Après la dyslexie, la dyscalculie

Proposé par
le

La dyslexie est un trouble de l'acquisition et de l'automatisation de la lecture bien connu. Mais il existe, pour les chiffres, quelque chose de similaire : la dyscalculie est un trouble de l'apprentissage en mathématiques et/ou une faiblesse dans les opérations de calcul.


Tous les commentaires (82)

a écrit : Question honnête (il n'y a pas de piège) : est-ce que les dys- sont considérées comme des maladies ? Ou est-ce que c'est seulement un trouble ?

Je dis ça, parce que j'ai peur que le terme maladie me semble un peu stigmatisant, alors que c'est un phénomène normal et commun...
En France, les troubles DYS sont considérés comme un handicap.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Merci pour le complément. Je connais bien le sujet, mon frère étant dysphasique. Ce sont encore à ce stade des handicaps très (trop) peu connus et donc pour lesquels les traitements et démarches sont encore trop hésitants. Du moins en France, car la Belgique et le Canada possèdent (comment pour beaucoup d'autres cas de figure) des structures très bien conçues avec du personnel averti et formé à ce genre de maux.

Bien que bénéficiant de la reconnaissance de handicap auprès de la MDPH, nous ne connaissons généralement que la dyslexie auprès du grand public. Et pourtant, chacun de ces handicaps est (bien que différemment les uns des autres), très difficile à gérer au quotidien pour l'individu et son entourage. D'autant que ce sont des problèmes dont les principaux intéressés se rendent comptent et qui les bloque réellement dans leur rapport aux autres et dans leur vie de tous les jours. Cela est très dur à vivre.

Des associations comme avenir dysphasie, ou encore des "clubs jeunes" leur permettant de se rencontrer et d'échanger se créent un peu partout en france et c'est une très bonne chose. Cela mériterai encore davantage de communication et d'aide. Car malgré tout, et surtout dans le milieu professionnels, ces personnes sont dans un "entre-deux" très délicat. Ni trop pour intégrer des structures "normales" ni assez handicapé pour intégrer celles spécialisées comme les ESAT/CAT.

Et je sais fort malheureusement que ce n'est pas un regroupement de handicaps isolés, trop nombreux sont encore les troubles méconnus et mal pris en charge.

Désolé pour le pavé, cela me tient particulièrement à cœur. Un grand merci à ceux qui auront eu le courage de me lire en entier, cela montre déjà un intérêt et donc une conscience que je respecte et encourage.
Afficher tout
Étant dyslexique et dysorthographique je peut effectivement dire qu'en France c'est mal adapté. Étant encore au étude, et ayant déménager au canada j'ai donc pu voir la différence au niveau scolaire.

En France j'avais le droit uniquement au tiers temps au examen en fin d'année

Au qc j'ai le droit à moitié du temp pour tout les évaluation (donc pas uniquement au examen de fin d'année), toutes mes évaluation sont faite sur ordinateur avec le logiciel antidote pour corriger et wordQ et aussi du surlignement (donc une personne surligne les faute puis après je corrige), à l'oral mon plan indique que le professeur doit prendre entente avec moi (j'ai donc déjà eu des oraux que j'ai pas fait mais à la place j'avais un travail ecrit à faire à la maison), je dispose d'une prise de note à tout les cours. Je profite aussi de mentorat en français et anglais (donc un prof qui revoit avec moi ce qui as était fait en cours), je croit que j'ai rien oublier d'autre.

Je dispose donc de plus de service au qc, et pourtant c'est exactement le même diagnostiqué qu'en France (puisqu'il on récupérer les documents médicaux francais concernant ceci)

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Étant dyslexique je n'ai jamais osé écrire de commentaires sur cette application. Et pourtant j'en suis une fidèle lectrice. Car beaucoup de gens ici se moque ouvertement des commentaires contenant des fautes d'orthographe... Et donc forcément quand on est dysorthographique... On fait des fautes.. Et les railleries nous isoles...
Donc oui il y a des fautes dans ce message, oui je me suis relu et j'ai fait attention en écrivant... Mais non je n'ai pas 2 de Qi... Non je ne regarde pas la tv réalité... Non je ne suis pas je m'en foutiste... Oui je suis allé à l'école et je suis même depuis peu devenu médecin...

On ne se rend pas compte mais c'est un handicap invisible qui isole malgrés tout dans notre société jugeante.
Afficher tout
Sa met déjà arriver de poster mais beaucoup (je sais plus si c'est le cas mais il y a quelque temp c'etait sa) que quelque temp après avoir poster mon message sa me disait que mon commentaire était supprimer à cause du nombre de fautes ...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Tu sais, moi qui donne de l'importance à l'orthographe et qui l'aime, et sans être dyslexique, je suis tout ce qui a de plus saoûlé par ces comm' qui reprennent l'orthographe des autres. Pour moi la seule condition, c'est que le récepteur du message ne doit pas avoir à faire plus d'efforts pour comprendre que n'en a mis l'émetteur pour l'écrire. Enfin dans l'idéal, quoi. Je pense qu'on a été méchants à l'école avec certains, du coup il se vengent sur d'autres inconsciemment, je sais pas ce qu'ils ont mais tu devrais être indulgent avec eux, ils se sentent agressés par les fautes, ils s'identifient à l'orthographe, chacun s'identifie à ce qu'il peut, eux c'est l'orthographe, ils ont l'impression que c'est synonyme de qualité personnelle, d'ailleurs je suis sûr qu'ils ne voudraient pas tomber amoureux de quelqu'un qui fait des fautes, même si c'était le soleil en personne. Encore heureux d'ailleurs. Sinon t'imagines l'ambiance à la maison?

Et puis, n'oublie pas que les académiciens de l'Académie Française, ces vieux machins, ont un sabre, et les sabres c'est pas fait pour les tartines. En même temps c'est pas fait pour les vieux non plus. Bon, bref.

Mais surtout sache que 96% de la communauté des gens (bizarres?) qui font des comm' ici, s'en foutent un peu de quelques fautes d'orthographe par-ci par-là, t'inquiète. C'est juste qu'on va pas te faire un comm' en disant: "t'as fait une faute mais on s'en fout". Vu qu'on s'en tape.
Afficher tout
Attention aussi : On a parfois des gens qui postent des commentaires, plein de pédanterie et très court, se résumant en général en une phrase ou deux et posant une affirmation sans fondement, qu'on peut souvent résumer en : "J'ai tout compris, si vous ne comprenez pas c'est que vous êtes des moutons".

Ce n'est en général pas très intéressant ni très constructif, et l'envie de recadrer ce genre de commentaire est forte. Or, il arrive qu'ils soient bourrés de fautes, et dans ce cas... on s'en donne à cœur-joie, ne serait-ce que pour souligner la paresse intellectuelle de son auteur, qui, non content de formuler une idée souvent pré-conçue et pas très originale comme si elle était subversive, ne prend même pas la peine de correctement la rédiger.

Ce n'est pas tant l'orthographe qui est attaquée - de nombreux commentaires très pertinents en sont souvent truffés, sans que cela ne gène trop la compréhension. C'est surtout le comportement type "Je vous balance ma vérité à la gueule, alors osef" qui est visé.

Pour conclure, si t'as un trucs qui te semble utile à dire : dis-le mieux du mieux possible, on ne t'en tiendra pas rigueur.

a écrit : Sa met déjà arriver de poster mais beaucoup (je sais plus si c'est le cas mais il y a quelque temp c'etait sa) que quelque temp après avoir poster mon message sa me disait que mon commentaire était supprimer à cause du nombre de fautes ... Une question pour les personnes atteintes de dyslexie :
Le fait d'écrire "ça met" au lieu de "ça m'est" c'est une faute qu'on peut imputer à la dyslexie ??
Je pensais que la dyslexie c'était surtout dès inversion de lettres/syllabes. Parce que je connais des personnes non dyslexiques qui sont des billes en grammaire. Alors dans le lot, on doit pouvoir trouver des personnes à la fois dyslexique et mauvaise en grammaire/conjugaison.
Les erreurs du style "si j'aurais" "je suis aller" "j'ai envie de mangé" ne sont-elles pas à distinguer ?
Avant de me faire égorger je précise que c'est une véritable question, sans aucune critique envers l'auteur de ce message.

P.S. Où est-ce de la dysorthographie ?

a écrit : Je travaille en esat et je pense avoir cerné le problème que tu évoques. À priori, d'après ce que je lis, il s'agit plus d'un trouble du langage que d'une déficience mentale ( même si j'imagine que parfois ces troubles peuvent être associés). Effectivement en esat ne sont en général admises que les personnes présentant une déficience mentale ( trisomie, autisme,...). Cela dit, chez nous ( je ne sais pas si c'est pareil partout) selon le degré de handicap, les personnes peuvent intégrer des entreprises adaptées. Ce sont des pôles, au sein d'entreprises classiques où le travail est facilité ( délais plus longs, tâches simplifiées, encadrement adapté) est ce que par hasard ton frère a pu tenter sa chance au sein d'une de ces structures ? Afficher tout Effectivement il me semble que chaque esat est different, et pour certains il existe différents pôles qui prennent en charge des cas plus ou moins importants. Toutefois, et ce n'est pas une attaque envers ce type de structure, veuillez bien le croire, mon frère en a intégré une l'an dernier. Du côté de bordeaux. Et ils n'ont pas souhaité le garder car il est très lent dans sa compréhension des tâches demandées et dans leur pratique. Comme il s'agit d'établissements qui sont souvent amenées à vendre leurs produits, cela reste de l'ordre de l'entreprise, et le rendement devait compter car ils n'ont pas souhaité le garder pour cette raison. Pour le coup, vous êtes effectivement dans le juste mais la solution ne s'est pas trouvée là. Chose que je déplore fortement. Il a pu trouver la voie de salut auprès d'une enseigne de grande distribution avec un patron consciencieux et prêt à prendre sous son aile des jeunes qui ont des troubles tels que celui ci.

a écrit : Étant dyslexique je n'ai jamais osé écrire de commentaires sur cette application. Et pourtant j'en suis une fidèle lectrice. Car beaucoup de gens ici se moque ouvertement des commentaires contenant des fautes d'orthographe... Et donc forcément quand on est dysorthographique... On fait des fautes.. Et les railleries nous isoles...
Donc oui il y a des fautes dans ce message, oui je me suis relu et j'ai fait attention en écrivant... Mais non je n'ai pas 2 de Qi... Non je ne regarde pas la tv réalité... Non je ne suis pas je m'en foutiste... Oui je suis allé à l'école et je suis même depuis peu devenu médecin...

On ne se rend pas compte mais c'est un handicap invisible qui isole malgrés tout dans notre société jugeante.
Afficher tout
Je trouve cela très courageux d'avoir osé prendre la parole, en prenant en compte ce que vous dites. A savoir l'agressivité de certains à l'égard des autres, y compris dans le cadre d'une application comme celle là, qui est dans son ensemble très bienveillante. Aussi, je vous encourage à continuer et ne pas faire fit du qu'en dira-t-on

a écrit : Étant dyslexique et dysorthographique je peut effectivement dire qu'en France c'est mal adapté. Étant encore au étude, et ayant déménager au canada j'ai donc pu voir la différence au niveau scolaire.

En France j'avais le droit uniquement au tiers temps au examen en fin d'année />
Au qc j'ai le droit à moitié du temp pour tout les évaluation (donc pas uniquement au examen de fin d'année), toutes mes évaluation sont faite sur ordinateur avec le logiciel antidote pour corriger et wordQ et aussi du surlignement (donc une personne surligne les faute puis après je corrige), à l'oral mon plan indique que le professeur doit prendre entente avec moi (j'ai donc déjà eu des oraux que j'ai pas fait mais à la place j'avais un travail ecrit à faire à la maison), je dispose d'une prise de note à tout les cours. Je profite aussi de mentorat en français et anglais (donc un prof qui revoit avec moi ce qui as était fait en cours), je croit que j'ai rien oublier d'autre.

Je dispose donc de plus de service au qc, et pourtant c'est exactement le même diagnostiqué qu'en France (puisqu'il on récupérer les documents médicaux francais concernant ceci)
Afficher tout
Cela est une très bonne chose pour vous, et j'ai le souhait que ce type d'aide et d'aménagement puisse un jour intégrer notre contrée. Bon courage à vous, vous méritez autant qu'un autre de vous en sortir dans le cursus scolaire ou ailleurs

a écrit : Merci Goba et JulienBx,

En fait il existe plusieurs troubles DYS.
Ce préfixe qui vient du grec désigne une difficulté.
La dyslexie est certes beaucoup plus connue, mais elle est mal connue malgré tout. Le degré d'atteinte ou de gravité varie d'une personne à une autre.
Il
peut s'agir d'une "simple" difficulté comme d'un réel handicap.
Alors oui, il y a la dyslexie qui concerne la lecture, la dyscalculie aussi, qui peut être très sévère, la dysphasie, la dyspraxie, la dysphasie, la dysgraphie...
Ce ne sont pas des maladies, mais des troubles qui sont aujourd'hui reconnus comme handicaps.
Le gros problème, c'est que c'est un handicap dit "invisible".
Mais ce n'est pas parce que cela ne se voit pas, que ça n'existe pas et que ce n'est pas grave.
Souvent les personnes atteintes de ces troubles, en cumulent. Il y en a un qui prédomine sur les autres, mais elles peuvent être touchées dans plusieurs domaines.
On naît dysphasique, dysgraphique... et on le reste toute sa vie, mais grâce à une bonne prise en charge et des efforts intenses, on peut en minimiser l'impact et améliorer les domaines dans lesquels on est en difficulté.
Les personnes atteintes de troubles DYS sont loin d'être fainéantes !!!! Bien au contraire ! Elles sont souvent courageuses et volontaires. Non seulement il leur est très difficile d'accéder aux apprentissages, mais elles doivent faire face à des personnes pleines de préjugés, qui ne supporteraient peut-être même pas un dixième de ce qu'elles vivent. Il n'y a qu'à lire certains commentaires...
Elle doivent se battre sans cesse pour essayer d'arriver à suivre à l'école, se faire une place dans le monde du travail, comme si leur handicap n'était déjà pas assez lourd à porter !

Pour ceux qui voudraient en connaître plus, il y a un "c'est pas sorcier" très intéressant sur le sujet :

www.youtube.com/watch?v=7jaeNhjz2rQ&noredirect=1
Afficher tout
Merci pour les informations supplémentaires, en effet nous ne pouvons pas tout évoquer tant le sujet implique un grand nombre de choses. Mais en parler et donner le plus de détails possible est un bon début. Merci également pour la vidéo, très instructive !

a écrit : Il y a aussi la dysorthographie, la dysphasie (oral), dyspraxie (maladresse)... Et il y aurait une personne sur dix d'atteinte d'une maladie dys. La dyslexie n'est pas une maladie

Posté le

android

(0)

Répondre

Je vois qu'il y a pas mal de dys dans les comentaires ! :D
Personnellement je suis dyslexique, dysorthographique et dysgraphique.
Je vous invite, si vous voulais "maitrisé", à aller jetter un oeil à la Methode Davis (Ronald Davis). Maintenant j'ai beaucoup moins de difficultés ça m'a beaucoup aidé surtout pour ma dysgraphie !
(PS: je sais pas si il y a un système de messages privé sur l'apli mais si il y en a un et que vous voulez plus de détails je serais heureux de vous aider !)

Posté le

android

(2)

Répondre

Et pour la lecture des chiffres romains y'a un nom ? ^^ A mort Louis croix vé baton

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Une question pour les personnes atteintes de dyslexie :
Le fait d'écrire "ça met" au lieu de "ça m'est" c'est une faute qu'on peut imputer à la dyslexie ??
Je pensais que la dyslexie c'était surtout dès inversion de lettres/syllabes. Parce que je connais des pe
rsonnes non dyslexiques qui sont des billes en grammaire. Alors dans le lot, on doit pouvoir trouver des personnes à la fois dyslexique et mauvaise en grammaire/conjugaison.
Les erreurs du style "si j'aurais" "je suis aller" "j'ai envie de mangé" ne sont-elles pas à distinguer ?
Avant de me faire égorger je précise que c'est une véritable question, sans aucune critique envers l'auteur de ce message.

P.S. Où est-ce de la dysorthographie ?
Afficher tout
Alors être dyslexique n'est pas que inverser les syllabes,en faite il y a différentes manifestations.
Pour ma part je suis dyslexique( dys lecture) donc je lit lentement( un livre me prends surment 3fois plus de temps que quelqu'un de lambda), je galère pour lire a voix haute, je galère pour lire les sous titres d'un film.

Dysorthographique: je fais des fautes d'orthographe dans le sens du vocabulaire: pourquoi poire prend un e alors que voir qui se prononce pareille n'en prend pas... Je ne retiens pas l'orthographe du mot en soit. Je n'associe pas un son avec comment il s'écrit: manger et mangé...
La grammaire c'est différent et en effet je n'ai pas de raison à être nulle... Sauf qu'ayant été diagnostiqué à 24ans, quand on a toujours 0 en dictée même en faisant des efforts sur l'orthographe... On fini par abandonner...et a devenir nulle
Écrire nécessite donc un effort de concentration supplémentaire.
Dysgraphique: j'ai finit par cacher mon orthographe et ma méconnaissance du mot ( genre pourquoi seconde ne s'écrit pas segonde?) en écrivant mal...

Chez moi il n'y a pas d'inversion des syllabes.

Donc voilà si ca peut-être plus claire, et beaucoup de dyslexique méconnue pourront se reconnaître dans mes mots...

Une dernière caractéristiques, c'est souvent des gens qui fonctionnent bien dans d'autre matière et sourtout a l'oral mais pour qui le passage a l'écrit est compliqué donc pas une histoire de Qi en moi surtout quand on sait que Einstein était dys!

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Alors être dyslexique n'est pas que inverser les syllabes,en faite il y a différentes manifestations.
Pour ma part je suis dyslexique( dys lecture) donc je lit lentement( un livre me prends surment 3fois plus de temps que quelqu'un de lambda), je galère pour lire a voix haute, je galère pour lire les s
ous titres d'un film.

Dysorthographique: je fais des fautes d'orthographe dans le sens du vocabulaire: pourquoi poire prend un e alors que voir qui se prononce pareille n'en prend pas... Je ne retiens pas l'orthographe du mot en soit. Je n'associe pas un son avec comment il s'écrit: manger et mangé...
La grammaire c'est différent et en effet je n'ai pas de raison à être nulle... Sauf qu'ayant été diagnostiqué à 24ans, quand on a toujours 0 en dictée même en faisant des efforts sur l'orthographe... On fini par abandonner...et a devenir nulle
Écrire nécessite donc un effort de concentration supplémentaire.
Dysgraphique: j'ai finit par cacher mon orthographe et ma méconnaissance du mot ( genre pourquoi seconde ne s'écrit pas segonde?) en écrivant mal...

Chez moi il n'y a pas d'inversion des syllabes.

Donc voilà si ca peut-être plus claire, et beaucoup de dyslexique méconnue pourront se reconnaître dans mes mots...

Une dernière caractéristiques, c'est souvent des gens qui fonctionnent bien dans d'autre matière et sourtout a l'oral mais pour qui le passage a l'écrit est compliqué donc pas une histoire de Qi en moi surtout quand on sait que Einstein était dys!
Afficher tout
Oui c'est plus clair, merci.
Le fait que les difficultés à lire et écrire entraîne une difficulté qui ne fait à l'origine pas partie du trouble colle avec l'idée générale que je m'en faisais.
Il n'y a à priori pas de raison qu'un enfant dont le trouble est correctement pris en charge développe des lacunes de ce côté.

Il n'y a toujours pas de remède ou quelque chose pour atténuer la maladie ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Effectivement il me semble que chaque esat est different, et pour certains il existe différents pôles qui prennent en charge des cas plus ou moins importants. Toutefois, et ce n'est pas une attaque envers ce type de structure, veuillez bien le croire, mon frère en a intégré une l'an dernier. Du côté de bordeaux. Et ils n'ont pas souhaité le garder car il est très lent dans sa compréhension des tâches demandées et dans leur pratique. Comme il s'agit d'établissements qui sont souvent amenées à vendre leurs produits, cela reste de l'ordre de l'entreprise, et le rendement devait compter car ils n'ont pas souhaité le garder pour cette raison. Pour le coup, vous êtes effectivement dans le juste mais la solution ne s'est pas trouvée là. Chose que je déplore fortement. Il a pu trouver la voie de salut auprès d'une enseigne de grande distribution avec un patron consciencieux et prêt à prendre sous son aile des jeunes qui ont des troubles tels que celui ci. Afficher tout C'est dommage car les esat ont pour vocation première d'amener épanouissement et progrès. Mais le problème est le même partout je pense... On ne jure plus que par la production, les chiffres... Au détriment du bien être des personnes... C'est très dommage...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Au début j'ai cru que tu pensais que ce n'est pas normal d'être passionné par la comptabilité... Oui on aurait pu le croire aussi!

a écrit : Il n'y a toujours pas de remède ou quelque chose pour atténuer la maladie ? Je ne crois pas qu'il y en ait. C'est neurologique tout ça, il faut des séances chez l'orthophoniste pour pouvoir apprendre les maths d'une autre manière.

a écrit : Alors être dyslexique n'est pas que inverser les syllabes,en faite il y a différentes manifestations.
Pour ma part je suis dyslexique( dys lecture) donc je lit lentement( un livre me prends surment 3fois plus de temps que quelqu'un de lambda), je galère pour lire a voix haute, je galère pour lire les s
ous titres d'un film.

Dysorthographique: je fais des fautes d'orthographe dans le sens du vocabulaire: pourquoi poire prend un e alors que voir qui se prononce pareille n'en prend pas... Je ne retiens pas l'orthographe du mot en soit. Je n'associe pas un son avec comment il s'écrit: manger et mangé...
La grammaire c'est différent et en effet je n'ai pas de raison à être nulle... Sauf qu'ayant été diagnostiqué à 24ans, quand on a toujours 0 en dictée même en faisant des efforts sur l'orthographe... On fini par abandonner...et a devenir nulle
Écrire nécessite donc un effort de concentration supplémentaire.
Dysgraphique: j'ai finit par cacher mon orthographe et ma méconnaissance du mot ( genre pourquoi seconde ne s'écrit pas segonde?) en écrivant mal...

Chez moi il n'y a pas d'inversion des syllabes.

Donc voilà si ca peut-être plus claire, et beaucoup de dyslexique méconnue pourront se reconnaître dans mes mots...

Une dernière caractéristiques, c'est souvent des gens qui fonctionnent bien dans d'autre matière et sourtout a l'oral mais pour qui le passage a l'écrit est compliqué donc pas une histoire de Qi en moi surtout quand on sait que Einstein était dys!
Afficher tout
Ça va c'est pas choquant, t'écris bien quand même

a écrit : Je sais que dans certains cas, les personnes reconnues dyscalculiques peuvent se voir bénéficiées d'un tiers-temps aditionnel pour certaines épreuves type bac, bep, cap... Donc si vous pensez l'être, renseignez-vous, on vous fera des tests pour savoir si l'on vous considère dyscalculique ou juste "pas bon" en maths, si on vous donne un tiers-temps ça veut dire du temps en plus pour terminer l'épreuve de maths. Afficher tout Mon fils est dyscalculique et dyspraxique (trouble de la coordination et problème de reperage dans l'espace) et l'année dernière au brevet il a bénéficié d'un tiers temps qui l'a aidé. Par contre pour être reconnu à la MDPH c'est le parcours du combattant. De même que certains profs ne prennent pas en compte son handicap et le prennent pour un paresseux. Pareil pour ses camarades de classe qui le mettent à l'écart car à cause de sa dyspraxie il a du mal à se servir d'une équerre, d'un compas, de ciseaux etc et cela malgré ses 16 ans. Le regard des autres est difficile pour tous les dys et il en résulte souvent un manque de confiance énorme pour eux.

Posté le

android

(2)

Répondre