La particule Oh my god est la plus énergétique jamais observée

Proposé par
le
dans

La particule la plus énergétique jamais observée fut découverte en 1991. Ce proton venu de l'espace, appelé "Particule oh my god" était porteur d'une énergie de 50 joules, soit plusieurs dizaines de millions de fois l'énergie des protons du LHC, le plus grand accélérateur de particules du monde ! Elle avançait à une vitesse très proche de celle de la lumière.

Les chercheurs ignorent toujours l'origine de ces rayons cosmiques de très haute énergie. 50 joules, c'est aussi l'énergie d'une balle de tennis de 60g allant à 100 km/h. Cependant le proton est 10 millions de milliards de milliards de fois moins massif !


Commentaires préférés (3)

Excellent le nom de la particule ... si un chti l'aurais découverte elle se serait nommé " particule vin de djouce " ? (Desolé pour l'orthographe)

Posté le

android

(338)

Répondre

J'ai voulu allez voir les sources pour mieux comprendre,j'aurais pas du...j'ai encore moins compris. Heureusement une grande parties des membres de SCMB bossent au Cern donc on va pouvoir avoir une explication

Fort heureusement, ce sont des Anglophones qui l'ont découverte...
par des Français: La particule Oh Mon Dieu
par des Suédois: La particule Herregud
par des Islandais: La particule Ó Guð minn
par des Tchèques: La particule Ach můj bože


Tous les commentaires (93)

Excellent le nom de la particule ... si un chti l'aurais découverte elle se serait nommé " particule vin de djouce " ? (Desolé pour l'orthographe)

Posté le

android

(338)

Répondre

J'ai voulu allez voir les sources pour mieux comprendre,j'aurais pas du...j'ai encore moins compris. Heureusement une grande parties des membres de SCMB bossent au Cern donc on va pouvoir avoir une explication

Ah ouais ils se sont bien cassé la tête les scientifiques pour lui donner un nom à cette particule. " oh my god ", original !

Posté le

android

(3)

Répondre

Ils devaient avoir de bons yeux pour observer une particule 0o

Posté le

android

(7)

Répondre

J'aimerai pas me prendre ce proton dans la tête..

Nos chercheurs n'ont pas mis beaucoup d'énergie pour trouver le nom par contre.

Fort heureusement, ce sont des Anglophones qui l'ont découverte...
par des Français: La particule Oh Mon Dieu
par des Suédois: La particule Herregud
par des Islandais: La particule Ó Guð minn
par des Tchèques: La particule Ach můj bože

J'ai maintenant une très bonne représentation de la différence de taille entre une balle de tennis et un proton merci ! 10 millions de milliards de milliards de fois, c'est facile à se l'imaginer non ?

a écrit : Excellent le nom de la particule ... si un chti l'aurais découverte elle se serait nommé " particule vin de djouce " ? (Desolé pour l'orthographe) Et un marseillais: Ho putaing con!

Posté le

android

(110)

Répondre

Cette particule de très haute énergie découverte en 1991, en Utah, proviendrait des alentours du trou noir supermassif de la galaxie Centaurus A avant d’avoir voyagé jusqu’à la Terre. Ce proton avait un niveau d’énergie d’environ 50 joules, ce qui est assez pour allumer brièvement une ampoule de 50 watts. Ça ne semble pas être beaucoup d’énergie, mais comme un simple proton pèse 0,167 avec 26 zéros devant... Il doit avoir une vitesse incroyable. On a calculé cette vitesse comme étant d’environ 99,9999999999999999999995%

Ne vous inquiétez pas, même si cette particule à la masse-énergie d’une balle de tennis, si vous étiez heurtés par l’une d’entre elle à la tête alors que vous marchiez dans la rue, vous ne seriez pas frappés à en perdre conscience.

Posté le

android

(79)

Répondre

Il nous reste tellement à apprendre de l'infiniment petit et même à apprendre en général! Dès fois je me surprends à imaginer que sera l'état des connaissances à ma mort et jusqu'à où l'homme avancera dans la découverte de notre monde, et pourquoi pas même des mondes en général...

Posté le

android

(39)

Répondre

La très grande énergie de ces rayons cosmiques peut elle être mis en relation avec une très faible longueur d'onde?
En effet d'après la formule E=hv on aurait une longueur d'onde de l'ordre de 10^-27m

a écrit : La très grande énergie de ces rayons cosmiques peut elle être mis en relation avec une très faible longueur d'onde?
En effet d'après la formule E=hv on aurait une longueur d'onde de l'ordre de 10^-27m
Ah oui évidemment ! C'est tout de suite plus clair comme sa!

a écrit : La très grande énergie de ces rayons cosmiques peut elle être mis en relation avec une très faible longueur d'onde?
En effet d'après la formule E=hv on aurait une longueur d'onde de l'ordre de 10^-27m
Cette formule est valable pour les rayonnement électromagnétiques, or le proton est une particule donc on ne peut pas appliquer cette formule (que l'on pourrait également écrire E= (h.c)/λ pour bien rendre compte de la célérité de la lumière et de la longueur d'onde), pour avoir une idée de la longueur d'onde qui correspondrait sensiblement a ce déplacement, il faudrait utiliser la formule de De Broglie (dont la formule m'échappe totalement ^^)

Pour calculer cette énergie (où ici est les 50J sont cinétiques) il faut utiliser une formule prenant en compte la masse au repos de la particule corrigée par un facteur relativiste, sa vitesse étant très très proche de celle de la lumière (dans le vide) :)

Non d'un caribou en rute ! Mais comment une si petite particule peut elle délivrer tant de puissance !?

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Cette formule est valable pour les rayonnement électromagnétiques, or le proton est une particule donc on ne peut pas appliquer cette formule (que l'on pourrait également écrire E= (h.c)/λ pour bien rendre compte de la célérité de la lumière et de la longueur d'onde), pour avoir une idée de la longueur d';onde qui correspondrait sensiblement a ce déplacement, il faudrait utiliser la formule de De Broglie (dont la formule m'échappe totalement ^^)

Pour calculer cette énergie (où ici est les 50J sont cinétiques) il faut utiliser une formule prenant en compte la masse au repos de la particule corrigée par un facteur relativiste, sa vitesse étant très très proche de celle de la lumière (dans le vide) :)
Afficher tout
Merci ! On vient de perdre 80% des lecteurs :)

J'ai quand même un doute sur l'anecdote car la détection de particules infiniment petites se base sur des résultats statistiques, c'est à dire plus il y a de particules détectées, plus on peut être précis dans nos mesures (notamment son énergie). Ici on parle de proton très énergétique qui sont très rares, or s'ils sont rares on peut très difficilement être sûrs que ce soit bien une particule qu'on détecté plutôt qu'une défaillance dans le détecteur ou la calibration par exemple.

Posté le

android

(16)

Répondre