Pas de divorce possible ? Alors vendez votre femme !

Proposé par
Antoine-K7
le

Entre la fin du XVIIe siècle et le début du XXe siècle, lorsque le divorce était impossible, car trop onéreux, il existait une coutume anglaise qui consistait à vendre sa femme au marché en la faisant parader publiquement, un collet autour du cou. Les femmes ainsi vendues étaient souvent consentantes, car cela leur permettait de quitter un mari souvent en difficulté financière et de trouver un mari plus riche. 

Cette coutume s'est ensuite étendue à l'Ecosse et à l’Australie avant de disparaître au début du 20e siècle.


Commentaires préférés (3)

Le pire reste l'article du code pénal francais de l'époque napoléonnienne ("l'article rouge") qui innocentait les époux du meurtre de leur femme quand il y avait adultère ou supposition d'adultère

Posté le

android

(264)

Répondre

Parceque maintenant les femmes ne sont plus attirées par l'argent ?!? :P

Posté le

android

(261)

Répondre

Je suis de près ce site depuis bien un an et demi (ne pas se fier à ma date d'inscription, je l'ai fais exprès pour ce qui suit), et le niveau des commentaires est de plus en plus bas, certainement postés par les plus jeunes, je trouve ca navrant. Où sont passés les personnes qui postaient des commentaires utiles et pleins de compléments d'informations ? Certes on peux rire, mais il y a des limites dans l'humour, surtout quand on le trouve partout, maintenant. Parfois, il vaux mieux se taire que de "parler" pour parler. La plupart n'appréciereront pas mon intervention, mais je fais part de mon ressenti sur l'évolution des commentaires.

Posté le

android

(521)

Répondre


Tous les commentaires (117)

XXème siècle!! Mais c'est ya pas longtemps ça!!!!

Posté le

iphone

(8)

Répondre

Le pire reste l'article du code pénal francais de l'époque napoléonnienne ("l'article rouge") qui innocentait les époux du meurtre de leur femme quand il y avait adultère ou supposition d'adultère

Posté le

android

(264)

Répondre

Parceque maintenant les femmes ne sont plus attirées par l'argent ?!? :P

Posté le

android

(261)

Répondre

a écrit : XXème siècle!! Mais c'est ya pas longtemps ça!!!! Soit 13 ou 113 ans. Mais c'est choquant quand même.

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Le pire reste l'article du code pénal francais de l'époque napoléonnienne ("l'article rouge") qui innocentait les époux du meurtre de leur femme quand il y avait adultère ou supposition d'adultère En même temps elles avaient juré fidélité

Posté le

android

(1)

Répondre

j'imagine la scene
"femme d'occasion! quasi neuf pas abimé!"
et dire que c'était y'a meme pas 100ans...

Posté le

android

(55)

Répondre

Du moment que la femme était consentante, je trouve pas ça choquant... au contraire, ça sauvait le mari et sa femme !

Posté le

android

(22)

Répondre

"Allez, allez ! On en profite ! Qui qui nen veux qui nen prends ! -20% sur ma meuf ! Et celle-là c'est la fille d'un baron, c'est pas d'la gourdasse ! Allez, allez !" ^^

Posté le

android

(36)

Répondre

a écrit : Soit 13 ou 113 ans. Mais c'est choquant quand même. ...... Merci pour le calcul!

Posté le

iphone

(6)

Répondre

a écrit : "Allez, allez ! On en profite ! Qui qui nen veux qui nen prends ! -20% sur ma meuf ! Et celle-là c'est la fille d'un baron, c'est pas d'la gourdasse ! Allez, allez !" ^^ Il fait peur ton avatar :O et je vois ça juste avant de dormir :(

Posté le

android

(35)

Répondre

a écrit : Soit 13 ou 113 ans. Mais c'est choquant quand même. L'an 2000 ne compte pas (les années 00 ne comptent jamais) donc 12 ans ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : En même temps elles avaient juré fidélité La question est : Si le mari trompait la femme , avait elle le droit de le tuer ?
La réponse est non .

Posté le

iphone

(71)

Répondre

a écrit : En même temps elles avaient juré fidélité Etre tuée pour un adultère supposé? Et tu parles de fidélité?

Posté le

android

(18)

Répondre

a écrit : Il fait peur ton avatar :O et je vois ça juste avant de dormir :(
J ai pensé pareil....Merci pour ses yeux ki vont me rester coller ....et donc la longue nuit blanche que j ai devant moi......

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Soit 13 ou 113 ans. Mais c'est choquant quand même. debut XXeme donc c'est plus 100 ans que 13 ans.

Posté le

android

(10)

Répondre

Je suis de près ce site depuis bien un an et demi (ne pas se fier à ma date d'inscription, je l'ai fais exprès pour ce qui suit), et le niveau des commentaires est de plus en plus bas, certainement postés par les plus jeunes, je trouve ca navrant. Où sont passés les personnes qui postaient des commentaires utiles et pleins de compléments d'informations ? Certes on peux rire, mais il y a des limites dans l'humour, surtout quand on le trouve partout, maintenant. Parfois, il vaux mieux se taire que de "parler" pour parler. La plupart n'appréciereront pas mon intervention, mais je fais part de mon ressenti sur l'évolution des commentaires.

Posté le

android

(521)

Répondre

a écrit : Le pire reste l'article du code pénal francais de l'époque napoléonnienne ("l'article rouge") qui innocentait les époux du meurtre de leur femme quand il y avait adultère ou supposition d'adultère aaah le bon vieux temps

Posté le

android

(4)

Répondre

Je ne vois guère qu'une explication au collier. Déshumaniser la femme, en faire un animal-objet apte à être vendu. Ça devait permettre au vendeur et à l'acheteur, au moins d'un point de vue symbolique, d'avoir bonne conscience. Et même si à cette époque, la notion d'humanité était encore mal définie (traite des nègres, haine des youpins et mépris des macaques ; j'emploie ces termes injurieux pour bien montrer à quel point les hommes de cette époque voyaient des humanités là où nous n'en voyons qu'une seule), traiter une femme blanche comme un esclave africain devait choquer. Il s'agissait alors soit de tourner le geste à la dérision et en faire une parodie de vente d'esclave pour en rire plutôt qu'en pleurer, soit de déchoir la femme vendue de son statut d'être humain pour pouvoir mener la transaction sans cas de conscience.

Posté le

website

(46)

Répondre

heu... on est au 21eme siecle! donc c'etait dans les annees 1900 pas 2000. l'anecdote dit bien "début"!

Posté le

android

(5)

Répondre

Il est d'ailleurs amusant de remarquer qu'il s'agit là de l'exact opposé de la dot traditionnelle, qui voyait le père de la jeune mariée rembourser au mari le manque à gagner que ce dernier subirait à prendre femme. Alors de deux choses l'une, soit la femme prend de la valeur avec l'âge, et auquel cas on peut difficilement arguer que le critère de qualité est la beauté, soit l'on considère que la femme coûte dans ses jeunes années et rapporte dans les vieilles. Mais je ne vois pas pourquoi ce serait le cas. Dans tous les cas, la coexistence de ces deux traditions de la dot et de la vente d'épouse est le signe d'une incohérence de la culture populaire de l'époque. Mais sommes-nous réellement plus logiques ?

Posté le

website

(26)

Répondre