Ne pas faire long feu et faire long feu : signification et origine des expressions

Proposé par
le

L'expression 'ne pas faire long feu' utilisée dans le sens de 'ce qui capote, ce qui rate' est erronée. Elle vient de l'époque où les fusils s'allumaient à l'aide d'une mèche : lorsque celle-ci était défectueuse, elle faisait 'long feu', le coup partait avec du retard et était manqué. Ne pas faire long feu est donc signe de courte durée, et faire long feu d'échec.


Commentaires préférés (3)

Je ne savais même pas qu'on utilisait cette expression dans le sens "qui rate". Je l'ai toujours utilisé dans le sens de courte durée. M'enfin je me coucherai moins bête.

Posté le

unknown

(265)

Répondre

Pour moi, ne pas faire long feu a toujours été synonyme de courte durée et non pas d'échec! Mais a part ce détail, l'explication est sympa ...

Posté le

unknown

(54)

Répondre

Étant militaire je peut vous dire que cette expression et encore d'actualité en quelques sorte pour les armes à feu.
En effet on appel long feu le fait qu'une cartouche soit percuté, mais que la balle n'est pas partie car l'amorce n'a pas explosé, on doit donc garder l'arme dans la direction de tir au cas où l'explosion et donc le départ de l'ogive aurait tout de même lieu avec du retard (c'est déjà arrivé) donc il s'agit bien ici d'un échec quand on fait "un long feu"

Posté le

iphone

(104)

Répondre


Tous les commentaires (26)

Je ne savais même pas qu'on utilisait cette expression dans le sens "qui rate". Je l'ai toujours utilisé dans le sens de courte durée. M'enfin je me coucherai moins bête.

Posté le

unknown

(265)

Répondre

Ce n'est pas vraiment ça... Il y a confusion entre "faire long feu" qui se rapporte a la meche et "ne pas faire long feu" qui se rapporte au banal feu.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Seulement en partie vrai. Faire long feu c'est à peu près ça. Ne pas faire long feu n'en est pas la négation et a une origine complètement différente.

Posté le

unknown

(2)

Répondre

mouai je suis pas convaincu, déjà l'exemple historique est entièrement faux; a la première guerre mondial on utilisait plus des fusils a poudre, mais a percuteur; donc pas de mèche.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Isleur je ne vois pas de référence historique rapportée à la première guerre mondiale pour l'anecdote.

Posté le

unknown

(15)

Répondre

Pour moi, ne pas faire long feu a toujours été synonyme de courte durée et non pas d'échec! Mais a part ce détail, l'explication est sympa ...

Posté le

unknown

(54)

Répondre

Je crois qu il y a erreur dans l'anecdote :
Faire long feu rapporte justement à l'échec et à pour origine la mèche alors que ne pas faire long feu lui rapporte à la courte durée et n'aurait pas d'origine historique mais plutot metaphorique !

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Hehe.Je le savais...et vive Napoleon total war:-)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Les explications sont plutôt inprécises et insatisfaisantes. Personne, ni les références savantes, ni les autres, n'évoque le lien qu'il y a ou aurait entre la première ("faire long feu") et la seconde (ne pas faire long feu"). Il semblerait - et c'est précisément ce que les linguistres et surtout les lexicographes devraient montrer - que la seconde expression soit en fait un mésusage de la première, aisément explicable par la méconnaissance des armes à feu à poudre, devenue expression en elle-même à force d'être mal comprise mais très répétée. La première a très clairement une origine professionnelle exclusive et avérée (la poudre qui brûle sans provoquer l'explosion attendue, dans le domaine militaire des armes à feu), tandis que la seconde n'est, au mieux, qu'une banale analogie avec un feu qui ne brûlerait point longtemps.

N'y a-t-il pas quelque lexicographe désoeuvré qui voudrait s'y coller ?

Posté le

unknown

(6)

Répondre

Si vous hésitez, vous pouvez toujours dire 'ne pas faire de vieux os'.

Posté le

android

(2)

Répondre

Étant militaire je peut vous dire que cette expression et encore d'actualité en quelques sorte pour les armes à feu.
En effet on appel long feu le fait qu'une cartouche soit percuté, mais que la balle n'est pas partie car l'amorce n'a pas explosé, on doit donc garder l'arme dans la direction de tir au cas où l'explosion et donc le départ de l'ogive aurait tout de même lieu avec du retard (c'est déjà arrivé) donc il s'agit bien ici d'un échec quand on fait "un long feu"

Posté le

iphone

(104)

Répondre

Mon grand père avait brillé à un repas de famille en nous apprenant cela. Mais en recherchant sur internet, j'ai appris qu'il était devenu d'usage de dire "ne pas faire long feu" pour dire "ne pas durer longtemps", et que l'on pouvait donc utiliser l'expression sans faire d'erreur.

Posté le

android

(4)

Répondre

Tout à fait exact ! Je me permets d'apporter quelques précisions sur le sens militaire de l'expression "faire long feu" :

Au temps des arquebuses et autres mousquets, les cartouches de munitions n'existaient pas, il fallait donc charger "manuellement" le fusil : on bourrait le canon avec la poudre puis on insérait la balle par dessus.

Lorsque l'on allume la mèche, la poudre explose et l'air dans le canon se dilate très brusquement, propulsant la balle en avant. Mais il arrivait, lorsque la poudre était mal tassée ou humide par exemple, qu'elle n'explose pas : la poudre brûlait alors en l'espace d'une seconde ou deux au lieu de se consumer instantanément dans une explosion, et la balle ne partait pas, faute de propulsion suffisante. On disait alors que l'arme faisait "long feu" : au lieu d'exploser instantanément la poudre brûlait progressivement, et cela était donc bien synonyme d'échec.

Aujourd'hui, l'utilisation des cartouches de munitions et de fusils modernes rend ce phénomène rarissime, mais au temps des premiers fusils le risque de faire long feu était important, surtout par temps de pluie.

Personnellement j utilise souvent cette expression quand je suis fatiguée.
" Je vais pas faire long feu ce soir moi !!"
Sur ce, bonne nuit :)

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Étant militaire je peut vous dire que cette expression et encore d'actualité en quelques sorte pour les armes à feu.
En effet on appel long feu le fait qu'une cartouche soit percuté, mais que la balle n'est pas partie car l'amorce n'a pas explosé, on doit donc garder l'arme dans la d
irection de tir au cas où l'explosion et donc le départ de l'ogive aurait tout de même lieu avec du retard (c'est déjà arrivé) donc il s'agit bien ici d'un échec quand on fait "un long feu" Afficher tout
Et le pauvre soldat doit rester combien de temps sans bouger? Nan parce que je le voit bien attendre pendant que les autres prennent la pause café ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

Ça peut aussi être que si le fusil ne fait pas long feu c'est mauvais pour celui sur qui il est braqué

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je ne savais même pas qu'on utilisait cette expression dans le sens "qui rate". Je l'ai toujours utilisé dans le sens de courte durée. M'enfin je me coucherai moins bête. Justement on dit que telle ou telle chose ne va pas faire long feu quand on pense qu'elle est defectueuse et qu'elle ne va pas tenir tres longtemps, alors qu'en fait si on s'en tient a l'anecdote, quelque chose qui ne vas pas faire long feu
= qui ne va pas faire defaut

L'auteur de cette anecdote serait-il un lecteur de Marina Yaguello? On ne le saura jamais...

Posté le

android

(0)

Répondre