Le babiroussa se blesse tout seul avec ses défenses

Proposé par
le
dans

Le babiroussa est un mammifère dont les deux paires de défenses montent au-dessus du museau. Chez le mâle, la paire supérieure, recourbée vers l'arrière, peut mesurer jusqu'à 30 cm et ainsi le blesser en lui rentrant dans la peau. Cela n'est pas sans conséquence car il arrive que cela provoque des infections et le tue.


Tous les commentaires (34)

a écrit : C'est un peu près ça... Les femelles choisissaient les mâles avec la plus grosse paire... de dent, du coup la génétique a favorisé les tigres aux longues dents sauf que la plus part ne pouvais pas manger leurs dents étaient trop longue... "A peu près", pas "un peu près" !!

a écrit : L'évolution n'a jamais eu pour but de créer des êtres parfait.

L'évolution des espèces n'est que la somme de modification aléatoire dont seul celles donnant un avantage (de survie, reproduction...) au porteur ce sont propager dans la population.

Ainsi, de grandes défenses a
ttire les femelles, et donc ceux qui ont les plus grandes ce reproduisent le plus. Ce qui donne ce genre de problème... Afficher tout
Et j'ajouterai que le problème se réglera de lui-même grâce à la sélection naturelle. Je m'explique: les individus ayant de trop grandes défenses ont plus de chances de mourir, et moins de chances de se reproduire, ce qui va les empêcher de trop transmettre cette particularité aux futures générations. Le problème deviendra de plus en plus rare avec le temps.

a écrit : Et j'ajouterai que le problème se réglera de lui-même grâce à la sélection naturelle. Je m'explique: les individus ayant de trop grandes défenses ont plus de chances de mourir, et moins de chances de se reproduire, ce qui va les empêcher de trop transmettre cette particularité aux futures générations. Le problème deviendra de plus en plus rare avec le temps. Afficher tout Comme déjà dit avant, tout dépend de la fréquence et de l’effet de cette gêne dans la population. Si le désavantage survient après la où les reproductions, le caractère peut se transmettre majoritairement.

a écrit : L'évolution n'a jamais eu pour but de créer des êtres parfait.

L'évolution des espèces n'est que la somme de modification aléatoire dont seul celles donnant un avantage (de survie, reproduction...) au porteur ce sont propager dans la population.

Ainsi, de grandes défenses a
ttire les femelles, et donc ceux qui ont les plus grandes ce reproduisent le plus. Ce qui donne ce genre de problème... Afficher tout
C'est donc la faute des femelles ...cqfd

;-)

Si on reprend exactement ton texte et on remplace "défenses" par "argent" ? Est ce encore valide ?

a écrit : L'évolution n'a jamais eu pour but de créer des êtres parfait.

L'évolution des espèces n'est que la somme de modification aléatoire dont seul celles donnant un avantage (de survie, reproduction...) au porteur ce sont propager dans la population.

Ainsi, de grandes défenses a
ttire les femelles, et donc ceux qui ont les plus grandes ce reproduisent le plus. Ce qui donne ce genre de problème... Afficher tout
Si on reprend exactement ton texte et on remplace " de grandes défenses" par "beaucoup d'argent" ? Est ce encore valide ?

Un bel exemple d'emballement fisherien !

a écrit : Quatre.
Soit deux de chaque côté.
Je ne voyais qu’une paire de défense qui monte au dessus du museau. Mes yeux peuvent me tromper sur un petit écran de téléphone. J’en voit bien deux paires maintenant. Merci!

a écrit : De la même manière qu’elle mène un homme à préférer une femme avec des seins volumineux et des hanches larges (en moyenne).
Je n’ai pas de réponse mais si je devais émettre une hypothèse, je dirais que la vue de certaines formes déclenche dans le cerveau la libération de substances agréables. Je pense par exempl
e au paon faisant la roue. Les motifs et les couleurs enclenchent peut-être des réactions différentes chez la femelle en fonction de leurs dispositions sur les plumes. Afficher tout
Hmm, c'est pas vraiment une réponse, la sécrétion hormonale que tu imagines ce serait le déroulé matériel, pas la cause fondamentale. Qu'est-ce qui, dans l'évolution, ferait que les femelles sécrètent cette substance si agréable et qui permet de rendre les longues défenses préférables ? À mon avis l'évolutionnisme touche là à ses limites. La théorie de la sélection naturelle est tout à fait viable mais toute la vie ne peut pas se résumer à un hasard de la matière selon moi.

a écrit : Hmm, c'est pas vraiment une réponse, la sécrétion hormonale que tu imagines ce serait le déroulé matériel, pas la cause fondamentale. Qu'est-ce qui, dans l'évolution, ferait que les femelles sécrètent cette substance si agréable et qui permet de rendre les longues défenses préférables ? À mon avis l';évolutionnisme touche là à ses limites. La théorie de la sélection naturelle est tout à fait viable mais toute la vie ne peut pas se résumer à un hasard de la matière selon moi. Afficher tout Fondamentalement, en poursuivant l’exemple, plusieurs mutations génétiques aboutissent à la création d’un système de punition/récompense. Si un événement A se produit, une substance B est libérée.
Ce système ne peut exister que si le corps de l’animal possède à la fois des récepteurs à la substance B et des glandes capables de sécréter B. Ce qui peut s’expliquer par des mutations génétiques.
La reconnaissance de A de manière instinctive pourrait s’expliquer par la présence innée de schéma de reconnaissance. Une modification (par mutation génétique) du cerveau dans la zone de l’analyse de la vision pourrait l’expliquer.
C’est comme ça qu’on explique les phobies par exemple.

A mon avis, votre exemple confirme davantage le bien fondé de l’evolutionisme plutôt qu’il en montre les limites ! Car pour reprendre avec les phobies, ce système a favorisé la survie des individus, en les éloignant instinctivement du danger.

Je pense que dans la nature, ces défenses devaient s’user avant que ça n’arrive.

Pour ce qui est des tigres à dent de sabre. La vraie raison de leur disparition c’est la compétition avec l’homme.
Pas tant que les hommes les aient exterminés, mais ils mangeaient la même nourriture.