Après la dyslexie, la dyscalculie

Proposé par
le

La dyslexie est un trouble de l'acquisition et de l'automatisation de la lecture bien connu. Mais il existe, pour les chiffres, quelque chose de similaire : la dyscalculie est un trouble de l'apprentissage en mathématiques et/ou une faiblesse dans les opérations de calcul.


Tous les commentaires (82)

a écrit : C'est dommage car les esat ont pour vocation première d'amener épanouissement et progrès. Mais le problème est le même partout je pense... On ne jure plus que par la production, les chiffres... Au détriment du bien être des personnes... C'est très dommage... Effectivement, le problème est le même partout. Tant qu'il reste de bons établissements, avec de vraies valeurs, et des personnes comme vous qui semblent soucieuses d'apporter de l'aide par ce biais, cela reste une très bonne chose

a écrit : terme inventé pour donner des excuses à tous les fleimards de la caboche C'est ça. En fait, les problèmes mentaux, ça n'existe pas. Le feignant qui n'arrive pas à lire correctement en CE1, il le fait exprès juste pour se payer la honte devant toute la classe.

Juste un truc, ta bêtise, elle a été diagnostiquée comme "desempathixye? Non parce que j'espère que tu ne le fais pas exprès d'être parfait, ça peut se soigner la Parfaitudyxie tu sais.

a écrit : Personnellement je suis dyspraxique gestuelle. Malheureusement personne comprends comment je peux écrire aussi mal. Je bénéficie d'aménagements pour les épreuves mais malheureusement ça attire jalousie voir une mise à l'écart. Personne ne peux comprendre que c'est vraiment dur d'écrire vite et en même temps bien... Mes cours j'arrive presque pas à me relire... Afficher tout T'écris pas si mal que ça, il manque peut être un petit mot par ci par là pour que ça soit fluide à lire mais j'en connais pas mal qui demandent de gros efforts pour lire ce qu'ils écrivent.

En gros, tu ne pourra jamais écrire des romans à succès, mais on s'en fous hein ;)

a écrit : Étant dyslexique je n'ai jamais osé écrire de commentaires sur cette application. Et pourtant j'en suis une fidèle lectrice. Car beaucoup de gens ici se moque ouvertement des commentaires contenant des fautes d'orthographe... Et donc forcément quand on est dysorthographique... On fait des fautes.. Et les railleries nous isoles...
Donc oui il y a des fautes dans ce message, oui je me suis relu et j'ai fait attention en écrivant... Mais non je n'ai pas 2 de Qi... Non je ne regarde pas la tv réalité... Non je ne suis pas je m'en foutiste... Oui je suis allé à l'école et je suis même depuis peu devenu médecin...

On ne se rend pas compte mais c'est un handicap invisible qui isole malgrés tout dans notre société jugeante.
Afficher tout
Je ne dirai que deux choses:
Celles et ceux qui aiment relever les fautes d'orthographe ont forcément eux aussi un handicap à ce niveau sinon ils ne le feraient pas, car celles et ceux qui maîtrisent bien la langue n'en font jamais un usage abusif, se contentant de développer le sujet de l'anecdote dont il est question sans attaquer l'autre sur ses faiblesses.
Ensuite, si on t'attaque là dessus, je dirais que les envoyer se faire cuire un oeuf est toujours agréable, ça détend, ça fait du bien, et ça les emmerde :)

a écrit : Il n'y a toujours pas de remède ou quelque chose pour atténuer la maladie ? Ce n'est pas une maladie.
Le langage et tout ce que l'humanité a inventé pour communiquer (les maths, l'écriture, l'art) sont des inventions, des codes abstraits, et nous n'avons pas tous les clés pour maîtriser ces codes car ces codes ne sont pas innés mais acquis (ils ne sont pas en nous à la naissance mais s’apprennent, si tu préfère)
Même le langage parlé est une invention, l'orthophonie sert justement à cela, à le maîtriser.
La seule chose, le seul espoir, c'est comme dit plus haut à de nombreuses reprises, avoir la chance de tomber sur quelqu'un qui mettra le doigt sur le fait qu'il manque un petit quelquechose pour maîtriser un de ces aspect qui nous manque, et espérer comprendre ce qui pèche et régler le problème.

La dysconnerie, pourrait exister que ca serait pas plus mal

a écrit : Une question pour les personnes atteintes de dyslexie :
Le fait d'écrire "ça met" au lieu de "ça m'est" c'est une faute qu'on peut imputer à la dyslexie ??
Je pensais que la dyslexie c'était surtout dès inversion de lettres/syllabes. Parce que je connais des pe
rsonnes non dyslexiques qui sont des billes en grammaire. Alors dans le lot, on doit pouvoir trouver des personnes à la fois dyslexique et mauvaise en grammaire/conjugaison.
Les erreurs du style "si j'aurais" "je suis aller" "j'ai envie de mangé" ne sont-elles pas à distinguer ?
Avant de me faire égorger je précise que c'est une véritable question, sans aucune critique envers l'auteur de ce message.

P.S. Où est-ce de la dysorthographie ?
Afficher tout
Pour la dysorthographie c'est surtout lier à l'orthographe :

Les problèmes découlant de la dysorthographie sont :

-Une lenteur d'exécution, des hésitations et une pauvreté des productions (pour certain cas) ;
-Des fautes d'orthographe, de conjugaison, de grammaire et d'analyse ;
-Des difficultés à l'écrit semblables à celles du dysgraphique ;
-Des erreurs de copies et des découpages arbitraires ;
-Des économies de syllabes, des omissions et des mots soudés.
-Erreurs auditives par substitutions entre sons proches (confusions sourdes/sonores: grogne-crogne...), par assimilations (sachant-chachant...) ou par des substitutions de mots (sentier-chemin, le-les...),
-Erreurs visuelles (chemin-chenin...),
-Inversions (sept-step...),
-Erreurs relatives au code phonologique par non-respect des règles ou par méconnaissance (ill, gn, oi...)
-Erreurs d'homophones (a/à, vert/vers...),
-Erreurs de découpage (lendemain- lent de main, n'osèrent- nosèrent...)
-Confusion entre catégories grammaticales (pour les nourrir- pour les nourrires...),
-Mauvaise mémorisation de l'orthographe d'usage même pour des mots familiers fréquents.
-Fragilisation psychologique
-Estime de soi diminuée

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Il y en a beaucoup qui vont penser et qui pensent que c'est lié à une non-volonté de faire des efforts en maths etc.

Mais pour vous c'est facile de dire ça si vous y arrivez. Quelqu'un qui n'a pas la case "fonctionnement correct minimal en maths" de coché dans le cerveau ne p
eut pas faire plus que ce qu'il fait avec ou sans efforts. Afficher tout
Je ne suis pas d'accord, je suis prof particulier en maths d'une élève touchée par ce symptôme et avec les bonnes images et les bons mots, on peut passer par dessus ! Il suffit de canaliser les efforts dans le bon sens et de ne pas partir partout !

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : C'est pour ça que ces maladies on du mal à être reconnues, c'est comme tout hein, y'a ceux qui profitent et ceux qui subissent oui d'accord quand ca met en danger la vie du patient ou celle de son entourage, mais, à part se sentir inferieur et ne pas penser pour s'en sortir, à quoi bon etre diagnostiqué dyscalculique ? (je sais pas si ça se dit comme ça)

parce qu'en fait on soigne deja ça, plus ou moins, avec les profs de maths. selon le niveau attendu, je vois pas bien ce que la medecine peut y faire de plus. En fait c'est plutot dans ce sens-là ma remarque. autant quand on est dyslexique, il faut quelqu'un qui reapprenne la technique. mais du coups si on applique ca aux maths c'est d'un prof de maths dont ils ont besoin non ?

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : Et il y a un terme pour ceux qui parlent sans savoir. Une chance pour certains d'avoir le loisir de se faire un mauvais avis sur des questions qui ne les concernent pas, juste par extrapolation personnelle. Ça serait trop dommage que ces personnes souffrent vraiment de quelque chose, ça leur donnerait une excuse quand on en a pas soi-même Afficher tout et l'humour c'est pas autorise quand on parle de maladie ou il y a un terme pour ca ?

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : La dyslexie et la dyscalculie sont des pathologies. Par contre il y a un nombre incalculable de gens qui prétendent être atteints sous prétexte qu'ils ne font aucun effort de calcul mental ou qu'ils ne peuvent pas aligner 4 lettres sans faire une faute. Et ce n'est pas franchement respectueux pour ceux qui ont ce genre de pathologie parce qu'il n'y a rien de tel pour les décrédibiliser. La preuve avec ton commentaire. Afficher tout vraiment, l'humour ici c'est pas votre truc... au lieu de me faire une lecon de morale, expliquez moi comment on fait pour faire la differance et qu'est ce qu'on applique de different comme solution, comme ca au moins votre commentaire aura vraiement une utilité.

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : Mouais, il y a bien des fleMMards de l'orthographe ici... merci d'éviter de vous prendre pour un enseignant. je suppose que vous ne faites jamais d'erreur d'inattention.

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : Merci pour cette brillante démonstration (que dis-je, brillante ? Magistrale !) d'ignorance, bêtise, incompréhension, vanité, bêtise, aveuglement, stupidité, ai-je dit bêtise ?

J'espère que ton sort sera celui de tout bon troll qui se respecte : quand le soleil se lèvera, tu seras changé en pierr
e, en découvrant comment tu as été...

Pour info, c'est une métaphore, ça, à la fin (on est sur Internet, il faut toujours tout expliquer...)
Afficher tout
oui, à ben tient, à propos d'expliquer. allez-y, je vous écoute : comment on differencie, aide et soigne les gens qui en sont atteint ?

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : Merci Goba et JulienBx,

En fait il existe plusieurs troubles DYS.
Ce préfixe qui vient du grec désigne une difficulté.
La dyslexie est certes beaucoup plus connue, mais elle est mal connue malgré tout. Le degré d'atteinte ou de gravité varie d'une personne à une autre.
Il
peut s'agir d'une "simple" difficulté comme d'un réel handicap.
Alors oui, il y a la dyslexie qui concerne la lecture, la dyscalculie aussi, qui peut être très sévère, la dysphasie, la dyspraxie, la dysphasie, la dysgraphie...
Ce ne sont pas des maladies, mais des troubles qui sont aujourd'hui reconnus comme handicaps.
Le gros problème, c'est que c'est un handicap dit "invisible".
Mais ce n'est pas parce que cela ne se voit pas, que ça n'existe pas et que ce n'est pas grave.
Souvent les personnes atteintes de ces troubles, en cumulent. Il y en a un qui prédomine sur les autres, mais elles peuvent être touchées dans plusieurs domaines.
On naît dysphasique, dysgraphique... et on le reste toute sa vie, mais grâce à une bonne prise en charge et des efforts intenses, on peut en minimiser l'impact et améliorer les domaines dans lesquels on est en difficulté.
Les personnes atteintes de troubles DYS sont loin d'être fainéantes !!!! Bien au contraire ! Elles sont souvent courageuses et volontaires. Non seulement il leur est très difficile d'accéder aux apprentissages, mais elles doivent faire face à des personnes pleines de préjugés, qui ne supporteraient peut-être même pas un dixième de ce qu'elles vivent. Il n'y a qu'à lire certains commentaires...
Elle doivent se battre sans cesse pour essayer d'arriver à suivre à l'école, se faire une place dans le monde du travail, comme si leur handicap n'était déjà pas assez lourd à porter !

Pour ceux qui voudraient en connaître plus, il y a un "c'est pas sorcier" très intéressant sur le sujet :

www.youtube.com/watch?v=7jaeNhjz2rQ&noredirect=1
Afficher tout
super source. voilà qui aide bien à comprendre.

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : C'est ça. En fait, les problèmes mentaux, ça n'existe pas. Le feignant qui n'arrive pas à lire correctement en CE1, il le fait exprès juste pour se payer la honte devant toute la classe.

Juste un truc, ta bêtise, elle a été diagnostiquée comme "desempathixye? Non parce que j'espère
que tu ne le fais pas exprès d'être parfait, ça peut se soigner la Parfaitudyxie tu sais. Afficher tout
je ne suis pas parfaite. mais en tout ces, je n'ai pas besoin de ce genre de remarque pour le devenir.

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : Il y a aussi la dysorthographie, la dysphasie (oral), dyspraxie (maladresse)... Et il y aurait une personne sur dix d'atteinte d'une maladie dys. Je suis sûrement dysorthographique du il y as 10 ans avec mes SMS payant donc à abrégée malheureusement je ne sais plus conjugais la plupart des mots
De sur je suis dysphasique ou du moins je l'était car étant petit impossible de me comprendre pas faut d'avoir essayé les orthophoniste
Par contre je suis dyscalculique certe je sais faire les opérations soustraction de tête et encore mais multiplication après ma table de 5 en incluant celle de 10 je suis nul et en géométrie ne me demandez rien je sais pas faire un comble quand en cuisine les propositions sont de rigueur
Le seul chose que j'arrive à faire en Math sont les pourcentage

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : vraiment, l'humour ici c'est pas votre truc... au lieu de me faire une lecon de morale, expliquez moi comment on fait pour faire la differance et qu'est ce qu'on applique de different comme solution, comme ca au moins votre commentaire aura vraiement une utilité. Mon commentaire a pour utilité de faire remarquer à qui veut bien me lire que ce n'est pas avec des phrases du genre "terme inventé pour donner des excuses à tous les fleimards de la caboche" que la cause des dyslexiques, dyscalculiques et autres, sera entendue de sitôt. Si vraiment c'était de "l'humour" de votre part, désolé mais il est franchement déplacé.

a écrit : et l'humour c'est pas autorise quand on parle de maladie ou il y a un terme pour ca ? Non mais c'était juste pas drôle...

Je suis dyscalculique décelé il y a 6 ans c'est une vrai galère...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Non mais c'était juste pas drôle... non mais ça, c'est pas la question... vous aimez, vous aimez pas c'est votre probleme. vous etes pas obligé de repondre dans le denigrement ou le mepris. vous aviez qu'à juste dire, de suite, que c'est pas drole. Au lieu de vous ranger dans camp des donneurs de lecon... je trouve qu'on se permet bien des choses sur internet, que je pense qu'on ne se permettrait pas en vrai. moi, en vrai, j'assume : j'aurais fait ma blague pourrie. oui et avec un beau sourire je suis sure que personne n'aurait rit, mais personne ne se serait permis des exces comme ceux qu'on peut voir (je parle de facon generale. je dis ca perca qu'il y en a qui se sentent obligés de mettre des commentaires expliquatifs alors je le fais aussi).

voila, je ne repondrai plus à vos commentaire sur cette annecdote parce que vous etes vraiment gavant et qu'en vrai, je me serai deja barrée deux fois :*

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre