Et il est également ami de Ricardo Rivera.
Furukido lui informera que l'Amiral Yamamoto a déjà dessiné le plan d'attaque de Pearl Harbour, et que des entraînements aériens ont lieu dans des îles méridionales du Japon.
L'ambassadeur Péruvien prend la décision d'en informer celui qui représente les États-Unis à Tokyo, Joseph Grew.
L'ambassadeur Américain en informera le Secrétaire d'état Américain par télégramme. De même, ce télégramme passera par les Départements de la Guerre et de la Marine, ainsi qu'aux plus hautes sphères de la Flotte du Pacifique.

Néanmoins, la lecture de ce télégramme laisse planer un doute entre "rumeur" et "information capitale", car il comporte le mot "fantastique", qui a vraisemblablement été interprété aux États-Unis, comme "improbable".

En 1941, les États-Unis vont recevoir à plusieurs reprises, et de diverses formes, des informations sur une possible attaque Japonaise contre les internets Américains dans le Pacifique.
Quand l'Historien Alain Decaux en avait parlé sur les ondes télévisées durant les années 80, il avait bien précisé que les Américains connaissaient cette possibilité, mais que ceci n'était pas un sujet pouvant avoir lieu de forme imminente, et qui ne précisait donc pas une prise de précautions particulières.

Ces témoignages furent publiés en février 1949, dans le quotidien Péruvien El comercio.
www-bbc-com.cdn.ampproject.org/v/s/www.bbc.com/mundo/noticias/2015/12/151126_america_latina_ricardo_rivera_schreiber_advirtio_pearl_harbor_ppb.amp?amp_js_v=a6&amp_gsa=1&usqp=mq331AQKKAFQArABIIACAw%3D%3D#aoh=16257645611646&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=De%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.bbc.com%2Fmundo%2Fnoticias%2F2015%2F12%2F151126_america_latina_ricardo_rivera_schreiber_advirtio_pearl_harbor_ppb
Afficher tout
Malheureusement je crains que le commentaire de Lflfelf soit foncièrement vrai pour pas mal de situations de guerre.

Je suis convaincu que le débarquement du 5 puis 6 juin 1944 a du avoir été soufflé aux Allemands qui n’en n’ont pas cru un mot. Bien compliqué de trouver la vérité dans un flot d’information continue.

a écrit : Malheureusement je crains que le commentaire de Lflfelf soit foncièrement vrai pour pas mal de situations de guerre.

Je suis convaincu que le débarquement du 5 puis 6 juin 1944 a du avoir été soufflé aux Allemands qui n’en n’ont pas cru un mot. Bien compliqué de trouver la vérité dans un flot d’information continue.
En effet j'avais lu qu'un espion avait livré des informations sur le débarquement aux Allemands. Mais ils avaient tellement d'espions et d'informations qu'ils ne pouvaient pas tout prendre en compte, tout recouper, et tout vérifier. Et c'était d'autant plus difficile que les Anglais faisaient aussi beaucoup de désinformation si bien que les Allemands pouvaient entendre chaque chose et son contraire. Les Allemands avaient non seulement des espions mais ils étaient également approchés par des opportunistes qui se trouvaient en possession d'informations intéressantes, et ils pouvaient se permettre d'acheter toutes les informations qu'on voulait bien leur apporter car les informateurs n'avaient pas confiance dans les deutsch marks et préféraient être payés en livres sterling. Et justement les Allemands ne manquaient pas de billets en livres sterling puisqu'ils en imprimaient eux-mêmes qui étaient d'une qualité parfaite ! D'où le surplus d'informations et le fait que les informations qui auraient pu être intéressantes étaient noyées dans la masse d'informations contradictoires. Finalement les alliés s'en sortent plutôt bien de cette guerre d'attaques-surprise sur fond d'espionnage et de désinformation puisqu'ils ont réussi le raid de Tarente et le débarquement de Normandie alors que l'axe a réussi seulement l'attaque de Pearl Harbor. On ne peut pas gagner à tous les coups... 2 à 1 c'est déjà pas mal !

a écrit : Malheureusement je crains que le commentaire de Lflfelf soit foncièrement vrai pour pas mal de situations de guerre.

Je suis convaincu que le débarquement du 5 puis 6 juin 1944 a du avoir été soufflé aux Allemands qui n’en n’ont pas cru un mot. Bien compliqué de trouver la vérité dans un flot d’information continue.
Il me semble important de remettre les évènements de Pearl Harbour dans son contexte, car tout n'est pas blanc, tout n'est pas noir, des deux côtés.

Le Japon a pris la décision d'attaquer les États-Unis par le biais Hawaïen, car Washington (et les Pays-Bas) avait/avaient imposé un embargo à Tokyo, en conséquence de l'invasion Japonaise de (partie de) l'Indochine Française.
Coupé de ses approvisionnements en matières premières minières et énergétiques, le Japon n'avait pas beaucoup d'autres options que de déclencher une guerre, pour pouvoir envahir les Philippines, Singapour, la Birmanie, la Malaisie, la Thaïlande et les Indes Orientales Néerlandaises (actuelle Indonésie).

Était-il logique que le Japon cherche à se venger/défendre de l'action économique Américaine, par une offensive militaire ?
Dans l'esprit du Japon Imperial de 1941, je pense que oui.
De fait, l'attaque de Pearl Harbour n'avait pas du tout l'intention d'entrer en guerre contre les États-Unis, mais de neutraliser sa flotte du Pacifique, afin que le Japon puisse lancer toutes ses offensives contre les pays Asiatiques cités plus haut, en l'espace de quelques mois. Il en allait de la survie du Japon.

Le Japon pouvait-il croire que les États-Unis n'auraient pas militairement répondu, préférant continuer dans la voie diplomatique ? Peut-être...
Il faut tout de même rappeler que le peuple Américain, au matin du dimanche 07 décembre 1941, était majoritairement en défaveur de l'entrée de leur pays dans le conflit (alors) Européen.
Sauf que, cette infamie (discours de Roosevelt au Congrès, le 08 décembre 1941), va complètement inverser cette tendance d'opinion et faire accepter aux 140 millions d'Américains, non pas d'entrer dans un conflit... Mais dans deux à la fois.

Le Japon Impérial et ses "idées" de race supérieure (le même discours que le moustachu de Berlin...) avait pris la grosse tête et les chevilles qui enflait.

Mal lui en a pris, à ce jeu de quitte ou double.

a écrit : En effet j'avais lu qu'un espion avait livré des informations sur le débarquement aux Allemands. Mais ils avaient tellement d'espions et d'informations qu'ils ne pouvaient pas tout prendre en compte, tout recouper, et tout vérifier. Et c'était d'autant plus difficile que les Anglais faisaient aussi beaucoup de désinformation si bien que les Allemands pouvaient entendre chaque chose et son contraire. Les Allemands avaient non seulement des espions mais ils étaient également approchés par des opportunistes qui se trouvaient en possession d'informations intéressantes, et ils pouvaient se permettre d'acheter toutes les informations qu'on voulait bien leur apporter car les informateurs n'avaient pas confiance dans les deutsch marks et préféraient être payés en livres sterling. Et justement les Allemands ne manquaient pas de billets en livres sterling puisqu'ils en imprimaient eux-mêmes qui étaient d'une qualité parfaite ! D'où le surplus d'informations et le fait que les informations qui auraient pu être intéressantes étaient noyées dans la masse d'informations contradictoires. Finalement les alliés s'en sortent plutôt bien de cette guerre d'attaques-surprise sur fond d'espionnage et de désinformation puisqu'ils ont réussi le raid de Tarente et le débarquement de Normandie alors que l'axe a réussi seulement l'attaque de Pearl Harbor. On ne peut pas gagner à tous les coups... 2 à 1 c'est déjà pas mal ! Afficher tout Je pense que tu te réfères à Joan Pujol, qui oeuvrait sous le pseudo de Garbo pour les Britanniques, et Arabel pour les Allemands.
Il a joué un rôle capital dans la diversion à propos du Débarquement de Normandie, car il était un agent double, au (faux) profit des Nazis et au (vrai) profit des Alliés.

a écrit : Je pense que tu te réfères à Joan Pujol, qui oeuvrait sous le pseudo de Garbo pour les Britanniques, et Arabel pour les Allemands.
Il a joué un rôle capital dans la diversion à propos du Débarquement de Normandie, car il était un agent double, au (faux) profit des Nazis et au (vrai) profit des Alliés.
Garbo a donné aux Allemands, pour le compte des Anglais, de fausses informations sur le débarquement de Normandie. Je parlais de l'espion qui aurait donné de vraies informations aux Allemands et aurait pu compromettre ce débarquement. Après une petite recherche, j'ai trouvé le nom de cet informateur : c'est Elyesa Bazna, alias Cicéron. Il était le valet de chambre de l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Ankara et il avait réussi à faire une copie de la clef du coffre-fort de l'ambassadeur. Alors il photographiait tous les documents secrets que l'ambassadeur y enfermait et remettait les photos aux Allemands. Cependant en faisant ma recherche, j'ai découvert que le fait qu'il ait transmis des informations sur le débarquement est contesté car ces informations n'auraient jamais été communiquées à cet ambassadeur selon certains historiens... Il n'en reste pas moins que Cicéron a fait fuiter des informations capitales qui auraient pu être déterminantes pour l'issue de la guerre s'il avait été cru davantage par la hiérarchie militaire allemande, même si les plans du débarquement n'en faisaient pas partie. Et c'est bien parce qu'ils avaient accès à un stock illimité de billets en livres sterling que les Allemands avaient accepté de payer cet espion (et d'autres aussi bien sûr) alors qu'ils ne lui faisaient pas confiance et n'avaient pas prévu d'accorder de l'importance à ce qu'il transmettait. Je me demande d'ailleurs pourquoi les ambassadeurs étaient mis au courant des secrets militaires à l'époque, il aurait mieux valu éviter de leur diffuser ce genre d'information car ce n'est pas la seule fois où des fuites de documents stratégiques ont eu lieu à partir d'une ambassade !

a écrit : Garbo a donné aux Allemands, pour le compte des Anglais, de fausses informations sur le débarquement de Normandie. Je parlais de l'espion qui aurait donné de vraies informations aux Allemands et aurait pu compromettre ce débarquement. Après une petite recherche, j'ai trouvé le nom de cet informateur : c'est Elyesa Bazna, alias Cicéron. Il était le valet de chambre de l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Ankara et il avait réussi à faire une copie de la clef du coffre-fort de l'ambassadeur. Alors il photographiait tous les documents secrets que l'ambassadeur y enfermait et remettait les photos aux Allemands. Cependant en faisant ma recherche, j'ai découvert que le fait qu'il ait transmis des informations sur le débarquement est contesté car ces informations n'auraient jamais été communiquées à cet ambassadeur selon certains historiens... Il n'en reste pas moins que Cicéron a fait fuiter des informations capitales qui auraient pu être déterminantes pour l'issue de la guerre s'il avait été cru davantage par la hiérarchie militaire allemande, même si les plans du débarquement n'en faisaient pas partie. Et c'est bien parce qu'ils avaient accès à un stock illimité de billets en livres sterling que les Allemands avaient accepté de payer cet espion (et d'autres aussi bien sûr) alors qu'ils ne lui faisaient pas confiance et n'avaient pas prévu d'accorder de l'importance à ce qu'il transmettait. Je me demande d'ailleurs pourquoi les ambassadeurs étaient mis au courant des secrets militaires à l'époque, il aurait mieux valu éviter de leur diffuser ce genre d'information car ce n'est pas la seule fois où des fuites de documents stratégiques ont eu lieu à partir d'une ambassade ! Afficher tout Pour le coup, ceci aurait pu être une anecdote en soi.

De ce que je peux lire, l'information que passait Cicéron aux Allemands, était de bonne qualité.
Néanmoins, ce sont les querelles internes entre le Ministère des relations extérieures et les services secrets nazis, qui mèneront à que ces informations ne reçurent pas toute l'importance qu'elles avaient, ainsi que l'exploitation de ces données ne reçut pas toute l'attention méritée.

a écrit : C'est facile après coup de prétendre que les Américains avaient été prévenus et qu'ils n'en avaient pas tenu compte. C'était la guerre, ils étaient déjà sur le qui-vive et il y avait toutes sortes d'informations plus ou moins fiables qui annonçaient toutes sortes d'initiatives de l'ennemi. Alors ils ne pouvaient pas revoir tout leur système de défense à chaque nouvelle information sinon ils n'auraient plus fait que ça. Les attaques par surprise et la désinformation ont toujours existé et ont été utilisées par les deux camps. Afficher tout Ils n'étaient pas en guerre avant cette attaque.

a écrit : Il me semble important de remettre les évènements de Pearl Harbour dans son contexte, car tout n'est pas blanc, tout n'est pas noir, des deux côtés.

Le Japon a pris la décision d'attaquer les États-Unis par le biais Hawaïen, car Washington (et les Pays-Bas) avait/avaient imposé un embargo
à Tokyo, en conséquence de l'invasion Japonaise de (partie de) l'Indochine Française.
Coupé de ses approvisionnements en matières premières minières et énergétiques, le Japon n'avait pas beaucoup d'autres options que de déclencher une guerre, pour pouvoir envahir les Philippines, Singapour, la Birmanie, la Malaisie, la Thaïlande et les Indes Orientales Néerlandaises (actuelle Indonésie).

Était-il logique que le Japon cherche à se venger/défendre de l'action économique Américaine, par une offensive militaire ?
Dans l'esprit du Japon Imperial de 1941, je pense que oui.
De fait, l'attaque de Pearl Harbour n'avait pas du tout l'intention d'entrer en guerre contre les États-Unis, mais de neutraliser sa flotte du Pacifique, afin que le Japon puisse lancer toutes ses offensives contre les pays Asiatiques cités plus haut, en l'espace de quelques mois. Il en allait de la survie du Japon.

Le Japon pouvait-il croire que les États-Unis n'auraient pas militairement répondu, préférant continuer dans la voie diplomatique ? Peut-être...
Il faut tout de même rappeler que le peuple Américain, au matin du dimanche 07 décembre 1941, était majoritairement en défaveur de l'entrée de leur pays dans le conflit (alors) Européen.
Sauf que, cette infamie (discours de Roosevelt au Congrès, le 08 décembre 1941), va complètement inverser cette tendance d'opinion et faire accepter aux 140 millions d'Américains, non pas d'entrer dans un conflit... Mais dans deux à la fois.

Le Japon Impérial et ses "idées" de race supérieure (le même discours que le moustachu de Berlin...) avait pris la grosse tête et les chevilles qui enflait.

Mal lui en a pris, à ce jeu de quitte ou double.
Afficher tout
Tu fais l'impasse sur la chine , le japon etait en guerre avec la chine depuis 37 et le massacre de Nankin, dec 37/ fev38 on estime de 40 000 a 400 000 morts
C'est pour obliger le Japon a quitté la chine qu'il y a eu l'embargo des états unis
Pas pour l'Indochine
Le japon a décidé d'attaquer son voisin pour ses ressources au lieu de faire du commerce
Ils ont eu le retour de bâton avec les conséquences qu'on connaît

Je viens de me rendre mais il est fort possible que cela n'intéresse que moi, que la campagne de Malaisie a en fait été commencé exactement en même temps que le raid contre Pearl Harbor.

Le raid contre Pearl Harbor a débuté à l'aube du 7 décembre 1941.
La campagne de Malaisie a débuté le 8 décembre 1941.

En réalité les deux attaques ont eu lieu exactement au même moment de part et d'autres de la ligne de changement de date.

a écrit : Tu fais l'impasse sur la chine , le japon etait en guerre avec la chine depuis 37 et le massacre de Nankin, dec 37/ fev38 on estime de 40 000 a 400 000 morts
C'est pour obliger le Japon a quitté la chine qu'il y a eu l'embargo des états unis
Pas pour l'Indochine
Le japon a
décidé d'attaquer son voisin pour ses ressources au lieu de faire du commerce
Ils ont eu le retour de bâton avec les conséquences qu'on connaît
Afficher tout
On peut même faire remonter le début de la guerre d'Asie (que je préfère à Pacifique) en 1931 lors de l'incident de Moukden.

Posté le

android

(2)

Répondre