Peut-on voyager plus vite que la lumière ?

Proposé par
le
dans

Il est possible, avec la théorie de la distorsion, de voyager plus vite que la lumière sans dépasser les limites physiques de la théorie d'Einstein. Une sorte de "bulle" munie d'un moteur adéquat pourrait contracter l'espace devant elle et allonger l'espace derrière elle. Le concept, élaboré par le physicien Miguel Alcubierre, est très sérieusement étudié par la NASA au sein du groupe de travail Eagleworks.


Commentaires préférés (3)

Cela parlera peut etre à certains, mais il me semble que dans un manga cette idée est mise en pratique pour permettre le voyage spatial : un vaisseau avec une paroi avant contractant l'espace et le "ressortant" par l'arrière via une paroi identique pour se propulser.
Je vais chercher dans mes mangas, mais il me semble que c'était dans les années 2000.
Je regarde ce soir si personne ne trouve ;)

Bon j'ai fait appel à ma super mémoire (mouais) et j'ai retrouvé ledit manga :
Il s'agit de Spirit of Wonder, de Kenji Tsuruta, et ca date... de 1992.

Alors ce n'est pas exactement du voyage dans l'espace par la distorsion comme cité dans l'anecdote mais le principe de compression de l'espace pour s'en servir comme propulseur est là
Pour les curieux Chapitre 1 Volume 1 Page 53 (environ)

Pour les encore plus curieux, le manga est vraiment très bien (même si il laisse sur sa faim) et propose d'autres alternatives dans le voyage dans l'espace (comme l'idée toute con de : faire grandir le voyageur d'une taille de plusieurs années lumières, comme ca hop, il se déplace en "nageant" dans l'espace) ou le voyage sous marin et autres aventures.

Très plaisant et graphiquement très beau, en tout cas l'auteur avait bien travaillé son sujet à l'image des Kishiro et autres Shirow de l'époque.
Lisez le ;)

EDIT : En fait, en relisant vite fait, le principe de distorsion est bien là, c'est le moteur, qui est différent.
Dans le manga le moteur consiste en deux panneaux servant de téléporteur : l'espace rentre par l'avant et ressort par l'arrière. La distorsion est utilisée pour se mouvoir (en "tourbillon")

a écrit : J'avoue qu'avec mon petit cerveau d'humanoïde basique j'ai du mal à mettre place tout cela dans ma "logique" ; même si je comprends un peu les "mécanismes mathématiques et physiques" du truc... Oh, "un peu" seulement :)
Mais ça me fait penser à un article que j�
39;avais lu il y a quelques années sur les "délires" (mais en était-ce vraiment ?) d'un physicien dont j'ai oublié le nom. Il disait ceci en substance : "un jour, l'Homme saura remonter le temps. Il organisera alors des voyages dans le temps comme aujourd'hui des croisières. Ces croisières seront les "extra terrestres", les OVNI, que l'on voit aujourd'hui. Ils ne peuvent bien sûr pas communiquer avec nous".
Alors si on arrive à aller plus vite que la lumière, on remonte le temps, non ? J'ai bon là ?
Afficher tout
Et... Non, en pratique il y plusieurs façon d'aller dans le futur (par rapport à l'observateur en question) comme :
- s'approcher d'un trou noir (le temps s'écoulera alors plus vite à l'extérieur, donc quand on s'en éloignera les gens auront plus vieillis que nous (exemple dans Interstellar)
- Aller une vitesse proche de la vitesse de la lumière, le voyageur veillira alors moins vite que l'observateur resté immobile ( =paradoxe des jumeaux pour plus d'infos)

Par contre aller dans le passé c'est pas la même histoire. Déjà dans un premier temps ça créerait des paradoxes. Mais admettons qu'on réussise à les résoudre avec un modèle quelconque, alors selon moi ça remettrait en cause la deuxième loi de la thermodynamique qui est un principe fondamentale de notre modèle (=augmentation de l'entropie, = irréversibilité des phénomènes physiques, c'est à dire le désordre augmente).
Mais passons outre, si on crée une machine qui nous emmène dans le passé alors :
-On risque fortement d'atterrir au milieu de l'espace --> La terre bouge en permanence, elle n'est pas au même endroit maintenant que quand vous avez commencé à lire ce commentaire.
-Et si on arrive a aller au bonne endroit alors il y avait deja des molécules d'air à notre emplacement. Donc pourquoi les nos molécules gagneraient face à celle de l'air ? Ainsi on serait vaporisé instantanément tout en enfreignant le premier principe de la thermodynamique (=conservation de l'énergie dans un système isolé)

Donc à partir de là on se rend compte que c'est mal barré pour aller dans le passé... Sauf si le passé est en réalité dans notre futur. Ce qui veut dire que l'univers est cyclique, ainsi il se recontracterait pour réformer un big bang identique au premier (Voir un bon épisode de Futurama ou ce principe est montré de manière très drôle) donc aller dans le passé signifierait aller suffisamment loin de le futur ^^


Tous les commentaires (80)

Cela parlera peut etre à certains, mais il me semble que dans un manga cette idée est mise en pratique pour permettre le voyage spatial : un vaisseau avec une paroi avant contractant l'espace et le "ressortant" par l'arrière via une paroi identique pour se propulser.
Je vais chercher dans mes mangas, mais il me semble que c'était dans les années 2000.
Je regarde ce soir si personne ne trouve ;)

C'est cette technologie qui est utiliser dans startrek et qui a directement inspirée la NASA. Comme bien des choses de startrek !

Pourrait on appeler cela de la "magnéto-spatio-dynamique"?

Les recherches sont en cours. Un jour, peut être...

-Mr-Sulu, distorsion.
-Pardon?
-Faites chauffer la cafetière, nom d'un chien!
-Bien reçu, mon capitaine.

J'avoue qu'avec mon petit cerveau d'humanoïde basique j'ai du mal à mettre place tout cela dans ma "logique" ; même si je comprends un peu les "mécanismes mathématiques et physiques" du truc... Oh, "un peu" seulement :)
Mais ça me fait penser à un article que j'avais lu il y a quelques années sur les "délires" (mais en était-ce vraiment ?) d'un physicien dont j'ai oublié le nom. Il disait ceci en substance : "un jour, l'Homme saura remonter le temps. Il organisera alors des voyages dans le temps comme aujourd'hui des croisières. Ces croisières seront les "extra terrestres", les OVNI, que l'on voit aujourd'hui. Ils ne peuvent bien sûr pas communiquer avec nous".
Alors si on arrive à aller plus vite que la lumière, on remonte le temps, non ? J'ai bon là ?

Bon j'ai fait appel à ma super mémoire (mouais) et j'ai retrouvé ledit manga :
Il s'agit de Spirit of Wonder, de Kenji Tsuruta, et ca date... de 1992.

Alors ce n'est pas exactement du voyage dans l'espace par la distorsion comme cité dans l'anecdote mais le principe de compression de l'espace pour s'en servir comme propulseur est là
Pour les curieux Chapitre 1 Volume 1 Page 53 (environ)

Pour les encore plus curieux, le manga est vraiment très bien (même si il laisse sur sa faim) et propose d'autres alternatives dans le voyage dans l'espace (comme l'idée toute con de : faire grandir le voyageur d'une taille de plusieurs années lumières, comme ca hop, il se déplace en "nageant" dans l'espace) ou le voyage sous marin et autres aventures.

Très plaisant et graphiquement très beau, en tout cas l'auteur avait bien travaillé son sujet à l'image des Kishiro et autres Shirow de l'époque.
Lisez le ;)

EDIT : En fait, en relisant vite fait, le principe de distorsion est bien là, c'est le moteur, qui est différent.
Dans le manga le moteur consiste en deux panneaux servant de téléporteur : l'espace rentre par l'avant et ressort par l'arrière. La distorsion est utilisée pour se mouvoir (en "tourbillon")

Je crois que l'idée générale de la distorsion c'est partir du postulat qu'on ne peut changer les lois physiques d'un milieu, du coup, c'est plus intéressant de changer directement les caractéristiques du milieu. Cela reste très théorique en terme d'anecdote.

PS: il faut lire "Trous Noirs et Distorsions du Temps" de Kip Thorne

a écrit : J'avoue qu'avec mon petit cerveau d'humanoïde basique j'ai du mal à mettre place tout cela dans ma "logique" ; même si je comprends un peu les "mécanismes mathématiques et physiques" du truc... Oh, "un peu" seulement :)
Mais ça me fait penser à un article que j�
39;avais lu il y a quelques années sur les "délires" (mais en était-ce vraiment ?) d'un physicien dont j'ai oublié le nom. Il disait ceci en substance : "un jour, l'Homme saura remonter le temps. Il organisera alors des voyages dans le temps comme aujourd'hui des croisières. Ces croisières seront les "extra terrestres", les OVNI, que l'on voit aujourd'hui. Ils ne peuvent bien sûr pas communiquer avec nous".
Alors si on arrive à aller plus vite que la lumière, on remonte le temps, non ? J'ai bon là ?
Afficher tout
Et... Non, en pratique il y plusieurs façon d'aller dans le futur (par rapport à l'observateur en question) comme :
- s'approcher d'un trou noir (le temps s'écoulera alors plus vite à l'extérieur, donc quand on s'en éloignera les gens auront plus vieillis que nous (exemple dans Interstellar)
- Aller une vitesse proche de la vitesse de la lumière, le voyageur veillira alors moins vite que l'observateur resté immobile ( =paradoxe des jumeaux pour plus d'infos)

Par contre aller dans le passé c'est pas la même histoire. Déjà dans un premier temps ça créerait des paradoxes. Mais admettons qu'on réussise à les résoudre avec un modèle quelconque, alors selon moi ça remettrait en cause la deuxième loi de la thermodynamique qui est un principe fondamentale de notre modèle (=augmentation de l'entropie, = irréversibilité des phénomènes physiques, c'est à dire le désordre augmente).
Mais passons outre, si on crée une machine qui nous emmène dans le passé alors :
-On risque fortement d'atterrir au milieu de l'espace --> La terre bouge en permanence, elle n'est pas au même endroit maintenant que quand vous avez commencé à lire ce commentaire.
-Et si on arrive a aller au bonne endroit alors il y avait deja des molécules d'air à notre emplacement. Donc pourquoi les nos molécules gagneraient face à celle de l'air ? Ainsi on serait vaporisé instantanément tout en enfreignant le premier principe de la thermodynamique (=conservation de l'énergie dans un système isolé)

Donc à partir de là on se rend compte que c'est mal barré pour aller dans le passé... Sauf si le passé est en réalité dans notre futur. Ce qui veut dire que l'univers est cyclique, ainsi il se recontracterait pour réformer un big bang identique au premier (Voir un bon épisode de Futurama ou ce principe est montré de manière très drôle) donc aller dans le passé signifierait aller suffisamment loin de le futur ^^

a écrit : Et... Non, en pratique il y plusieurs façon d'aller dans le futur (par rapport à l'observateur en question) comme :
- s'approcher d'un trou noir (le temps s'écoulera alors plus vite à l'extérieur, donc quand on s'en éloignera les gens auront plus vieillis que nous (exemple dans
Interstellar)
- Aller une vitesse proche de la vitesse de la lumière, le voyageur veillira alors moins vite que l'observateur resté immobile ( =paradoxe des jumeaux pour plus d'infos)

Par contre aller dans le passé c'est pas la même histoire. Déjà dans un premier temps ça créerait des paradoxes. Mais admettons qu'on réussise à les résoudre avec un modèle quelconque, alors selon moi ça remettrait en cause la deuxième loi de la thermodynamique qui est un principe fondamentale de notre modèle (=augmentation de l'entropie, = irréversibilité des phénomènes physiques, c'est à dire le désordre augmente).
Mais passons outre, si on crée une machine qui nous emmène dans le passé alors :
-On risque fortement d'atterrir au milieu de l'espace --> La terre bouge en permanence, elle n'est pas au même endroit maintenant que quand vous avez commencé à lire ce commentaire.
-Et si on arrive a aller au bonne endroit alors il y avait deja des molécules d'air à notre emplacement. Donc pourquoi les nos molécules gagneraient face à celle de l'air ? Ainsi on serait vaporisé instantanément tout en enfreignant le premier principe de la thermodynamique (=conservation de l'énergie dans un système isolé)

Donc à partir de là on se rend compte que c'est mal barré pour aller dans le passé... Sauf si le passé est en réalité dans notre futur. Ce qui veut dire que l'univers est cyclique, ainsi il se recontracterait pour réformer un big bang identique au premier (Voir un bon épisode de Futurama ou ce principe est montré de manière très drôle) donc aller dans le passé signifierait aller suffisamment loin de le futur ^^
Afficher tout
Et pourtant il y a un moyen très simple de voyager dans le futur : il suffit d'attendre ;)

J’ai fait un schéma : lehollandaisvolant.net/img/47/grd.png

Les deux flèches du haut font la même taille.
Celle du haut parcourt 2 carreaux, celle du bas en parcourt 7 (les carreaux sont distordus, mais ça reste des carreaux tout de même).

Si ce sont des vaisseaux, celui du haut (conventionnel) parcourt 2 années-lumière, mais celui du bas, avec la même vitesse (la flèche est identique), parcourt 7 années-lumière, simplement en distordant l’espace-temps.

Il faut voir que si l’espace-temps est tordu, la vitesse ne l’est pas, ce qui est cohérent avec la relativité : la vitesse (de la lumière) est absolue, et la distance et les durées dépendent d’elle.


Distordre l’espace-temps, c’est ce que font les trous-noirs et tous les astres (de façon plus ou moins importante en fonction de leur masse/énergie). C’est une réalité et aucune loi physique ne serait brisée si on le fait aussi.

Par contre, c’est juste que ça demande une quantité d’énergie astronomique (pardonnez le jeu de mot^^) : de l’ordre de grandeur de celle de plusieurs galaxies. On est trèèèèèèès loin d’y parvenir (ce qui n’empêche pas la Nasa et plein d’autre de faire des calculs, même en l’absence de technologie).

Je pense qu'il y a un vrai problème de compréhension sur la possibilité de voyager dans le temps. Comme l'avait très bien expliqué nicolixx, le problème vient plutôt de voyager dans le passé car pour voyager dans le futur, il y a beaucoup de possibilité théorique pour y parvenir.
Admettons qu'un véhicule arrive à dépasser la vitesse de la lumière, cela ne le permettrai pas de revenir dans le passé, même théoriquement. Cela permettrai juste de 'rajeunir le véhicule, ainsi que les passagers du véhicule" car c'est bien le véhicule qui aura dépassé la vitesse de la lumière et pas le monde qui reste tel quel.

On a vu ce que ça avait donné avec l'Event Horizon ce genre de manipulation de l'espace temps ...

a écrit : J'avoue qu'avec mon petit cerveau d'humanoïde basique j'ai du mal à mettre place tout cela dans ma "logique" ; même si je comprends un peu les "mécanismes mathématiques et physiques" du truc... Oh, "un peu" seulement :)
Mais ça me fait penser à un article que j�
39;avais lu il y a quelques années sur les "délires" (mais en était-ce vraiment ?) d'un physicien dont j'ai oublié le nom. Il disait ceci en substance : "un jour, l'Homme saura remonter le temps. Il organisera alors des voyages dans le temps comme aujourd'hui des croisières. Ces croisières seront les "extra terrestres", les OVNI, que l'on voit aujourd'hui. Ils ne peuvent bien sûr pas communiquer avec nous".
Alors si on arrive à aller plus vite que la lumière, on remonte le temps, non ? J'ai bon là ?
Afficher tout
Remonter le temps je ne pense pas, mais observer le passé c'est possible!

Avec un vaisseau qui va à 2 fois la vitesse de la lumière, si on parcourt 2 années lumières en ligne droite en partant de la Terre, une fois arrivé à destination, la lumière émise par la Terre au moment de notre départ n'aura eu le temps de parcourir qu'une année lumière. Donc si on observe la Terre, la lumière qu'on observe est la lumière émise 1 an avant notre départ. On peut donc observer le passé en direct. Et plus on s'éloigne, plus on peut observer un passé lointain.

Le seul défaut c'est qu'il va falloir de bonnes jumelles pour profiter du spectacle.

a écrit : Apparemment, certains n'ont pas compris l'idée de l'anecdote.
Il est impossible de dépasser la vitesse de la lumière, c'est un fait établi car cela demanderait une énergie infinie (E=Mc² bordeldemayrde! Ca fait un siècle qu'on vous le répète!^^)
par contre, réduire les dimensions..
.

Bon ben, reste plus qu'à résoudre l'équation et la mettre dans un moteur et c'est parti mon kiki;)
Afficher tout
Oui voyager plus vite que la lumière ne signifie pas aller plus vite que la lumière mais j’avoue que cela reste compliqué à concevoir.

Apparemment, certains n'ont pas compris l'idée de l'anecdote.
Il est impossible de dépasser la vitesse de la lumière, c'est un fait établi car cela demanderait une énergie infinie (E=Mc² bordeldemayrde! Ca fait un siècle qu'on vous le répète!^^)
par contre, réduire les dimensions...

Bon ben, reste plus qu'à résoudre l'équation et la mettre dans un moteur et c'est parti mon kiki;)

a écrit : Apparemment, certains n'ont pas compris l'idée de l'anecdote.
Il est impossible de dépasser la vitesse de la lumière, c'est un fait établi car cela demanderait une énergie infinie (E=Mc² bordeldemayrde! Ca fait un siècle qu'on vous le répète!^^)
par contre, réduire les dimensions..
.

Bon ben, reste plus qu'à résoudre l'équation et la mettre dans un moteur et c'est parti mon kiki;)
Afficher tout
Ca fait plaisir de te l'entendre dire!
La vitesse "c" ( pour célérité ) n'a de sens que dans son milieu, l'espace! Mais on peut déplacer l'espace pour aller plus vite, c'est ce que fait l'expansion en pratique (ça me rapelle une annecdote récente ^^).
Grossièrement c'est un peu comme si on déplacait un aquarium dans lequel navigue un bateau: le bateau va à "a" km/h dans l'aquarium mais va à "a+b" km/h par rapport au sol. Seule la vitesse "a" est limitée par la célérité.

Je voudrais un peu tempérer l'anecdote qui se veut décidément très optimiste... On pense en effet que sur le papier c'est possible. Déjà ce n'est qu'une théorie, et si elle s'avérait vraie les moyens de la mettre en pratique sont encore très loin de notre technologie actuelle. (Dans le genre énergie négative et matière non-baryonique d'un type encore inconnu).

Ensuite oui Eagleworks est bien un département de la NASA mais ce n'est pas non plus le très sérieux JPL qu'on charge d'envoyer des gens sur la lune. C'est un petit groupe qui est en gros responsable d'essayer des concepts complètement dingues et parfois issus de la science fiction au cas où si c'est vraiment possible les russes le développent pas avant... On a le moteur électromagnétique ou celui poussant sur le vide quantique qui sont aussi étudiés par ce groupe. Pour être parfaitement clair, oui, ils sont intelligents, mais leur boulot c'est beaucoup de parler en l'air et absolument jamais lancer un nouveau propulseur sur un vrai vaisseau spatial.

D'ailleurs peut-être que certains de leurs autres projets ont plus de chances d'aboutir et seraient plus "utiles" : en effet Einstein ne nous a pas seulement appris que le voyage au delà de la vitesse de la lumière était impossible, il nous a appris que c'était pas la peine. Voyagez simplement très proche de cette vitesse et la compression du temps vous fera arriver n'importe où en un temps raisonnable (de votre point de vue au moins).

a écrit : Je voudrais un peu tempérer l'anecdote qui se veut décidément très optimiste... On pense en effet que sur le papier c'est possible. Déjà ce n'est qu'une théorie, et si elle s'avérait vraie les moyens de la mettre en pratique sont encore très loin de notre technologie actuelle. (Dans le genre énergie négative et matière non-baryonique d'un type encore inconnu).

Ensuite oui Eagleworks est bien un département de la NASA mais ce n'est pas non plus le très sérieux JPL qu'on charge d'envoyer des gens sur la lune. C'est un petit groupe qui est en gros responsable d'essayer des concepts complètement dingues et parfois issus de la science fiction au cas où si c'est vraiment possible les russes le développent pas avant... On a le moteur électromagnétique ou celui poussant sur le vide quantique qui sont aussi étudiés par ce groupe. Pour être parfaitement clair, oui, ils sont intelligents, mais leur boulot c'est beaucoup de parler en l'air et absolument jamais lancer un nouveau propulseur sur un vrai vaisseau spatial.

D'ailleurs peut-être que certains de leurs autres projets ont plus de chances d'aboutir et seraient plus "utiles" : en effet Einstein ne nous a pas seulement appris que le voyage au delà de la vitesse de la lumière était impossible, il nous a appris que c'était pas la peine. Voyagez simplement très proche de cette vitesse et la compression du temps vous fera arriver n'importe où en un temps raisonnable (de votre point de vue au moins).
Afficher tout
En effet il faut se dire que la lumière, de son point de vue, parcourt sa distance en un temps nul (littéralement). Autrement dit elle est a tous les points de sa trajectoire en même temps.
Mais attention, la dilatation du temps en fonction de la vitesse en % de c est yne courbe exponentielle. A 99.99% de c le temps est compressé 70x, a 99.9% il est compressé de 22× a 99% il est compressé 7x, a 90% 2.3x... (t'=t/racine[1-v^2/c^2]) Il faut quand même etre très proche de "c" pour parler de "temps raisonnable"!

L’avantage de ces théories sur les systèmes de propulsion est multiple :
Il permet par exemple de voyager dans des grandes distances sans ressentir d’accélération (pour la santé des voyageurs c’est important)
Il permet de voyager sur de longue distance en ayant la possibilité de s’affranchir de la limite de la vitesse de la lumière.
Pour schématiser, c’est comme si on mettait une maquette de vaisseau spatial sur un tapis et que l’on tire le tapis. Le tapis et le sol schématise la dimension de l’espace, la maquette par rapport au tapis sera immobile (sans vitesse propre), par contre sa position va évoluer sur le sol.
De cette manière on contourne l’interdiction sur la célérité de la lumière.
Le principal désavantage c’est qu’il faut une énergie considérable pour faire une « bulle » de distorsion suffisamment grande pour englober le vaisseau. Premièrement on n’a pas la capacité de produire autant d’énergie.
Deuxièmement l’homme ne connaît qu’une seule manière de produire de l’énergie (a partir de matière), plus on met de matière pour produire de l’énergie, plus le vaisseau devra avoir une taille importante et plus il aura besoin d’énergie pour englober la taille. C’est à peu près le même problème que les lanceurs actuel et la quantité d’ergol nécessaire pour sortir de l’atmosphère (plus on met d’ergol, plus le poids du lanceur augmente et plus il faudra d’ergol pour propulser le poids total du lanceur).

a écrit : Et... Non, en pratique il y plusieurs façon d'aller dans le futur (par rapport à l'observateur en question) comme :
- s'approcher d'un trou noir (le temps s'écoulera alors plus vite à l'extérieur, donc quand on s'en éloignera les gens auront plus vieillis que nous (exemple dans
Interstellar)
- Aller une vitesse proche de la vitesse de la lumière, le voyageur veillira alors moins vite que l'observateur resté immobile ( =paradoxe des jumeaux pour plus d'infos)

Par contre aller dans le passé c'est pas la même histoire. Déjà dans un premier temps ça créerait des paradoxes. Mais admettons qu'on réussise à les résoudre avec un modèle quelconque, alors selon moi ça remettrait en cause la deuxième loi de la thermodynamique qui est un principe fondamentale de notre modèle (=augmentation de l'entropie, = irréversibilité des phénomènes physiques, c'est à dire le désordre augmente).
Mais passons outre, si on crée une machine qui nous emmène dans le passé alors :
-On risque fortement d'atterrir au milieu de l'espace --> La terre bouge en permanence, elle n'est pas au même endroit maintenant que quand vous avez commencé à lire ce commentaire.
-Et si on arrive a aller au bonne endroit alors il y avait deja des molécules d'air à notre emplacement. Donc pourquoi les nos molécules gagneraient face à celle de l'air ? Ainsi on serait vaporisé instantanément tout en enfreignant le premier principe de la thermodynamique (=conservation de l'énergie dans un système isolé)

Donc à partir de là on se rend compte que c'est mal barré pour aller dans le passé... Sauf si le passé est en réalité dans notre futur. Ce qui veut dire que l'univers est cyclique, ainsi il se recontracterait pour réformer un big bang identique au premier (Voir un bon épisode de Futurama ou ce principe est montré de manière très drôle) donc aller dans le passé signifierait aller suffisamment loin de le futur ^^
Afficher tout
Wahou... c'est pointu. Et intéressant :)

a écrit : Cela parlera peut etre à certains, mais il me semble que dans un manga cette idée est mise en pratique pour permettre le voyage spatial : un vaisseau avec une paroi avant contractant l'espace et le "ressortant" par l'arrière via une paroi identique pour se propulser.
Je vais chercher dans mes
mangas, mais il me semble que c'était dans les années 2000.
Je regarde ce soir si personne ne trouve ;)
Afficher tout
Alors je sais pas si on parle de la même chose mais j'ai vu lors d'un episode de futurama le vieux professeur trouver la solution pour faire avancer le vaisseau plus vite, il dit en gros on va pas faire avancer le vaisseau plus vite dans l espace mais on va déplacer l espace plus vite. Un truc comme. Ca bref moi ca m'a fait penser a cet episode cette anecdote