Il y a 120 ans, une journaliste se grimait en homme pour ses voyages

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

J'ai essayé de comprendre, en lisant les sources, ce qu'était son "jeune âge " qui n'est étayé par aucune autre information dans l'anecdote et j'ai découvert que cette anecdote contient des erreurs. Elle a vécu de 1877 à 1904, c'était donc au début du XXe siècle et il y a seulement un peu plus de 100 ans, ce qui fait une énorme différence : l'Algérie du début du XXe siècle n'a rien à voir avec ce qu'elle était un siècle plus tôt. Quand aux voyages, c'est plutôt un déménagement : elle a grandi en Suisse puis est partie en Algérie à 20 ans, avec sa mère. Elle y a vécu une partie du temps comme nomade, puis à été chassée et a vécu à Marseille avant de pouvoir retourner en Algérie, alors ce n'étaient pas vraiment des voyages d'exploration, plutôt un mode de vie, installée en Algérie et nomade une partie du temps. Elle a écrit à partir de 1900 environ et jusqu'à sa mort, lors d'une inondation alors qu'elle était affaiblie par la maladie, en octobre 1904. Son mode de vie libre en se mêlant à la population locale, contrairement aux autres Européens, à l'époque de la colonisation, lui a valu une biographie dès 2 ans après sa mort (puis des dizaines d'autres y compris récemment) ce qui montre qu'elle a eu une vie bien remplie pour une jeune fille morte à 27 ans, alors qu'elle avait seulement publié quelques articles de son vivant. La plupart de son oeuvre, dont des nouvelles, sera publiée après sa mort.

Posté le

android

(105)

Répondre

a écrit : Elle s'intègre parfaitement dans la société maghrébine et gagne la confiance des locaux. Elle emménage à Aïn Souffra le 20 octobre 1904. Le 21, le fleuve local (aussi appelé oued dans ces régions), déborde et se transforme en torrent. Voyant que sa maison risque d'être touché, elle se précipite pour récupérer ces écrits, récits de sa vie. Malheureusement, la maison s'effondre et on l'a retrouvera morte le 27 octobre. La plupart de ces écrits sont récupérables et seront publiés post mortem. Afficher tout Ce ne sont pas tous les fleuves qui s'appellent des oueds. La particularité des oueds c'est qu'ils ont un débit très variable en fonction des précipitations : ils sont à sec ou sont des petits ruisseaux la plupart du temps mais ils grossissent et même débordent dès qu'il pleut. C'est probablement ce qui a surpris cette jeune femme, leurs crues peuvent être dangereuses car elles sont soudaines et il n'y a pas forcément de signes avant-coureurs s'il ne pleut pas sur place mais loin en amont. Ils sont typiques de l'Afrique du Nord mais on peut trouver ces rivières dont le débit est très variable (sous d'autres noms car c'est le nom local qui vient de l'arabe) à d'autres endroits. Ça existe aussi notamment dans les Cévennes, il y a les "épisodes cévenols" qui sont de gros orages qui déversent brusquement de grandes quantités d'eau, et il y a logiquement les "rivières cévenoles" qui vont avec : des petits ruisseaux qui se transforment en torrents furieux et donnent des crues en aval.

Attention à l'emploi de certain mots. Elle aimait revêtir des habits d'hommes et se déguiser en homme. "Se grimer" en homme, on ne sait pas.

"Se grimer" est un terme issu du monde du théatre et concerne surtout le maquillage du visage. A la base, cela veut dire "se dessiner des rides pour ressembler à un vieillard". Cela vient de l'Italien "grimo" signifiant ridé et cela a même donné le mot allemand "grimmig" voulant dire "grincheux, sombre". Ce verbe est de la même famille que le mot grimace. Je n'ai d'ailleurs pas trouvé de mention ou elle se maquille pour ressembler à un homme (fausse moustache ou fausse barbe par exemple). Se grimer et se déguiser n'est pas exactement la même notion.


Tous les commentaires (9)

Petit erreur, il s'agit du début XXieme. Si on peut corriger c pas plus mal

J'ai essayé de comprendre, en lisant les sources, ce qu'était son "jeune âge " qui n'est étayé par aucune autre information dans l'anecdote et j'ai découvert que cette anecdote contient des erreurs. Elle a vécu de 1877 à 1904, c'était donc au début du XXe siècle et il y a seulement un peu plus de 100 ans, ce qui fait une énorme différence : l'Algérie du début du XXe siècle n'a rien à voir avec ce qu'elle était un siècle plus tôt. Quand aux voyages, c'est plutôt un déménagement : elle a grandi en Suisse puis est partie en Algérie à 20 ans, avec sa mère. Elle y a vécu une partie du temps comme nomade, puis à été chassée et a vécu à Marseille avant de pouvoir retourner en Algérie, alors ce n'étaient pas vraiment des voyages d'exploration, plutôt un mode de vie, installée en Algérie et nomade une partie du temps. Elle a écrit à partir de 1900 environ et jusqu'à sa mort, lors d'une inondation alors qu'elle était affaiblie par la maladie, en octobre 1904. Son mode de vie libre en se mêlant à la population locale, contrairement aux autres Européens, à l'époque de la colonisation, lui a valu une biographie dès 2 ans après sa mort (puis des dizaines d'autres y compris récemment) ce qui montre qu'elle a eu une vie bien remplie pour une jeune fille morte à 27 ans, alors qu'elle avait seulement publié quelques articles de son vivant. La plupart de son oeuvre, dont des nouvelles, sera publiée après sa mort.

Posté le

android

(105)

Répondre

Elle s'intègre parfaitement dans la société maghrébine et gagne la confiance des locaux. Elle emménage à Aïn Souffra le 20 octobre 1904. Le 21, le fleuve local (aussi appelé oued dans ces régions), déborde et se transforme en torrent. Voyant que sa maison risque d'être touché, elle se précipite pour récupérer ces écrits, récits de sa vie. Malheureusement, la maison s'effondre et on l'a retrouvera morte le 27 octobre. La plupart de ces écrits sont récupérables et seront publiés post mortem.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Elle s'intègre parfaitement dans la société maghrébine et gagne la confiance des locaux. Elle emménage à Aïn Souffra le 20 octobre 1904. Le 21, le fleuve local (aussi appelé oued dans ces régions), déborde et se transforme en torrent. Voyant que sa maison risque d'être touché, elle se précipite pour récupérer ces écrits, récits de sa vie. Malheureusement, la maison s'effondre et on l'a retrouvera morte le 27 octobre. La plupart de ces écrits sont récupérables et seront publiés post mortem. Afficher tout Ce ne sont pas tous les fleuves qui s'appellent des oueds. La particularité des oueds c'est qu'ils ont un débit très variable en fonction des précipitations : ils sont à sec ou sont des petits ruisseaux la plupart du temps mais ils grossissent et même débordent dès qu'il pleut. C'est probablement ce qui a surpris cette jeune femme, leurs crues peuvent être dangereuses car elles sont soudaines et il n'y a pas forcément de signes avant-coureurs s'il ne pleut pas sur place mais loin en amont. Ils sont typiques de l'Afrique du Nord mais on peut trouver ces rivières dont le débit est très variable (sous d'autres noms car c'est le nom local qui vient de l'arabe) à d'autres endroits. Ça existe aussi notamment dans les Cévennes, il y a les "épisodes cévenols" qui sont de gros orages qui déversent brusquement de grandes quantités d'eau, et il y a logiquement les "rivières cévenoles" qui vont avec : des petits ruisseaux qui se transforment en torrents furieux et donnent des crues en aval.

Attention à l'emploi de certain mots. Elle aimait revêtir des habits d'hommes et se déguiser en homme. "Se grimer" en homme, on ne sait pas.

"Se grimer" est un terme issu du monde du théatre et concerne surtout le maquillage du visage. A la base, cela veut dire "se dessiner des rides pour ressembler à un vieillard". Cela vient de l'Italien "grimo" signifiant ridé et cela a même donné le mot allemand "grimmig" voulant dire "grincheux, sombre". Ce verbe est de la même famille que le mot grimace. Je n'ai d'ailleurs pas trouvé de mention ou elle se maquille pour ressembler à un homme (fausse moustache ou fausse barbe par exemple). Se grimer et se déguiser n'est pas exactement la même notion.

a écrit : Attention à l'emploi de certain mots. Elle aimait revêtir des habits d'hommes et se déguiser en homme. "Se grimer" en homme, on ne sait pas.

"Se grimer" est un terme issu du monde du théatre et concerne surtout le maquillage du visage. A la base, cela veut dire "se dessin
er des rides pour ressembler à un vieillard". Cela vient de l'Italien "grimo" signifiant ridé et cela a même donné le mot allemand "grimmig" voulant dire "grincheux, sombre". Ce verbe est de la même famille que le mot grimace. Je n'ai d'ailleurs pas trouvé de mention ou elle se maquille pour ressembler à un homme (fausse moustache ou fausse barbe par exemple). Se grimer et se déguiser n'est pas exactement la même notion. Afficher tout
A l'armée par exemple on se camoufle et on se grime le visage, on ne se cache pas et ne se maquille pas... (Interdit pour ses dames dsl... bien que toléré si discret)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : J'ai essayé de comprendre, en lisant les sources, ce qu'était son "jeune âge " qui n'est étayé par aucune autre information dans l'anecdote et j'ai découvert que cette anecdote contient des erreurs. Elle a vécu de 1877 à 1904, c'était donc au début du XXe siècle et il y a seulement un peu plus de 100 ans, ce qui fait une énorme différence : l'Algérie du début du XXe siècle n'a rien à voir avec ce qu'elle était un siècle plus tôt. Quand aux voyages, c'est plutôt un déménagement : elle a grandi en Suisse puis est partie en Algérie à 20 ans, avec sa mère. Elle y a vécu une partie du temps comme nomade, puis à été chassée et a vécu à Marseille avant de pouvoir retourner en Algérie, alors ce n'étaient pas vraiment des voyages d'exploration, plutôt un mode de vie, installée en Algérie et nomade une partie du temps. Elle a écrit à partir de 1900 environ et jusqu'à sa mort, lors d'une inondation alors qu'elle était affaiblie par la maladie, en octobre 1904. Son mode de vie libre en se mêlant à la population locale, contrairement aux autres Européens, à l'époque de la colonisation, lui a valu une biographie dès 2 ans après sa mort (puis des dizaines d'autres y compris récemment) ce qui montre qu'elle a eu une vie bien remplie pour une jeune fille morte à 27 ans, alors qu'elle avait seulement publié quelques articles de son vivant. La plupart de son oeuvre, dont des nouvelles, sera publiée après sa mort. Afficher tout Bon alors, l'erreur a été corrigée mais pas assez tôt. Il s'agit bien de début XX et c'est l'époque de la colonisation française. Elle tomba amoureuse du Maghreb et son tropisme l'amena a quitter son pays la suisse, avec sa mère d'ailleurs. Douée pour l'écriture elle devient journaliste mais ses écrits réalistes genent les autorités fr qui l'expulse. Elle revient et se marie avec son galant (Slimane je crois), acquérant la nationalité et le droit de rester en France. Elle voyait bien (ouest de l'Algérie) et écrivait vraiment très bien. Son oeuvre mérite d'être connu. Ça fait de très bon libre de vourahe ailleurs un peu comme loti. Après elle est morte a 27 ans. C'est jeune je trouve

a écrit : Ce ne sont pas tous les fleuves qui s'appellent des oueds. La particularité des oueds c'est qu'ils ont un débit très variable en fonction des précipitations : ils sont à sec ou sont des petits ruisseaux la plupart du temps mais ils grossissent et même débordent dès qu'il pleut. C'est probablement ce qui a surpris cette jeune femme, leurs crues peuvent être dangereuses car elles sont soudaines et il n'y a pas forcément de signes avant-coureurs s'il ne pleut pas sur place mais loin en amont. Ils sont typiques de l'Afrique du Nord mais on peut trouver ces rivières dont le débit est très variable (sous d'autres noms car c'est le nom local qui vient de l'arabe) à d'autres endroits. Ça existe aussi notamment dans les Cévennes, il y a les "épisodes cévenols" qui sont de gros orages qui déversent brusquement de grandes quantités d'eau, et il y a logiquement les "rivières cévenoles" qui vont avec : des petits ruisseaux qui se transforment en torrents furieux et donnent des crues en aval. Afficher tout L'oued est redoutable quand il arrive : grande violence beaucoup de noyés. C'est effectivement des orages dan les hauteurs (montagne plateaux) qui les alimentent. C'est de l'eau de ruissèlement car la terre est trop sèche pour absorber suffisamment rapidement. Il peut parcourir des centaines de kilomètre et finir par disparaître dans le désert. Il est a l'origine de certaines oasis (zibans)

a écrit : Attention à l'emploi de certain mots. Elle aimait revêtir des habits d'hommes et se déguiser en homme. "Se grimer" en homme, on ne sait pas.

"Se grimer" est un terme issu du monde du théatre et concerne surtout le maquillage du visage. A la base, cela veut dire "se dessin
er des rides pour ressembler à un vieillard". Cela vient de l'Italien "grimo" signifiant ridé et cela a même donné le mot allemand "grimmig" voulant dire "grincheux, sombre". Ce verbe est de la même famille que le mot grimace. Je n'ai d'ailleurs pas trouvé de mention ou elle se maquille pour ressembler à un homme (fausse moustache ou fausse barbe par exemple). Se grimer et se déguiser n'est pas exactement la même notion. Afficher tout
Tout a fait. Merci de la précision. Dans la tête c'était synonyme de se déguiser