Un casque audio impalpable

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Youhou !!! Une nouvelle arme !!! Propulser des ondes acoustiques aigües pour neutraliser un individu ou, mieux, combiné à un système d'atténuation sonore, déplacez vous sans que la cible ne vous entende...

Je me souviens avoir déjà expérimenté ce principe dans un magasin il y a 10 ans : on entendait la musique uniquement à un endroit précis par rapport aux enceintes (superposition d'ondes, tout ça tout ça).
Visiblement la nouveauté est que la "bulle de son" est maintenant déplaçable automatiquement.
Je trouve ça intéressant mais je m'interroge sur d'éventuels phénomènes d'écho qui pourraient faire apparaître d'autres "bulles" ailleurs dans la pièce.

a écrit : Cette idée de diriger le son me fait un peu penser au SASER, qui est au son ce que le LASER est à la lumière, c’est un dispositif qui permet l’émission d’un flux de phonons (quasi-particule de son) de même fréquence, tout comme le LASER permet l’émission de photons.

fr.m.wikipedia.org/wiki/Saser
— — réponse au commentaire sur le saser

Je suis un petit peu réservé par rapport à cela. La source wiki est plus qu’une ébauche et plusieurs points semblent, au mieux, être une vision fantasmée du laser. Je vais tacher d’expliquer pourquoi le saser ( dans l’audible et tel que l’on peut l’imaginer n’est pas réaliste).

Déjà la visualisation de l’onde sonore en phonon n’est qu’une analogie avec la lumière. La dualité onde corpuscule n’existe pas pour les ondes mécaniques dont le son fait parti. Cette explication du Saser par les phonons est donc quelque peu mystique.

Ensuite :
- le laser n’est pas un faisceau infiniment fin capable de garder sa forme tout au long de son parcours. Autrement dit la section du faisceau laser n’est pas constante. Elle varie généralement d’une certaine valeur ( le diamètre de sortie de la cavité laser) vers une valeur minimale appelée le waist, incompressible, limitée par une limite physique : la diffraction (et proportionnelle à la longueur d’onde) Passé le waist, la section du faisceau s’étend jusqu’à l’infini.
Pour illustration, les lasers de mesure distance Terre-Lune ont une section de 7km de diamètre lorsqu’ils atteignent la lune.

Comme expliqué pour le laser, la diffraction limite aussi les possibilités de focalisation d’une onde sonore. Pour un son audible moyen, disons de 100 Hz, la longueur d’onde est de 3,4m. La diffraction fait que pour avoir un faisceau saser dont la section ne s’étende que de 1m au bout de 10m, il faudrait avoir une installation de haut-parleur de 30m x 30m de côté.
Toujours à cause de la diffraction, le waist d’un tel saser serait de 3m environ, impossible donc de focaliser le son précisément sur une personne donc.

Pour des longueurs d’onde beaucoup plus courtes, de l’ordre du dixième de micron comme expliqué sur le Wikipedia du saser, on peut envisager des application beaucoup plus réalistes et beaucoup plus proche de l’aspect d’un laser. Avec un faisceau quasiment rectiligne et une focalisation potentiellement précise au dixième de micron.

J’espère que j’aurai aidé à démystifier le laser et à éclaircir le saser.

—— commentaire à l’anecdote

Pour revenir sur l’anecdote
Avec la diffraction ( toujours elle… quelle peste) la taille de la « bulle » d’écoute d’une musique est nécessairement supérieure à 3m de côté pour un son de 100Hz, 3cm de côté pour 1kHz, etc.
Pour de la musique on peut donc s’attendre à une bulle dont la taille minimale serait de l’ordre du mètre. Le concept de bulle sonore n’est donc pas irréalisable.

Si j’en crois les visuels sur le site officiel du produit, la barre de son ne dépasse pas les 50cm de côté. On peut donc s’attendre à une focalisation bien moins précise que l’ordre de grandeur de 1m calculé plus haut dans un cas « idéal » de seule limitation par la diffraction.
Enfin concernant la question de « rebond » et d’autre « bulles d’écoute » générés dans l’espace. Si la barre de son ne dépasse pas les 50cm on peut s’attendre à des « bulles » tous les 50cm sur la direction horizontale, de tous les 10 cm sur la direction verticale et de minimum tous les mètre sur la profondeur.

Bref j’ai donné ici beaucoup d’ordre de grandeur pour essayer d’expliquer clairement les limitations physiques que l’on peut rencontrer lorsque l’on conçoit un tel objet.

Vous aurez compris que pour moi ce produit est un bon exemple de bullshit obscur financé sur Kickstarter et dont les sources les plus fiables pour en parler sont des sites leur regardant sur crédibilité du projet.


Tous les commentaires (41)

Youhou !!! Une nouvelle arme !!! Propulser des ondes acoustiques aigües pour neutraliser un individu ou, mieux, combiné à un système d'atténuation sonore, déplacez vous sans que la cible ne vous entende...

Je me souviens avoir déjà expérimenté ce principe dans un magasin il y a 10 ans : on entendait la musique uniquement à un endroit précis par rapport aux enceintes (superposition d'ondes, tout ça tout ça).
Visiblement la nouveauté est que la "bulle de son" est maintenant déplaçable automatiquement.
Je trouve ça intéressant mais je m'interroge sur d'éventuels phénomènes d'écho qui pourraient faire apparaître d'autres "bulles" ailleurs dans la pièce.

C est énorme si le sont est pure et toutes les fréquences surtout les basses sont parfait ! J Imagine dans les TV etc

Cette idée de diriger le son me fait un peu penser au SASER, qui est au son ce que le LASER est à la lumière, c’est un dispositif qui permet l’émission d’un flux de phonons (quasi-particule de son) de même fréquence, tout comme le LASER permet l’émission de photons.

fr.m.wikipedia.org/wiki/Saser

a écrit : Je me souviens avoir déjà expérimenté ce principe dans un magasin il y a 10 ans : on entendait la musique uniquement à un endroit précis par rapport aux enceintes (superposition d'ondes, tout ça tout ça).
Visiblement la nouveauté est que la "bulle de son" est maintenant déplaçable automatiquement.<
br /> Je trouve ça intéressant mais je m'interroge sur d'éventuels phénomènes d'écho qui pourraient faire apparaître d'autres "bulles" ailleurs dans la pièce. Afficher tout
En effet, c'est un concept connu depuis quelque années, vous pouvez trouver sur YouTube une vidéo sur un cinéma qui emploi ce genre d'enceinte pour dire à des spectateurs d'arrêter de chuchoter sans déranger les gens autour.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Youhou !!! Une nouvelle arme !!! Propulser des ondes acoustiques aigües pour neutraliser un individu ou, mieux, combiné à un système d'atténuation sonore, déplacez vous sans que la cible ne vous entende... Ca existe déjà et c'est déjà en application ici en France contre les manifestants.

Ils envoient un son pouvant aller jusqu'à 182 décibels mais la plupart envoient 165 decibels.

Si la différence ne paraît pas énorme, en réalité elle est colossale.

Tous les 3 décibels la puissance est doublée ce qui veut dire que le son a 6decibels est 2 fois plus fort qu'à 3, et qu'a 9 il est 2 fois plus fort qu'à 6 et 4 fois plus forts qu'à 3.

Donc on a une différence de 17 décibels entre 182 et 165 ce qui fait un son 64 fois plus fort!

A savoir que le seuil de douleur est a 120 décibels, que 130 décibels c'est le décollage d'un avion a 100m et qu'au dessus de 105 décibels on a déjà des risques immédiats de surdité et d'acouphènes...

Déjà que les flics savent pas se servir d'un lbd, alors une arme comme celle là je sens qu'on va se retrouver avec des gens handicapés dans les manifestations à venir, mais c'est un handicap qu'on ne voit pas contrairement aux yeux crevés et aux mains arrachées.

a écrit : Youhou !!! Une nouvelle arme !!! Propulser des ondes acoustiques aigües pour neutraliser un individu ou, mieux, combiné à un système d'atténuation sonore, déplacez vous sans que la cible ne vous entende... Cd X Laser de Dorothée !
Mettez cette innovation à disposition des Biouman et Nathalie (pour la télévision française) est protégée des méchants parce que c'est une gentille, sans même être incomodee

a écrit : Cette idée de diriger le son me fait un peu penser au SASER, qui est au son ce que le LASER est à la lumière, c’est un dispositif qui permet l’émission d’un flux de phonons (quasi-particule de son) de même fréquence, tout comme le LASER permet l’émission de photons.

fr.m.wikipedia.org/wiki/Saser
— — réponse au commentaire sur le saser

Je suis un petit peu réservé par rapport à cela. La source wiki est plus qu’une ébauche et plusieurs points semblent, au mieux, être une vision fantasmée du laser. Je vais tacher d’expliquer pourquoi le saser ( dans l’audible et tel que l’on peut l’imaginer n’est pas réaliste).

Déjà la visualisation de l’onde sonore en phonon n’est qu’une analogie avec la lumière. La dualité onde corpuscule n’existe pas pour les ondes mécaniques dont le son fait parti. Cette explication du Saser par les phonons est donc quelque peu mystique.

Ensuite :
- le laser n’est pas un faisceau infiniment fin capable de garder sa forme tout au long de son parcours. Autrement dit la section du faisceau laser n’est pas constante. Elle varie généralement d’une certaine valeur ( le diamètre de sortie de la cavité laser) vers une valeur minimale appelée le waist, incompressible, limitée par une limite physique : la diffraction (et proportionnelle à la longueur d’onde) Passé le waist, la section du faisceau s’étend jusqu’à l’infini.
Pour illustration, les lasers de mesure distance Terre-Lune ont une section de 7km de diamètre lorsqu’ils atteignent la lune.

Comme expliqué pour le laser, la diffraction limite aussi les possibilités de focalisation d’une onde sonore. Pour un son audible moyen, disons de 100 Hz, la longueur d’onde est de 3,4m. La diffraction fait que pour avoir un faisceau saser dont la section ne s’étende que de 1m au bout de 10m, il faudrait avoir une installation de haut-parleur de 30m x 30m de côté.
Toujours à cause de la diffraction, le waist d’un tel saser serait de 3m environ, impossible donc de focaliser le son précisément sur une personne donc.

Pour des longueurs d’onde beaucoup plus courtes, de l’ordre du dixième de micron comme expliqué sur le Wikipedia du saser, on peut envisager des application beaucoup plus réalistes et beaucoup plus proche de l’aspect d’un laser. Avec un faisceau quasiment rectiligne et une focalisation potentiellement précise au dixième de micron.

J’espère que j’aurai aidé à démystifier le laser et à éclaircir le saser.

—— commentaire à l’anecdote

Pour revenir sur l’anecdote
Avec la diffraction ( toujours elle… quelle peste) la taille de la « bulle » d’écoute d’une musique est nécessairement supérieure à 3m de côté pour un son de 100Hz, 3cm de côté pour 1kHz, etc.
Pour de la musique on peut donc s’attendre à une bulle dont la taille minimale serait de l’ordre du mètre. Le concept de bulle sonore n’est donc pas irréalisable.

Si j’en crois les visuels sur le site officiel du produit, la barre de son ne dépasse pas les 50cm de côté. On peut donc s’attendre à une focalisation bien moins précise que l’ordre de grandeur de 1m calculé plus haut dans un cas « idéal » de seule limitation par la diffraction.
Enfin concernant la question de « rebond » et d’autre « bulles d’écoute » générés dans l’espace. Si la barre de son ne dépasse pas les 50cm on peut s’attendre à des « bulles » tous les 50cm sur la direction horizontale, de tous les 10 cm sur la direction verticale et de minimum tous les mètre sur la profondeur.

Bref j’ai donné ici beaucoup d’ordre de grandeur pour essayer d’expliquer clairement les limitations physiques que l’on peut rencontrer lorsque l’on conçoit un tel objet.

Vous aurez compris que pour moi ce produit est un bon exemple de bullshit obscur financé sur Kickstarter et dont les sources les plus fiables pour en parler sont des sites leur regardant sur crédibilité du projet.

Ce sera surtout chouette pour certains qui semblent détester les écouteurs et qui mettent leur musique à fort volume dans les transports en communs ;)

a écrit : — — réponse au commentaire sur le saser

Je suis un petit peu réservé par rapport à cela. La source wiki est plus qu’une ébauche et plusieurs points semblent, au mieux, être une vision fantasmée du laser. Je vais tacher d’expliquer pourquoi le saser ( dans l’audible et tel que l’on peut l’imaginer n’est pas
réaliste).

Déjà la visualisation de l’onde sonore en phonon n’est qu’une analogie avec la lumière. La dualité onde corpuscule n’existe pas pour les ondes mécaniques dont le son fait parti. Cette explication du Saser par les phonons est donc quelque peu mystique.

Ensuite :
- le laser n’est pas un faisceau infiniment fin capable de garder sa forme tout au long de son parcours. Autrement dit la section du faisceau laser n’est pas constante. Elle varie généralement d’une certaine valeur ( le diamètre de sortie de la cavité laser) vers une valeur minimale appelée le waist, incompressible, limitée par une limite physique : la diffraction (et proportionnelle à la longueur d’onde) Passé le waist, la section du faisceau s’étend jusqu’à l’infini.
Pour illustration, les lasers de mesure distance Terre-Lune ont une section de 7km de diamètre lorsqu’ils atteignent la lune.

Comme expliqué pour le laser, la diffraction limite aussi les possibilités de focalisation d’une onde sonore. Pour un son audible moyen, disons de 100 Hz, la longueur d’onde est de 3,4m. La diffraction fait que pour avoir un faisceau saser dont la section ne s’étende que de 1m au bout de 10m, il faudrait avoir une installation de haut-parleur de 30m x 30m de côté.
Toujours à cause de la diffraction, le waist d’un tel saser serait de 3m environ, impossible donc de focaliser le son précisément sur une personne donc.

Pour des longueurs d’onde beaucoup plus courtes, de l’ordre du dixième de micron comme expliqué sur le Wikipedia du saser, on peut envisager des application beaucoup plus réalistes et beaucoup plus proche de l’aspect d’un laser. Avec un faisceau quasiment rectiligne et une focalisation potentiellement précise au dixième de micron.

J’espère que j’aurai aidé à démystifier le laser et à éclaircir le saser.

—— commentaire à l’anecdote

Pour revenir sur l’anecdote
Avec la diffraction ( toujours elle… quelle peste) la taille de la « bulle » d’écoute d’une musique est nécessairement supérieure à 3m de côté pour un son de 100Hz, 3cm de côté pour 1kHz, etc.
Pour de la musique on peut donc s’attendre à une bulle dont la taille minimale serait de l’ordre du mètre. Le concept de bulle sonore n’est donc pas irréalisable.

Si j’en crois les visuels sur le site officiel du produit, la barre de son ne dépasse pas les 50cm de côté. On peut donc s’attendre à une focalisation bien moins précise que l’ordre de grandeur de 1m calculé plus haut dans un cas « idéal » de seule limitation par la diffraction.
Enfin concernant la question de « rebond » et d’autre « bulles d’écoute » générés dans l’espace. Si la barre de son ne dépasse pas les 50cm on peut s’attendre à des « bulles » tous les 50cm sur la direction horizontale, de tous les 10 cm sur la direction verticale et de minimum tous les mètre sur la profondeur.

Bref j’ai donné ici beaucoup d’ordre de grandeur pour essayer d’expliquer clairement les limitations physiques que l’on peut rencontrer lorsque l’on conçoit un tel objet.

Vous aurez compris que pour moi ce produit est un bon exemple de bullshit obscur financé sur Kickstarter et dont les sources les plus fiables pour en parler sont des sites leur regardant sur crédibilité du projet.
Afficher tout
Bravo ! Merci !

a écrit : — — réponse au commentaire sur le saser

Je suis un petit peu réservé par rapport à cela. La source wiki est plus qu’une ébauche et plusieurs points semblent, au mieux, être une vision fantasmée du laser. Je vais tacher d’expliquer pourquoi le saser ( dans l’audible et tel que l’on peut l’imaginer n’est pas
réaliste).

Déjà la visualisation de l’onde sonore en phonon n’est qu’une analogie avec la lumière. La dualité onde corpuscule n’existe pas pour les ondes mécaniques dont le son fait parti. Cette explication du Saser par les phonons est donc quelque peu mystique.

Ensuite :
- le laser n’est pas un faisceau infiniment fin capable de garder sa forme tout au long de son parcours. Autrement dit la section du faisceau laser n’est pas constante. Elle varie généralement d’une certaine valeur ( le diamètre de sortie de la cavité laser) vers une valeur minimale appelée le waist, incompressible, limitée par une limite physique : la diffraction (et proportionnelle à la longueur d’onde) Passé le waist, la section du faisceau s’étend jusqu’à l’infini.
Pour illustration, les lasers de mesure distance Terre-Lune ont une section de 7km de diamètre lorsqu’ils atteignent la lune.

Comme expliqué pour le laser, la diffraction limite aussi les possibilités de focalisation d’une onde sonore. Pour un son audible moyen, disons de 100 Hz, la longueur d’onde est de 3,4m. La diffraction fait que pour avoir un faisceau saser dont la section ne s’étende que de 1m au bout de 10m, il faudrait avoir une installation de haut-parleur de 30m x 30m de côté.
Toujours à cause de la diffraction, le waist d’un tel saser serait de 3m environ, impossible donc de focaliser le son précisément sur une personne donc.

Pour des longueurs d’onde beaucoup plus courtes, de l’ordre du dixième de micron comme expliqué sur le Wikipedia du saser, on peut envisager des application beaucoup plus réalistes et beaucoup plus proche de l’aspect d’un laser. Avec un faisceau quasiment rectiligne et une focalisation potentiellement précise au dixième de micron.

J’espère que j’aurai aidé à démystifier le laser et à éclaircir le saser.

—— commentaire à l’anecdote

Pour revenir sur l’anecdote
Avec la diffraction ( toujours elle… quelle peste) la taille de la « bulle » d’écoute d’une musique est nécessairement supérieure à 3m de côté pour un son de 100Hz, 3cm de côté pour 1kHz, etc.
Pour de la musique on peut donc s’attendre à une bulle dont la taille minimale serait de l’ordre du mètre. Le concept de bulle sonore n’est donc pas irréalisable.

Si j’en crois les visuels sur le site officiel du produit, la barre de son ne dépasse pas les 50cm de côté. On peut donc s’attendre à une focalisation bien moins précise que l’ordre de grandeur de 1m calculé plus haut dans un cas « idéal » de seule limitation par la diffraction.
Enfin concernant la question de « rebond » et d’autre « bulles d’écoute » générés dans l’espace. Si la barre de son ne dépasse pas les 50cm on peut s’attendre à des « bulles » tous les 50cm sur la direction horizontale, de tous les 10 cm sur la direction verticale et de minimum tous les mètre sur la profondeur.

Bref j’ai donné ici beaucoup d’ordre de grandeur pour essayer d’expliquer clairement les limitations physiques que l’on peut rencontrer lorsque l’on conçoit un tel objet.

Vous aurez compris que pour moi ce produit est un bon exemple de bullshit obscur financé sur Kickstarter et dont les sources les plus fiables pour en parler sont des sites leur regardant sur crédibilité du projet.
Afficher tout
Pour le saser je n’en sais rien. Par contre pour la soundbeam, le son est envoyé sous forme d’ultrasons sur la tête de la personne qui écoute et le cerveau croit entendre de la musique. Très petite taille de bulle liée à la diffraction avec des hautes fréquences comme tu le dis toi même. D’ailleurs il ne s’agit pas d’une seule enceinte mais de plusieurs petites enceintes sur les 50 cm de barres de son.
Les avis sur le produit sont unanimes depuis sa sortie en bêta test avec de nombreux testeurs (possible qu’ils mentent tous, je n’en sais rien). Reste aussi à savoir exactement comment fait le cerveau pour convertir des ultrasons en musique.

C’est Sûrement le même principe/la même technologie qui inflige le syndrome de la Havane aux politiques américains.

a écrit : Pour le saser je n’en sais rien. Par contre pour la soundbeam, le son est envoyé sous forme d’ultrasons sur la tête de la personne qui écoute et le cerveau croit entendre de la musique. Très petite taille de bulle liée à la diffraction avec des hautes fréquences comme tu le dis toi même. D’ailleurs il ne s’agit pas d’une seule enceinte mais de plusieurs petites enceintes sur les 50 cm de barres de son.
Les avis sur le produit sont unanimes depuis sa sortie en bêta test avec de nombreux testeurs (possible qu’ils mentent tous, je n’en sais rien). Reste aussi à savoir exactement comment fait le cerveau pour convertir des ultrasons en musique.
Afficher tout
A mon avis, ce n'est pas le cerveau qui vibre mais la boite crânienne, qui doit aussi faire entrer en vibration les petits os de l'oreille interne.

Ca me fais penser à un truc, des appareils intégrés dans une dent qui permettent d'entendre des voix, genre appareil espion, je sais plus qui m'a raconté ça, c'est probablement du pipeau mais j'aime bien l'idée. ^^

a écrit : Pour le saser je n’en sais rien. Par contre pour la soundbeam, le son est envoyé sous forme d’ultrasons sur la tête de la personne qui écoute et le cerveau croit entendre de la musique. Très petite taille de bulle liée à la diffraction avec des hautes fréquences comme tu le dis toi même. D’ailleurs il ne s’agit pas d’une seule enceinte mais de plusieurs petites enceintes sur les 50 cm de barres de son.
Les avis sur le produit sont unanimes depuis sa sortie en bêta test avec de nombreux testeurs (possible qu’ils mentent tous, je n’en sais rien). Reste aussi à savoir exactement comment fait le cerveau pour convertir des ultrasons en musique.
Afficher tout
Merci de ta réponse. Au temps pour moi, je n’avais pas vu qu’il s’agissait d’ultrasons. Je retire donc ce que j’ai pu dire sur le produit.
La taille de la bulle peut être bien inférieure à 1m et permettre un vrai aspect focalisé.
Pour l’effet de rebond et la génération d’autre bulles, je reste sur ma position. Plusieurs haut parleur ou pas, ce qui compte c’est la taille qu’il y a entre eux. La distance entre deux bulles étant du même ordre de grandeur. Donc je reste convaincu que l’effet d’isolement est limité. Leur site donne même une valeur -20db d’atténuation. Pour un volume de musique à 60db cela donne une sensation de 1/3 moins fort. C’est déjà ça de pris certes mais on ne peut pas parler d’isolation.

a écrit : Youhou !!! Une nouvelle arme !!! Propulser des ondes acoustiques aigües pour neutraliser un individu ou, mieux, combiné à un système d'atténuation sonore, déplacez vous sans que la cible ne vous entende... Cette technologie, vient effectivement d'une arme. Pour dissiper les foules, c'est ce dispositif en bien plus grand et bien plus fort

a écrit : Cd X Laser de Dorothée !
Mettez cette innovation à disposition des Biouman et Nathalie (pour la télévision française) est protégée des méchants parce que c'est une gentille, sans même être incomodee
C’est comme ... un tremblement de terre ! Un typhon sur la Terre !

a écrit : Ce sera surtout chouette pour certains qui semblent détester les écouteurs et qui mettent leur musique à fort volume dans les transports en communs ;) Je pense que leurs but premier est d'attirer l'attention (pour ne pas dire faire chi.. les gens)

a écrit : — — réponse au commentaire sur le saser

Je suis un petit peu réservé par rapport à cela. La source wiki est plus qu’une ébauche et plusieurs points semblent, au mieux, être une vision fantasmée du laser. Je vais tacher d’expliquer pourquoi le saser ( dans l’audible et tel que l’on peut l’imaginer n’est pas
réaliste).

Déjà la visualisation de l’onde sonore en phonon n’est qu’une analogie avec la lumière. La dualité onde corpuscule n’existe pas pour les ondes mécaniques dont le son fait parti. Cette explication du Saser par les phonons est donc quelque peu mystique.

Ensuite :
- le laser n’est pas un faisceau infiniment fin capable de garder sa forme tout au long de son parcours. Autrement dit la section du faisceau laser n’est pas constante. Elle varie généralement d’une certaine valeur ( le diamètre de sortie de la cavité laser) vers une valeur minimale appelée le waist, incompressible, limitée par une limite physique : la diffraction (et proportionnelle à la longueur d’onde) Passé le waist, la section du faisceau s’étend jusqu’à l’infini.
Pour illustration, les lasers de mesure distance Terre-Lune ont une section de 7km de diamètre lorsqu’ils atteignent la lune.

Comme expliqué pour le laser, la diffraction limite aussi les possibilités de focalisation d’une onde sonore. Pour un son audible moyen, disons de 100 Hz, la longueur d’onde est de 3,4m. La diffraction fait que pour avoir un faisceau saser dont la section ne s’étende que de 1m au bout de 10m, il faudrait avoir une installation de haut-parleur de 30m x 30m de côté.
Toujours à cause de la diffraction, le waist d’un tel saser serait de 3m environ, impossible donc de focaliser le son précisément sur une personne donc.

Pour des longueurs d’onde beaucoup plus courtes, de l’ordre du dixième de micron comme expliqué sur le Wikipedia du saser, on peut envisager des application beaucoup plus réalistes et beaucoup plus proche de l’aspect d’un laser. Avec un faisceau quasiment rectiligne et une focalisation potentiellement précise au dixième de micron.

J’espère que j’aurai aidé à démystifier le laser et à éclaircir le saser.

—— commentaire à l’anecdote

Pour revenir sur l’anecdote
Avec la diffraction ( toujours elle… quelle peste) la taille de la « bulle » d’écoute d’une musique est nécessairement supérieure à 3m de côté pour un son de 100Hz, 3cm de côté pour 1kHz, etc.
Pour de la musique on peut donc s’attendre à une bulle dont la taille minimale serait de l’ordre du mètre. Le concept de bulle sonore n’est donc pas irréalisable.

Si j’en crois les visuels sur le site officiel du produit, la barre de son ne dépasse pas les 50cm de côté. On peut donc s’attendre à une focalisation bien moins précise que l’ordre de grandeur de 1m calculé plus haut dans un cas « idéal » de seule limitation par la diffraction.
Enfin concernant la question de « rebond » et d’autre « bulles d’écoute » générés dans l’espace. Si la barre de son ne dépasse pas les 50cm on peut s’attendre à des « bulles » tous les 50cm sur la direction horizontale, de tous les 10 cm sur la direction verticale et de minimum tous les mètre sur la profondeur.

Bref j’ai donné ici beaucoup d’ordre de grandeur pour essayer d’expliquer clairement les limitations physiques que l’on peut rencontrer lorsque l’on conçoit un tel objet.

Vous aurez compris que pour moi ce produit est un bon exemple de bullshit obscur financé sur Kickstarter et dont les sources les plus fiables pour en parler sont des sites leur regardant sur crédibilité du projet.
Afficher tout
D’où l’idée révolutionnaire (si j’ai tout compris) de faire moduler des ultrasons, qui réduisent tous ces problèmes de longueur d’onde, en étant les seuls sons générés. Le 100Hz ne sera pas une sinus lisse mais une superposition d’impulsions plus ou moins empilées. Et pas besoin de filtres à l’arrivée puisque le capteur (l’oreille ne les entend pas).

a écrit : Ce sera surtout chouette pour certains qui semblent détester les écouteurs et qui mettent leur musique à fort volume dans les transports en communs ;) Merci beaucoup Tybs pour ta 401e anecdote en 38 mois sur l'application !
(Plus de 10,5 anecdotes par mois! Un peu moins de 3 jours entre chaque anecdote en moyenne!)

a écrit : Pour le saser je n’en sais rien. Par contre pour la soundbeam, le son est envoyé sous forme d’ultrasons sur la tête de la personne qui écoute et le cerveau croit entendre de la musique. Très petite taille de bulle liée à la diffraction avec des hautes fréquences comme tu le dis toi même. D’ailleurs il ne s’agit pas d’une seule enceinte mais de plusieurs petites enceintes sur les 50 cm de barres de son.
Les avis sur le produit sont unanimes depuis sa sortie en bêta test avec de nombreux testeurs (possible qu’ils mentent tous, je n’en sais rien). Reste aussi à savoir exactement comment fait le cerveau pour convertir des ultrasons en musique.
Afficher tout
Je n'ai pas regardé en détail, mais à la lecture de ton commentaire je dirais naïvement qu'ils utilisent une porteuse en ultrasons qui est modulée en amplitude. Je dirais que les osselets de l'oreille font alors office de démodulateur.

J'imagine que l'ingénieurie a consisté à optimiser la fréquence de la porteuse pour que ca marche bien.