Un plant de tomate qui peut nourrir une ville entière

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

a écrit : Dans quel monde peut-on nourrir une ville avec 32000 tomates ? On n’a jamais dit que 32000 tomates pouvaient nourrir une ville, je pense que tu n’as pas bien cerné l’anecdote.
En réfléchissant un poil + tu te dirais que c’est une expérience (il suffit de lire le nom du projet) pour voir le rendement de ce type de pieds de tomates.
Ensuite quand on a vu qu’il y avait un bon rendement par pied, il suffit d’adapter le nombre de plantations à la taille de la ville...
Ça me semble logique.

a écrit : Il y a un peu plus de 280 000 habitants à Orlando. Donc 32 000 tomates ça nous fait environ 0,11 tomate par an soit une tomate pour 9 personnes... On est loin de la consommation moyenne annuelle de tomate.

Je me demande bien d'ailleurs quelle est la conso de tomate anuelle toutes sources confondues !<
br />
Edit : du coup j'ai regardé : 15 kilos de tomates fraîches, 18,4 de tomate transformée.
Afficher tout
Il s'agit d'un seul plant de tomate qui produit 32 194 tomates , pour 522.464 kg de tomates (cf sources) . Pour un pied de tomate , je trouve ça énorme . Par contre , je me demande quelle surface il occupe ?

Les sources se trompent bien, la production est bien de 522kg par an :)

Je ne trouve pas ça révolutionnaire et le chiffre ne veut rien dire. Si on prend une bonne variété, 1 pied de tomate donne 6kg maximum.
Sur la même surface que la photo (soit 10m*10m) on peut planter 200 pieds de tomates (1 pied tous les 50cm). Avec une récolte moyenne de 4kg par pied on obtient 800kg par an. Si je prends la fourchette basse (2kg, on retrouve ce chiffre sur internet) et haute de productivité (6kg) on obtient minimum 400 kg par an et un maximum de 1200kg.

Gros avantage, si un pied meurt, il en reste 199. Par contre si votre unique pied à 522kg meurt (vieillesse, maladie, météo etc)… bah vous mangez votre ceinture et votre ville devient dépendante des autres pour se nourrir.

Raisonner en gros chiffre ça marche bien avec des sous, mais sur l'alimentation les gros chiffres cachent en général une forêt de problème. Donc la ville du futur qui mise tout sur un élément... je la fuirai personnellement.


Tous les commentaires (41)

Dans quel monde peut-on nourrir une ville avec 32000 tomates ?

a écrit : Dans quel monde peut-on nourrir une ville avec 32000 tomates ? Il y a un peu plus de 280 000 habitants à Orlando. Donc 32 000 tomates ça nous fait environ 0,11 tomate par an soit une tomate pour 9 personnes... On est loin de la consommation moyenne annuelle de tomate.

Je me demande bien d'ailleurs quelle est la conso de tomate anuelle toutes sources confondues !

Edit : du coup j'ai regardé : 15 kilos de tomates fraîches, 18,4 de tomate transformée.

a écrit : Dans quel monde peut-on nourrir une ville avec 32000 tomates ? On n’a jamais dit que 32000 tomates pouvaient nourrir une ville, je pense que tu n’as pas bien cerné l’anecdote.
En réfléchissant un poil + tu te dirais que c’est une expérience (il suffit de lire le nom du projet) pour voir le rendement de ce type de pieds de tomates.
Ensuite quand on a vu qu’il y avait un bon rendement par pied, il suffit d’adapter le nombre de plantations à la taille de la ville...
Ça me semble logique.

a écrit : Il y a un peu plus de 280 000 habitants à Orlando. Donc 32 000 tomates ça nous fait environ 0,11 tomate par an soit une tomate pour 9 personnes... On est loin de la consommation moyenne annuelle de tomate.

Je me demande bien d'ailleurs quelle est la conso de tomate anuelle toutes sources confondues !<
br />
Edit : du coup j'ai regardé : 15 kilos de tomates fraîches, 18,4 de tomate transformée.
Afficher tout
Il s'agit d'un seul plant de tomate qui produit 32 194 tomates , pour 522.464 kg de tomates (cf sources) . Pour un pied de tomate , je trouve ça énorme . Par contre , je me demande quelle surface il occupe ?

a écrit : Il s'agit d'un seul plant de tomate qui produit 32 194 tomates , pour 522.464 kg de tomates (cf sources) . Pour un pied de tomate , je trouve ça énorme . Par contre , je me demande quelle surface il occupe ? Oui j'avais bien compris ça. Je réagissais juste au titre un peu racoleur. Ça n'enlève pas "l'exploit" de la production.
Par contre il y a un problème avec la source : 522 000 kilos pour 32 000 tomates ça fait plus de 16 kilos par tomate... C'est peu probable. Ça ne me semble pas être une virgule sinon on se retrouve avec 0.016kg. Donc je pense qu' un des deux chiffres est erroné.

a écrit : Oui j'avais bien compris ça. Je réagissais juste au titre un peu racoleur. Ça n'enlève pas "l'exploit" de la production.
Par contre il y a un problème avec la source : 522 000 kilos pour 32 000 tomates ça fait plus de 16 kilos par tomate... C'est peu probable. Ça ne me semble pas êtr
e une virgule sinon on se retrouve avec 0.016kg. Donc je pense qu' un des deux chiffres est erroné. Afficher tout
La virgule n’est pas obligée de passer de 522 000 kg à 522.000 kg...
Ça pourrait très bien être 5 220 kg, ça ferait des tomates de 160 grammes, ce qui me semble correct vu la photo où elles semblent un peu plus grosses que des tomates cerises.

a écrit : La virgule n’est pas obligée de passer de 522 000 kg à 522.000 kg...
Ça pourrait très bien être 5 220 kg, ça ferait des tomates de 160 grammes, ce qui me semble correct vu la photo où elles semblent un peu plus grosses que des tomates cerises.
Toutes les sources que j'ai trouvées donnent : 522kg.
Si je pensais à 522000 c'est parce que la source indique : "522.464 kg (1151.84 lbs)" et que parfois le point sert à séparer les unités des milliers. (mais ici de toute façon le chiffre en anglais montre que c'est pas ça.)
Je n'ai pas placé la virgule la ou ça m'arranger...

a écrit : Dans quel monde peut-on nourrir une ville avec 32000 tomates ? Tout dépend de la taille de la ville, l'anecdote ne dit pas qu'un pied de tomate nourrit une métropole. Les Nations Unies définissent une ville à partir de 20 000 habitants. Mais selon les pays, ce nombre peut changer: En France ou en Allemagne, le seuil est de 5 000 habitants agglomérés, il est au Danemark de 200, en Islande de 300, au Canada de 1 000, aux États-Unis de 2500 ...

Les sources se trompent bien, la production est bien de 522kg par an :)

Je ne trouve pas ça révolutionnaire et le chiffre ne veut rien dire. Si on prend une bonne variété, 1 pied de tomate donne 6kg maximum.
Sur la même surface que la photo (soit 10m*10m) on peut planter 200 pieds de tomates (1 pied tous les 50cm). Avec une récolte moyenne de 4kg par pied on obtient 800kg par an. Si je prends la fourchette basse (2kg, on retrouve ce chiffre sur internet) et haute de productivité (6kg) on obtient minimum 400 kg par an et un maximum de 1200kg.

Gros avantage, si un pied meurt, il en reste 199. Par contre si votre unique pied à 522kg meurt (vieillesse, maladie, météo etc)… bah vous mangez votre ceinture et votre ville devient dépendante des autres pour se nourrir.

Raisonner en gros chiffre ça marche bien avec des sous, mais sur l'alimentation les gros chiffres cachent en général une forêt de problème. Donc la ville du futur qui mise tout sur un élément... je la fuirai personnellement.

Le pot et le pied me paraissent tout de même petit par rapport au 522 kg de production. Il faut tout de même un sacré arrosage j'imagine.

a écrit : Le pot et le pied me paraissent tout de même petit par rapport au 522 kg de production. Il faut tout de même un sacré arrosage j'imagine. C'est quasiment de l'hydroponie.

Un pote à moi qui bosse dans l'agriculture m'a parlé de plants de tomates de trois mètres de haut qui poussent dans l'équivalent d'un pot de yaourt, l'arrosage est constant au goutte à goutte, même la nuit bien que ce soit dans une moindre mesure.

Par contre, je rejoins certains avis plus haut, c'est pas une bonne idée de faire des plants aussi gros, le coté pratique par contre, c'est l'espace libre au sol car même si l'hydroponie n'a pas besoin de grands pots, elle a quand même besoin d'un réseau d'irrigation et d'évacuation/traitement du trop plein d'eau complexe qui demande pas mal d'entretien, là, y'a qu'un seul pot où il en faudrait une centaine normalement avec tout le bazar qui va avec.
Le but ici est clairement d'optimiser l'espace urbain, et de faire de l'ombre aussi. Ca me fais penser à Marrakech, sont pas cons les marocains, plutôt que de planter des arbres qui produisent que dalle à part des feuilles mortes dans les rues, ils ont planté des orangers. C'est joli, ca fait de l'ombre, ça se bouffe, et c'est gratos. ;)
P.S, il a quel âge ce plant de tomates? Quelqu'un sait? Normalement ca crève en hiver, quoi.

Le seul, l'unique fait extraordinaire de cette anecdote, c'est la récolte d'une demi tonne de tomate sur un seul plant.

Des liens autres que ceux cités par SCMB, signalent que les rames de ce plant de tomate, couvrent de 45 à 50 M2.
Dit d'une autre manière, un rendement de 10 kilos au mètre carré dans une serre. (Ce plant de tomate ne pousse pas à l'air libre, à EPCOT)
10 kilos au M2, dans une serre ouverte d'Espagne, c'est un rendement moyen. Les Hollandais, dans leurs serres hermétiques, arrivent à des productions de 80 kilos/M2 !

Ce plant de tomate est probablement cultivé en hydroponie. Il est tout à fait possible qu'il n'y ait d'ailleurs aucun gramme de terre dans le pot de fleur, ou tout au plus un substrat stérile dont la principale fonction est de soutenir physiquement le plant et ses racines.
À l'eau d'arrosage, est ajouté de forme liquide, un engrais complet apportant tous les nutriments en quantité optimale pour ce type de plante de fruit/légume.

A propos, l'essor de l'hydroponie est en partie due à des nécessités particulières durant la Seconde Guerre Mondiale: la production de légumes frais pour les troupes militaires Américaines situées dans les îles du Pacifique, quand ils luttaient contre les Japonais des troupes Impériales Nippones.
www.canna.fr/culture_hydroponique_en_bref#:~:text=C'est%20au%20cours%20de,de%20fleurs%20et%20de%20l%C3%A9gumes.

a écrit : Les sources se trompent bien, la production est bien de 522kg par an :)

Je ne trouve pas ça révolutionnaire et le chiffre ne veut rien dire. Si on prend une bonne variété, 1 pied de tomate donne 6kg maximum.
Sur la même surface que la photo (soit 10m*10m) on peut planter 200 pieds de tomates (1 p
ied tous les 50cm). Avec une récolte moyenne de 4kg par pied on obtient 800kg par an. Si je prends la fourchette basse (2kg, on retrouve ce chiffre sur internet) et haute de productivité (6kg) on obtient minimum 400 kg par an et un maximum de 1200kg.

Gros avantage, si un pied meurt, il en reste 199. Par contre si votre unique pied à 522kg meurt (vieillesse, maladie, météo etc)… bah vous mangez votre ceinture et votre ville devient dépendante des autres pour se nourrir.

Raisonner en gros chiffre ça marche bien avec des sous, mais sur l'alimentation les gros chiffres cachent en général une forêt de problème. Donc la ville du futur qui mise tout sur un élément... je la fuirai personnellement.
Afficher tout
C'est révolutionnaire car il y a un seul pot et donc on peut utiliser la place tout autour, on peut mettre le pot au centre d'une place publique avec des bancs autour et ça fait une place ombragée agréable. Alors que des pots de tomates serrés les uns contre les autres, on connaît déjà et il n'y en pas en ville et c'est sans doute pour une bonne raison.

a écrit : C'est quasiment de l'hydroponie.

Un pote à moi qui bosse dans l'agriculture m'a parlé de plants de tomates de trois mètres de haut qui poussent dans l'équivalent d'un pot de yaourt, l'arrosage est constant au goutte à goutte, même la nuit bien que ce soit dans une moindre
mesure.

Par contre, je rejoins certains avis plus haut, c'est pas une bonne idée de faire des plants aussi gros, le coté pratique par contre, c'est l'espace libre au sol car même si l'hydroponie n'a pas besoin de grands pots, elle a quand même besoin d'un réseau d'irrigation et d'évacuation/traitement du trop plein d'eau complexe qui demande pas mal d'entretien, là, y'a qu'un seul pot où il en faudrait une centaine normalement avec tout le bazar qui va avec.
Le but ici est clairement d'optimiser l'espace urbain, et de faire de l'ombre aussi. Ca me fais penser à Marrakech, sont pas cons les marocains, plutôt que de planter des arbres qui produisent que dalle à part des feuilles mortes dans les rues, ils ont planté des orangers. C'est joli, ca fait de l'ombre, ça se bouffe, et c'est gratos. ;)
P.S, il a quel âge ce plant de tomates? Quelqu'un sait? Normalement ca crève en hiver, quoi.
Afficher tout
Si le but 1er est de faire de l'ombre, autant planter une glycine. Parce que les tomates non récoltées qui tombent par terre et sur lesquelles on marche… Ca va vite devenir dégueulasse ^^

a écrit : Les sources se trompent bien, la production est bien de 522kg par an :)

Je ne trouve pas ça révolutionnaire et le chiffre ne veut rien dire. Si on prend une bonne variété, 1 pied de tomate donne 6kg maximum.
Sur la même surface que la photo (soit 10m*10m) on peut planter 200 pieds de tomates (1 p
ied tous les 50cm). Avec une récolte moyenne de 4kg par pied on obtient 800kg par an. Si je prends la fourchette basse (2kg, on retrouve ce chiffre sur internet) et haute de productivité (6kg) on obtient minimum 400 kg par an et un maximum de 1200kg.

Gros avantage, si un pied meurt, il en reste 199. Par contre si votre unique pied à 522kg meurt (vieillesse, maladie, météo etc)… bah vous mangez votre ceinture et votre ville devient dépendante des autres pour se nourrir.

Raisonner en gros chiffre ça marche bien avec des sous, mais sur l'alimentation les gros chiffres cachent en général une forêt de problème. Donc la ville du futur qui mise tout sur un élément... je la fuirai personnellement.
Afficher tout
Ton raisonnement est intéressant mais quand tu regardes la photo la surface utilisée n'est que celle du pied voir un peu plus vu sa taille. Après si tu prends aussi les ressources nécessaires, je ne sais pas si un pied pour 32000 tomates demande la même quantité d'eau ou d'anglais que x pied produisant en tout 32000 tomates. Et pour en revenir la surface, le pied en photo peu servir de couverture pour d'autres productions alors que tes 200 pieds prennent toutes la place

a écrit : Les sources se trompent bien, la production est bien de 522kg par an :)

Je ne trouve pas ça révolutionnaire et le chiffre ne veut rien dire. Si on prend une bonne variété, 1 pied de tomate donne 6kg maximum.
Sur la même surface que la photo (soit 10m*10m) on peut planter 200 pieds de tomates (1 p
ied tous les 50cm). Avec une récolte moyenne de 4kg par pied on obtient 800kg par an. Si je prends la fourchette basse (2kg, on retrouve ce chiffre sur internet) et haute de productivité (6kg) on obtient minimum 400 kg par an et un maximum de 1200kg.

Gros avantage, si un pied meurt, il en reste 199. Par contre si votre unique pied à 522kg meurt (vieillesse, maladie, météo etc)… bah vous mangez votre ceinture et votre ville devient dépendante des autres pour se nourrir.

Raisonner en gros chiffre ça marche bien avec des sous, mais sur l'alimentation les gros chiffres cachent en général une forêt de problème. Donc la ville du futur qui mise tout sur un élément... je la fuirai personnellement.
Afficher tout
En plus de ça, je me pose des questions sur la qualité gustative (voire même nutritive finalement) des fruits. Un seul pied pour autant de fruits, est-ce qu'on ne réduit pas leur qualité au profit de la quantité ? Je ne suis pas experte en plantations et jardinage mais je sais qu'on m'a toujours conseillé de limiter le nombre de fruits par branche, rameaux (encore une fois je ne m'y connais pas mais c'était le cas pour la vigne de mes parents et mes deux arbres fruitiers) car, vu que le pied apporte à une branche la même quantité, plus il y a de fruits, plus ils se partagent la même quantité, moins chaque fruit est, savoureux ? Ainsi l'été dernier on a pas mal couper de rameaux sur la vigne de mes parents et le raisin était meilleur que les années passées.

Je serais vraiment curieuse de savoir s'ils peuvent contourner ce problème via l'hydroponie. Car sincèrement, je raffole des tomates, mais je préfère ne pas en manger du tout que manger des tomates fades. D'ailleurs je n'en consomme plus hors saison...

a écrit : Les sources se trompent bien, la production est bien de 522kg par an :)

Je ne trouve pas ça révolutionnaire et le chiffre ne veut rien dire. Si on prend une bonne variété, 1 pied de tomate donne 6kg maximum.
Sur la même surface que la photo (soit 10m*10m) on peut planter 200 pieds de tomates (1 p
ied tous les 50cm). Avec une récolte moyenne de 4kg par pied on obtient 800kg par an. Si je prends la fourchette basse (2kg, on retrouve ce chiffre sur internet) et haute de productivité (6kg) on obtient minimum 400 kg par an et un maximum de 1200kg.

Gros avantage, si un pied meurt, il en reste 199. Par contre si votre unique pied à 522kg meurt (vieillesse, maladie, météo etc)… bah vous mangez votre ceinture et votre ville devient dépendante des autres pour se nourrir.

Raisonner en gros chiffre ça marche bien avec des sous, mais sur l'alimentation les gros chiffres cachent en général une forêt de problème. Donc la ville du futur qui mise tout sur un élément... je la fuirai personnellement.
Afficher tout
Sous le pied de la photo, on peut planter des plantes aimant l'ombre et rentabiliser la surface.

a écrit : Ton raisonnement est intéressant mais quand tu regardes la photo la surface utilisée n'est que celle du pied voir un peu plus vu sa taille. Après si tu prends aussi les ressources nécessaires, je ne sais pas si un pied pour 32000 tomates demande la même quantité d'eau ou d'anglais que x pied produisant en tout 32000 tomates. Et pour en revenir la surface, le pied en photo peu servir de couverture pour d'autres productions alors que tes 200 pieds prennent toutes la place Afficher tout Oui et non : d'un point de vue végétal, le pied utilise toute la surface qu'occupe le feuillage, puisque, captant une grande partie de la lumière à sa disposition, je pense que d'autres pieds plantés trop proches feraient globalement baisser la productivité individuelle des plants, par effet de compétition

Je suis totalement d'accord avec Raspa : pour la même raison que la monoculture, cette innovation (sous cette forme brute en tout cas) n'est pas adaptée à l'agriculture de demain

a écrit : En plus de ça, je me pose des questions sur la qualité gustative (voire même nutritive finalement) des fruits. Un seul pied pour autant de fruits, est-ce qu'on ne réduit pas leur qualité au profit de la quantité ? Je ne suis pas experte en plantations et jardinage mais je sais qu'on m'a toujours conseillé de limiter le nombre de fruits par branche, rameaux (encore une fois je ne m'y connais pas mais c'était le cas pour la vigne de mes parents et mes deux arbres fruitiers) car, vu que le pied apporte à une branche la même quantité, plus il y a de fruits, plus ils se partagent la même quantité, moins chaque fruit est, savoureux ? Ainsi l'été dernier on a pas mal couper de rameaux sur la vigne de mes parents et le raisin était meilleur que les années passées.

Je serais vraiment curieuse de savoir s'ils peuvent contourner ce problème via l'hydroponie. Car sincèrement, je raffole des tomates, mais je préfère ne pas en manger du tout que manger des tomates fades. D'ailleurs je n'en consomme plus hors saison...
Afficher tout
Alors, pour obtenir des tomates du commerce qui répondent à des critères de goût de "tomates d'antan", ce n'est pas facile du tout.
C'est il y a trois ou quatre ans, que des Instituts de Chine, de Florida, d'Israël et d'Espagne, se sont attelés à la tâche de savoir ce qui compose le goût de la tomate, et pourquoi celui-ci est fade dans beaucoup de variétés cultivées.

Le goût et la saveur de la tomate, ne répond pas à des méthodes de culture, mais à un bouquet de 13 composés volatils.
Or, durant des décennies, la priorité a surtout été d'atteindre des variétés répondant à d'autres critères considérés comme primordiaux, tels que celui d'une belle présentation (on achète avant tout avec les yeux), une uniformité de forme ou encore de couleur, une résistance aux maladies durant la production, ainsi qu'à la cueillette, au transport et au stockage.
A ceci se rajoute un impératif incontournable: un rendement élevé capable de générer un bénéfice acceptable pour le cultivateur, car s'ils travaillaient tous à perte.... Il n'y aurait plus une seule tomate sur les étals.

Or, tous ces impératifs ont réduit la quantité de ces 13 composés olfactifs contenus dans les variétés de tomates autorisées à la vente en commerce.

Par ailleurs, une autre étude génomique semble mettre en relation, cette "perte de goût" de la tomate, avec le gène "TomLoxC".
Si ceci s'avère exact (il faut rester positif) l'inclure dans des nouvelles variétés de tomate, pourrait nous rendre le goût que bien plus d'une personne aimerait retrouver.

Deux liens (en Espagnol) qui m'ont servi de base pour écrire ce (court) texte:
www-lavanguardia-com.cdn.ampproject.org/v/s/www.lavanguardia.com/natural/si-existe/20190514/462243941868/estudio-genoma-tomate-sabor.html?amp_js_v=a6&amp_gsa=1&facet=amp&usqp=mq331AQHKAFQArABIA%3D%3D#aoh=16181675943561&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=De%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.lavanguardia.com%2Fnatural%2Fsi-existe%2F20190514%2F462243941868%2Festudio-genoma-tomate-sabor.html
fullspain.com/el-tomate-perdido/

a écrit : Oui et non : d'un point de vue végétal, le pied utilise toute la surface qu'occupe le feuillage, puisque, captant une grande partie de la lumière à sa disposition, je pense que d'autres pieds plantés trop proches feraient globalement baisser la productivité individuelle des plants, par effet de compétition

Je suis totalement d'accord avec Raspa : pour la même raison que la monoculture, cette innovation (sous cette forme brute en tout cas) n'est pas adaptée à l'agriculture de demain
Afficher tout
En réponse à ton dernier paragraphe:
Toutes les plantes possèdent un seuil maximum d'exposition solaire pour croître. Une insuffisance -tout comme un excès de soleil- nuit à une croissance et maturité maximales de la récolte... Et donc du revenu financier obtenu. Or, ce dernier impératif est tout aussi valable que dans tout autre entreprise.

En matière d'agroforesterie, il en ressort qu'une récolte cultivée sous un couvert arboré, voit sa récolte diminuée de 10% de moyenne. Cependant, sous climat chaud, ceci peut se traduire par une économie très importante d'eau pour l'irrigation. Or, celle-ci n'est jamais gratuite.
De plus, une culture en agroforesterie, reçoit aussi une matière végétale apportée par la chute annuelle des feuilles en automne, qui deviendront un apport d'engrais végétal pour les annuelles cultivées. Ceci peut donc se traduire par une autre réduction d'achat d'engrais.
Enfin, la vente du bois de ces arbres, correspond aussi à un gain financier, même s'il n'a lieu qu'à moyen ou long terme.