La liquéfaction du minerai peut être dangereuse pour les navires

Proposé par
le
dans

Plusieurs navires transportant du minerai (fer, bauxite ou nickel) ont coulé suite à un effet de liquéfaction de leur cargaison. Lors d'un roulis important, l'humidité dans le minerai soumis à de fortes pressions modifie les propriétés de la cargaison qui se déplace brutalement comme un liquide.

Ces navires sont plus communément appelés des vraquiers.


Tous les commentaires (48)

a écrit : C’est déjà le cas ainsi que la présence de ballast, l’obligation de niveler la cargaison et de la couvrir avec des charges lourdes mais cela ne suffit pas forcément. L’architecture d’un vraquier peut, en cas de voie d’eau même minime le faire couler en quelques secondes.
Lire l’onglet sécurité de Wikipedia, c’e
st plutot intéressant : fr.m.wikipedia.org/wiki/Vraquier Afficher tout
C'est plutôt logique... Plus le contenant est plein, plus le temps que met l'eau a remplir les espaces vides est court...

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : C'est plutôt logique... Plus le contenant est plein, plus le temps que met l'eau a remplir les espaces vides est court... Oui évidemment mais c'est même pire que ça. Sur un bateau de plusieurs cales, il suffit que l'eau s'engouffre dans une ou deux cales du milieu pour littéralement briser le bateau en deux et de surcroît le faire couler. Si l'eau s'engouffre dans les cales de proue, alors le poids de l'eau fait également pencher le bateau si fort qu'il coule très rapidement.
Parfois, c'est au moment du chargement quand le vraquier est à quai qu'il peut se produire des avaries. Un chargement un peu violent et la coque se fissure à quai (voir le cas du « Vale Beijing »).

a écrit : Il y a autant de problème avec les pétrolier et les bateaux transportant du gaz liquide ? Pour les pétroliers a part si il fuit il n'y a pas trop de risque, car les dérivés de pétrole sont plus leger que l'eau, donc même rempli a 100% sans air dans la coque il flotte quand même. Je suis moins sur de ça pour le gaz, a vérifier

Par contre en effet niveau risque on dois pas être gagnant a transporter du gaz

a écrit : Il y a autant de problème avec les pétrolier et les bateaux transportant du gaz liquide ? Complétement, je suis moi-même capitaine de marine marchande et ce phénomène de "carène liquide" est a prendre en compte a chaque chargement en liquide ( qu'il soit de l'eau ou du gazoil)

a écrit : Sûrement parce qu’il n’ont pas pensez à souquez les artémuses Et sortir les escabeches...
Pour ceux qui n'auraient pas compris, il s'agit simplement d'une réplique du film "Asterix mission Cléopatre".

a écrit : Complétement, je suis moi-même capitaine de marine marchande et ce phénomène de "carène liquide" est a prendre en compte a chaque chargement en liquide ( qu'il soit de l'eau ou du gazoil) Mais apparemment le phénomène est un peu différent avec le minerai, qui peut avoir un effet de "liquéfaction" en cas de roulis, et se re-solidifier (ou re-solidariser) dans une position qui n'était pas sa position initiale, déstabilisant ainsi le navire.
Si j'ai bien compris la source...

a écrit : le déplacement des liquides visqueux dans les contenants solides, c'est tout un pan des études newtoniennes
la jelly, la mayonnaise, "solide" ou "liquide"?
wiki.scienceamusante.net/index.php/Fluides_non-newtoniens
Ce phénomène est aussi valable avec les yaourts. Plus on les remue plus ils fluides. Idem plus les peintutes "dites thixopropées" avec un gel de bentone. Lors de l'application elles sont agitées et s'étalent donc. Ensuite elles se figent sur le support ce qui évite les coulures.

a écrit : Il y a autant de problème avec les pétrolier et les bateaux transportant du gaz liquide ? Non car pour ce genre de cargaison, le fait que la cargaison soit liquide est pris en compte dans le calcul de la stabilité du navire (le navire est suffisamment stable pour prendre la mer). Le fait qu’une cargaison soit liquide et ai sa surface libre de mouvement créé un effet dit « de carène liquide ». Cet effet diminue « artificiellement » la stabilité du navire. Sur le vrac liquide (pétrole, chimique, gaz liquéfié, etc), cette perte de stabilité est calculée et pris en compte pour le chargement. Sur un vraquier solide (comme les minéraliers cités), c’est différent, car il existe d’autres phénomènes liés à la cargaison comme le ripage de cargaison (lié à l’angle de repos de la cargaison). La cargaison peut « glisser » tout d’un bord et rester dans cette position, ce qui risque de faire chavirer le navire.