Le homard a été un plat de pauvre

Proposé par
le

Si le homard est aujourd'hui un produit de luxe, au XVIIe et XVIIIe siècle il était considéré comme une nourriture pour les pauvres en raison de sa très forte abondance dans les océans. Ce n'était pas un plat très apprécié et on le prenait en si grande quantité qu'il servit même comme engrais.


Commentaires préférés (3)

La truffe egalement etait appellee la «patate du pauvre» et abondait sur les etales des marches de campagne lorsque les forets recouvraient encore le territoire francais. Elle se vend aujourd'hui a prix d'or..

Posté le

android

(390)

Répondre

L esturgeon et le caviar egalement.
Comme quoi, tout n est que question de mode.
Si demain, la mode etait de manger des insectes, on trouverait tous ca, certainement tres bon.

Posté le

android

(282)

Répondre

En Dordogne , au XVII siécle il était interdit de donner à manger du saumon aux domestiques plus de deux fois par semaine .


Tous les commentaires (51)

La truffe egalement etait appellee la «patate du pauvre» et abondait sur les etales des marches de campagne lorsque les forets recouvraient encore le territoire francais. Elle se vend aujourd'hui a prix d'or..

Posté le

android

(390)

Répondre

L esturgeon et le caviar egalement.
Comme quoi, tout n est que question de mode.
Si demain, la mode etait de manger des insectes, on trouverait tous ca, certainement tres bon.

Posté le

android

(282)

Répondre

Et ben, ils mangeaient pas si mal en faite les paysans à l'epoque ! ;)

je comprends maintenant pourquoi les impôts montent de tous les temps : c'est la mode !

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : L esturgeon et le caviar egalement.
Comme quoi, tout n est que question de mode.
Si demain, la mode etait de manger des insectes, on trouverait tous ca, certainement tres bon.
Ca redevient déjà à la mode les insectes il parait ..

En Dordogne , au XVII siécle il était interdit de donner à manger du saumon aux domestiques plus de deux fois par semaine .

et comme dit le chat de Geluck les étoiles les riches se trouvent dans les hôtels alors que celles des pauvres se trouvent... dans le ciel !

Posté le

android

(46)

Répondre

Après avoir acheté du homard en masse on finit souvent pauvre.

Posté le

android

(4)

Répondre

C'est la rareté qui fait le coût du produit, hors volonté marketing comme certains produits "de luxe" vendus volontairement bien plus cher, voire même certains produits de marque d'usage plus courant (vêtements, vin...)

Posté le

android

(26)

Répondre

Au train où va le ratissage en masse des océans ,ce sera sur les sardines ,harengs et autres poissons des plus "basique"que seront malheureusement portées les prochaines anecdotes de ce type dans quelques années !

Posté le

android

(76)

Répondre

Aller moi je vais congeler des sardines à l'huile. Peut être dans 30 ans sa vaudra de l'or !

a écrit : Aller moi je vais congeler des sardines à l'huile. Peut être dans 30 ans sa vaudra de l'or ! C'est très peu probable, les poissons d'élevage prendraient le relais comme c'est déjà le cas en partie

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : En Dordogne , au XVII siécle il était interdit de donner à manger du saumon aux domestiques plus de deux fois par semaine . Bah oui sinon c'est écœurant! ;-)

Voilà encore une preuve de l influence de l homme sur la nature...
Je pense que la mode est directement lié à la rareté du produit..
Si demain le poulet était rare il deviendrai un produit de luxe ..
Voilà la conséquence de notre gaspillage et de notre insouscience...
Quand l homme aura tous consommé il s apercevra alors que l argent n est pas comestible..
L humanité est le cancer de la planète car même les animaux savent gérer et réguler la nature..

C'est toujours un produit bon marché dans certaines régions du Canada et des États-Unis, On y trouve même une version burger chez Mac Do, le mac Lobster.

Posté le

android

(47)

Répondre

Si vous voulez voir la plus grande statue de homard du monde (c'est dans ma liste de 100 choses à faire avant de mourir.) Elle se trouve dans la village de pêcheurs de Shediac, New Brunswick, Canada

(Le new brunswick c'est juste sous le quebec et en sandwich entre ce dernier, l'Atlantique et les États Unis.)

Posté le

android

(34)

Répondre

C'est ce que j'ai toujours pensé. On a dit que c'était un plat de luxe alors tous les moutons accourent et trouvent ce plat succulent.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : L esturgeon et le caviar egalement.
Comme quoi, tout n est que question de mode.
Si demain, la mode etait de manger des insectes, on trouverait tous ca, certainement tres bon.
Sauf qu'aujourd'hui, l'esturgeon est une espèce menacée d'extinction (même si on en fait de l'élevage). De même, la population des homards s'est raréfiée (à moindre mesure certes). C'est une simple loi d'économie ou la rareté fait le prix.

Dans quelque année les pâtes seront un produit de premier choix alors ^_^

a écrit : La truffe egalement etait appellee la «patate du pauvre» et abondait sur les etales des marches de campagne lorsque les forets recouvraient encore le territoire francais. Elle se vend aujourd'hui a prix d'or.. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, il n'y a pas moins de forêts en France aujourd'hui qu'il n'y en avait au XVIIIe ! Au contraire! La surface forestière française a pratiquement doublé en un siècle et demi, passant de 9 millions d’hectares, au milieu du XIXe, à plus de 16 millions aujourd’hui.

Source: Le Dessous des Cartes: Histoire des forêts de France, diffusé sur Arte.