Un éleveur possède 7% des rhinocéros au monde

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

En soi c'est un élevage comme un autre. Ce n'est pas plus immoral qu'avec n'importe quel animal. L'idée est même plutôt intéressante. Si la pratique se popularise, on pourrait avoir tellement de corne sur le marché que leurs prix baisseraient. Plus d'intérêt d'aller massacrer des rhinocéros sauvages. Et le nombre d'individu serait en constante augmentation. Sauvages et d'élevages.

Posté le

android

(143)

Répondre

La corne de rhinocéros repousse comme nos ongles après l'avoir coupée. Le rhinocéros ne sent rien lorsqu'on lui coupe sa corne correctement, comme dans le cas présent.
Un rhinocéros sans corne n'est pas trop handicapé : il reste une sérieuse menace, car si vous n'êtes pas empalé et piétiné, vous serez juste broyé et piétiné. Donc les grands prédateurs le redoute. Même sur la reproduction, on n'assiste pas à un désavantage.

Le problème de la corne de rhino est qu'actuellement le gramme de corne a un prix sur le marché bien plus élevé que n'importe quelles autres drogues. Les braconniers maximisent à mort leur chasse en retirant absolument toute la corne, même à la base. Ils y vont à la tronçonneuse et laisse le rhinocéros - quand il n'a pas été tué directement - dans un état plus que critique.

Quand un rhinocéros est trouvé par les gardes blessé par des braconniers, une véritable course contre la montre commence pour l'opérer et le sauver. Sa corne ne repoussera jamais car les braconniers l'ont litéralement arraché.

Pour en revenir sur le bonhomme, déjà par ferme on entend petite réserve particulière de plusieurs dizaines de km², donc les rhino ont de quoi gambader et vivre une vie normale. Comme dit plus haut, ils ne sentent rien durant la coupe et en plus cela permet de faire de la repro pour aider à la préservation de l'espèce (il peut vendre des spécimens à des réserves).
Mais surtout, ce n'est pas une idée stupide, légaliser le marché de la corne c'est créer des fermes - donc des réserves en plus - pour vendre à prix légal la corne. Ca va casser les prix et donc les braconniers vont perdre l'intérêt de chasser le rhino car pourquoi aller passer 3 nuits dans une réserve risquer sa vie contre les gardes et la faune pour vendre une corne plus chère que celle vendu dans le commerce ? D'autant plus qu'ils peuvent le faire dans une ferme en étant bien payé et en toute sécurité.
L'effet espéré est que l'argent de ce commerce convertissent les braconniers et finance les populations aux alentours pour qu'ils ne braconnent plus.
C'est une solution de plus en plus envisagée dans les discussions, car elle ferait le même effet que les réserves touristiques : transformer les braconniers en employés bien payé avec de grossses retombées économiques pour les locaux.

Dans les sources, on apprend que les rhinocéros privatisés (et de façon générale toute la faune plus ou moins en danger) souffrent moins d'un risque d'extinction que les populations.

En Afrique du Sud, où vivent 15 000 des 25 000 rhinocéros blancs estimés, 46 % de la population est privatisée, et on constate que ces populations sont nettement mieux préservée que les autres.

De toute façon, un rhinocéros dont la corne est coupée régulièrement, même proprement et donc sans danger pour l'animal, perd tout intérêt pour le braconnage.

Posté le

android

(60)

Répondre


Tous les commentaires (40)

En soi c'est un élevage comme un autre. Ce n'est pas plus immoral qu'avec n'importe quel animal. L'idée est même plutôt intéressante. Si la pratique se popularise, on pourrait avoir tellement de corne sur le marché que leurs prix baisseraient. Plus d'intérêt d'aller massacrer des rhinocéros sauvages. Et le nombre d'individu serait en constante augmentation. Sauvages et d'élevages.

Posté le

android

(143)

Répondre

La corne de rhinocéros repousse comme nos ongles après l'avoir coupée. Le rhinocéros ne sent rien lorsqu'on lui coupe sa corne correctement, comme dans le cas présent.
Un rhinocéros sans corne n'est pas trop handicapé : il reste une sérieuse menace, car si vous n'êtes pas empalé et piétiné, vous serez juste broyé et piétiné. Donc les grands prédateurs le redoute. Même sur la reproduction, on n'assiste pas à un désavantage.

Le problème de la corne de rhino est qu'actuellement le gramme de corne a un prix sur le marché bien plus élevé que n'importe quelles autres drogues. Les braconniers maximisent à mort leur chasse en retirant absolument toute la corne, même à la base. Ils y vont à la tronçonneuse et laisse le rhinocéros - quand il n'a pas été tué directement - dans un état plus que critique.

Quand un rhinocéros est trouvé par les gardes blessé par des braconniers, une véritable course contre la montre commence pour l'opérer et le sauver. Sa corne ne repoussera jamais car les braconniers l'ont litéralement arraché.

Pour en revenir sur le bonhomme, déjà par ferme on entend petite réserve particulière de plusieurs dizaines de km², donc les rhino ont de quoi gambader et vivre une vie normale. Comme dit plus haut, ils ne sentent rien durant la coupe et en plus cela permet de faire de la repro pour aider à la préservation de l'espèce (il peut vendre des spécimens à des réserves).
Mais surtout, ce n'est pas une idée stupide, légaliser le marché de la corne c'est créer des fermes - donc des réserves en plus - pour vendre à prix légal la corne. Ca va casser les prix et donc les braconniers vont perdre l'intérêt de chasser le rhino car pourquoi aller passer 3 nuits dans une réserve risquer sa vie contre les gardes et la faune pour vendre une corne plus chère que celle vendu dans le commerce ? D'autant plus qu'ils peuvent le faire dans une ferme en étant bien payé et en toute sécurité.
L'effet espéré est que l'argent de ce commerce convertissent les braconniers et finance les populations aux alentours pour qu'ils ne braconnent plus.
C'est une solution de plus en plus envisagée dans les discussions, car elle ferait le même effet que les réserves touristiques : transformer les braconniers en employés bien payé avec de grossses retombées économiques pour les locaux.

Dans les sources, on apprend que les rhinocéros privatisés (et de façon générale toute la faune plus ou moins en danger) souffrent moins d'un risque d'extinction que les populations.

En Afrique du Sud, où vivent 15 000 des 25 000 rhinocéros blancs estimés, 46 % de la population est privatisée, et on constate que ces populations sont nettement mieux préservée que les autres.

De toute façon, un rhinocéros dont la corne est coupée régulièrement, même proprement et donc sans danger pour l'animal, perd tout intérêt pour le braconnage.

Posté le

android

(60)

Répondre

a écrit : La corne de rhinocéros repousse comme nos ongles après l'avoir coupée. Le rhinocéros ne sent rien lorsqu'on lui coupe sa corne correctement, comme dans le cas présent.
Un rhinocéros sans corne n'est pas trop handicapé : il reste une sérieuse menace, car si vous n'êtes pas empalé et piétiné, vo
us serez juste broyé et piétiné. Donc les grands prédateurs le redoute. Même sur la reproduction, on n'assiste pas à un désavantage.

Le problème de la corne de rhino est qu'actuellement le gramme de corne a un prix sur le marché bien plus élevé que n'importe quelles autres drogues. Les braconniers maximisent à mort leur chasse en retirant absolument toute la corne, même à la base. Ils y vont à la tronçonneuse et laisse le rhinocéros - quand il n'a pas été tué directement - dans un état plus que critique.

Quand un rhinocéros est trouvé par les gardes blessé par des braconniers, une véritable course contre la montre commence pour l'opérer et le sauver. Sa corne ne repoussera jamais car les braconniers l'ont litéralement arraché.

Pour en revenir sur le bonhomme, déjà par ferme on entend petite réserve particulière de plusieurs dizaines de km², donc les rhino ont de quoi gambader et vivre une vie normale. Comme dit plus haut, ils ne sentent rien durant la coupe et en plus cela permet de faire de la repro pour aider à la préservation de l'espèce (il peut vendre des spécimens à des réserves).
Mais surtout, ce n'est pas une idée stupide, légaliser le marché de la corne c'est créer des fermes - donc des réserves en plus - pour vendre à prix légal la corne. Ca va casser les prix et donc les braconniers vont perdre l'intérêt de chasser le rhino car pourquoi aller passer 3 nuits dans une réserve risquer sa vie contre les gardes et la faune pour vendre une corne plus chère que celle vendu dans le commerce ? D'autant plus qu'ils peuvent le faire dans une ferme en étant bien payé et en toute sécurité.
L'effet espéré est que l'argent de ce commerce convertissent les braconniers et finance les populations aux alentours pour qu'ils ne braconnent plus.
C'est une solution de plus en plus envisagée dans les discussions, car elle ferait le même effet que les réserves touristiques : transformer les braconniers en employés bien payé avec de grossses retombées économiques pour les locaux.
Afficher tout
Commentaire très intéressant, comme souvent. Mais je me demandais s'il était simple de retirer une espèce de la convention internationale CITES (convention on illicit trading of endangered species) ? Qui décide de ça ?

a écrit : La corne de rhinocéros repousse comme nos ongles après l'avoir coupée. Le rhinocéros ne sent rien lorsqu'on lui coupe sa corne correctement, comme dans le cas présent.
Un rhinocéros sans corne n'est pas trop handicapé : il reste une sérieuse menace, car si vous n'êtes pas empalé et piétiné, vo
us serez juste broyé et piétiné. Donc les grands prédateurs le redoute. Même sur la reproduction, on n'assiste pas à un désavantage.

Le problème de la corne de rhino est qu'actuellement le gramme de corne a un prix sur le marché bien plus élevé que n'importe quelles autres drogues. Les braconniers maximisent à mort leur chasse en retirant absolument toute la corne, même à la base. Ils y vont à la tronçonneuse et laisse le rhinocéros - quand il n'a pas été tué directement - dans un état plus que critique.

Quand un rhinocéros est trouvé par les gardes blessé par des braconniers, une véritable course contre la montre commence pour l'opérer et le sauver. Sa corne ne repoussera jamais car les braconniers l'ont litéralement arraché.

Pour en revenir sur le bonhomme, déjà par ferme on entend petite réserve particulière de plusieurs dizaines de km², donc les rhino ont de quoi gambader et vivre une vie normale. Comme dit plus haut, ils ne sentent rien durant la coupe et en plus cela permet de faire de la repro pour aider à la préservation de l'espèce (il peut vendre des spécimens à des réserves).
Mais surtout, ce n'est pas une idée stupide, légaliser le marché de la corne c'est créer des fermes - donc des réserves en plus - pour vendre à prix légal la corne. Ca va casser les prix et donc les braconniers vont perdre l'intérêt de chasser le rhino car pourquoi aller passer 3 nuits dans une réserve risquer sa vie contre les gardes et la faune pour vendre une corne plus chère que celle vendu dans le commerce ? D'autant plus qu'ils peuvent le faire dans une ferme en étant bien payé et en toute sécurité.
L'effet espéré est que l'argent de ce commerce convertissent les braconniers et finance les populations aux alentours pour qu'ils ne braconnent plus.
C'est une solution de plus en plus envisagée dans les discussions, car elle ferait le même effet que les réserves touristiques : transformer les braconniers en employés bien payé avec de grossses retombées économiques pour les locaux.
Afficher tout
C'est exact, la repousse s'explique car la corne de rhinocéros est constituée de poils agglomérés qui poussent en permanence, ce n'est ni une dent, ni un os, ni une corne biologiquement parlant.
Elle ne lui sert d'ailleurs pas à combattre (même si à l'occasion, tout comme le cheval avec ses sabots, il peut s'en servir pour s'expliquer avec un rival où avec un 4X4^^) mais à fouiller le sol pour y déterrer racines et tubercules.
Donc, dans une réserve où ils sont potentiellement nourris, ils peuvent effectivement s'en passer sans en souffrir.

J'ai toujours pensé qu'interdire bêtement quelquechose, même si les intentions sont louables, est une solution un peu trop facile car oui, là il s'agit nettement de faire s'effondrer les prix, ce qui mettra un terme au (dangereux) braconnage, où tout du moins, le freinera énormément.

Par contre, pour l'ivoire... là, à part inonder le marché de fausses défenses, je ne vois pas comment faire.

a écrit : Commentaire très intéressant, comme souvent. Mais je me demandais s'il était simple de retirer une espèce de la convention internationale CITES (convention on illicit trading of endangered species) ? Qui décide de ça ? Je ne sais pas si c'est simple, mais c'est possible. Il est par exemple possible d'achetter et vendre certaines espèces menacées à condition que les individus soient issus d'individus nés en captivité, ça se fait pour certaines races de perroquets.

En tout cas c'est vraiment une bonne idée.

a écrit : Dans les sources, on apprend que les rhinocéros privatisés (et de façon générale toute la faune plus ou moins en danger) souffrent moins d'un risque d'extinction que les populations.

En Afrique du Sud, où vivent 15 000 des 25 000 rhinocéros blancs estimés, 46 % de la population est privatisée, et
on constate que ces populations sont nettement mieux préservée que les autres.

De toute façon, un rhinocéros dont la corne est coupée régulièrement, même proprement et donc sans danger pour l'animal, perd tout intérêt pour le braconnage.
Afficher tout
Si je peux me permettre une petite précision, quand on dit population privatisée, on parle en fait des réserves privées. Les autres réserves sont gérées par le gouvernement.
Je dis ça car celui qui n'y connait rien sur la gestion de la faune dans le sud de l'Afrique, risque de penser qu'avec l'anecdote "réserve privée" = ferme. Or pas du tout, cet homme est une exception.

D'ailleurs les réserves privées en Afrique du Sud sont moins braconnées pour deux raisons :
- la première car ils engagent plus de gardes (ils ont plus de sous)
- la deuxième - et c'est la plus importante - les réserves privées en Afrique du Sud sont dans le territoire, or c'est un pays qui a très, très peu de braconnage. Les réserves gérées par le gouvernement (comme le Kruger) sont limitrophes avec le Mozambique, le Zimbabwe et la Namibie. Les deux premiers pays cités sont un réservoire à braconniers, donc forcément le risque est plus grand dans les réserves du gouvernement. Du coup en plus des gardes, vous avez l'armée qui patrouillent.

Pour finir, sachez que les effets de l'anti-braconnage commencent à se faire sentir : il y a moins de rhino abattu et à certains endroit la population repart très doucement à la hausse.

a écrit : C'est exact, la repousse s'explique car la corne de rhinocéros est constituée de poils agglomérés qui poussent en permanence, ce n'est ni une dent, ni un os, ni une corne biologiquement parlant.
Elle ne lui sert d'ailleurs pas à combattre (même si à l'occasion, tout comme le cheval avec s
es sabots, il peut s'en servir pour s'expliquer avec un rival où avec un 4X4^^) mais à fouiller le sol pour y déterrer racines et tubercules.
Donc, dans une réserve où ils sont potentiellement nourris, ils peuvent effectivement s'en passer sans en souffrir.

J'ai toujours pensé qu'interdire bêtement quelquechose, même si les intentions sont louables, est une solution un peu trop facile car oui, là il s'agit nettement de faire s'effondrer les prix, ce qui mettra un terme au (dangereux) braconnage, où tout du moins, le freinera énormément.

Par contre, pour l'ivoire... là, à part inonder le marché de fausses défenses, je ne vois pas comment faire.
Afficher tout
Pour avoir vu un combat de rhino avec un éléphant et un autre avec un hippo : la corne sert bien au combat et exclusivement à ça.

D'ailleurs le rhinocéros blanc mange uniquement de l'herbe (ça se voit dans son caca :D) et le rhinocéros noir que des feuilles (la aussi :D). Donc tout particulièrement pour le rhinocéros noir, les cornes sont pour la défense. Bref, ce que je veux dire c'est qu'en Afrique les rhinocéros n'utilisent pas la corne pour manger.

Par contre peut-être que tu confonds avec le rhinocéros d'Asie qui a une toute petite corne et une alimenation plus variées. On peut donc voir des spécimens en Asie gratter avec la corne.

a écrit : Commentaire très intéressant, comme souvent. Mais je me demandais s'il était simple de retirer une espèce de la convention internationale CITES (convention on illicit trading of endangered species) ? Qui décide de ça ? Merci pour le compliment :)

Je ne sais pas qui décide, mais c'est très compliqué de retirer une espèce. Entre les enjeux, les éléments à mettre en place pour ne pas faire n'importe quoi après, l'aspect éthique, culturel etc.

a écrit : Pour avoir vu un combat de rhino avec un éléphant et un autre avec un hippo : la corne sert bien au combat et exclusivement à ça.

D'ailleurs le rhinocéros blanc mange uniquement de l'herbe (ça se voit dans son caca :D) et le rhinocéros noir que des feuilles (la aussi :D). Donc tout particulière
ment pour le rhinocéros noir, les cornes sont pour la défense. Bref, ce que je veux dire c'est qu'en Afrique les rhinocéros n'utilisent pas la corne pour manger.

Par contre peut-être que tu confonds avec le rhinocéros d'Asie qui a une toute petite corne et une alimenation plus variées. On peut donc voir des spécimens en Asie gratter avec la corne.
Afficher tout
Effectivement, je sais plus où j'avais entendu cela, j'ai du confondre. J'étais persuadé que c'était un animal fouisseur, comme les sangliers. JMCMB :)

Par contre j'en ai déjà vu un à la télé défoncer un 4X4 avec, c'est... spectaculaire! ^^

C'est un sujet super intéressant, et les commentaires qui le suivent sont tous très utiles. Juste une petite question : pourquoi la corne de rhinocéros est-elle aussi prisée ?

a écrit : C'est un sujet super intéressant, et les commentaires qui le suivent sont tous très utiles. Juste une petite question : pourquoi la corne de rhinocéros est-elle aussi prisée ? Elle est particulièrement prisée sur le marché asiatique, où elle est utilisée sous forme de poudre dans plusieurs médecine traditionnelle, notamment celle chinoise, qui représente une demande énorme, ce qui combiné à la rareté de l'offre, a fait grimper les prix.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : C'est un sujet super intéressant, et les commentaires qui le suivent sont tous très utiles. Juste une petite question : pourquoi la corne de rhinocéros est-elle aussi prisée ? Parce que c'est rare et culturel, les organes d'un animal puissant... la libido, toussah. Y'a pas vraiment de réponses. Pourquoi le caviar Beluga coute 4 000€ le kilo, ça doit être très bon, mais a ce point, et pourquoi certains mettent une peau d'ours avec la tête devant la cheminée? Va savoir ce qui se passe dans la tête des gens. ^^

Première fois que je suis publié, je suis ravi ! Quelques ajouts : la corne, une fois réduite en poudre par exemple, est utilisée en médecine traditionnelle dans plusieurs pays asiatique. La contrebande circule depuis l'Afrique, au départ du Mozambique jusqu'à Singapour par exemple. La corne se vend très cher sur le marché noir, on estime au alentour de 80.000USD. Les éleveurs comme Hume élèvent les rhinocéros dans des réserves privées bien gardées contre les braconniers, et stockent les cornes, toujours dans l'attente de pouvoir les vendre. Or, ces éleveurs ne font en théorie pas de profit, ce qui signifie que sans la légalisation, tôt ou tard il ne pourront plus continuer d'élever leur rhino. On peut imaginer que dans ces élevages, le phénomène inverse se produit que pour les éléphants sauvages, où les individus ayant les plus grandes défenses ont étés chassés, laissant la population avec des défenses de plus en plus courtes au fur et à mesures des générations.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Première fois que je suis publié, je suis ravi ! Quelques ajouts : la corne, une fois réduite en poudre par exemple, est utilisée en médecine traditionnelle dans plusieurs pays asiatique. La contrebande circule depuis l'Afrique, au départ du Mozambique jusqu'à Singapour par exemple. La corne se vend très cher sur le marché noir, on estime au alentour de 80.000USD. Les éleveurs comme Hume élèvent les rhinocéros dans des réserves privées bien gardées contre les braconniers, et stockent les cornes, toujours dans l'attente de pouvoir les vendre. Or, ces éleveurs ne font en théorie pas de profit, ce qui signifie que sans la légalisation, tôt ou tard il ne pourront plus continuer d'élever leur rhino. On peut imaginer que dans ces élevages, le phénomène inverse se produit que pour les éléphants sauvages, où les individus ayant les plus grandes défenses ont étés chassés, laissant la population avec des défenses de plus en plus courtes au fur et à mesures des générations. Afficher tout Bravo pour l'anecote :)

En effet, on parle de 80 000 USD en moyenne le prix du kilo !
Par contre pas de phénomène avec des cornes plus ou moins longues. C'est comme un ongle, ça pousse sans cesse, l'usure controle la taille dans la nature.

a écrit : Bravo pour l'anecote :)

En effet, on parle de 80 000 USD en moyenne le prix du kilo !
Par contre pas de phénomène avec des cornes plus ou moins longues. C'est comme un ongle, ça pousse sans cesse, l'usure controle la taille dans la nature.
J'aurai imaginé que le phénomène, bien que ce soit de la kératine, puisse s'appliquer, que l'éleveur puisse favoriser les spécimens qui semble avoir une croissance de corne plus importante et/ou plus rapide. Ce n'est qu'une hypothèse, je ne suis pas expert !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Merci pour le compliment :)

Je ne sais pas qui décide, mais c'est très compliqué de retirer une espèce. Entre les enjeux, les éléments à mettre en place pour ne pas faire n'importe quoi après, l'aspect éthique, culturel etc.
Après comme le suggère Nicontrarié, on pourrait plus simplement délivrer des licences d'exportation / importation aux éleveurs légaux tout en maintenant l'espèce en statut protégé, ça ne choquerait pas grand monde.
Parce qu'il suffisait d'interdire une pratique pour la faire disparaître, ça se saurait.

a écrit : En soi c'est un élevage comme un autre. Ce n'est pas plus immoral qu'avec n'importe quel animal. L'idée est même plutôt intéressante. Si la pratique se popularise, on pourrait avoir tellement de corne sur le marché que leurs prix baisseraient. Plus d'intérêt d'aller massacrer des rhinocéros sauvages. Et le nombre d'individu serait en constante augmentation. Sauvages et d'élevages. Afficher tout C'est un avis à prendre. Osé et pertinent. Je vous remercie de votre point de vue.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Après comme le suggère Nicontrarié, on pourrait plus simplement délivrer des licences d'exportation / importation aux éleveurs légaux tout en maintenant l'espèce en statut protégé, ça ne choquerait pas grand monde.
Parce qu'il suffisait d'interdire une pratique pour la faire disparaître, ça se saurait.
Ca serait bien mais les décisions à ce niveau la ne sont jamais bien simple :)

a écrit : J'aurai imaginé que le phénomène, bien que ce soit de la kératine, puisse s'appliquer, que l'éleveur puisse favoriser les spécimens qui semble avoir une croissance de corne plus importante et/ou plus rapide. Ce n'est qu'une hypothèse, je ne suis pas expert ! Ca s'applique dans le cadre d'une ferme conventionnelle ce que tu décris :)

Or comme je disais, ce ne sont pas vraiment des fermes mais des réserves privées, spécialisées dans les rhinocéros.
Déjà c'est impossible d'inséminer une femelle rhinocéros (pour tout un tas de raisons scientifique) et il ne contrôle pas les individus. C'est pas très coopératif.
Si tu veux plus de détails tu peux regarder les recherches pour tenter de préserver le rhinocéros blanc du nord. Or on s'est rendu compte que cest impossible de manipuler ces bestiaux.