Pourquoi dit-on "un vent à décorner les boeufs" ?

Proposé par
le

Le décornage des boeufs permet d'éviter qu'ils se blessent ou soient gênés pour se nourrir. Mais cela provoque des saignements qui attirent les mouches, posant des problèmes d'hygiène. Les paysans profitaient donc des jours de grand vent pour écorner leurs bovins, car les mouches ne sortent pas quand il y a du vent. D'où l'expression "un vent à décorner les boeufs".


Commentaires préférés (3)

J'ai toujours cru que cette expression venait du fait que le vent était tellement fort qu'il pourrait décorner un bœuf ! Ce soir je me coucherai effectivement moins bête.

Posté le

unknown

(370)

Répondre

chukanizer: bien sur, car au contraire ca les soulage de leur tirer le lait...

Posté le

unknown

(73)

Répondre

J'ai grandi à la campagne, et ben je plussoie que ces bêtes sont loin d'être tristes ou traumatisées... Elles passent leurs journée dans un immense champ, le soir elles dorment a l'abris, et vont et viennent a leurs grés, et la traite est vue comme un moment de relaxation, il fallait même pas faire trop de bruit durant ce moment, par respect... Sans compter les soins ( brossage, lavage au jet etc...) Alors bon, barbare.... Faut quand même pas pousser !

Posté le

unknown

(193)

Répondre


Tous les commentaires (37)

Bonne anecdote, merci. Précision cependant pour nous tous, paysans béotiens : en quoi consiste exactement cette opération de decornage? Si qqn peut apporter la précision, ca serait sympa. Merci

Posté le

unknown

(11)

Répondre

Énorme je l entends souvent et jamais je ne me suis posé la question. Merci

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Très bonne anecdote. Les expressions les plus courantes ont souvent des explications méconnues. Qu'en est-il par exemple de "tourner autour du pot" ?

Posté le

unknown

(10)

Répondre

a écrit : Bonne anecdote, merci. Précision cependant pour nous tous, paysans béotiens : en quoi consiste exactement cette opération de decornage? Si qqn peut apporter la précision, ca serait sympa. Merci On écorne les veaux quand les cornes commencent à peine à sortir. En fait on détruit les cellules responsables de la formation des cornes avec un fer chaud ou des produits chimiques, ou on les retire chirurgicalement.
www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/dairy/facts/09-004.htm
Je ne sais pas si ça se fait quand l' animal est plus âgé.

Posté le

unknown

(6)

Répondre

J'ai toujours cru que cette expression venait du fait que le vent était tellement fort qu'il pourrait décorner un bœuf ! Ce soir je me coucherai effectivement moins bête.

Posté le

unknown

(370)

Répondre

Car enfermer une vache et lui tirer son lait 3 fois par jour te partait moins barbare?

Posté le

unknown

(0)

Répondre

chukanizer: bien sur, car au contraire ca les soulage de leur tirer le lait...

Posté le

unknown

(73)

Répondre

Bizarre j'ai travaillé dans une ferme lorsque j'étais étudiant et la traite n'avait lieu que deux fois par jour...
D'ailleurs le fait de tirer le lait favorise la production, ça leur fait du bien et elles apprécient, il y a de loin des traitements plus "barbares" dispensés aux animaux, mais de très loin!

Posté le

unknown

(40)

Répondre

Je comprends ce que veux dire Chukanizer. Une vache laitière est une création complètement humaine qui serait incapable de vivre sans l'aide de l'homme. Elle mourrait sans notre intervention de traite. Ce qui est quand même assez barbare... Cela dit l'homme excelle dans l'art de la torture qu'elle soit envers l'animal ou l'homme d'ailleurs!

Posté le

unknown

(3)

Répondre

Barbare est un bien grand mot c'est pour leur bien qu'on leur coupe les cornes !

Posté le

unknown

(12)

Répondre

Je ne sais pas si toutes les exploitations sont comme celles où j'ai travaillais mais je ne suis pas sur de comprendre... S'occuper d'une vache depuis sa naissance en la nourrissant, en s'occupent d'elle, en la soignant,en lui mettant à disposition des espaces extérieurs, des abris et tout ça en contre partie de vêlages et de lait vous trouvez ça barbare? Certes l'exploitation où j'étais est familiale et compte une centaine de têtes, ce n'est donc pas l'usine mais quand même c'est loin d'être l'enfer pour ces animaux :-/

Posté le

unknown

(45)

Répondre

J'ai grandi à la campagne, et ben je plussoie que ces bêtes sont loin d'être tristes ou traumatisées... Elles passent leurs journée dans un immense champ, le soir elles dorment a l'abris, et vont et viennent a leurs grés, et la traite est vue comme un moment de relaxation, il fallait même pas faire trop de bruit durant ce moment, par respect... Sans compter les soins ( brossage, lavage au jet etc...) Alors bon, barbare.... Faut quand même pas pousser !

Posté le

unknown

(193)

Répondre

Il y a des vaches qui ne passent pas la journée dans un immense champ, mais qui au contraire ne sortent pas du tout.

Posté le

unknown

(31)

Répondre

Le terme de barbare n'est peut-être pas judicieux, excusez-moi. Néanmoins, rendre une bête dépendante au point que sans vous, elle mourrait dans d'atroces souffrances. Et tout cela uniquement par des manipulations génétiques en vue de s'alimenter. Personnellement cela me dérange. Après il est bien évident que les gens qui s'occupent de ces bêtes ne sont pas en cause et qu'il nous est désormais impossible de revenir en arrière. J'ai toujours du mal quand on manipule la nature "pour notre bien" c'est tout.

Posté le

unknown

(14)

Répondre

Je sens le troll proche ....

Posté le

unknown

(5)

Répondre

C'est l'élevage intensif qui est je l'accorde horrible mais en France en tout cas pour les vaches je ne crois pas que ça soit répandu. En revanche pour les porcs et les poulets oui...

Posté le

unknown

(23)

Répondre

Anecdote très intéressante, ainsi que le simili débat sur les exploitations agricoles, mais le vraie question demeure : quel est le lien avec les cocus dans tout ça ?

Posté le

unknown

(14)

Répondre