L'expérience de Stanford a mal tourné

Proposé par
le
dans

L'expérience de Stanford fut une étude de psychologie expérimentale qui avait pour but d'observer durant deux semaines le comportement d'étudiants mis en prison, afin de comprendre pourquoi des conflits pouvaient apparaitre en milieu carcéral. La moitié des étudiants allaient être des gardiens et l'autre moitié des prisonniers, l'appartenance à un camp étant tirée au sort. L'expérience dut être arrêtée au bout de 6 jours, car les comportements des gardiens furent rapidement et de plus en plus sadiques.

Cette expérience démontrerait selon les auteurs de l'expérience que ce n'est pas la personnalité des gens qui influence leur comportement mais la situation et le rôle dans lesquels ils sont placés.


Tous les commentaires (90)

On rejoint là ce que Hannah Arendt défendait avec les nazis sous la seconde guerre mondiale qui ont mené des millions d'Hommes dans des camps de concentration puis d'externamisation sous certains critères (leur appartenance a la religion juive mais aussi le fait d'être Tsiganes, homosexuel,..). Eux qu'elle ne considérait pas vulgairement (au sens propre du terme) comme des monstres mais tels de simples hommes qui ont accomplis leurs monstreux exécutifs.

Effectivement je rejoins beaucoup de lecteur sur le film " la vague".
Une très bonne morale et une histoire hallucinante.
Je conseille à tous, afin d'étudier et de comprendre les théories d'une dictature.
Une mise en scène quelquefois tiré par les cheveux, mais qui révèle néanmoins le comportement de chacun dans ce type de situation.
Avis à ceux que cela intéresse.

a écrit : J'avais lu il y a assez longtemps dans science et vie junior qu'à la fin de l'expérience les gardiens demandaient aux prisonniers de faire l'amour entre tout en imitant des animaux... Je l'ai également lu, ce numéro de SVJ ! Dans un autre, il était question de l'expérience de Milgram, que j'ai eu l'occasion d'étudier en cours de Sciences Sociales.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Donc partant de ce constat, le système carcéral en général, influence plus qu' il ne réinsère.. Soyons réalistes, tu as raison... Avec une moyenne de deux éducateurs dépéchés pour une prison toute entière, comment peut - on sérieusement réinsérer les personnes incarcérées ???

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Ça me fait penser au film "la Vague", tirée d'une histoire vraie, un prof de lycée tente une expérience incroyable sur ses élèves afin de leurs expliquer l'autocratie. L'histoire se passe en Allemagne dans le film et au États Unis dans la vraie vie. C'est là que l'a voit qu'on peut vite tomber dans l'excès. Excellent film au passage !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ce phénomène (le contexte influence le comportement plus que la personnalité) est connu en psychologie. Il a également été démontré par l'expérience de Stanley Milgram sur l'autorité : des individus lambda avaient pour consigne d'envoyer des décharges électriques fortes, voir mortelles, à d'autres individus. Étant sous pression, 60% ont accepté de donner des décharges mortelles.
C'est à priori choquant mais normal : cela ne dépend pas de la personnalité !
Afficher tout
Ça laisse quand même 40% de gens qui ont décidé de ne pas le faire...

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Anna harendt a étudié ce genre de comportement lors du procès de Nuremberg sur le cas d'Adolf Eichmann responsable de déportation de juifs. Celui ci pour sa défense dira qu'il a simplement obéis aux ordres, Anna arendt, parlera de "la banalité du mal".
Travaux extrêmement intéressant et enric
hissant de cette philosophe. Afficher tout
En effet, toute personne qui est sous une autorité qu'il reconnaît comme être LÉGITIME est capable, par obéissance, des pires actes de barbarie puisqu'il ne se sent pas responsable, puisqu'on lui en donne l'ordre !!!

L'expérience de Millgram a montré à travers une multitude d'expériences différentes, qu'aussi bien les femmes que les hommes, et de tous métiers différents, ils leur étaient possible d'obéir aveuglement.

Ça fait froid dans le dos...

Et vous, qu'auriez vous fait ???????

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Anna harendt a étudié ce genre de comportement lors du procès de Nuremberg sur le cas d'Adolf Eichmann responsable de déportation de juifs. Celui ci pour sa défense dira qu'il a simplement obéis aux ordres, Anna arendt, parlera de "la banalité du mal".
Travaux extrêmement intéressant et enric
hissant de cette philosophe. Afficher tout
Hannah Arendt plutôt, non ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : En effet, toute personne qui est sous une autorité qu'il reconnaît comme être LÉGITIME est capable, par obéissance, des pires actes de barbarie puisqu'il ne se sent pas responsable, puisqu'on lui en donne l'ordre !!!

L'expérience de Millgram a montré à travers une multitude d
9;expériences différentes, qu'aussi bien les femmes que les hommes, et de tous métiers différents, ils leur étaient possible d'obéir aveuglement.

Ça fait froid dans le dos...

Et vous, qu'auriez vous fait ???????
Afficher tout
Oh que oui, ça fait froid dans le dos !!!

"On ne fait pas ce qu'on veut, mais on est responsable de ce que l'on est" (J.P. Sartre) - c'est plus accessible, que "l'existence précède l'essence" qu'on cite plus souvent :-) et globalement, c'est la même idée -

Certains disent qu'il n'y a que dans le feu de l'action qu'on peut savoir ce que l'on ferait... Suis pas sûre. Je crois que globalement, on le sait déjà tous ce qu'on aurait fait... On sait bien comment on est en général dans sa vie de tous les jours. Il faut juste s'assumer tel que l'on est. Pour reprendre l'exemple de la 2ème Guerre Mondiale, présent chez Sartre, si on se dégage de la mauvaise foi, on a tous une vague idée de ce quel type de personnage on aurait joué dans ce cadre : résistant ? Collabo ? Attentiste (comme le plus grand nombre) ?

Plutôt que de se poser la question de ce que l'on "aurait fait", ne serait-ce pas l'occasion de nous poser la question de ce que l'on fait concrètement, tous les jours ? (ou de ce que l'on ne fait pas...)

Ben quoi ? C'est le dernier jour de l'année !!! C'est l'heure de se poser de bonnes questions :-D

Lors de cette expérience, les expérimentateurs on tout fait pour la rendre la plus réelle possible, par exemple les étudiants qui jouaient les prisonniers on vraiment été arrêtés chez eux par la police sans que le voisinage soit au courant.
L'expérience fut tellement réaliste, tellement bien menée que ce n'est pas seulement les étudiants qui se sont conformés à leurs rôles mais aussi les organisateurs !
Intéressant à voir, une conférence de l'homme qui mena cette expérience,Philip Zimbardo, le titre : Comment des gens ordinaires deviennent des monstres... ou des héros.

a écrit : Ça me fait penser au film "la Vague", tirée d'une histoire vraie, un prof de lycée tente une expérience incroyable sur ses élèves afin de leurs expliquer l'autocratie. L'histoire se passe en Allemagne dans le film et au États Unis dans la vraie vie. C'est là que l'a voit qu'on peut vite tomber dans l'excès. En effet et très bon film ! Mais le personnage principal explique la dictature. C'est l'autre prof qui explique l'autocratie.

Posté le

android

(0)

Répondre

L'instigateur de l'étude c'est lui aussi laisser entraîner dans les rouages car il jouer le rôle du directeur de la prison et il est aller beaucoup trop loin. C'est une journaliste couvrant l'événement qui lui a fait réaliser l'étendu et la tournure de l'expérience. Elle est aujourd'hui sa femme.

Dans le même style; le film " I comme Icar" on voit une expérience avec des décharge électrique. Ceci pour montrer que sous l'influence d'une personne légitime (ici scientifique) le cobaye (une personne X) peut infliger des tortures à autrui si le scientifique lui en donne l'ordre au motif que le torturer ne donne pas de bonne réponse.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Anna harendt a étudié ce genre de comportement lors du procès de Nuremberg sur le cas d'Adolf Eichmann responsable de déportation de juifs. Celui ci pour sa défense dira qu'il a simplement obéis aux ordres, Anna arendt, parlera de "la banalité du mal".
Travaux extrêmement intéressant et enric
hissant de cette philosophe. Afficher tout
Il s'agit bien du procès du fonctionnaire nazi Eichman, mais le procès se tenait a Jérusalem. On peut retrouver les pensées d'Hannah Arendt lors de ce procès (qu'elle couvrait a titre journalistique) : Eichman a Jetusalem!

Fabuleusement enrichissant :) je l'avais lu y a quelques années. Merci de m'avoir faite repenser a ce bouquin :)

C'est le cas dans un episode de la serie Life aussi. Si quelqu'un s'en souvient.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je me permettrais de nuancer cet expérience de Stanford.
En effet suite à ce résultat "inattendu" elle ne fut jamais reproduite (ce n'est pas la seule raison).
De plus le professeur Stanford était impliqué dans l'expérience comme superviseur et pouvais involontairement influencer les c
omportements ou faire fluctuer ses observations.

Comparativement à une autre expérience sur le comportement bien connu, celle de MIlgram qui fut reproduite de très nombreuse fois avec diverse variantes, l'expérience de Stanford est difficile à accepter du point de vu scientifique.

Cependant elle reste un très bon indicateur sur la conformation de l'homme à la place qu'il occupe (car d'autres modèles semble le confirmer).

Une courte vidéo sur cette expérience : (posant la question du comportement des soldats en temps de guerre)
www.youtube.com/watch?v=wDur3uT5lBY
Afficher tout
Je précise que vous avez tort. Il ne s'agit pas du professeur standford mais bien du professeur Zimbardo qui a mené cette expérience. En revanche il l a réalisé dans les sous sols de l'université de standford.
Ce genre d erreur démonte vos propos et prouve votre manque d'élément culturel sur le sujet.

Posté le

android

(0)

Répondre

Au passage pas besoin de chercher bien loin pour voir le film allemand de 2001s'inspirant de cette experience. Suffit de taper sur you tube "film l'expérience" et hop vs tombez dessus. Bien meilleur que la version américaine. Voilà sinon bonne année !! (Oui un peu à l'avance je sais)

Posté le

android

(1)

Répondre

Cela me fait penser au livre Acide Sulfurique d'Amélie Nothomb, similaire dans l idée des rôles proposés et d une mise en situation bien trop vite acceptée. C était poussé dans le livre car c était télévisé et chaque jour, le détenu qui plaisait le moins était tué. Un affreux mélange du rôle qui modifie le comportement d autrui ainsi que la constatation de la banalisation de la télévision actuelle. Nothomb exagère bien sur dans le but de choquer et de faire réfléchir. Mais dans son livre, le spectateur aussi endossait un rôle, celui de bourreau comme les gardiens. Le spectateur aussi était dirigé par une entité supérieure sur laquelle reposer sa conscience.

C'est pas une question de rôle ou autre , dans le filme c'est une question d'argent et l'anecdote est fausse.

a écrit : Un film met en situation cette expérience assez dingue est sortis en 2010 : The Experiment avec Adrien Brody et Forest Whitaker.

On n'imagine pas alors que tout peut basculer juste pour des rôles a tenir..

A voir si vous avez le coeur bien accroché.

Bisous!
Ou encore mieux si le sujet vous intéresse : le film original, allemand, vraiment bon et peut être plus juste niveau jeu (du moins du point de vue d'un spectateur européen).

Das Experiment (2001) avec notamment l'excellent Moritz Bleiltreu dans le rôle du héros.

Posté le

android

(1)

Répondre