Dans la Grèce antique, on jurait sur ses testicules

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Ça a plus de gueule que sur la bible, même si c'est vachement patriarcal comme délire.

a écrit : Du coup pour les femmes ? Dans la Grèce antique, les femmes n'avaient quasiment pas d'existence légale, alors, témoigner, fallait pas réer.


Tous les commentaires (34)

Ça a plus de gueule que sur la bible, même si c'est vachement patriarcal comme délire.

a écrit : Ça a plus de gueule que sur la bible, même si c'est vachement patriarcal comme délire. Je dis bien patriarcal et non heteropatriarcal, s'agissant des Grecs antiques..

Et la conquête de l'Amérique par les Espagnols a entré dans notre vocabulaire un autre mot «(pseudo)juridique» : «avocat» provient de l'espagnol «aguacate», qui dérive du mot Aztèque ahuacatl qui signifie "testicule", par comparaison à la forme de cet organe

a écrit : Du coup pour les femmes ? Dans la Grèce antique, les femmes n'avaient quasiment pas d'existence légale, alors, témoigner, fallait pas réer.

a écrit : Du coup pour les femmes ? Elles mettaient la main sur la tête.
C'est connu, mais tu sais pourquoi les femmes se grattent la tête au réveil?
Ben justement parce qu'elles n'ont pas de couilles.

Posté le

android

(14)

Répondre

Une anecdote dont on s'en battra pas les c.....

Posté le

android

(0)

Répondre

C'est peut être ce que cherchait à nous dire Mickael Jackson. Plus sérieusement, la racine testis se retrouve de nombreuses fois en francais : tester, tête, testament, têtons,.. (disparition du 's' + accent circonflexe)

a écrit : Une anecdote dont on s'en battra pas les c..... Il est possible du coup que l’expression que tu cite vienne de cette pratique grecque :D

a écrit : Dans la Grèce antique, les femmes n'avaient quasiment pas d'existence légale, alors, témoigner, fallait pas réer. Faut arrêter avec ce genre de bêtise... Cleopatre était grecque par exemple... Elles n'avaient probablement pas toutes la vie facile mais certains hommes non plus...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et la conquête de l'Amérique par les Espagnols a entré dans notre vocabulaire un autre mot «(pseudo)juridique» : «avocat» provient de l'espagnol «aguacate», qui dérive du mot Aztèque ahuacatl qui signifie "testicule", par comparaison à la forme de cet organe Je crois que ça vient plus du latin Ad Vocare. Mais je préfère quand-même ta version.

"Culus" signifie "choses", alors c'est de là que viens l'expression "aller au fond des choses"...

Posté le

android

(1)

Répondre

Du coup dans la Grèce antique ils jurent en disant "sur mes couilles" ??

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je crois que ça vient plus du latin Ad Vocare. Mais je préfère quand-même ta version. Il y a forcément deux versions : le mot qui désigne le fruit de l'avocatier et le mot qui désigne celui qui défend un accusé, même s'ils s'écrivent pareil, n'ont pas du tout la même origine.

Ça alors! Ça n'est pas sans rappeler la Bible, plus exactement la genèse 47:29, ou Jacob fait jurer Joseph de l'enterrer au Pays de ses pères, et lui demande de poser sa main sous sa cuisse pendant qu'il jure...

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Faut arrêter avec ce genre de bêtise... Cleopatre était grecque par exemple... Elles n'avaient probablement pas toutes la vie facile mais certains hommes non plus... Peut-être, mais c'est pas une exception parmi des millions qui refera l'Histoire. Sans oublier que Cléopâtre avait beau être d'origine grecque (Grèce qui avait été déjà envahie par Rome), elle était reine d'Egypte, pays qui était peut-être moins sexiste. En plus, elle a ensuite été montrée comme une femme fatale, perverse et manipulatrice par la propagande octavienne des auteurs romains, d'une façon proche de la mysoginie, à la suite de la défaite de Marc-Antoine.

La femme athénienne est une éternelle mineure d’âge, qui ne possède ni droit juridique, ni droit politique. Toute sa vie, elle doit rester sous l’autorité d'un tuteur : d’abord son père, puis son époux, voire son fils (si elle est veuve) ou son plus proche parent. Ce tuteur l'accompagne dans chaque acte juridique, il s'exprime pour elle et défendait "ses" intérêts. Aucun juge ne s'adresse directement à la femme concernée. On la désigne poliment en citant les hommes auxquels elles sont apparentées ou mariées. Une femme nommée directement par son identité propre est généralement considérée comme indigne ou ayant enfreint délibérément les lois. À part ça...

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Faut arrêter avec ce genre de bêtise... Cleopatre était grecque par exemple... Elles n'avaient probablement pas toutes la vie facile mais certains hommes non plus... Ce n'est pas totalement une bêtise à part le fait de dire "Grèce antique"... Car bien loin d'être unifiée, la Grèce était une myriade de cités qui passaient leur temps à guerroyer avec leurs voisines et avaient des systèmes juridiques très différents.

La place des femmes n'était pas la même partout, mais elle n'était généralement pas très enviable, car elles étaient souvent placées sous la tutelle de leur mari et n'étaient pas reconnues comme citoyennes, et donc n'avaient pas de pouvoir politique formel. Cependant dans certains cas, des femmes se sont arrangées pour s'accaparer un grand pouvoir de manière informelle.

L'exemple le plus intéressant est sans doute celui des veuves spartiates. En effet, si elles ne pouvaient participer de manière officielle à la vie politique de la cité, une particularité (qui comme tant d'autres faisait que les spartiates étaient considérés comme de grands tarés par le reste des Grecs) était qu'elles pouvaient hériter... Et comme Sparte était une cité de guerriers, figurez-vous que les hommes avaient tendance à mourir plus jeunes que les femmes. Au fil des générations, certaines femmes ont ainsi accumulé des fortunes inimaginables, au point d'être des dizaines de fois plus riches que les rois de Sparte. Et lorsque ceux-ci avaient besoin d'argent pour leurs campagnes militaires ou politiques, ils étaient bien obligés de se tourner vers ces riches héritières... Qui pouvaient alors en profiter pour faire avancer leurs propres agendas politiques. C'est donc paradoxalement dans cette cité tournée à 100% vers la guerre que les femmes étaient souvent les mieux traitées et avaient le plus d'influence.

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : C'est peut être ce que cherchait à nous dire Mickael Jackson. Plus sérieusement, la racine testis se retrouve de nombreuses fois en francais : tester, tête, testament, têtons,.. (disparition du 's' + accent circonflexe) Ça s'écrit téton non ? D'après wiktionnaire ça viendrait du germanique tatti, mais je n'ai pas trouvé la racine de ce dernier.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ça s'écrit téton non ? D'après wiktionnaire ça viendrait du germanique tatti, mais je n'ai pas trouvé la racine de ce dernier. Tu as raison : Téton vient de Titthion. En grec ça veut dire mamelon. Il existe le mont Titthion dans le Péloponèse.