Son nom est devenu une aide pour la NASA depuis l'espace

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (40)

a écrit : Je me pose une question, comment définit on « visible depuis l’espace » ? Quelle est l’altitude ? Est ce à l’oeil nu ? Car il est clair que vu la résolution atteinte par les dernières générations de satellites, énormément de choses doivent être « visible » depuis l’espace. La plaque d'immatriculation de ta voiture et lisible par satellite.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La plaque d'immatriculation de ta voiture et lisible par satellite. J’aimerai bien que tu me donnes une source, car à moins de retourner Hubble pour photographier ma plaque d’immatriculation, ça me parait compliquer.
De mémoire, les meilleurs satellites actuelles doivent avoir une résolution de 1 ou 2 mètres au sol, bien insuffisant pour ce genre d’exercice.

a écrit : J’aimerai bien que tu me donnes une source, car à moins de retourner Hubble pour photographier ma plaque d’immatriculation, ça me parait compliquer.
De mémoire, les meilleurs satellites actuelles doivent avoir une résolution de 1 ou 2 mètres au sol, bien insuffisant pour ce genre d’exercice.
J'ai toujours entendu dire que les satellites espions pouvaient lire les gros titres des journaux, et c'était déjà il y a quelques dizaines d'années. Il y a quand même quelques contraintes : 1) il faut que ce qu'on observe soit plus ou moins face au ciel et donc c'est pas le cas des plaques d'immatriculation qui sont faites pour être vues à l'horizontale, c'est pourquoi on prend plutôt l'exemple d'un journal posé sur une table à la terrasse d'un café, 2) il faut qu'on sache sur quoi zoomer : on ne va pas filmer tout un pays en haute résolution en espérant trouver des détails intéressants, c'est le renseignement qui permet de savoir où il faut regarder, et 3) ça dépend de la trajectoire des satellites : les russes ont pu construire des installations secrètes en recouvrant le chantier de bâches de camouflage aux heures de passage des satellites espions américains !

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : J'ai toujours entendu dire que les satellites espions pouvaient lire les gros titres des journaux, et c'était déjà il y a quelques dizaines d'années. Il y a quand même quelques contraintes : 1) il faut que ce qu'on observe soit plus ou moins face au ciel et donc c'est pas le cas des plaques d'immatriculation qui sont faites pour être vues à l'horizontale, c'est pourquoi on prend plutôt l'exemple d'un journal posé sur une table à la terrasse d'un café, 2) il faut qu'on sache sur quoi zoomer : on ne va pas filmer tout un pays en haute résolution en espérant trouver des détails intéressants, c'est le renseignement qui permet de savoir où il faut regarder, et 3) ça dépend de la trajectoire des satellites : les russes ont pu construire des installations secrètes en recouvrant le chantier de bâches de camouflage aux heures de passage des satellites espions américains ! Afficher tout Mouais, je suis pas convaincu... après on dit que les armées ont toujours X années d’avance sur le civil, donc bon, à voir!
Mais bon, faut pas oublier que les fantasmes sur les armées ont la peau dure ;)

a écrit : J'ai toujours entendu dire que les satellites espions pouvaient lire les gros titres des journaux, et c'était déjà il y a quelques dizaines d'années. Il y a quand même quelques contraintes : 1) il faut que ce qu'on observe soit plus ou moins face au ciel et donc c'est pas le cas des plaques d'immatriculation qui sont faites pour être vues à l'horizontale, c'est pourquoi on prend plutôt l'exemple d'un journal posé sur une table à la terrasse d'un café, 2) il faut qu'on sache sur quoi zoomer : on ne va pas filmer tout un pays en haute résolution en espérant trouver des détails intéressants, c'est le renseignement qui permet de savoir où il faut regarder, et 3) ça dépend de la trajectoire des satellites : les russes ont pu construire des installations secrètes en recouvrant le chantier de bâches de camouflage aux heures de passage des satellites espions américains ! Afficher tout De toute l'information publiquement connue, en référence à la résolution des photographies pouvant être prises par les satellites espion, il n'est pas possible d'obtenir des détails inférieurs à 10 centimètres.
Donc, un carré de 10 centimètres de côté, ne révèlera qu'une couleur: celle du pixel obtenu, étant celui-ci la base de toute image.
Un mètre carré de surface au sol, sera donc composé de 100 pixels. Ceci ne me semble donc pas suffisant pour "pouvoir lire les gros titres d'un journal ou de compter les morceaux de sucre posés sur la table, près du café", tel comme ceci fut affirmé à la télévision française, dans les années 70 et 80.

Posté le

android

(3)

Répondre

.... Les satellites commerciaux ( privés comme publics) proposent à la vente, des images dont la résolution se situe à 41 centimètres de côté, voire moins: 30 centimètres.
Ce sont les images que vous retrouverez sur Google Earth, par exemple.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : J’aimerai bien que tu me donnes une source, car à moins de retourner Hubble pour photographier ma plaque d’immatriculation, ça me parait compliquer.
De mémoire, les meilleurs satellites actuelles doivent avoir une résolution de 1 ou 2 mètres au sol, bien insuffisant pour ce genre d’exercice.
Ca c'était la résolution des satellites espions à la fin des années 80, je t'invite à aller faire un tour sur GoogleHearth, c'est public, donc en toute logique, les agences de renseignement ont beaucoup mieux!, et sur Googlehearth on distingue très bien le pare-brise des bagnoles (selon les images), on voit même les rails de tramway, et en largeur, un rail de tramway ca fait moins de 10 centimètres...

Je pense qu'effectivement, ils peuvent lire une plaque d'immatriculation, selon les conditions météo et l'orientation du satellite et de sa cible, bien évidemment.

a écrit : De toute l'information publiquement connue, en référence à la résolution des photographies pouvant être prises par les satellites espion, il n'est pas possible d'obtenir des détails inférieurs à 10 centimètres.
Donc, un carré de 10 centimètres de côté, ne révèlera qu'une couleur: celle du p
ixel obtenu, étant celui-ci la base de toute image.
Un mètre carré de surface au sol, sera donc composé de 100 pixels. Ceci ne me semble donc pas suffisant pour "pouvoir lire les gros titres d'un journal ou de compter les morceaux de sucre posés sur la table, près du café", tel comme ceci fut affirmé à la télévision française, dans les années 70 et 80.
Afficher tout
On est en 2020 si je puis me permettre...Sans dec, la résolution des satellites de GoogleHearth frôle le centimètre, j'arrive à voir le câble électrique qui alimente ma baraque!!! alors les trucs de la NSA...

a écrit : On est en 2020 si je puis me permettre...Sans dec, la résolution des satellites de GoogleHearth frôle le centimètre, j'arrive à voir le câble électrique qui alimente ma baraque!!! alors les trucs de la NSA... Si je puis me permettre....

Les photos de Google Earth, ne proviennent pas exclusivement de vues satellitaires.
Quand tu zoomes, pour aller admirer ton mas en détail ( et donc d'y voir jusqu'au câble d'alimentation électrique ! ), tu ne t'es probablement pas rendu compte qu'à un moment, .... Ce sont des vues aériennes prises par des avions, qui te réveles tous les détails.
Le passage de photo satellitaire à photo d'avion, était encore facile à noter, il y a une dizaine d'années. Maintenant, avec tous les programmes de retouche d'image existants, ceci n'est même plus perceptible.
Il y a même des endroits sur Google Earth, où, depuis peu, le lieu apparaît en 3D. Le lieu où je vivais, il y a 5 ans, par exemple.

De rien.

Édit : Voici un lien, en espagnol, qui l'explique. Passes le traducteur en ligne.
urbanian.mundodeportivo.com/tecnologia/6308/asi-es-como-se-capturan-las-imagenes-de-google-earth

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Si je puis me permettre....

Les photos de Google Earth, ne proviennent pas exclusivement de vues satellitaires.
Quand tu zoomes, pour aller admirer ton mas en détail ( et donc d'y voir jusqu'au câble d'alimentation électrique ! ), tu ne t'es probablement pas rendu compte qu�
39;à un moment, .... Ce sont des vues aériennes prises par des avions, qui te réveles tous les détails.
Le passage de photo satellitaire à photo d'avion, était encore facile à noter, il y a une dizaine d'années. Maintenant, avec tous les programmes de retouche d'image existants, ceci n'est même plus perceptible.
Il y a même des endroits sur Google Earth, où, depuis peu, le lieu apparaît en 3D. Le lieu où je vivais, il y a 5 ans, par exemple.

De rien.

Édit : Voici un lien, en espagnol, qui l'explique. Passes le traducteur en ligne.
urbanian.mundodeportivo.com/tecnologia/6308/asi-es-como-se-capturan-las-imagenes-de-google-earth
Afficher tout
C'est vrai, mais tu m'expliquera, dans ce cas, pourquoi on peut voir l'écume des vagues à 50 kilomètres des côtes sur certaines zones, les avions avaient de l'essence et de la pellicule à gaspiller où c'est une photo satellite prise au super téléobjectif?
Sur certaines images, on voit que l'orientation de la prise de vue diffère, les bâtiments sont inclinés, on ne voit qu'une où deux faces avec le toit, et pas qu'un peu, ca ne peut s'expliquer que si l'image a été prise à très haute altitude.

A mon avis, y'a un peu des deux.

a écrit : C'est vrai, mais tu m'expliquera, dans ce cas, pourquoi on peut voir l'écume des vagues à 50 kilomètres des côtes sur certaines zones, les avions avaient de l'essence et de la pellicule à gaspiller où c'est une photo satellite prise au super téléobjectif?
Sur certaines images, on voit que
l'orientation de la prise de vue diffère, les bâtiments sont inclinés, on ne voit qu'une où deux faces avec le toit, et pas qu'un peu, ca ne peut s'expliquer que si l'image a été prise à très haute altitude.

A mon avis, y'a un peu des deux.
Afficher tout
De par les mesures que je viens d'effectuer dans plusieurs points du globe, Google Earth, ne montre que le premier kilomètre, kilomètre et demi, des eaux maritimes.
Toutes ces photos sont des vues aériennes.

Sur la version Google Earth que j'ai, ( celle du téléphone mobile) là où se trouve la mer.... Apparait le relief des fonds marins.
Je ne peux donc pas te répondre plus précisément. Désolé.

Une possibilité est que ces ondulations (que tu appelles *vagues") soient dues au vent, et non pas au haut fond.
Mais peut-être que je me trompe complètement.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : De toute l'information publiquement connue, en référence à la résolution des photographies pouvant être prises par les satellites espion, il n'est pas possible d'obtenir des détails inférieurs à 10 centimètres.
Donc, un carré de 10 centimètres de côté, ne révèlera qu'une couleur: celle du p
ixel obtenu, étant celui-ci la base de toute image.
Un mètre carré de surface au sol, sera donc composé de 100 pixels. Ceci ne me semble donc pas suffisant pour "pouvoir lire les gros titres d'un journal ou de compter les morceaux de sucre posés sur la table, près du café", tel comme ceci fut affirmé à la télévision française, dans les années 70 et 80.
Afficher tout
Tu commets une erreur importante en parlant de pixels et de carrés car les images étaient (et sont peut-être encore dans certains cas) prises sur des films photographiques (argentiques) quand les résolutions des caméras n'étaient pas aussi bonnes. Et donc il n'y a pas de pixels. Les bobines de film sont ensuite envoyées sur terre dans des capsules ou numérisées dans le satellite et envoyées par radio. L'importance résolution des films associée à de puissants téléobjectif et au fait que les satellites-espions peuvent descendre en altitude pour voir d'encore plus près, fait que c'est crédible de lire les gros titres des journaux, et même quand on n'avait pas encore des caméras numériques haute résolution. Mais ça a un coût : le stock de pellicules dans le satellite s'épuise et le carburant aussi, si bien que si on le fait descendre pour observer de plus près, et si il n'a plus assez de carburant, il ne pourra pas remonter et ça sera sa dernière mission avant qu'il se désintègre dans l'atmosphère. C'est pourquoi je disais qu'il faut savoir, grâce au renseignement, où il faut zoomer. Et on ne le fera donc pas pour lire un journal qu'on peut acheter au kiosque à journaux ! Mais pour découvrir des secrets militaires, et si on sait où regarder, cette résolution est disponible.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est vrai, mais tu m'expliquera, dans ce cas, pourquoi on peut voir l'écume des vagues à 50 kilomètres des côtes sur certaines zones, les avions avaient de l'essence et de la pellicule à gaspiller où c'est une photo satellite prise au super téléobjectif?
Sur certaines images, on voit que
l'orientation de la prise de vue diffère, les bâtiments sont inclinés, on ne voit qu'une où deux faces avec le toit, et pas qu'un peu, ca ne peut s'expliquer que si l'image a été prise à très haute altitude.

A mon avis, y'a un peu des deux.
Afficher tout
J'ai "zappé" de te répondre pour les photos des bâtiments.
... Au fait, n'hésites pas à traduire et lire l'article...
Les satellites ne prennent pas obligatoirement les photographies à la verticale. Ils peuvent, durant leur course autour du globe, passer à côté d'un lieu qui mérite d'être photographié.
L'objectif peut donc pivoter de la verticale, pour balayer une zone qui sera plus à gauche ou à droite de sa "route" dans l'espace.
Quant aux avions de Google earth, - le lien en espagnol l'explique bien -, ils n'embarquent pas un, mais cinq appareils photos, afin d'effectuer une vue panoramique. Ensuite, ce sont ces images qui, par reconstitution, vont permettre de pouvoir voir les édifices en 3D.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Tu commets une erreur importante en parlant de pixels et de carrés car les images étaient (et sont peut-être encore dans certains cas) prises sur des films photographiques (argentiques) quand les résolutions des caméras n'étaient pas aussi bonnes. Et donc il n'y a pas de pixels. Les bobines de film sont ensuite envoyées sur terre dans des capsules ou numérisées dans le satellite et envoyées par radio. L'importance résolution des films associée à de puissants téléobjectif et au fait que les satellites-espions peuvent descendre en altitude pour voir d'encore plus près, fait que c'est crédible de lire les gros titres des journaux, et même quand on n'avait pas encore des caméras numériques haute résolution. Mais ça a un coût : le stock de pellicules dans le satellite s'épuise et le carburant aussi, si bien que si on le fait descendre pour observer de plus près, et si il n'a plus assez de carburant, il ne pourra pas remonter et ça sera sa dernière mission avant qu'il se désintègre dans l'atmosphère. C'est pourquoi je disais qu'il faut savoir, grâce au renseignement, où il faut zoomer. Et on ne le fera donc pas pour lire un journal qu'on peut acheter au kiosque à journaux ! Mais pour découvrir des secrets militaires, et si on sait où regarder, cette résolution est disponible. Afficher tout J'ai employé ce terme de pixel pour définir la résolution de l'image, car c'est l'explication qui est donnée dans un lien ( en Espagnol) du Net.

Oui, c'est exact que les premiers satellites fonctionnaient à l"argentique, et qu'il fallait larguer les négatifs dans des capsules, puis les récupérer sur terre ou en mer, ultérieurement.
Cependant, je doute qu'il y ait des satellites fonctionnant, encore aujourd'hui, sur ce modèle: Les caméras photos (numériques) de nos portables, se sont bénéficié de cette technologie spatiale, par exemple.

Quant à ces histoires de " journal et de muraille de Chine", je me demande si les Ricains ne les ont pas fait diffuser, type Fake news, pour troubler les Soviétiques et les Chinois.
Se rappeler le contexte de Guerre Froide où : "si je peux lire la Pravda sur la Place rouge", ... Je peux connaître tous tes secrets, tant ma technologie est bonne.
Idem pour les Chinois : si je peux voir votre muraille - fait qui est faux, en réalité. Elle est bien trop étroite pour être visible à 120 kilomètres d'altitude- à l'oeil nu, alors imaginez ce que je peux voir avec un satellite.
Je ne fais que supposer, je n'affirme pas.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : J’aimerai bien que tu me donnes une source, car à moins de retourner Hubble pour photographier ma plaque d’immatriculation, ça me parait compliquer.
De mémoire, les meilleurs satellites actuelles doivent avoir une résolution de 1 ou 2 mètres au sol, bien insuffisant pour ce genre d’exercice.
www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://fr.wikipedia.org/wiki/Satellite_de_reconnaissance&ved=2ahUKEwi3iMX998TqAhUMuRoKHeWRCmkQFjACegQIDBAL&usg=AOvVaw1oum-voHAfwakpywpIfpl9

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ben dis donc... Ça fait presque "Enculé" en lisant à l'envers. Oui pour un esprit tortueux et torturé comme le tien...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : J'ai employé ce terme de pixel pour définir la résolution de l'image, car c'est l'explication qui est donnée dans un lien ( en Espagnol) du Net.

Oui, c'est exact que les premiers satellites fonctionnaient à l"argentique, et qu'il fallait larguer les négatifs dans des ca
psules, puis les récupérer sur terre ou en mer, ultérieurement.
Cependant, je doute qu'il y ait des satellites fonctionnant, encore aujourd'hui, sur ce modèle: Les caméras photos (numériques) de nos portables, se sont bénéficié de cette technologie spatiale, par exemple.

Quant à ces histoires de " journal et de muraille de Chine", je me demande si les Ricains ne les ont pas fait diffuser, type Fake news, pour troubler les Soviétiques et les Chinois.
Se rappeler le contexte de Guerre Froide où : "si je peux lire la Pravda sur la Place rouge", ... Je peux connaître tous tes secrets, tant ma technologie est bonne.
Idem pour les Chinois : si je peux voir votre muraille - fait qui est faux, en réalité. Elle est bien trop étroite pour être visible à 120 kilomètres d'altitude- à l'oeil nu, alors imaginez ce que je peux voir avec un satellite.
Je ne fais que supposer, je n'affirme pas.
Afficher tout
Ou sinon on peut supposer que ce que nous savons sur les services secrets n'est que la partie émergée de l'iceberg et que si on sait qu'ils peuvent lire les gros titres des journaux depuis un satellite, non seulement c'est vrai mais ils peuvent aussi peut-être analyser l'encre ou déterminer le nombre de pages...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ou sinon on peut supposer que ce que nous savons sur les services secrets n'est que la partie émergée de l'iceberg et que si on sait qu'ils peuvent lire les gros titres des journaux depuis un satellite, non seulement c'est vrai mais ils peuvent aussi peut-être analyser l'encre ou déterminer le nombre de pages... J'ai oui-dire que les agences de renseignement ont deux générations technologiques de mieux que le grand public (ce qu'on aura dans la poche dans 15 ans existe déjà) mais bien évidement, je n'en ai pas la preuve, sinon je serai déjà mort! ^^

@epoxy, après vérifications, tu as raison, les images de Google hearth sont des constructions, du satellite et de l'aérien, condensées dans un énorme fichier actualisé en permanence, mea culpa et JMCMB :) J'étais vraiment persuadé que cela venait que de satellites... je me suis trompé, par contre, la résolution des photos satellites espions est plus proche du centimètre que du mètre et la dessus, j'ai raison, mais si je te dis pourquoi, je devrais te tuer!^^ Non en vrai, si on peut différencier une bagnole d'un tank via satellite, c'est bien que la résolution est plus fine qu'on le croit, non? Moins d'1 mètre, ca c'est certain!

a écrit : J'ai oui-dire que les agences de renseignement ont deux générations technologiques de mieux que le grand public (ce qu'on aura dans la poche dans 15 ans existe déjà) mais bien évidement, je n'en ai pas la preuve, sinon je serai déjà mort! ^^

@epoxy, après vérifications, tu as raison, les ima
ges de Google hearth sont des constructions, du satellite et de l'aérien, condensées dans un énorme fichier actualisé en permanence, mea culpa et JMCMB :) J'étais vraiment persuadé que cela venait que de satellites... je me suis trompé, par contre, la résolution des photos satellites espions est plus proche du centimètre que du mètre et la dessus, j'ai raison, mais si je te dis pourquoi, je devrais te tuer!^^ Non en vrai, si on peut différencier une bagnole d'un tank via satellite, c'est bien que la résolution est plus fine qu'on le croit, non? Moins d'1 mètre, ca c'est certain! Afficher tout
Le satellite dual (public + militaire) français Helios 2-B, lancé en 2009, a une résolution publique de 50 cm et une résolution réelle ... confidentielle... ;-)

fr.wikipedia.org/wiki/Helios_2B?wprov=sfla1

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : J'ai oui-dire que les agences de renseignement ont deux générations technologiques de mieux que le grand public (ce qu'on aura dans la poche dans 15 ans existe déjà) mais bien évidement, je n'en ai pas la preuve, sinon je serai déjà mort! ^^

@epoxy, après vérifications, tu as raison, les ima
ges de Google hearth sont des constructions, du satellite et de l'aérien, condensées dans un énorme fichier actualisé en permanence, mea culpa et JMCMB :) J'étais vraiment persuadé que cela venait que de satellites... je me suis trompé, par contre, la résolution des photos satellites espions est plus proche du centimètre que du mètre et la dessus, j'ai raison, mais si je te dis pourquoi, je devrais te tuer!^^ Non en vrai, si on peut différencier une bagnole d'un tank via satellite, c'est bien que la résolution est plus fine qu'on le croit, non? Moins d'1 mètre, ca c'est certain! Afficher tout
T'inquiète pas !
Je m'étais déjà couvert, au travers de la première phrase de mon premier commentaire: " publiquement connues", en matière de résolution.
Dans les listes apparaissant sur le Net, en matière de satellites espion: si d'aventure la résolution minimale est indiquée, elle ne va jamais au-dessous des 10 centimètres publiquement reconnus.
Je me devais donc de prendre cette référence.

Et puisque tu parles de "confondre char et voiture", sur une photo satellite.
Un char Merkava Israélien, c'est tout de même d'une longueur de 9, 04 mètres sur 3,72 de largeur... Ce sont tout de même quelque 3360 pixels de 10 centimètres de côté. ! Je crois que c'est suffisant pour discerner assez clairement l'engin et le canon, pour ne pas le confondre avec un SUV, un pick-up, ou un minibus. De plus, sa largeur hors du commun à des véhicules de tourisme, est aussi une "signature".

Posté le

android

(0)

Répondre