Le mot anglais pour tante vient du français

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Comme beaucoup de mots Anglais qui dérivent du Français, Cliché, Rendez-vous, Forest qui provient de l'ancien Français ou encore le très fameux Bon Appétit. Le monde de la cuisine garde généralement les noms français, amuse bouche, apéritif, digestif...

Posté le

android

(147)

Répondre

a écrit : Comme beaucoup de mots Anglais qui dérivent du Français, Cliché, Rendez-vous, Forest qui provient de l'ancien Français ou encore le très fameux Bon Appétit. Le monde de la cuisine garde généralement les noms français, amuse bouche, apéritif, digestif... Oui la cuisine y est particulièrement sujet. Mais beaucoup d'autres mots parfois inattendus: brand (une marque, vient du vieux français, brander qui était l'action de marquer le bétail), Pedigree (du vieux français pied de grue dont la forme triangulaire n'est pas sans rappeler les branches d'un arbre généalogique), Castle (Château, du vieux français chastel comme dans la ville Neufchâtel), Skew (oblique, du vieux français escuer qui veut dire esquiver). Ce sont les seuls que je connaisse mais il en existe plein d'autres. J'avais d'ailleurs vu quelques études expliquant que 60% des mots anglais provenaient du vieux français/Normand et/ou du latin.

C'est le cas de milliers de mots, comme dit auparavant, dans la cuisine, mais également dans la justice (qui a longtemps été faite en français). Le français était une langue noble au Royaume Uni, le peuple parlait anglais, et les gens cultivés apprenaient le français.
Cependant, l'anglais s'est développé quand les descendants de Guillaume le Conquérant ont dû céder leurs terres en Bretagne. Pendant presque 2 siècles, le francais a été boudé, ce qui a permis à l'anglais de se développer. Ensuite, le français est revenu petit à petit, créant de nombreux doublons de mots. Et il en est de même avec le latin, créant des "triplons" dans la langue anglaise ! Il y avait donc jusque 3 mots signifiant la même chose, mais les mots ont vite changé de sens pour qu'ils ne soient pas inutiles !

Posté le

android

(93)

Répondre


Tous les commentaires (34)

Comme beaucoup de mots Anglais qui dérivent du Français, Cliché, Rendez-vous, Forest qui provient de l'ancien Français ou encore le très fameux Bon Appétit. Le monde de la cuisine garde généralement les noms français, amuse bouche, apéritif, digestif...

Posté le

android

(147)

Répondre

a écrit : Comme beaucoup de mots Anglais qui dérivent du Français, Cliché, Rendez-vous, Forest qui provient de l'ancien Français ou encore le très fameux Bon Appétit. Le monde de la cuisine garde généralement les noms français, amuse bouche, apéritif, digestif... Et au delà des mots français récemment introduit dans l'anglais. Il y a surtout 75% (si je ne m'abuse) des mots anglais qui proviennent du français. Cela remonte à Guillaume le Conquérant (ou William pour les anglais) qui fit du français la langue officiel de l'Angleterre pendant bien longtemps.
On a des mots comme table, beauty ou meme sun.

a écrit : Comme beaucoup de mots Anglais qui dérivent du Français, Cliché, Rendez-vous, Forest qui provient de l'ancien Français ou encore le très fameux Bon Appétit. Le monde de la cuisine garde généralement les noms français, amuse bouche, apéritif, digestif... Oui la cuisine y est particulièrement sujet. Mais beaucoup d'autres mots parfois inattendus: brand (une marque, vient du vieux français, brander qui était l'action de marquer le bétail), Pedigree (du vieux français pied de grue dont la forme triangulaire n'est pas sans rappeler les branches d'un arbre généalogique), Castle (Château, du vieux français chastel comme dans la ville Neufchâtel), Skew (oblique, du vieux français escuer qui veut dire esquiver). Ce sont les seuls que je connaisse mais il en existe plein d'autres. J'avais d'ailleurs vu quelques études expliquant que 60% des mots anglais provenaient du vieux français/Normand et/ou du latin.

a écrit : Oui la cuisine y est particulièrement sujet. Mais beaucoup d'autres mots parfois inattendus: brand (une marque, vient du vieux français, brander qui était l'action de marquer le bétail), Pedigree (du vieux français pied de grue dont la forme triangulaire n'est pas sans rappeler les branches d'un arbre généalogique), Castle (Château, du vieux français chastel comme dans la ville Neufchâtel), Skew (oblique, du vieux français escuer qui veut dire esquiver). Ce sont les seuls que je connaisse mais il en existe plein d'autres. J'avais d'ailleurs vu quelques études expliquant que 60% des mots anglais provenaient du vieux français/Normand et/ou du latin. Afficher tout Ou encore "flirt" venant de "conter fleurette", "fashion", evolution de "à la façon"...

Comme chaque anecdote sur ce sujet, quelqu'un va sortir la citation de Georges Clémenceau.
Donc je m'en charge cette fois-ci..

"L'Anglais ? Ce n'est jamais que du français mal prononcé."

Voilà c'est fait.. ^^

Posté le

android

(38)

Répondre

a écrit : Comme beaucoup de mots Anglais qui dérivent du Français, Cliché, Rendez-vous, Forest qui provient de l'ancien Français ou encore le très fameux Bon Appétit. Le monde de la cuisine garde généralement les noms français, amuse bouche, apéritif, digestif... Ainsi que des mots français simplement utilisés en anglais, on retrouve certains mots français, moins usuels, dans la langue anglaise :
Coward vient de couard (ou lâche)
Proud, de prud (ou vaillant, que l'on retrouve dans prud'hommes)
Square, qui vient d'esquarre, qui donna équerre
Dog, de dogue, soit chien.

N'oublions pas que le français fut un langage officiel de l'Angleterre pendant longtemps !

Posté le

android

(24)

Répondre

C'est dingue comment nous nous sommes tous improvisés étymologues de la langue anglaise ;)

Posté le

android

(17)

Répondre

Dites donc j'espère qu'on aura pas droit à une anecdote pour chaque mot anglais qui vient du français, sinon on a pas finit. Au final l'anglais c'est du français mâché et simplifié.

Posté le

android

(12)

Répondre

Ce mot est en effet bizarre. Il vient du vieux français "aunte", (pas "ante", probablement faute de frappe), dérivé du latin "amita", désignant la sœur du père.
La disparition du "m" est anormale, l'apparition du "t" aussi, peut-être parce qu'il est plus simple de dire "ma t - aunte".
En tous cas, je lui fais confiance, tous mes biens sont chez ma tante, en attente.

C'est le cas de milliers de mots, comme dit auparavant, dans la cuisine, mais également dans la justice (qui a longtemps été faite en français). Le français était une langue noble au Royaume Uni, le peuple parlait anglais, et les gens cultivés apprenaient le français.
Cependant, l'anglais s'est développé quand les descendants de Guillaume le Conquérant ont dû céder leurs terres en Bretagne. Pendant presque 2 siècles, le francais a été boudé, ce qui a permis à l'anglais de se développer. Ensuite, le français est revenu petit à petit, créant de nombreux doublons de mots. Et il en est de même avec le latin, créant des "triplons" dans la langue anglaise ! Il y avait donc jusque 3 mots signifiant la même chose, mais les mots ont vite changé de sens pour qu'ils ne soient pas inutiles !

Posté le

android

(93)

Répondre

a écrit : Ce mot est en effet bizarre. Il vient du vieux français "aunte", (pas "ante", probablement faute de frappe), dérivé du latin "amita", désignant la sœur du père.
La disparition du "m" est anormale, l'apparition du "t" aussi, peut-être parce qu'il est plu
s simple de dire "ma t - aunte".
En tous cas, je lui fais confiance, tous mes biens sont chez ma tante, en attente.
Afficher tout
Au cas où, il n'y a pas qu'une seule orthographe pour un mot en ancien français (dû aux nombreux dialectes, on peut par exemple retrouver "jeo", "je", "jo" pour dire "je", par exemple), et d'après le Godefroy, le dictionnaire de référence pour l'ancien français, les deux orthographes sont attestées.

Peut-être que le "t" vient d'une mécoupure : *ta a(u)nte > *t'ante > tante, comme il s'est produit pour "ma mie" < m'amie < lat. mea amica, mais ce n'est qu'une spéculation.

Quant au "m" qui te préoccupe, je pense qu'il a évolué en "n" après la chute du "i". Je proposerais donc comme évolution :

1. amita(m) > *amita (amuïssement du "m" final, consonne très faible déjà en latin) ;
2. *amita > *amite (centralisation du "a" final en [ə] (un peu le son qu'on fait en disant "Euh..." ou le <eu> dans "coiffeur")) ;
3. *amite > *amte (syncope du "i" post-tonique, en position faible) ;
4. *amte > ante (nasalisation de la syllabe [am] > [ɑ̃n]).

Pour le "u" attesté, j'imagine que le "a", étant initial, tonique et libre, s'est diphtongué en [aw] dans certains dialectes.

Je ne suis pas un spécialiste, donc je peux me tromper, ce ne sont que des idées ! Si certains s'y connaissent mieux, je serais heureux de me faire corriger.

Posté le

android

(26)

Répondre

a écrit : Au cas où, il n'y a pas qu'une seule orthographe pour un mot en ancien français (dû aux nombreux dialectes, on peut par exemple retrouver "jeo", "je", "jo" pour dire "je", par exemple), et d'après le Godefroy, le dictionnaire de référence pour l'ancien français, les deux orthographes sont attestées.

Peut-être que le "t" vient d'une mécoupure : *ta a(u)nte > *t'ante > tante, comme il s'est produit pour "ma mie" < m'amie < lat. mea amica, mais ce n'est qu'une spéculation.

Quant au "m" qui te préoccupe, je pense qu'il a évolué en "n" après la chute du "i". Je proposerais donc comme évolution :

1. amita(m) > *amita (amuïssement du "m" final, consonne très faible déjà en latin) ;
2. *amita > *amite (centralisation du "a" final en [ə] (un peu le son qu'on fait en disant "Euh..." ou le <eu> dans "coiffeur")) ;
3. *amite > *amte (syncope du "i" post-tonique, en position faible) ;
4. *amte > ante (nasalisation de la syllabe [am] > [ɑ̃n]).

Pour le "u" attesté, j'imagine que le "a", étant initial, tonique et libre, s'est diphtongué en [aw] dans certains dialectes.

Je ne suis pas un spécialiste, donc je peux me tromper, ce ne sont que des idées ! Si certains s'y connaissent mieux, je serais heureux de me faire corriger.
Afficher tout
Merci de ce commentaire très pertinent, qui mériterait bien plus d'approbations.
L'étymologie n'est pas une science exacte, mais les hypothèses avancées sont très clairement exposées et plausibles.

a écrit : Dites donc j'espère qu'on aura pas droit à une anecdote pour chaque mot anglais qui vient du français, sinon on a pas finit. Au final l'anglais c'est du français mâché et simplifié. Oui enfin faut pas oublier que l'anglais est une langue germanique. Certains disent plus de 60 pour cent de mots français ? Hum...

a écrit : Comme chaque anecdote sur ce sujet, quelqu'un va sortir la citation de Georges Clémenceau.
Donc je m'en charge cette fois-ci..

"L'Anglais ? Ce n'est jamais que du français mal prononcé."

Voilà c'est fait.. ^^
Si ça se trouve, c'est toi qui la cite à chaque fois...

a écrit : Oui enfin faut pas oublier que l'anglais est une langue germanique. Certains disent plus de 60 pour cent de mots français ? Hum... Pas du tout. Les mots les plus courants sont bien germaniques (father, house, etc.), mais l'essentiel du vocabulaire (les estimations varient de deux tiers à huit dixièmes) est indiscutablement d'origine française, et rarement directement issu du latin ou du grec, comme certains sont réticents à l'admettre.
Le mot "opinion", qui a le même sens dans les deux langues, est passé par le français, qui a transformé le latin "opinio", qui n'est même pas conservé exactement dans l'italien "opinione".
La différence est que l'anglais est très conservateur, donc garde le sens originel que bien souvent le français a lui-même oublié.

Commentaire supprimé Quel est le critère de référence pour savoir qui prononce bien ou mal?
Cela me fait penser à un conférencier qui se plaignait de la déchéance du français: je lui ai demandé quelles étaient ses références pour dire que ceci est du bon, ou du mauvais français. Il ne s'attendait pas à celle-là, et a fini par bredouiller "Chateaubriand" - brillante réponse en effet. Pourtant, il s'agissait d'un directeur d'une maison très célèbre dans le monde de l'édition française.

a écrit : Quel est le critère de référence pour savoir qui prononce bien ou mal?
Cela me fait penser à un conférencier qui se plaignait de la déchéance du français: je lui ai demandé quelles étaient ses références pour dire que ceci est du bon, ou du mauvais français. Il ne s'attendait pas à celle-là, et a fini par br
edouiller "Chateaubriand" - brillante réponse en effet. Pourtant, il s'agissait d'un directeur d'une maison très célèbre dans le monde de l'édition française. Afficher tout
C'est pourtant simple : quand c'est bien prononcé, c'est que c'est du français, et quand c'est mal prononcé, c'est alors de l'anglais. On peut le prendre aussi réciproquement : si c'est du français, on le reconnait au fait que c'est bien prononcé, alors que l'anglais est, lui, mal prononcé.

Facile.

a écrit : C'est pourtant simple : quand c'est bien prononcé, c'est que c'est du français, et quand c'est mal prononcé, c'est alors de l'anglais. On peut le prendre aussi réciproquement : si c'est du français, on le reconnait au fait que c'est bien prononcé, alors que l'anglais est, lui, mal prononcé.

Facile.
"Bien" ou "mal" prononcé, qu'est-ce que cela signifie? Quelle norme?
Si je dis "ell' est ben bonn', c'te souppalogon", c'est-y du bon ou du mauvais français?
Et si je prononce "opiniôn" au lieu de opinion comme dans oignon?
Ils est difficile de dire que les Normands ou les Provençaux, par exemple, ne sont pas des locuteurs impeccables, et pourtant je dois changer mon accent selon la région.
Et à Paris donc! J'auré une gueule d'atmosphaîre!

a écrit : "Bien" ou "mal" prononcé, qu'est-ce que cela signifie? Quelle norme?
Si je dis "ell' est ben bonn', c'te souppalogon", c'est-y du bon ou du mauvais français?
Et si je prononce "opiniôn" au lieu de opinion comme dans oignon?
Ils est diffi
cile de dire que les Normands ou les Provençaux, par exemple, ne sont pas des locuteurs impeccables, et pourtant je dois changer mon accent selon la région.
Et à Paris donc! J'auré une gueule d'atmosphaîre!
Afficher tout
Les parisiens ne parlent ni français ni anglais. Ils parlent le parisien, qui n'est que de l'anglais mal prononcé.

D'ailleurs la devise de la monarchie britannique depuis l'époque d'Henri V est "Dieu et mon droit"

Posté le

android

(6)

Répondre