La technique des homonymes et des sosies dans les élections russes

Proposé par
le

En Russie, les candidats d'opposition se retrouvent parfois en concurrence avec des candidats bidons portant le même nom : une stratégie grossière pour semer la confusion parmi les électeurs. Le cas de Boris Vishnevsky, candidat aux élections municipales de Saint Pétersbourg en septembre 2021, est encore pire : il s'est retrouvé confronté à deux autres candidats homonymes (qui avaient en réalité changé leur nom), qui lui ressemblaient comme deux gouttes d'eau.

Sur l'affiche de campagne, impossible de les discerner. La stratégie s'est révélée payante, les votes se sont dispersés et le candidat soutenu par le pouvoir en place a remporté l'élection.


Tous les commentaires (53)

a écrit : On pourrait maintenant faire l'analogie de cette situation sur plein de pays étonnamment beaucoup plus proche à se demander maintenant quel pays ne pratique pas de farce électorale. La page wikipédia à propos de la fraude électorale...
Pourrait même être un manuel pour toute personne cherchant à savoir quels sont tous les potentiels "modus operandi" applicables.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Fraude_%C3%A9lectorale

L'une des celebres "élections" démontrant à merveille comment un dirigeant ou un Parti Politique peut, sans vergogne aucune, violer ce principe Démocratique, est la Législative du 12 Novembre 1933.
Le Parti Nazi remporta cette élection avec... 92,11% des voix exprimées.
"Normal". C'était le seul Parti Politique autorisé à se présenter.
C'est exactement le même modèle de "Démocratie" que l'on retrouve dans le modèle Iranien (dont on me critique de l'exposer haut et fort !) ou encore en Chine, à Cuba, etc...

a écrit : Beh le truc ce n'est pas de juger ce qui se passe là bas, le truc, c'est qu'ils font croire à leur peuple que des élections libres existent alors que c'est du pipeau, un mensonge, et sur ce coup, Epoxy a raison.

Au Maroc (je prend ce pays pour exemple parce que j'y ai un peu vécu)
, y'a un roi, le peuple n'a pas son mot à dire, certes, mais ca a le mérite d'être clair, y'a pas d'entourloupe. On peut ne pas être d'accord, mais faut pas le dire trop fort.^^ Ci com ça. ;) Afficher tout
Oui, j'avais bien compris le fond, mais l'entourloupe ne vient pas de ce qui est décrit. Je ne connais pas cet état, mais dans les propos précédents, il n'y a rien qui fait croire que des élections devraient être libres. Du coup ce n'est plus une entourloupe. Pour caricaturer, c'est comme si je parle d'une entourloupe pour la Corée du Nord, alors que le dirigeant revendique le pouvoir absolu voire divin, ou d'une entourloupe pour l'élection de la reine d'Angleterre qui n'existe pas.
Pour l'Iran, je ne suis pas sûr que ces lois et sa constitution prévoit des élections libres par exemple, ni que le dirigeant s'estime élu librement (mais je peux me tromper)

a écrit : Tu réduis la définition de la démocratie à la question de la représentation politique.
Le système électoral libre et multipartiste n'est que la définition primitive de la démocratie, c'est très réducteur. "Par extension, la démocratie peut aussi qualifier une forme de société, la manière de se gouv
erner qu'adopte une organisation ou encore un système de valeurs" (page wiki)

La démocratie définit aussi (je dirais surtout) un ensemble de valeurs et de libertés fondamentales. Concepts qui entrent parfaitement dans le champ du politique.
En effet c'est le politique qui crée les lois (et donc définit nos libertés) et dépense notre richesse commune (en fonction de nos valeurs, de notre projet de société donc).

Tu as vu comme moi que le mouvement des gilets jaunes (droit de manifester) a fortement influencé le pouvoir et la décisions qu'il a prises. Bien plus que nos votes.
Tu as vu également aussi que la presse libre (appelé 4e pouvoir aux USA) a fortement affecté le devenir de la France dans l'affaire Fillon. Elle a influencé nos votes pourtant libres.

Non, le bloc de constitutionnalité n'a rien à voir avec les libertés fondamentales auxquelles est attaché l'idée de démocratie. C'est simplement le cadre dans lequel les lois peuvent être produites.
La Chine ou encore la Russie possèdent des constitutions, les dirigeants la respectent quand ils légifèrent, cela n'en fait pas des démocraties.

La question en démocratie n'est pas de savoir si l'on nous donne des droits et des devoirs, tout système politique en donne. La question est de savoir quels droits on nous donne.
Afficher tout
Google me dit : démocratie : Forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté appartient au peuple. C'est quand même assez vague et ça laisse une part d'interprétation. Par exemple les élections libres (le suffrage universel) ne sont ni une condition ni une limite de la démocratie.

Il faut aussi distinguer le régime politique et son application. Un gouvernement (des individus) peut bafouer toutes les règles de démocratie, l'état (la constitution) n'en reste pas moins une démocratie, de même que l'existence d'un voleur ne remet pas en cause l'état de droit ou la justice.

Ca existe aussi en France... surtout aux municipales qui sont moins scrutées. Mais bon comme la Russie a un bon niveau.

a écrit : Ca existe aussi en France... surtout aux municipales qui sont moins scrutées. Mais bon comme la Russie a un bon niveau. Tu as des exemples en France ? Car je trouve ça très grave quand même

a écrit : Dans la mesure où dans certaines démocraties. certaines libertés fondamentales n’étaient pas garanties pour tout le monde ou ne le sont toujours pas, il n’y a pas donc pas d’égalité devant la loi (mariage pour tous par exemple, PMA, etc). Est ce que cela remet en question la démocratie dans ces pays ? Je ne crois pas.<br />
Le droit à l’environnement sain est considéré comme une liberté fondamentale depuis 2005. L’Etat français a été condamné pour non respect de ce principe en 2021 et pourtant la France reste une démocratie.

On peut se poser là question de la mise en suspens de certaine libertés fondamentales lors des attentats avec l’état d’urgence ou lors de la pandémie avec le confinement. Est ce que cela remet en question la démocratie en France ? Avec ma définition non mais d’après ta définition oui.

C’est pourquoi je sépare la notion de démocratie et les libertés.
Afficher tout
Tu n'as pas l'air au fait des notions de base en droit constitutionnel.

Oui, bien sûr que la démocratie est remise en cause (elle est suspendue) pendant un état d'urgence (sanitaire ou sécuritaire), c'est même son principe !!

Pendant l'état d'urgence, le pouvoir exécutif légifère seul, par décret, sans le contrôle ni l'accord des représentants du peuple que sont les parlementaires élus.

Si tu suis l'actualité politique, tu verras qu'en ce moment, ça commence à râler du côté du parlement car l'exécutif souhaite prolonger l'état d'urgence jusque fin juillet. Or les représentant du peuple trouvent le délai trop long, associent cela à un déni de démocratie, et souhaite qu'on repasse par un vote (et donc l'exercice du pouvoir émanant du peuple) en février avant toute prolongation.

a écrit : Google me dit : démocratie : Forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté appartient au peuple. C'est quand même assez vague et ça laisse une part d'interprétation. Par exemple les élections libres (le suffrage universel) ne sont ni une condition ni une limite de la démocratie.

Il faut aus
si distinguer le régime politique et son application. Un gouvernement (des individus) peut bafouer toutes les règles de démocratie, l'état (la constitution) n'en reste pas moins une démocratie, de même que l'existence d'un voleur ne remet pas en cause l'état de droit ou la justice. Afficher tout
Non si le gouvernement bafoue toutes les valeurs démocratiques, ce n'est plus une démocratie. La démocratie n'est pas un acquis définitif ! Et elle ne se réduit pas à la manière dont sont élus les représentants, elle doit être défendue chaque jour.

Est-ce que tu as entendu parler des évolutions politiques de la Pologne ces dernières années ? C'est un bon exemple du détricotage d'un système démocratique.

a écrit : Ah donc dans 2 mois on saura ? Tu me diras quand tu auras l'info, que je ne me trompe pas en allant voter ;-D je te donne un indice, ça marque des pénalties et ça finit par -acron.

a écrit : Tu n'as pas l'air au fait des notions de base en droit constitutionnel.

Oui, bien sûr que la démocratie est remise en cause (elle est suspendue) pendant un état d'urgence (sanitaire ou sécuritaire), c'est même son principe !!

Pendant l'état d'urgence, le pouvoir e
xécutif légifère seul, par décret, sans le contrôle ni l'accord des représentants du peuple que sont les parlementaires élus.

Si tu suis l'actualité politique, tu verras qu'en ce moment, ça commence à râler du côté du parlement car l'exécutif souhaite prolonger l'état d'urgence jusque fin juillet. Or les représentant du peuple trouvent le délai trop long, associent cela à un déni de démocratie, et souhaite qu'on repasse par un vote (et donc l'exercice du pouvoir émanant du peuple) en février avant toute prolongation.
Afficher tout
A mon sens, c'est la définition juridique qui prime et elle doit se limiter à la souveraineté collective s’exprimant par la décision majoritaire des citoyens à l’aide d’un droit de vote exercé par référendum ou élection des représentants.

Les autres notions ne doivent entrer en ligne de compte sinon on étend indéfiniment la notion jusqu'à se retrouver avec des éléments contradictoires.

www.cairn.info/revue-francaise-de-droit-constitutionnel-2011-3-page-453.htm

a écrit : A mon sens, c'est la définition juridique qui prime et elle doit se limiter à la souveraineté collective s’exprimant par la décision majoritaire des citoyens à l’aide d’un droit de vote exercé par référendum ou élection des représentants.

Les autres notions ne doivent entrer en ligne de compte sinon o
n étend indéfiniment la notion jusqu'à se retrouver avec des éléments contradictoires.

www.cairn.info/revue-francaise-de-droit-constitutionnel-2011-3-page-453.htm
Afficher tout
Texte très intéressant d'Anne-marie Le Pourhiet que tu nous propose là, et qui finalement concilie nos deux visions. Visions qui ne sont finalement que les deux faces d'une même pièces.
Stricto sensu, ta définition est la bonne bonne mais l'exercice réel d'un "droit de vote exercé par référendum ou élection des représentants" est rendu possible par l'existence des droits fondamentaux que j'ai cités. L'auteure ne dit pas autre chose:

" Il va de soi que l’autodétermination d’un peuple suppose qu’il puisse choisir soit ses lois directement soit ses représentants et que sont donc inhérents à la démocratie tous les droits indispensables à ce choix : le droit de vote évidemment, mais aussi la liberté de constituer des partis politiques ainsi que les libertés d’opinion, d’expression et de médias".

a écrit : Très court:
En Iran, la Religion (le Chiisme) est Institutionnalisée au plus haut point.
En Israël, il n'y a aucune religion d'Etat.

Voilà LA différence.
@Epoxy : citer Israël comme modèle est quand même fort de café.
D'ailleurs savoir si Israël se défini comme un Etat juif ou laïc n'est pas si tranché que ça.

En bref c'est un Etat soit disant laïc mais qui, dans les faits, ne l'est pas du tout.
Rien que le fait que les tribunaux jugent selon la religion n'en fait pas un état laïc.

D'ailleurs c'est une vieille discussion interne même à Israël.

a écrit : @Epoxy : citer Israël comme modèle est quand même fort de café.
D'ailleurs savoir si Israël se défini comme un Etat juif ou laïc n'est pas si tranché que ça.

En bref c'est un Etat soit disant laïc mais qui, dans les faits, ne l'est pas du tout.
Rien que le fait que les trib
unaux jugent selon la religion n'en fait pas un état laïc.

D'ailleurs c'est une vieille discussion interne même à Israël.
Afficher tout
Déjà, en Israël, il n'y a aucune Religion d'État. Par défaut, il est donc possible de dire que le pays est aconfessionnel, bien que je me garde d'écrire qu'il soit Laïc, car ce serait faux dans quelques faits.

Pas plus n'y a t'il d'application de "Lois Juives" dans le domaine public (à l'échelle d'une communauté), aux populations minoritaires d'autres confessions.
Dans le domaine privé/personnel, le Droit Religieux est appliqué par les lois correspondantes à chaque groupe: Droit Musulman pour les Arabes Israéliens de confession religieuse Musulmane, etc...

Si Israël ne peut pas être considéré comme Laïc, c'est par exemple du fait qu'il ne possède pas de Lois relatives au mariage Civil. Ceci conduit qu'un futur couple voulant officialiser une union maritale, ne pourrait pas effectuer cette démarche Administrative.
Néanmoins, l'Administration Israélienne reconnaît pleinement les mariages civils officialisés à l'étranger.
Des établissements touristiques Chipriotes, se sont spécialisés dans l'officialisation et célébration de ces cérémonies interconfessionnelles.
Il en est de même pour l'Administration Israélienne, en la reconnaissance des unions maritales du même Genre, prononcées dans les pays où le Mariage Homosexuel est reconnu.

Jusqu'en 2018, l'hébreu moderne et l'Arabe, étaient les deux langues officielles d'Israël.
Actuellement la langue Arabe n'a plus qu'un statut spécial, que ce lien de Slate, expose les raisons: www.slate.fr/story/165353/israel-langue-arabe-hebreu

Discrimination ?
Oui... Et positive envers les Minorités.
Alors, soyons clairs. Les tentatives de mixité religieuse, au sein du Système Éducatif obligatoire (primaire et secondaire), a été un échec. Il n'existe que dans le cycle supérieur, avec même des universités qui appliquent la discrimination positive (système de quotas) envers les Minorités.

Dans le domaine Économique, il existe également une discrimination positive envers ces mêmes minorités.
Israël en est actuellement à son troisième plan quinquenal, afin de favoriser les entreprises appartenant à des Arabes Israéliens, à s'agrandir à l'International, par le biais des réseaux "juifs". Malheureusement, plusieurs de ces petites ou moyennes entreprises, ont fait les frais des boycott opérant dans certains pays dits Musulmans (l'Algérie, par exemple)
Ce Plan quinquenal possède également un budget conséquent, destiné à subventionner (à "fonds perdus" ou à prêts à taux zéro) des études Supérieures et Universitaires à des personnes issues de ces Communautés Minoritaires.
Ce plan permet également d'obtenir plus de fonds (effet cumulateur) aux personnes voulant créer un entreprise (un commerce, par exemple) ou une Startup, parce que vous êtes issu d'une Minorité.
Mais ce n'est pas tout !
Ce Plan quinquenal permet même d'obtenir plus d'aide financière, parce que vous êtes une femme, issue d'une Minorité.
La raison est simple: la femme Arabe (surtout Musulmane) n'est traditionnellement pas une personne travaillant en extérieur de son domicile.
Heureusement, les mentalités changent et l'émancipation n'est plus une exception.

Et je continue: le marché laboral "Juif" était il y a encore deux décennies, assez fermé aux Minorités, excepté pour les emplois non qualifiés. Les choses évoluent, et même assez rapidement.
Aujourd'hui, les Sociétés Israéliennes doutent de moins en moins à recruter des Palestiniens (de Cisjordanie) possédant des Diplômes Universitaires. Une jeune entreprise en a même fait sa spécialité.

En conclusion (sinon ça va être trop long).
Le Gouvernement Israélien a très bien compris (depuis près de 20 ans) que sa population est multiethnique, multiculturelle et multiconfessionnelle...
... Et qu'il n'y a qu'un seul point qui unit chacun de ses citoyens: la nationalité.

....Et il n'y a que les désireux du Séparatisme, pour croire encore à un modèle antédiluvien caduque.

Si tu veux que l'on parle du Droit de vote, de l'Armée, de la propriété foncière ou autre, ce sera dans un autre post.

a écrit : Déjà, en Israël, il n'y a aucune Religion d'État. Par défaut, il est donc possible de dire que le pays est aconfessionnel, bien que je me garde d'écrire qu'il soit Laïc, car ce serait faux dans quelques faits.

Pas plus n'y a t'il d'application de "Lois Juives&quo
t; dans le domaine public (à l'échelle d'une communauté), aux populations minoritaires d'autres confessions.
Dans le domaine privé/personnel, le Droit Religieux est appliqué par les lois correspondantes à chaque groupe: Droit Musulman pour les Arabes Israéliens de confession religieuse Musulmane, etc...

Si Israël ne peut pas être considéré comme Laïc, c'est par exemple du fait qu'il ne possède pas de Lois relatives au mariage Civil. Ceci conduit qu'un futur couple voulant officialiser une union maritale, ne pourrait pas effectuer cette démarche Administrative.
Néanmoins, l'Administration Israélienne reconnaît pleinement les mariages civils officialisés à l'étranger.
Des établissements touristiques Chipriotes, se sont spécialisés dans l'officialisation et célébration de ces cérémonies interconfessionnelles.
Il en est de même pour l'Administration Israélienne, en la reconnaissance des unions maritales du même Genre, prononcées dans les pays où le Mariage Homosexuel est reconnu.

Jusqu'en 2018, l'hébreu moderne et l'Arabe, étaient les deux langues officielles d'Israël.
Actuellement la langue Arabe n'a plus qu'un statut spécial, que ce lien de Slate, expose les raisons: www.slate.fr/story/165353/israel-langue-arabe-hebreu

Discrimination ?
Oui... Et positive envers les Minorités.
Alors, soyons clairs. Les tentatives de mixité religieuse, au sein du Système Éducatif obligatoire (primaire et secondaire), a été un échec. Il n'existe que dans le cycle supérieur, avec même des universités qui appliquent la discrimination positive (système de quotas) envers les Minorités.

Dans le domaine Économique, il existe également une discrimination positive envers ces mêmes minorités.
Israël en est actuellement à son troisième plan quinquenal, afin de favoriser les entreprises appartenant à des Arabes Israéliens, à s'agrandir à l'International, par le biais des réseaux "juifs". Malheureusement, plusieurs de ces petites ou moyennes entreprises, ont fait les frais des boycott opérant dans certains pays dits Musulmans (l'Algérie, par exemple)
Ce Plan quinquenal possède également un budget conséquent, destiné à subventionner (à "fonds perdus" ou à prêts à taux zéro) des études Supérieures et Universitaires à des personnes issues de ces Communautés Minoritaires.
Ce plan permet également d'obtenir plus de fonds (effet cumulateur) aux personnes voulant créer un entreprise (un commerce, par exemple) ou une Startup, parce que vous êtes issu d'une Minorité.
Mais ce n'est pas tout !
Ce Plan quinquenal permet même d'obtenir plus d'aide financière, parce que vous êtes une femme, issue d'une Minorité.
La raison est simple: la femme Arabe (surtout Musulmane) n'est traditionnellement pas une personne travaillant en extérieur de son domicile.
Heureusement, les mentalités changent et l'émancipation n'est plus une exception.

Et je continue: le marché laboral "Juif" était il y a encore deux décennies, assez fermé aux Minorités, excepté pour les emplois non qualifiés. Les choses évoluent, et même assez rapidement.
Aujourd'hui, les Sociétés Israéliennes doutent de moins en moins à recruter des Palestiniens (de Cisjordanie) possédant des Diplômes Universitaires. Une jeune entreprise en a même fait sa spécialité.

En conclusion (sinon ça va être trop long).
Le Gouvernement Israélien a très bien compris (depuis près de 20 ans) que sa population est multiethnique, multiculturelle et multiconfessionnelle...
... Et qu'il n'y a qu'un seul point qui unit chacun de ses citoyens: la nationalité.

....Et il n'y a que les désireux du Séparatisme, pour croire encore à un modèle antédiluvien caduque.

Si tu veux que l'on parle du Droit de vote, de l'Armée, de la propriété foncière ou autre, ce sera dans un autre post.
Afficher tout
Le fait qu'Israel choisisse une langue d'état ne me dérange pas. Le français est la langue officielle de la France...etc....
Ils auraient pu garder la double langue mais après tout.

Je suis d'accord avec toi, Israël n'est pas un pays laïc même s'il n'y a aucune religion d'État.
Je ne pourrai vivre dans un pays où des religions ont une si forte importance. Déjà que quand j'entends que le secret de la confession est supérieure au loi de la république j'ai envie de les foutre dehors alors imagine si un religieux voulait me dire comme vivre au quotidien ou comment me marier. lol