Au Japon, des milliers de personnes disparaissent chaque année

Proposé par
le
dans

Le terme "johatsu" (évaporé) traduit un phénomène au coeur de la culture nippone. Chaque année au Japon, près de 100 000 personnes disparaissent sans laisser de traces. Les concernés changent souvent d'identité et deviennent clandestins dans leur propre pays, souvent pour échapper à la honte et au déshonneur suite à un échec.

Il existe même aujourd'hui des sociétés de "déménagement" spécialisées dans l'évaporation. Le sujet reste tabou au Japon où les familles des disparus, frappées par la honte, n'entament souvent aucune démarche afin de retrouver leurs proches.


Commentaires préférés (3)

a écrit : C'est vrai qu'au Japon, il ne faut pas perdre la face.
Mais s'il est facile d'abandonner son identité (et ses proches, etc.), comment s'en reconstituer une nouvelle, par exemple se fabriquer un acte de naissance?
Vivent les USA! On peut y faire de nombreuses fois banqueroute, être p
ris, de nombreuses fois, en train de mentir effrontément, mais se retrouver Président. Afficher tout
C est vrai que tu es bien placé pour en parlé avec tout tes changements de pseudos ;)

Posté le

android

(144)

Répondre

a écrit : Un peu de pitié!
Chaque fois que je change de pseudo, je me retrouve en top, le plus souvent en très mauvaise compagnie de par exemple des blagues ridicules.
Puis je suis repéré, et alors l'on s'acharne; par exemple passer de 73 approbations à 45 en quelques heures comme avant-hier, il faut le fai
re. En général, elles sont remises à zéro, on ne peut faire mieux car il n'y a pas de total négatif. Mais cela me fait rire.
Si j'explique comment se débarrasser des pubs de ce site commercial, ce que j'ai fait plusieurs fois, c'est le bannisement immédiat dès que Philippe se réveille, et je suis contraint de prendre un autre pseudo.
Il est évident que sur ce site, écrire en français généralement correct (sauf fautes de frappe et distractions) est singulier; je n'aurais jamais écrit "pour en parlé avec tout tes changements", témoignage d'une inculture foncière de la part de sophia, qui pourtant signifie "sagesse" en grec.
Mais c'est le seul que j'ai trouvé pour entretenir mon français, acquis à grand peine car ce n'est pas ma langue naturelle.
Évidemment ce commentaire sera vite effacé, et lanarcho, banni, contraint de trouver un autre pseudo.
Que totolaristo soit rassuré: mon mot de passe, très simple, est toujours le même et je ne risque pas de l'oublier.
Afficher tout
Une chose est sûre, tu es très attaché aux votes sur tes commentaires puisque tu en parles dans un commentaire sur 2 (tu te fais d'ailleurs bannir à chaque fois à cause de ça, mais aussi pour tes hors sujets réguliers : il faudra que tu comprennes un jour que l'espace commentaires de SCMB ne t'est pas réservé et que tu n'es pas libre d'y raconter tout ce qui te passe par la tête, surtout quand ça n'a aucun rapport avec l'anecdote..).

Tu es aussi persuadé que dès que je me lève le matin, je me précipite sur une fonction spéciale que j'aurai pour baisser les votes sur tes commentaires. Une sorte de théorie du complot chez SCMB. Le fait que ce soit simplement que tu fatigues régulièrement la plupart des lecteurs avec tes plaintes et tes HS permanents, et qu'ils te sanctionnent dès qu'ils t'ont identifié (ce qui n'est pas difficile, cette anecdote le démontrant une fois de plus) ne t'a jamais effleuré l'esprit....

Fais un essai : reste dans l'anecdote, arrête de parler des notes sur tes commentaires, arrête de reprendre sans arrêt tout le monde, de prendre les gens régulièrement de haut (comme tu le fais encore ici), en plus parfois alors que tu as complètement tort, et tu verras comme par magie ta côte de popularité remonter :)


Tous les commentaires (67)

C'est vrai qu'au Japon, il ne faut pas perdre la face.
Mais s'il est facile d'abandonner son identité (et ses proches, etc.), comment s'en reconstituer une nouvelle, par exemple se fabriquer un acte de naissance?
Vivent les USA! On peut y faire de nombreuses fois banqueroute, être pris, de nombreuses fois, en train de mentir effrontément, mais se retrouver Président.

Chose impossible en France à cause d'un terme qui veut dire "retrouver et prendre" : LE FISC !
Le Japon devrait louer leurs services ^^

Si une personne fait plusieurs échecs il va perpétuellement s'évaporer dans le temps.

je n'ai rien compris, je croyais qu'ils sautaient dans un volcan...

a écrit : C'est vrai qu'au Japon, il ne faut pas perdre la face.
Mais s'il est facile d'abandonner son identité (et ses proches, etc.), comment s'en reconstituer une nouvelle, par exemple se fabriquer un acte de naissance?
Vivent les USA! On peut y faire de nombreuses fois banqueroute, être p
ris, de nombreuses fois, en train de mentir effrontément, mais se retrouver Président. Afficher tout
C est vrai que tu es bien placé pour en parlé avec tout tes changements de pseudos ;)

Posté le

android

(144)

Répondre

a écrit : je n'ai rien compris, je croyais qu'ils sautaient dans un volcan... On est plus en 1933 ;p mais y en a sûrement encore quelques uns qui trouvent ça plus classe

Posté le

android

(21)

Répondre

Un peu à la Breaking Bad quoi. Ils doivent avoir plein de Saul au Japon :D!

a écrit : C est vrai que tu es bien placé pour en parlé avec tout tes changements de pseudos ;) Quand je pense qu'Alainric l'a spotté depuis des mois.
C'est le Johatsu 2.0
Ou juste quelqu'un qui trouve plus simple de se recréer un compte tous les 5 jours plutôt que de retenir un mot de passe.

J'hallucine du nombre : 100 000 chaque année. Ça fait presque 1/1000 de la population japonaise.

Posté le

android

(30)

Répondre

Ça me fait penser au créateur du bitcoin.
Japonais, et qui a disparus sans laisser de traces. Probablement après que son invention servent aux mafias et aux trafiquants d'armes du monde entier à échanger de l'argent de façon fiable (pas d'intervention d'état ou d'organisme bancaire), certaine (les transferts sont certain et définitif), et totalement anonyme.
Avant que ce système se popularise.

Au passage, il a laissé les premiers bitcoins générés, qui n'ont jamais servis.
Ce qui représente une sacrée somme innutilisée, et probablement à jamais innutilisable.

C'est probablement une évaporation de ce genre.

Perso, je pense que ça devrait être une liberté fondementale. De pouvoir disparaitre et recommencer sa vie. Surtout à une époque où on trace bien trop facilement toute la vie des gens.
(Et pas seulement les états, les entreprises privées aussi)

:)

a écrit : Ça me fait penser au créateur du bitcoin.
Japonais, et qui a disparus sans laisser de traces. Probablement après que son invention servent aux mafias et aux trafiquants d'armes du monde entier à échanger de l'argent de façon fiable (pas d'intervention d'état ou d'organisme bancaire), cert
aine (les transferts sont certain et définitif), et totalement anonyme.
Avant que ce système se popularise.

Au passage, il a laissé les premiers bitcoins générés, qui n'ont jamais servis.
Ce qui représente une sacrée somme innutilisée, et probablement à jamais innutilisable.

C'est probablement une évaporation de ce genre.

Perso, je pense que ça devrait être une liberté fondementale. De pouvoir disparaitre et recommencer sa vie. Surtout à une époque où on trace bien trop facilement toute la vie des gens.
(Et pas seulement les états, les entreprises privées aussi)

:)
Afficher tout
Ca poserait quand même énormément de problèmes. Certes ça a l'air cool au premier abord mais nous sommes (ou nous deviendrons pour certains) des adultes responsables qui doivent assumer les conséquences de nos actions. On ne peut pas foutre la merde dans la vie des autres, faire des actions débiles, voire même des trucs beaucoup plus extrêmes comme le meurtre, le viol... et n'en subir aucune conséquence. Ce serait juste trop facile de pouvoir "s'évaporer" et ne pas accepter les conséquences de nos actes.

Posté le

android

(70)

Répondre

a écrit : C'est vrai qu'au Japon, il ne faut pas perdre la face.
Mais s'il est facile d'abandonner son identité (et ses proches, etc.), comment s'en reconstituer une nouvelle, par exemple se fabriquer un acte de naissance?
Vivent les USA! On peut y faire de nombreuses fois banqueroute, être p
ris, de nombreuses fois, en train de mentir effrontément, mais se retrouver Président. Afficher tout
Ça serait plutôt à Clinton de changer de vie avec les casseroles politiques qu'elle traîne...

Il y a cette chanson de Radiohead issue de Kid A qui s'appelle "How To Disappear Completely And Never Be Found" (comment disparaître complètement sans jamais être retrouvé). Il s'agit du titre d'un ouvrage existant vraiment, écrit par Doug Richmond. Mais je ne l'ai pas testé...

Posté le

android

(18)

Répondre

Moi je déménage et je change de taf... Hop, ni vu ni connu ;)
Au pire me reste la légion étrangère.

Posté le

windowsphone

(9)

Répondre

a écrit : Si une personne fait plusieurs échecs il va perpétuellement s'évaporer dans le temps. Et cela arrive malheureusement bien souvent. Les gens peuvent se retrouver à disparaître une nouvelle fois quand leur "nouvelle famille" découvre leur passé.

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : J'hallucine du nombre : 100 000 chaque année. Ça fait presque 1/1000 de la population japonaise. C'est comme si la population entière de la ville de Nancy faisait "pouf" d'un coup.

Posté le

android

(19)

Répondre

a écrit : C est vrai que tu es bien placé pour en parlé avec tout tes changements de pseudos ;) Un peu de pitié!
Chaque fois que je change de pseudo, je me retrouve en top, le plus souvent en très mauvaise compagnie de par exemple des blagues ridicules.
Puis je suis repéré, et alors l'on s'acharne; par exemple passer de 73 approbations à 45 en quelques heures comme avant-hier, il faut le faire. En général, elles sont remises à zéro, on ne peut faire mieux car il n'y a pas de total négatif. Mais cela me fait rire.
Si j'explique comment se débarrasser des pubs de ce site commercial, ce que j'ai fait plusieurs fois, c'est le bannisement immédiat dès que Philippe se réveille, et je suis contraint de prendre un autre pseudo.
Il est évident que sur ce site, écrire en français généralement correct (sauf fautes de frappe et distractions) est singulier; je n'aurais jamais écrit "pour en parlé avec tout tes changements", témoignage d'une inculture foncière de la part de sophia, qui pourtant signifie "sagesse" en grec.
Mais c'est le seul que j'ai trouvé pour entretenir mon français, acquis à grand peine car ce n'est pas ma langue naturelle.
Évidemment ce commentaire sera vite effacé, et lanarcho, banni, contraint de trouver un autre pseudo.
Que totolaristo soit rassuré: mon mot de passe, très simple, est toujours le même et je ne risque pas de l'oublier.

a écrit : Ça me fait penser au créateur du bitcoin.
Japonais, et qui a disparus sans laisser de traces. Probablement après que son invention servent aux mafias et aux trafiquants d'armes du monde entier à échanger de l'argent de façon fiable (pas d'intervention d'état ou d'organisme bancaire), cert
aine (les transferts sont certain et définitif), et totalement anonyme.
Avant que ce système se popularise.

Au passage, il a laissé les premiers bitcoins générés, qui n'ont jamais servis.
Ce qui représente une sacrée somme innutilisée, et probablement à jamais innutilisable.

C'est probablement une évaporation de ce genre.

Perso, je pense que ça devrait être une liberté fondementale. De pouvoir disparaitre et recommencer sa vie. Surtout à une époque où on trace bien trop facilement toute la vie des gens.
(Et pas seulement les états, les entreprises privées aussi)

:)
Afficher tout
En france, on a légalement le droit de disparaitre, du moment que l'on est majeur, que l'on est pas condamné par une décision de justice (notamment à ne pas quitter le territoire). Mais bon, si on veut garder son identité, mieux vaut ne pas laisser de dettes derrière soi.
C'est souvent ce qui se passe avec les johatsu. Beaucoup d'entre eux fuient pour échapper à des dettes. C'est dans les années 90 que le phénomène s'est accentué quand la bourse de Tokyo s'est effondré. Les gens ne pouvaient plus rembourser leurs dettes (avec des taux d'intérêts annuels dépassant parfois les 100 %). Ils se retrouvaient expulsés de chez eux. Et leurs créanciers n'hésitaient pas à se payer les services des Yakuzas pour intimider les récalcitrants ou faire le sale boulot. Durant cette période, le pic des disparitions atteignait même les 120 000 par an.

Sources : l'excellent livre qui étudie ce phénomène "les évaporés du japon" de Mauger et Remael.

Posté le

android

(52)

Répondre