La technique des homonymes et des sosies dans les élections russes

Proposé par
le

En Russie, les candidats d'opposition se retrouvent parfois en concurrence avec des candidats bidons portant le même nom : une stratégie grossière pour semer la confusion parmi les électeurs. Le cas de Boris Vishnevsky, candidat aux élections municipales de Saint Pétersbourg en septembre 2021, est encore pire : il s'est retrouvé confronté à deux autres candidats homonymes (qui avaient en réalité changé leur nom), qui lui ressemblaient comme deux gouttes d'eau.

Sur l'affiche de campagne, impossible de les discerner. La stratégie s'est révélée payante, les votes se sont dispersés et le candidat soutenu par le pouvoir en place a remporté l'élection.


Tous les commentaires (53)

a écrit : A mon sens, tu confonds démocratie et bloc de constitutionnalité. Tu peux très bien vivre dans un régime autoritaire et avoir des droits et des liberté régis par une Constitution ou n'importe quel texte juridique. Tu peux également vivre en démocratie et te voir refuser certaines libertés.

La démoc
ratie est un système politique qui permet d'élire nos gouvernants mais ce régime ne définit pas des droits qui eux sont régis par les textes de loi et par l’État de droit. Donc oui je réduis la notion de démocratie à un système politique. Afficher tout
Tu réduis la définition de la démocratie à la question de la représentation politique.
Le système électoral libre et multipartiste n'est que la définition primitive de la démocratie, c'est très réducteur. "Par extension, la démocratie peut aussi qualifier une forme de société, la manière de se gouverner qu'adopte une organisation ou encore un système de valeurs" (page wiki)

La démocratie définit aussi (je dirais surtout) un ensemble de valeurs et de libertés fondamentales. Concepts qui entrent parfaitement dans le champ du politique.
En effet c'est le politique qui crée les lois (et donc définit nos libertés) et dépense notre richesse commune (en fonction de nos valeurs, de notre projet de société donc).

Tu as vu comme moi que le mouvement des gilets jaunes (droit de manifester) a fortement influencé le pouvoir et la décisions qu'il a prises. Bien plus que nos votes.
Tu as vu également aussi que la presse libre (appelé 4e pouvoir aux USA) a fortement affecté le devenir de la France dans l'affaire Fillon. Elle a influencé nos votes pourtant libres.

Non, le bloc de constitutionnalité n'a rien à voir avec les libertés fondamentales auxquelles est attaché l'idée de démocratie. C'est simplement le cadre dans lequel les lois peuvent être produites.
La Chine ou encore la Russie possèdent des constitutions, les dirigeants la respectent quand ils légifèrent, cela n'en fait pas des démocraties.

La question en démocratie n'est pas de savoir si l'on nous donne des droits et des devoirs, tout système politique en donne. La question est de savoir quels droits on nous donne.

a écrit : Une autre forme de fraude électorale pour se maintenir au Pouvoir, est de placer une Religion au dessus des Institutions Religieuses.
C'est le schéma type que l'on retrouve dans le Théocratique Iran, où le Guide Suprême (désigné en petit comité) reste invariablement au poste, indépendamment des résult
ats de l'élection Présidentielle... Qui n'est autre qu'une vaste farce électorale, d'ailleurs.

Alors, vu depuis l'étranger, il y a une certaine "perception de pluralité électorale et de Démocratie" dans le pays, mais... Tout ce qui brille n'est pas or.

Car en interne, voici comment ça va se passe:
Déjà, pour pouvoir être réellement "président de la République Islamique d'Iran" (notez les incohérences dans cette formulation officielle... ), Il faut être un homme et de confession religieuse Musulmane Chiite.
Donc, Mesdames, vous pouvez vous présenter aux élections, mais votre candidature sera de toute manière refusée...car vous êtes du Genre féminin.
Mais la farce va encore plus loin, car pour donner cette sensation d'ouverture au modernisme dans le pays, ce n'est autre que ce même Pouvoir Suprême qui crée de fausses candidates sous diverses étiquettes !

Seront tout autant interdits d'être candidat, tous les hommes qui, dans le privé, n'auront pas démontré leur totale soumission préalable au Pouvoir du Guide Suprême...

Au jour de l'élection, il n'aura donc plus que quelques candidats, -dont certains sous des (fausses) étiquettes de "Modérés" ou "Réformistes" -, mais qui sont uniquement là, pour donner un semblant de jeu électoral démocratique.
Par cette très bourde manipulation, le Pouvoir Suprême s'assure donc d'avoir invariablement un nouveau "Prési" marionnette, chargé de faire le pitre, tant à la population Iranienne comme à l'International.
Afficher tout
On sait bien que la moindre occasion te parait bonne pour faire l'apologie d'Israël et la critique de l'Iran mais l'un et l'autre sont suffisamment admirable et critiquable pour éviter l'angélisme et la diabolisation à outrance.
Tu parles de perception en interne mais sur quoi cela repose t'il ?
Il y a quand même beaucoup d'Iraniens pour dire que les élections sont loin d'être une farce. Le retour surprise des conservateurs en 2005 en est la preuve, les fraudes de 2009 pour qu'ils gardent le pouvoir en est une autre, l'opposition entre le législatif et l’exécutif l'est également.

Quoiqu'il en soit le système est loin d'être centralisé comme tu le prétends. Au contraire la constitution en fait l'un des plus complexe. On peut citer Fariba Adelkhah docteur à l'institut politique de Paris, qu'on peut difficilement soupçonner de collusions avec le régime puisque celui ci l'a emprisonnée:
"En 1989, après la mort de l’imam Khomeini, la constitution iranienne fut révisée afin d’institutionnaliser certains organes comme le Conseil pour la défense de la raison d’État (instance d’arbitrage entre le Parlement et le Conseil de surveillance de la Constitution) dont le rôle n’a cessé de se renforcer surtout depuis que Rafsanjani a été nommé à sa tête en mars 1997.
Dès lors, le pouvoir iranien qui était jusque-là tricéphale (le Guide de la révolution, le président de la République, le président de l’Assemblée) est devenu quadricéphale. La diversité des centres du pouvoir iranien empêche la centralisation et donc ne permet pas de parler de pouvoir totalitaire mais plutôt d’un pouvoir autoritaire."

Pour te reciter:
"Mais la farce va encore plus loin, car pour donner cette sensation d'ouverture au modernisme dans le pays, ce n'est autre que ce même Pouvoir Suprême qui crée de fausses candidates sous diverses étiquettes !"
C'est sans doute le cas de Faezeh Rafsandjani militante féministe, dont le journal fut fermé par le pouvoir suite à son combat pour l'égalité des droits et qui fut élue par la suite députée, avant d’appeler publiquement le guide suprême à la démission. Il est vrai que sa candidature à la dernière présidence fut invalidée, donc tout n'est pas faux dans ton propos, mais par contre c'est totalement manichéen et donc trompeur.

a écrit : Ceux qui pense qu'en Occident, on ne manipule pas les foules pour gagner des élections se mettent un doigt dans l’œil. Alors certes, on ne le fait pas aussi grossièrement mais à chaque élection française, américaine, anglaise, on paye de grand cabinets d'avocats et des experts en communication pour distiller sur les réseaux sociaux et à la télévision un grand nombre d'information destiné à faire changer d'avis les électeurs.

On a eu le cas pour Trump où Facebook était rempli de vidéo de méchants mexicains en train de voler et d'agresser de gentils américains. Ce n'est pas une vision complotiste car c'est tout à fait légal et tous les candidats le font d'une manière ou d'une autre. On peut simplement s'interroger individuellement sur les raisons qui nous ont poussé à avoir telle ou telle opinion.
Afficher tout
Et ça, c'est sans parler des puissances étrangères qui se mêlent au jeu pour influencer l'élection de leur candidat préféré (en France l’extrême droite pour déstabiliser le bloc européen au hasard). C'est tellement facile maintenant avec les réseaux sociaux ....

a écrit : Tu réduis la définition de la démocratie à la question de la représentation politique.
Le système électoral libre et multipartiste n'est que la définition primitive de la démocratie, c'est très réducteur. "Par extension, la démocratie peut aussi qualifier une forme de société, la manière de se gouv
erner qu'adopte une organisation ou encore un système de valeurs" (page wiki)

La démocratie définit aussi (je dirais surtout) un ensemble de valeurs et de libertés fondamentales. Concepts qui entrent parfaitement dans le champ du politique.
En effet c'est le politique qui crée les lois (et donc définit nos libertés) et dépense notre richesse commune (en fonction de nos valeurs, de notre projet de société donc).

Tu as vu comme moi que le mouvement des gilets jaunes (droit de manifester) a fortement influencé le pouvoir et la décisions qu'il a prises. Bien plus que nos votes.
Tu as vu également aussi que la presse libre (appelé 4e pouvoir aux USA) a fortement affecté le devenir de la France dans l'affaire Fillon. Elle a influencé nos votes pourtant libres.

Non, le bloc de constitutionnalité n'a rien à voir avec les libertés fondamentales auxquelles est attaché l'idée de démocratie. C'est simplement le cadre dans lequel les lois peuvent être produites.
La Chine ou encore la Russie possèdent des constitutions, les dirigeants la respectent quand ils légifèrent, cela n'en fait pas des démocraties.

La question en démocratie n'est pas de savoir si l'on nous donne des droits et des devoirs, tout système politique en donne. La question est de savoir quels droits on nous donne.
Afficher tout
Alors je suis d'accord sur le fait que nous ne soyons pas d'accord sur la définition ^^.

Pour moi elle se cantonne à : "Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l'ensemble des citoyens."
Étendre la définition à tout un ensemble de valeur, c'est un peu noyer le poisson je trouve. Il existe des démocraties avec des lois liberticides (même en France) et des dictature avec des lois libertaires. Dire qu'une démocratie permet "forcément" d'avoir des libertés fondamentales est à mon sens faux.

Si la démocratie englobe les libertés fondamentales alors toutes les démocraties n'en sont pas forcément. Si la démocratie est uniquement un régime politique alors oui, la plupart des démocraties en sont.

D'ailleurs que l'on prenne l'une ou l'autre des définitions ne remet pas forcément en cause la légitimité des questions de mon premier commentaire.

a écrit : Pour le coup aujourd'hui en France, on connaît le résultat 6 mois avant. Ah donc dans 2 mois on saura ? Tu me diras quand tu auras l'info, que je ne me trompe pas en allant voter ;-D

a écrit : Je ne pense pas que les Iraniens soient dupes ou que le reste du monde pense que l'Iran est une démocratie.

D'ailleurs, une démocratie existe-t-elle réellement ? Est-ce qu'en France, la souveraineté appartient au peuple ? C'est un sacré débat et je ne pense pas que la réponse soit si t
ranchée.

Rien que le fait de devoir présenter 500 signatures pour se présenter à l'élection présidentielle limite fortement les candidatures de citoyen lambda. Je sais bien qu'il s'agit d'une mesure pour éviter un trop grand nombre de candidats mais tout de même c'est un sacré frein à la "démocratie" (ceux qui espèrent se présenter doivent forcément former des partis et avoir de l'argent).
En France, on est en démocratie représentative par le Parlement et en démocratie directe par le procédé du référendum. Est-ce que les parlementaires écoutent vraiment les doléances des Français pour les retranscrire dans l'hémicycle ? Est-ce que les résultats des référendum sont toujours respectés par le pouvoir en place ?

A l'inverse, est-ce que l'ignorance et l'inexpérience des masses (dont parlait Platon) ne rend pas tout simplement le principe même de démocratie véritable impossible ?
Afficher tout
Pour les "500 signatures", dont tu connais déjà probablement l'origine de cette mesure, je crois que l'écriture d'une anecdote serait la bienvenue.
Les obtenir n'est d'ailleurs pas difficile.
Quand Jean Marie Le Pen se présenta aux Présidentielles de 1988, des journalistes cherchèrent à savoir qui étaient ces Maires qui la lui avaient donné.
Plusieurs avaient répondu avoir donné leur signature... Car c'était le seul des candidats, à avoir joint une enveloppe timbrée à la requête.

Et toi, @Tybs, tu te présentes comme candidat aux prochaines présidentielles ???
@Nico comme Premier Ministre, ça peut se faire.
Quel sera le nom de ton Parti ? SCMB ? :)

a écrit : Pour les "500 signatures", dont tu connais déjà probablement l'origine de cette mesure, je crois que l'écriture d'une anecdote serait la bienvenue.
Les obtenir n'est d'ailleurs pas difficile.
Quand Jean Marie Le Pen se présenta aux Présidentielles de 1988, des journal
istes cherchèrent à savoir qui étaient ces Maires qui la lui avaient donné.
Plusieurs avaient répondu avoir donné leur signature... Car c'était le seul des candidats, à avoir joint une enveloppe timbrée à la requête.

Et toi, @Tybs, tu te présentes comme candidat aux prochaines présidentielles ???
@Nico comme Premier Ministre, ça peut se faire.
Quel sera le nom de ton Parti ? SCMB ? :)
Afficher tout
Je ne sais pas vraiment si c'est si facile que ça d'obtenir 500 signatures et je comprend également son utilité.
Il peut toutefois exister de la corruption avec de "l'achat de parrainage" mais on n'en parle très peu ^^.

Personnellement, j'aimerais beaucoup qu'on limite surtout le droit de se présenter aux élections présidentielles à 1 ou 2 fois car j'en ai marre de voir toujours les mêmes candidats. Je sais bien que ça ne règlerait pas tous les problèmes mais cela permettrait peut-être de modifier les comportements électoraux du côté des candidats et des électeurs.

Pour le reste, je vais peut-être en choquer beaucoup mais je ne vote pas et je ne me présenterais jamais en politique. Je m'intéresse énormément à la vie politique mais je ne veux pas y participer pour diverses raisons (dont la principale est le déni totale de la situation écologique par l'ensemble des personnes politiques).

a écrit : Beh le truc ce n'est pas de juger ce qui se passe là bas, le truc, c'est qu'ils font croire à leur peuple que des élections libres existent alors que c'est du pipeau, un mensonge, et sur ce coup, Epoxy a raison.

Au Maroc (je prend ce pays pour exemple parce que j'y ai un peu vécu)
, y'a un roi, le peuple n'a pas son mot à dire, certes, mais ca a le mérite d'être clair, y'a pas d'entourloupe. On peut ne pas être d'accord, mais faut pas le dire trop fort.^^ Ci com ça. ;) Afficher tout
Une Théocratie (se basant donc sur un dogme religieux) ne peut singulièrement pas être un Régime Politique Démocratique.
Restons sensés.

Un Regime Politique qui ne laisse pas le libre choix à la moitié de sa population, à se vêtir comme ELLES l'entendent, ne peux pas, à mes yeux, être une Démocratie.
Idem, en matière Judiciaire, quand le poids du témoignage d'une femme, à la moitié de valeur que celui d'un homme...
Est-ce aussi une "Démocratie", quand les Homosexuels sont exécutés de la Peine capitale ?
Que le Guide Suprême peut révoquer le Président à tout instant...
Que les textes Législatifs votés au Parlement, peuvent être annulés par l'Autorité Religieuse, sans devoir justifier de cette décision.

Et j'en passe et des meilleures !

Non, sincèrement lire plus haut un commentaire (je ne parle pas du tiens) laissant entendre qu'il y a "plusieurs formes de Démocraties" -dont la "Démocratie Dictatoriale"- me laisse pantois.

Un Démocratie n'est certes pas une forme de Gouvernance parfaite, mais ce modèle reste à mes yeux, la forme la plus proche garante des libertés individuelles et collectives du Peuple.

a écrit : À une époque où les politiques critiquent sans vergogne les juges qui osent les mettre en examen, il est bon de regarder ce qu’il se passe à l’étranger, dans les pays où la séparation des pouvoirs (doctrine française que nous devons à Montesquieu) n’a pas cours. Avec un véritable pouvoir judiciaire, fort et indépendant, une telle pratique, scandaleuse, ne pourrait pas exister.
À bon entendeur, salut. Vive la démocratie !
Afficher tout
Sachant que nous n’avons pas en France un vrai pouvoir judiciaire indépendant, mais une simple autorité judiciaire dont l’indépendance est relative et qui ne tient que par la force de la tradition (résistance des juges, respect de l’indépendance par le ministre et vigilance des médias et des citoyens).

De la même façon les pouvoirs législatif et exécutifs ne sont pas indépendants puisque l’exécutif émane constitutionnellement du législatif (qui lui vote la confiance ou la défiance), et que depuis le quinquennat le législatif doit son élection à l’exécutif.

Un régime avec une vraie séparation des pouvoirs est celui des États-Unis d’Amérique. C’est là-bas, et non ici, que Montesquieu a vu ses théories réellement appliquées. (Après le régime américain a d’autres défauts, mais sur la séparation des pouvoirs il est irréprochable).

a écrit : On sait bien que la moindre occasion te parait bonne pour faire l'apologie d'Israël et la critique de l'Iran mais l'un et l'autre sont suffisamment admirable et critiquable pour éviter l'angélisme et la diabolisation à outrance.
Tu parles de perception en interne mais sur quoi cela r
epose t'il ?
Il y a quand même beaucoup d'Iraniens pour dire que les élections sont loin d'être une farce. Le retour surprise des conservateurs en 2005 en est la preuve, les fraudes de 2009 pour qu'ils gardent le pouvoir en est une autre, l'opposition entre le législatif et l’exécutif l'est également.

Quoiqu'il en soit le système est loin d'être centralisé comme tu le prétends. Au contraire la constitution en fait l'un des plus complexe. On peut citer Fariba Adelkhah docteur à l'institut politique de Paris, qu'on peut difficilement soupçonner de collusions avec le régime puisque celui ci l'a emprisonnée:
"En 1989, après la mort de l’imam Khomeini, la constitution iranienne fut révisée afin d’institutionnaliser certains organes comme le Conseil pour la défense de la raison d’État (instance d’arbitrage entre le Parlement et le Conseil de surveillance de la Constitution) dont le rôle n’a cessé de se renforcer surtout depuis que Rafsanjani a été nommé à sa tête en mars 1997.
Dès lors, le pouvoir iranien qui était jusque-là tricéphale (le Guide de la révolution, le président de la République, le président de l’Assemblée) est devenu quadricéphale. La diversité des centres du pouvoir iranien empêche la centralisation et donc ne permet pas de parler de pouvoir totalitaire mais plutôt d’un pouvoir autoritaire."

Pour te reciter:
"Mais la farce va encore plus loin, car pour donner cette sensation d'ouverture au modernisme dans le pays, ce n'est autre que ce même Pouvoir Suprême qui crée de fausses candidates sous diverses étiquettes !"
C'est sans doute le cas de Faezeh Rafsandjani militante féministe, dont le journal fut fermé par le pouvoir suite à son combat pour l'égalité des droits et qui fut élue par la suite députée, avant d’appeler publiquement le guide suprême à la démission. Il est vrai que sa candidature à la dernière présidence fut invalidée, donc tout n'est pas faux dans ton propos, mais par contre c'est totalement manichéen et donc trompeur.
Afficher tout
Très court:
En Iran, la Religion (le Chiisme) est Institutionnalisée au plus haut point.
En Israël, il n'y a aucune religion d'Etat.

Voilà LA différence.

a écrit : Je ne sais pas vraiment si c'est si facile que ça d'obtenir 500 signatures et je comprend également son utilité.
Il peut toutefois exister de la corruption avec de "l'achat de parrainage" mais on n'en parle très peu ^^.

Personnellement, j'aimerais beaucoup qu'
;on limite surtout le droit de se présenter aux élections présidentielles à 1 ou 2 fois car j'en ai marre de voir toujours les mêmes candidats. Je sais bien que ça ne règlerait pas tous les problèmes mais cela permettrait peut-être de modifier les comportements électoraux du côté des candidats et des électeurs.

Pour le reste, je vais peut-être en choquer beaucoup mais je ne vote pas et je ne me présenterais jamais en politique. Je m'intéresse énormément à la vie politique mais je ne veux pas y participer pour diverses raisons (dont la principale est le déni totale de la situation écologique par l'ensemble des personnes politiques).
Afficher tout
Raison de plus pour TE monter TON Parti Politique Écologique.
Tu es intelligent, cultivé, centré et informé sur les sujets qui te passionnent, pragmatique, etc...
Je pense que, à lire tes commentaires, tu pourrais être un bon personnage public.

En tout cas ce sera mieux que le discours "ras des pâquerettes" des candidats potentiels ou déclarés, qui inondent les Médias actuels.
À les écouter, j'ai parfois l'impression qu'il ne s'agit que des copiés-collés de meetings politiques de l'entre deux guerres, tellement leurs propositions sont "has been".

a écrit : Raison de plus pour TE monter TON Parti Politique Écologique.
Tu es intelligent, cultivé, centré et informé sur les sujets qui te passionnent, pragmatique, etc...
Je pense que, à lire tes commentaires, tu pourrais être un bon personnage public.

En tout cas ce sera mieux que le discours &
quot;ras des pâquerettes" des candidats potentiels ou déclarés, qui inondent les Médias actuels.
À les écouter, j'ai parfois l'impression qu'il ne s'agit que des copiés-collés de meetings politiques de l'entre deux guerres, tellement leurs propositions sont "has been".
Afficher tout
Malheureusement, on ne peut pas se faire élire avec des idées de décroissance, de baisse de la consommation des ménages, de décentralisation du pouvoir , de transports publics gratuits, de taxe sur les transports individuels, de limitation des vols intérieurs, etc.

La moindre de ces idées prises individuellement a déjà causé du tort au rares courageux et courageuses qui ont osé les exprimer ;).

a écrit : Alors je suis d'accord sur le fait que nous ne soyons pas d'accord sur la définition ^^.

Pour moi elle se cantonne à : "Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l'ensemble des citoyens."
Étendre la définition à tout u
n ensemble de valeur, c'est un peu noyer le poisson je trouve. Il existe des démocraties avec des lois liberticides (même en France) et des dictature avec des lois libertaires. Dire qu'une démocratie permet "forcément" d'avoir des libertés fondamentales est à mon sens faux.

Si la démocratie englobe les libertés fondamentales alors toutes les démocraties n'en sont pas forcément. Si la démocratie est uniquement un régime politique alors oui, la plupart des démocraties en sont.

D'ailleurs que l'on prenne l'une ou l'autre des définitions ne remet pas forcément en cause la légitimité des questions de mon premier commentaire.
Afficher tout
Je suis curieux de savoir à quoi tu penses quand tu parles de démocraties où les libertés fondamentales ne sont pas garanties.

Et je suis tout à fait d'accord avec ta définition: "Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l'ensemble des citoyens"
Il faut être naïf pour croire que la liberté d'expression ou celle de manifester ne sont pas des pouvoirs. Pourquoi crois-tu que les régimes totalitaires privent leurs administrés du droit d'expression, de réunion, de manifestation ?

Pour en revenir à la question spécifique que tu soulèves il s'agit de la représentation politique. Vaste question en effet.

a écrit : Je suis curieux de savoir à quoi tu penses quand tu parles de démocraties où les libertés fondamentales ne sont pas garanties.

Et je suis tout à fait d'accord avec ta définition: "Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l'ensemble des
citoyens"
Il faut être naïf pour croire que la liberté d'expression ou celle de manifester ne sont pas des pouvoirs. Pourquoi crois-tu que les régimes totalitaires privent leurs administrés du droit d'expression, de réunion, de manifestation ?

Pour en revenir à la question spécifique que tu soulèves il s'agit de la représentation politique. Vaste question en effet.
Afficher tout
Dans la mesure où dans certaines démocraties. certaines libertés fondamentales n’étaient pas garanties pour tout le monde ou ne le sont toujours pas, il n’y a pas donc pas d’égalité devant la loi (mariage pour tous par exemple, PMA, etc). Est ce que cela remet en question la démocratie dans ces pays ? Je ne crois pas.

Le droit à l’environnement sain est considéré comme une liberté fondamentale depuis 2005. L’Etat français a été condamné pour non respect de ce principe en 2021 et pourtant la France reste une démocratie.

On peut se poser là question de la mise en suspens de certaine libertés fondamentales lors des attentats avec l’état d’urgence ou lors de la pandémie avec le confinement. Est ce que cela remet en question la démocratie en France ? Avec ma définition non mais d’après ta définition oui.

C’est pourquoi je sépare la notion de démocratie et les libertés.

Je trouvais le pouvoir russe en place capable de tout mais alors là...

a écrit : Une autre forme de fraude électorale pour se maintenir au Pouvoir, est de placer une Religion au dessus des Institutions Religieuses.
C'est le schéma type que l'on retrouve dans le Théocratique Iran, où le Guide Suprême (désigné en petit comité) reste invariablement au poste, indépendamment des résult
ats de l'élection Présidentielle... Qui n'est autre qu'une vaste farce électorale, d'ailleurs.

Alors, vu depuis l'étranger, il y a une certaine "perception de pluralité électorale et de Démocratie" dans le pays, mais... Tout ce qui brille n'est pas or.

Car en interne, voici comment ça va se passe:
Déjà, pour pouvoir être réellement "président de la République Islamique d'Iran" (notez les incohérences dans cette formulation officielle... ), Il faut être un homme et de confession religieuse Musulmane Chiite.
Donc, Mesdames, vous pouvez vous présenter aux élections, mais votre candidature sera de toute manière refusée...car vous êtes du Genre féminin.
Mais la farce va encore plus loin, car pour donner cette sensation d'ouverture au modernisme dans le pays, ce n'est autre que ce même Pouvoir Suprême qui crée de fausses candidates sous diverses étiquettes !

Seront tout autant interdits d'être candidat, tous les hommes qui, dans le privé, n'auront pas démontré leur totale soumission préalable au Pouvoir du Guide Suprême...

Au jour de l'élection, il n'aura donc plus que quelques candidats, -dont certains sous des (fausses) étiquettes de "Modérés" ou "Réformistes" -, mais qui sont uniquement là, pour donner un semblant de jeu électoral démocratique.
Par cette très bourde manipulation, le Pouvoir Suprême s'assure donc d'avoir invariablement un nouveau "Prési" marionnette, chargé de faire le pitre, tant à la population Iranienne comme à l'International.
Afficher tout
On pourrait maintenant faire l'analogie de cette situation sur plein de pays étonnamment beaucoup plus proche à se demander maintenant quel pays ne pratique pas de farce électorale.

a écrit : La différence entre les élections en France et celles en Russie ?

En France on connaît le résultat quelques heures après le dépouillement.

En Russie, quelques heures avant.
Je te parle même pas en Corée du Nord et oui il y as des élections et malheureusement 100% va au président actuelle et surtout au Pérou on sait déjà qu'il y as 100% de votant car là-bas le vote est obligatoire sinon on est sanctionné.
Le problème sans certain pays comme le vendzuele ou l'opposition est tellement bête quel boycotte les élections pour au final voir gagner généralement le gouvernement sortant

a écrit : La différence entre les élections en France et celles en Russie ?

En France on connaît le résultat quelques heures après le dépouillement.

En Russie, quelques heures avant.
Mais nous si le résultat du dépouillement ne plaît pas on peut toujours le changer comme on a vu aux USA

a écrit : Pour le coup aujourd'hui en France, on connaît le résultat 6 mois avant. Les 2 dernières élections contredisent ton point de vu. En décembre 2016 et 2011 personne n'imaginait Macron et Hollande !
(Pour les autres , je ne m en souviens pas)