D'où viennent les courbatures ?

Proposé par
kiki sait tout
le

Les courbatures ne sont pas du tout dues à l'acide lactique : elles sont causées par des micro-lésions musculaires, et les douleurs viennent de l'action réparatrice des globules blancs. Comme ces derniers sont produits massivement la nuit, les douleurs apparaissent très souvent le lendemain.


Commentaires préférés (3)

Acide lacitique = crampe ...

Posté le

unknown

(163)

Répondre

Je ne suis pas tout à fait d'accord.
Il est vrai que l'acide lactique n'est pas responsable des courbatures, dans le sens où il ne les produit pas lui-même. Cependant, ce ne sont pas vraiment les micros-lesions qui, à proprement parler engendrent des courbatures. Elles produisent en revanche une douleur assimilable à celle des courbatures. Les "vraies" courbatures sont dues à l'acidité. Cette acidité est formé lorsque l'on produit un effort dit en anaérobie (sans oxygène). En effet, il existe deux (principaux) types d'effort, les effort aérobies, et anaérobie.
Lorsqu'on court un 800m, le système cardio-vasculaire ne va pas pouvoir évacuer l'acidité produite par les muscles, de l'acidité va donc s'accumuler, et va engendrer les courbatures. La lactate va alors, en se transformant en acide lactique consommer un ion H+, et va alors diminuer l'acidité au sein du muscle(c'est paradoxal mais c'est comme ça). Le taux d'acide lactique est donc proportionnel à l'acidité musculaire et peux donc être utilisé pour surveiller l'état d'un sportif (au repos, il est de l'ordre de 2mmol/L de sang). En revanche, l'acide lactique n'est pas lui même la cause de l'acidité puisqu'il l'atténue.
Maintenant, venons en aux effort d'endurance. Lorsqu'on fait un effort prolongé à moins de 85% de VO2, (footing lent, marche, vélo...), on ne produit pas d'acidité, et on n'a pas alors de "vraies" courbatures. Cependant, les impacts au sol, et l'usage des muscles abiment le muscle, lui faisant des micros-lésions. Ce sont ces micro-lésions qui sont à l'origine des douleurs que l'on peut ressentir le lendemain d'une randonnée par exemple, mais ce que l'on appelle médicalement et physiologiquement des courbatures, c'est ce qui est engendré par l'acidité musculaire.

Maintenant, pour répondre aux interrogations que j'ai vu dans les commentaires précédant, concernant l'échauffement:
L'échauffement a deux objectif principaux:
Tout d'abord, celui que tout le monde connait: chauffer le muscle. En démarrant l'effort physique par un échauffement, on va faire coulisser les fibres musculaires, encore froide, entre elles, ce qui va en quelque sorte les "huiler". Après un échauffement, les fibres musculaires coulisserons mieux ensemble, ce qui diminuera les micro-lésions, et les risque de claquage (=déchirure). En hiver, l'échauffement est donc plus indispensable encore qu'en été, puisque les fibres musculaires sont plus froides, mais l'échauffement n'a pas pour seul objectif de chauffer les muscles.
En effet, l'échauffement a une utilité concernant les réactions chimiques ayant lieu dans les muscles. Nous avons parlé tout à l'heure des réactions aérobies et anaérobies, il faut savoir que les réactions anaérobies, (celle qui sont à l'origine des courbatures, celles qui consomment environ 25 fois plus...) peuvent démarrer instantanément dès le début de l'effort. Les réactions aérobies démarrent significativement qu'au bout de 5 ou 6 minutes, et atteignent leur apogée à la quarantième minute (on peux nuancer cela en rappelant que nous sommes tous différents face à l'effort, mais je me réfère ici à la courbe de Howald) Cela signifie que l'effort physique commence systématiquement par des réactions anaérobies, et c'est pour cela que l'effort dois commencer doucement, c'est pour ne pas démarrer en accumulant de l'acidité, et pour ne pas sacrifier dès le début les réserves de 600g de glycogène (problème de marathonien: le mur des 30km: épuisement des réserve de glycogene= necessiter de bruler uniquement les graisses) avec une réaction chimique trop énergivore.

Voila, vous n'avez peut être pas tout lu, mais je vous demande de me croire, malgré mon jeune âge, car j'ai des sources sûrs:
Le livre "courir longtemps" de Bruno HEUBI
Le livre "courir en harmonie" de Cyril GINDRE
Le site internet de VOLODALEN
Le forum des ADDM (au dela du marathon)

J'ai simplifié certain détails (comme le fait qu'il n'y a que deux principales réactions chimique au sein du muscle), c'est pour que ce soit plus claire (ça ne l'est pas forcement pour autant). Si vous souhaitez que je précise l'un de ces points, envoyé moi un mail, et si je suis capable de développer moi même ce détail, je le développerai ici même.
mon adresse mail: tiboper1@gmail.com

Posté le

unknown

(416)

Répondre

a écrit : Je comprends mieux pourquoi le lendemain je suis bon pour la casse ! Satané globules blancs, ils pourraient faire leur boulot dans l'ombre comme d'hab sans qu'on s'en aperçoive !
Manque plus que l'histoire sur les étirements après le sport pour que ce soit parfait. ^^
Je viens de lire le commentaire de guigiggs, posant des questions sur les étirements.
Le sujet des étirements est peut-être le sujet le plus controversé par les professionnels du sport, exe-co avec le sujet de la pratique de la musculation en complément avec les sports d'endurance. En effet, il possède des bienfaits, mais aussi des méfaits, qui ne sont connu que depuis peu de temps.
Les étirements permettent d'assouplir le muscle, ce qui facilite le passage du sang dans le muscle, facilite le mouvement... Les étirements permettent aussi de décontracter les muscles , et de le ramener à son état de départ après l'avoir beaucoup contracté lors d'un effort physique. En revanche, il ne doivent pas être fait n'importe quand ni n'importe comment.
En effet, des sportif ont pu constater que les étirements pratiqués juste avant une course de demi-fond, pouvaient diminuer les performances et pour cela il y a plusieurs raisons. Pendant l'étirement d'un muscle, le passage du sang est bloqué, ou fortement réduit dans ce muscle, et de plus, le simple fait de s'étirer provoque des micro-lésions musculaires. Ces lésions parlons en. Elles sont normales, lorsque l'on s'étire, on détruit des fibres musculaires, pour en reconstruire des plus souples, et en musculation c'est pareil, lorsqu'on soulève des charge lourdes, on détruit des fibres musculaires pour en reconstruire des plus fortes (série de 5 répétitions), des plus résistantes(donc plus grosse (= série de 10 répétitions)), ou des plus endurantes (série de 25 répétitions). A cause de ces lésions musculaires, il vaut mieux éviter de pratiquer les étirements juste avant une compétition importante (en faite il faut surtout éviter les étirements de souplesse, c'est à dire ceux de plus de 20secondes) ou juste après un effort physique important, ou surtout de longue durée car les lésions musculaires de l'effort physique couplé à celles des étirements peuvent provoquer des blessures.
Finalement, les étirements sont indispensables, mais doivent être effectués correctement et rappelons que nous sommes tous différent face aux étirements, puisque certains sont souple naturellement, tandis que d'autre doivent les pratiquer très régulièrement pour pouvoir juste faire leur lacets sans que ce soit trop difficile.
Personnellement, je fais une fois tout les deux jours, une séance d'étirement de 25 à 30 minutes, parfois à froid, parfois après un footing, ou une séance de musculation.
Plus d'information concernant les étirements sur le site de volodalen www.volodalen.com/25etirements/etirements.htm
un poste sur les étirements est également en projet sur le site musculaction.com

Posté le

unknown

(56)

Répondre


Tous les commentaires (40)

Acide lacitique = crampe ...

Posté le

unknown

(163)

Répondre

Sympa comme anecdote je me coucherai moins bête !!! :)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Et à quoi servent les étirements après le sport, alors?

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Comme précisé par Chi94 : ne pas confondre crampes et courbatures (et élongations, et ...).
Mais je pensais malgré tout que l'Acide lactique était une cause pour les courbatures... je me coucherai moins bête. :)

L'échauffement est donc primordial, il sert à ... chauffer le muscle, ce qui le rend plus souple, ainsi que les tendons, le tout en augmentant la quantité de sang qui y arrive.
- donc peu de chances de courbatures, car c'est un effort rapide et "à froid" qui risque d'entraîner ces lésions -

Pour les étirements après effort, je suis plus dans le flou, mais il me semble que c'est pour une meilleur vascularisation (irrigation sanguine) ... et s'il y a plus de sang au bon endroit, ça se refroidit en douceur et se répare plus rapidement ... *un truc comme ça*

Quelqu'un saura sûrement être plus précis que moi :)

Posté le

unknown

(3)

Répondre

Je comprends mieux pourquoi le lendemain je suis bon pour la casse ! Satané globules blancs, ils pourraient faire leur boulot dans l'ombre comme d'hab sans qu'on s'en aperçoive !
Manque plus que l'histoire sur les étirements après le sport pour que ce soit parfait. ^^

Posté le

unknown

(5)

Répondre

Je ne suis pas tout à fait d'accord.
Il est vrai que l'acide lactique n'est pas responsable des courbatures, dans le sens où il ne les produit pas lui-même. Cependant, ce ne sont pas vraiment les micros-lesions qui, à proprement parler engendrent des courbatures. Elles produisent en revanche une douleur assimilable à celle des courbatures. Les "vraies" courbatures sont dues à l'acidité. Cette acidité est formé lorsque l'on produit un effort dit en anaérobie (sans oxygène). En effet, il existe deux (principaux) types d'effort, les effort aérobies, et anaérobie.
Lorsqu'on court un 800m, le système cardio-vasculaire ne va pas pouvoir évacuer l'acidité produite par les muscles, de l'acidité va donc s'accumuler, et va engendrer les courbatures. La lactate va alors, en se transformant en acide lactique consommer un ion H+, et va alors diminuer l'acidité au sein du muscle(c'est paradoxal mais c'est comme ça). Le taux d'acide lactique est donc proportionnel à l'acidité musculaire et peux donc être utilisé pour surveiller l'état d'un sportif (au repos, il est de l'ordre de 2mmol/L de sang). En revanche, l'acide lactique n'est pas lui même la cause de l'acidité puisqu'il l'atténue.
Maintenant, venons en aux effort d'endurance. Lorsqu'on fait un effort prolongé à moins de 85% de VO2, (footing lent, marche, vélo...), on ne produit pas d'acidité, et on n'a pas alors de "vraies" courbatures. Cependant, les impacts au sol, et l'usage des muscles abiment le muscle, lui faisant des micros-lésions. Ce sont ces micro-lésions qui sont à l'origine des douleurs que l'on peut ressentir le lendemain d'une randonnée par exemple, mais ce que l'on appelle médicalement et physiologiquement des courbatures, c'est ce qui est engendré par l'acidité musculaire.

Maintenant, pour répondre aux interrogations que j'ai vu dans les commentaires précédant, concernant l'échauffement:
L'échauffement a deux objectif principaux:
Tout d'abord, celui que tout le monde connait: chauffer le muscle. En démarrant l'effort physique par un échauffement, on va faire coulisser les fibres musculaires, encore froide, entre elles, ce qui va en quelque sorte les "huiler". Après un échauffement, les fibres musculaires coulisserons mieux ensemble, ce qui diminuera les micro-lésions, et les risque de claquage (=déchirure). En hiver, l'échauffement est donc plus indispensable encore qu'en été, puisque les fibres musculaires sont plus froides, mais l'échauffement n'a pas pour seul objectif de chauffer les muscles.
En effet, l'échauffement a une utilité concernant les réactions chimiques ayant lieu dans les muscles. Nous avons parlé tout à l'heure des réactions aérobies et anaérobies, il faut savoir que les réactions anaérobies, (celle qui sont à l'origine des courbatures, celles qui consomment environ 25 fois plus...) peuvent démarrer instantanément dès le début de l'effort. Les réactions aérobies démarrent significativement qu'au bout de 5 ou 6 minutes, et atteignent leur apogée à la quarantième minute (on peux nuancer cela en rappelant que nous sommes tous différents face à l'effort, mais je me réfère ici à la courbe de Howald) Cela signifie que l'effort physique commence systématiquement par des réactions anaérobies, et c'est pour cela que l'effort dois commencer doucement, c'est pour ne pas démarrer en accumulant de l'acidité, et pour ne pas sacrifier dès le début les réserves de 600g de glycogène (problème de marathonien: le mur des 30km: épuisement des réserve de glycogene= necessiter de bruler uniquement les graisses) avec une réaction chimique trop énergivore.

Voila, vous n'avez peut être pas tout lu, mais je vous demande de me croire, malgré mon jeune âge, car j'ai des sources sûrs:
Le livre "courir longtemps" de Bruno HEUBI
Le livre "courir en harmonie" de Cyril GINDRE
Le site internet de VOLODALEN
Le forum des ADDM (au dela du marathon)

J'ai simplifié certain détails (comme le fait qu'il n'y a que deux principales réactions chimique au sein du muscle), c'est pour que ce soit plus claire (ça ne l'est pas forcement pour autant). Si vous souhaitez que je précise l'un de ces points, envoyé moi un mail, et si je suis capable de développer moi même ce détail, je le développerai ici même.
mon adresse mail: tiboper1@gmail.com

Posté le

unknown

(416)

Répondre

a écrit : Je comprends mieux pourquoi le lendemain je suis bon pour la casse ! Satané globules blancs, ils pourraient faire leur boulot dans l'ombre comme d'hab sans qu'on s'en aperçoive !
Manque plus que l'histoire sur les étirements après le sport pour que ce soit parfait. ^^
Je viens de lire le commentaire de guigiggs, posant des questions sur les étirements.
Le sujet des étirements est peut-être le sujet le plus controversé par les professionnels du sport, exe-co avec le sujet de la pratique de la musculation en complément avec les sports d'endurance. En effet, il possède des bienfaits, mais aussi des méfaits, qui ne sont connu que depuis peu de temps.
Les étirements permettent d'assouplir le muscle, ce qui facilite le passage du sang dans le muscle, facilite le mouvement... Les étirements permettent aussi de décontracter les muscles , et de le ramener à son état de départ après l'avoir beaucoup contracté lors d'un effort physique. En revanche, il ne doivent pas être fait n'importe quand ni n'importe comment.
En effet, des sportif ont pu constater que les étirements pratiqués juste avant une course de demi-fond, pouvaient diminuer les performances et pour cela il y a plusieurs raisons. Pendant l'étirement d'un muscle, le passage du sang est bloqué, ou fortement réduit dans ce muscle, et de plus, le simple fait de s'étirer provoque des micro-lésions musculaires. Ces lésions parlons en. Elles sont normales, lorsque l'on s'étire, on détruit des fibres musculaires, pour en reconstruire des plus souples, et en musculation c'est pareil, lorsqu'on soulève des charge lourdes, on détruit des fibres musculaires pour en reconstruire des plus fortes (série de 5 répétitions), des plus résistantes(donc plus grosse (= série de 10 répétitions)), ou des plus endurantes (série de 25 répétitions). A cause de ces lésions musculaires, il vaut mieux éviter de pratiquer les étirements juste avant une compétition importante (en faite il faut surtout éviter les étirements de souplesse, c'est à dire ceux de plus de 20secondes) ou juste après un effort physique important, ou surtout de longue durée car les lésions musculaires de l'effort physique couplé à celles des étirements peuvent provoquer des blessures.
Finalement, les étirements sont indispensables, mais doivent être effectués correctement et rappelons que nous sommes tous différent face aux étirements, puisque certains sont souple naturellement, tandis que d'autre doivent les pratiquer très régulièrement pour pouvoir juste faire leur lacets sans que ce soit trop difficile.
Personnellement, je fais une fois tout les deux jours, une séance d'étirement de 25 à 30 minutes, parfois à froid, parfois après un footing, ou une séance de musculation.
Plus d'information concernant les étirements sur le site de volodalen www.volodalen.com/25etirements/etirements.htm
un poste sur les étirements est également en projet sur le site musculaction.com

Posté le

unknown

(56)

Répondre

Captivant tes commentaires Tiboper1, tu m'as l'air assez calé^^ c'est clair et bien expliqué tout ça, un excellent 'complément' à l'anecdote.

Posté le

unknown

(8)

Répondre

@ Tiboperr1 : durant un effort en anaérobie, la lactate ne consomme pas un ion H+. Il le capte au niveau des réserves de glucose et le libère ensuite dans la cellule : l'acide lactique est donc responsable de l'acidité au niveau musculaire. Pour résumer : l'acide lactique transport l'acidité.

Posté le

unknown

(3)

Répondre

:|
Tiboper1, que dire, a part merci beaucoup pour toutes ces infos !
Je viens d'en apprendre un sacré paquet en l'espace de 5min (ça prend du temps de tout lire, mais ça en vaut la peine !).
On y est, cette anecdote est parfaite ^^

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : @ Tiboperr1 : durant un effort en anaérobie, la lactate ne consomme pas un ion H+. Il le capte au niveau des réserves de glucose et le libère ensuite dans la cellule : l'acide lactique est donc responsable de l'acidité au niveau musculaire. Pour résumer : l'acide lactique transport l'acidité. Thib38, décidément, tu es sur les mêmes sites internet que moi :D
en ce qui concerne la lactate, il est est vrai qu'il s'agit d'un transporteur. D'après ce que je me souviens, la lactate + H+ => acide lactique, donc d'une certaine manière, la lactate consomme un H+ pour devenir de l'acide lactique, mais cependant tu as raison, je me suis mal exprimé. L'acide lactique n'étant pas très acide, la transformation du lactate en acide lactique va donc empêché un ion H+ de nuire, et c'est pour cela que j'ai écrit que la lactate n'était pas responsable de l'acidité puisqu'elle l'atténuait. Il me semble même que l'acide lactique l'aide à s'évacuer. Enfin, tu reconnaîtras que tu pinailles en précisant que au niveau musculaire, l'acide lactique est responsable de l'acidité, puisque j'ai surtout fais en sorte de simplifier les choses.
Salutation sportif, l'autre tibo iserois (au fait je suis réparé, viens courir les foulées de crossey au moi d'octobre)

Posté le

unknown

(3)

Répondre

C'est pour cela qu'il est déconseillé de s'étirer dans la foulée après une séance de sport , mais le faire réduit quand même la douleur du lendemain.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

En effet, on se retrouve souvent :)
D'acc avec tes précisions mais de toute facon la physio n'est pas le plus important. Ce qui compte c'est les séances pour progresser même si les connaissances physio aident en cela ;). Je vais voir si je peux venir. Sinon, je serais aussi au Challenge d'automne sur 2000m steeple et au 10km de Romans. Et toi?

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Je serai très probablement au challenge d'automne, et peut-être aussi au 10 km de romans. Mais pour le moment, je vais faire en sorte de ne pas trop en faire d'un coup comme je sort de blessure, je verrai donc surement une ou deux semaines à l'avance. Pour le moment, c'est pour le tour du lac de paladru que j'hésite. Ce qui est sur, c'est que je serai au foulées de Crossey quoi qu'il arrive, et même si je me re-blesse, à ce moment là, je serai dans l'organisation.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Ouais soit prudent pour éviter la rechute...

Posté le

unknown

(1)

Répondre

@tiboper je te conseille d'ecrire un livre de medecine :) Mais je trouve super interessant et certaines informations ont répondies a certaines questions ! merci encore !

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Tu na qua attraper le sida "Guiguigns" si tu ne veu pas que tes globule blanc tembete x)))
Mais bon je pense qua la fin sa serai pire lol

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Tu na qua attraper le sida "Guiguigns" si tu ne veu pas que tes globule blanc tembete x)))
Mais bon je pense qua la fin sa serai pire lol
Huhu, j'adore l'humoir noir... mais je n'aurai jamais pensé à ça.
Merci :)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Sympa votre discours les gars... Mais il y a Facebook MSN ou encore twitter pour ça ... LOL

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Merci j'y vois plus clair ! Atteinte d'une polyarthrite rhumatoïde (PR) tous les matins je mettais (ouf heureusement la médecine progresse) entre 1h et 1h30 pour me "dérouiller" les articulations (pour faire court c une maladie auto-immune cad dans ce cas la les globules blancs "se trompent" et attaquent des cellules saines) bref tout ça pour dire que c vrai ke les globules blancs travaillent plus la nuit car le matin : un vrai robot rouillé... Après tout ce qui est étirement etc... Désolée j'ai jamais pu faire de sport donc je ne pourrais pas vous aider sur le sujet !!! Merci a tous ! Surtout pour cette explication sur les globules blancs !!!

Posté le

unknown

(2)

Répondre