Feignant et fainéant ne veulent pas dire la même chose

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Pas je fais les deux dans tout les cas, feignant au boulot, fainéant à la maison ;-)

Posté le

android

(176)

Répondre

Le feignant est au privé ce que le fainéant est au public ^^

Posté le

windowsphone

(238)

Répondre

Réponse à lapin25 : Ces transformations existent en effet mais dans le cas de l'anecdote on est bien face à deux notions différentes, en l'occurrence "qui ne fait rien" et "qui fait croire qu'il fait". C'est la proximité sémantique et phonétique qui a conduit à ce que les termes se rapprochent dans le langage, pas une contraction.

D'ailleurs c'est peut être dû à l'accent de ma région ou autre chose mais j ai toujours clairement distingué dans la bouche des autres le terme " fai-né-ant".
Ou alors ma vie m'a conduit à ne côtoyer que des personne fières de leur paresse et ne cherchant jamais à feindre, m'éloignant de fait du terme "feignant"


Tous les commentaires (40)

Entre 13 et 14h, après la grosse pause déjeuner et le petit café, je "travaillerai" moins bête !

Malheureusement l'issu est la meme. "Rien" ...

Le mot fainéant est ancien (attesté en 1532) et n'a pas changé de sens.
"Faignant" est très récent (XXème siècle) sauf comme gérondif de "feindre". Il n'est donc pas dans un dictionnaire ancien, par exemple le Littré.

Pas je fais les deux dans tout les cas, feignant au boulot, fainéant à la maison ;-)

Posté le

android

(176)

Répondre

Et moi qui insultait mon téléphone car il me l'écrivait toujours de deux façons différentes.. JMCMB

"Le travail éloigne de nous trois grands maux : l'ennui le vice et le besoin."
Voltaire

Le feignant est au privé ce que le fainéant est au public ^^

Posté le

windowsphone

(238)

Répondre

En fait, je crois que c'est juste une contraction du langage : fainéant c'était trop long à dire, en tout cas, plus que feignant.
Ce type de transformation orale est d'ailleurs assez courant. Par exemple lorsqu'il qu'il y a un hiatus dans le mot/la phrase, cela facilite la diction ("va-y" est par exemple devenu "vas-y")
Un vrai truc de paresseux en tout cas !

(ATTENTION : je précise que je ne suis pas linguiste, je me base sur des souvenirs de cours de latin, donc si je dis une énorme bêtise, signalez-la moi :) )

Réponse à lapin25 : Ces transformations existent en effet mais dans le cas de l'anecdote on est bien face à deux notions différentes, en l'occurrence "qui ne fait rien" et "qui fait croire qu'il fait". C'est la proximité sémantique et phonétique qui a conduit à ce que les termes se rapprochent dans le langage, pas une contraction.

D'ailleurs c'est peut être dû à l'accent de ma région ou autre chose mais j ai toujours clairement distingué dans la bouche des autres le terme " fai-né-ant".
Ou alors ma vie m'a conduit à ne côtoyer que des personne fières de leur paresse et ne cherchant jamais à feindre, m'éloignant de fait du terme "feignant"

a écrit : En fait, je crois que c'est juste une contraction du langage : fainéant c'était trop long à dire, en tout cas, plus que feignant.
Ce type de transformation orale est d'ailleurs assez courant. Par exemple lorsqu'il qu'il y a un hiatus dans le mot/la phrase, cela facilite la diction ("
;va-y" est par exemple devenu "vas-y")
Un vrai truc de paresseux en tout cas !

(ATTENTION : je précise que je ne suis pas linguiste, je me base sur des souvenirs de cours de latin, donc si je dis une énorme bêtise, signalez-la moi :) )
Afficher tout
Il me semble d'après ma prof de grammaire qu'à l'impératif il n'y a pas de -s avec la première personne de l'impératif (le "tu") SAUF quand le verbe est suivi de y ou en (donc vas-y, prends-en etc.).
Je pense donc que cette différence est d'origine. Ou peut-être pour coller avec les liaisons pour le nous et le vous "allons-y" "allez-y" . Mais elle ne nous a pas parlé du hiatus dans ce cas là.
Après ça reste pas impossible non plus...


En fait je me rend compte que ce que je dis n'apporte absolument pas de réponse, ce que je voulais faire à la base. Mais ça me ferait mal d'effacer tout ce que je viens d'écrire alors voilà :D

a écrit : Réponse à lapin25 : Ces transformations existent en effet mais dans le cas de l'anecdote on est bien face à deux notions différentes, en l'occurrence "qui ne fait rien" et "qui fait croire qu'il fait". C'est la proximité sémantique et phonétique qui a conduit à ce que les termes se rapprochent dans le langage, pas une contraction.

D'ailleurs c'est peut être dû à l'accent de ma région ou autre chose mais j ai toujours clairement distingué dans la bouche des autres le terme " fai-né-ant".
Ou alors ma vie m'a conduit à ne côtoyer que des personne fières de leur paresse et ne cherchant jamais à feindre, m'éloignant de fait du terme "feignant"
Afficher tout
Merci bien !

a écrit : Il me semble d'après ma prof de grammaire qu'à l'impératif il n'y a pas de -s avec la première personne de l'impératif (le "tu") SAUF quand le verbe est suivi de y ou en (donc vas-y, prends-en etc.).
Je pense donc que cette différence est d'origine. Ou peut-être pour colle
r avec les liaisons pour le nous et le vous "allons-y" "allez-y" . Mais elle ne nous a pas parlé du hiatus dans ce cas là.
Après ça reste pas impossible non plus...


En fait je me rend compte que ce que je dis n'apporte absolument pas de réponse, ce que je voulais faire à la base. Mais ça me ferait mal d'effacer tout ce que je viens d'écrire alors voilà :D
Afficher tout
Attention, la règle de supprimer le "S" à la seconde personne de l'impératif ne s'applique qu'aux verbes du premier groupe qui sont tous en -er.

"Aller" est le seul verbe en -er qui soit du troisième groupe, c'est-à-dire le fourre-tout, car sa conjugaison résulte de trois racines latines différentes: je vais, j'allais, j'irais.

Des complications analogues se retrouvent en espagnol et en italien, laissant ceux d'origine germanique assez intrigués.

Je suis trop feignant/fainéant pour faire la distinction.

a écrit : "Le travail éloigne de nous trois grands maux : l'ennui le vice et le besoin."
Voltaire
Et comme la paresse est mère de tous les vices, ne pas être fainéant est être gratifié de toutes les vertus. C.Q.F.D.

a écrit : En fait, je crois que c'est juste une contraction du langage : fainéant c'était trop long à dire, en tout cas, plus que feignant.
Ce type de transformation orale est d'ailleurs assez courant. Par exemple lorsqu'il qu'il y a un hiatus dans le mot/la phrase, cela facilite la diction ("
;va-y" est par exemple devenu "vas-y")
Un vrai truc de paresseux en tout cas !

(ATTENTION : je précise que je ne suis pas linguiste, je me base sur des souvenirs de cours de latin, donc si je dis une énorme bêtise, signalez-la moi :) )
Afficher tout
"Va-y"comme en italien ou l on dit couramment "vai"

Mais quelqu'un feignant de ne rien faire, n'est pas un fainéant.

Je pense que l'homophonie est géographique parce que dans ma région j'ai toujours entendu les gens faire la distinction de prononciation (et de sens)

a écrit : En fait, je crois que c'est juste une contraction du langage : fainéant c'était trop long à dire, en tout cas, plus que feignant.
Ce type de transformation orale est d'ailleurs assez courant. Par exemple lorsqu'il qu'il y a un hiatus dans le mot/la phrase, cela facilite la diction ("
;va-y" est par exemple devenu "vas-y")
Un vrai truc de paresseux en tout cas !

(ATTENTION : je précise que je ne suis pas linguiste, je me base sur des souvenirs de cours de latin, donc si je dis une énorme bêtise, signalez-la moi :) )
Afficher tout
Non rien à voir, tu vois bien que les deux mots sont différents même si phonétiquement ressemblant. Feignant vient du verbe feindre, je feins de travailler donc je suis feignant. Fainéant vient de faire néant, il fait néant, donc il ne fait rien.

Ça me fait penser à une vidéo de Code Mu sur YouTube qui traite exactement ce sujet avec ces termes, allez la voir, cette chaîne traite de la langue française et est vraiment sympa !