Pourquoi se fait-on un sang d'encre ?

Proposé par
le

L'expression "se faire un sang d'encre", qui signifie être très inquiet, date du Moyen-âge où les saignées étaient courantes. Celles-ci étaient utilisées pour retirer l'excès de sang, considéré comme responsable des maladies. Selon les observations de l'époque, cet excès de sang était alors d'une couleur foncée, comme de l'encre.


Commentaires préférés (3)

Au moyen age, on pensait que les humeurs étaient directement liées au sang. Un excès de sang expliquait les sautes d'humeur, comme par exemple quand on est très inquiet (c'est pourquoi on essayait de réguler la quantité de sang en faisant des saignées). Et toujours selon les croyances de l'époque, si on avait trop de sang, celui-ci devenait foncé, d'où le sang "d'encre".
Lorsqu'on est inquiet, on a donc un excès de sang, donc notre sang devient foncé, on se faisait ainsi un sang d'encre !

Elle est encore pratiquée de nos jours dans trois indications médicales : l’hémochromatose, la polyglobulie ou maladie de Vasquez et la porphyrie cutanée. Elles sont liées à la composition du sang. Source Wikipédia
Mais cette pratique est encore d actualité au Maghreb , moyen orient et Asie

a écrit : Je ne comprends pas le sang "en trop" était d'une couleur différente ? En fait on considérait, au Moyen-âge, que si quelqu'un était malade c'est parcequ'il avait du sang en trop en lui.

On faisait donc des saignées pour enlever ce sang "en trop".
Et, pour justifier la fin d'une saignée, les médecins de l'époque disait que le sang avait repris sa couleur "normale".

C'est d'ailleurs pour ca que l'expression est née, puisque ces même médecins trouvaient que ce "sang en trop" avait une couleur plus sombre (comme de l'encre) que le sang "normal", d'une personne saine.

Inutile de vous dire qu'on a fait quelques progrès :)

J'espère que j'ai été clair :)

Il y a d'ailleurs d'autres expressions issues de la médecine de l'époque comme "être de mauvaise humeur", "se faire du mauvais sang", ...

Les sources évoquent d'autres expressions issues de cette ancienne médecine comme "avoir le sang chaud" ou "garder son sang froid" mais ca paraît un peu plus tiré par les cheveux comme origine. C'est pas parcequ'on parle de sang que ca a forcément un lien avec les saignées

Posté le

android

(45)

Répondre


Tous les commentaires (21)

Je ne comprends pas le sang "en trop" était d'une couleur différente ?

Posté le

android

(8)

Répondre

Au moyen age, on pensait que les humeurs étaient directement liées au sang. Un excès de sang expliquait les sautes d'humeur, comme par exemple quand on est très inquiet (c'est pourquoi on essayait de réguler la quantité de sang en faisant des saignées). Et toujours selon les croyances de l'époque, si on avait trop de sang, celui-ci devenait foncé, d'où le sang "d'encre".
Lorsqu'on est inquiet, on a donc un excès de sang, donc notre sang devient foncé, on se faisait ainsi un sang d'encre !

Elle est encore pratiquée de nos jours dans trois indications médicales : l’hémochromatose, la polyglobulie ou maladie de Vasquez et la porphyrie cutanée. Elles sont liées à la composition du sang. Source Wikipédia
Mais cette pratique est encore d actualité au Maghreb , moyen orient et Asie

a écrit : Je ne comprends pas le sang "en trop" était d'une couleur différente ? En fait on considérait, au Moyen-âge, que si quelqu'un était malade c'est parcequ'il avait du sang en trop en lui.

On faisait donc des saignées pour enlever ce sang "en trop".
Et, pour justifier la fin d'une saignée, les médecins de l'époque disait que le sang avait repris sa couleur "normale".

C'est d'ailleurs pour ca que l'expression est née, puisque ces même médecins trouvaient que ce "sang en trop" avait une couleur plus sombre (comme de l'encre) que le sang "normal", d'une personne saine.

Inutile de vous dire qu'on a fait quelques progrès :)

J'espère que j'ai été clair :)

Il y a d'ailleurs d'autres expressions issues de la médecine de l'époque comme "être de mauvaise humeur", "se faire du mauvais sang", ...

Les sources évoquent d'autres expressions issues de cette ancienne médecine comme "avoir le sang chaud" ou "garder son sang froid" mais ca paraît un peu plus tiré par les cheveux comme origine. C'est pas parcequ'on parle de sang que ca a forcément un lien avec les saignées

Posté le

android

(45)

Répondre

Pourquoi "au moyen âge" ?.. La saignée pour "raisons médicales" était courante depuis l'antiquité (plusieurs siècles avant JC), et sur tous les continents (Mayas et Aztèques aussi)... Plus tard, cela a continué dans l'Occident chrétien et le monde musulman, jusqu'au XIX siècle (l'apogée du système) ou l'on saignait pour tout (même pour une angine !).
C'est l'évolution de la médecine au début du XXème siècle qui a arrêté cette pratique systématique qui a tué plus de gens qu'elle n'en a sauvé ! ;)

Je suppose qu'encore aujourd'hui on utilise des procédés thérapeutiques qui ne soignent absolument pas font plus de mal qu'autre chose. Ca fait un peu froid dans le dos. Après le cas de la saignée c'est son utilisation qui était mauvaise de ce que j'ai compris, effectivement elle est encore utilisée de nos jours mais bien mieux comprises.

Posté le

android

(3)

Répondre

J'avais vu que lors de l'épidémie de Peste Noire vers 1347/1348 en Europe, et plus généralement lors des épidémies, on saignait les malades pour cette même raison, et que du coup ils faiblissaient (normal) et le système immunitaire n'était plus capable d'assurer la défense, ce qui n'allait sûrement pas endiguer l'épidémie... Heureusement que la médecine a fait quelques progrès depuis :D

a écrit : En fait on considérait, au Moyen-âge, que si quelqu'un était malade c'est parcequ'il avait du sang en trop en lui.

On faisait donc des saignées pour enlever ce sang "en trop".
Et, pour justifier la fin d'une saignée, les médecins de l'époque disait que le sang avai
t repris sa couleur "normale".

C'est d'ailleurs pour ca que l'expression est née, puisque ces même médecins trouvaient que ce "sang en trop" avait une couleur plus sombre (comme de l'encre) que le sang "normal", d'une personne saine.

Inutile de vous dire qu'on a fait quelques progrès :)

J'espère que j'ai été clair :)

Il y a d'ailleurs d'autres expressions issues de la médecine de l'époque comme "être de mauvaise humeur", "se faire du mauvais sang", ...

Les sources évoquent d'autres expressions issues de cette ancienne médecine comme "avoir le sang chaud" ou "garder son sang froid" mais ca paraît un peu plus tiré par les cheveux comme origine. C'est pas parcequ'on parle de sang que ca a forcément un lien avec les saignées
Afficher tout
Il y a aussi "foie blanc" dont on qualifiait les lâches.
Un des morts le plus célèbre à cause d'une saignée est Georges Washington.
Il est décédé après qu'on lui ai fait une saignée à la gorge à l'aide d'un petit appareil à plusieurs lames pour soigner une angine

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : J'avais vu que lors de l'épidémie de Peste Noire vers 1347/1348 en Europe, et plus généralement lors des épidémies, on saignait les malades pour cette même raison, et que du coup ils faiblissaient (normal) et le système immunitaire n'était plus capable d'assurer la défense, ce qui n'allait sûrement pas endiguer l'épidémie... Heureusement que la médecine a fait quelques progrès depuis :D Afficher tout En même temps la peste bubonique tue entre 60 % et 80% de ses victimes et si elle prend la forme septicémique (10% à 20% des malades), elle est mortelle à 100%.

Donc bon... Une saignée en plus ou moins, au point où ils en étaient.

Les humeurs, ou la bile, ont été une notion très importante pendant des siècles.
Chaque couleur de bile s'associait à une humeur particulière.
Ainsi les quatre humeurs principales (sang, bile jaune, bile noire, phlegme), se rapportaient aux quatre éléments (air, feu, terre, eau) correspondant aux quatre états (humide, chaud, froid et sec), définissant enfin les quatre tempéraments humains, à savoir : le sanguin, le bilieux, le mélancolique et le flegmatique.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Au moyen age, on pensait que les humeurs étaient directement liées au sang. Un excès de sang expliquait les sautes d'humeur, comme par exemple quand on est très inquiet (c'est pourquoi on essayait de réguler la quantité de sang en faisant des saignées). Et toujours selon les croyances de l'époque, si on avait trop de sang, celui-ci devenait foncé, d'où le sang "d'encre".
Lorsqu'on est inquiet, on a donc un excès de sang, donc notre sang devient foncé, on se faisait ainsi un sang d'encre !
Afficher tout
Ce n'est pas exactement ça. Les humeurs étaient selon cette Médecine, en eux mêmes des produits dont le corps était composé (4 humeurs: Le sang, la lymphe, la bile jaune et l'atrabile). Du déséquilibre de ces humeurs (sautes d'humeurs) venaient les troubles de la personnalité, les humeurs dans le sens où nous l'entendons aujourd'hui.

a écrit : Pourquoi "au moyen âge" ?.. La saignée pour "raisons médicales" était courante depuis l'antiquité (plusieurs siècles avant JC), et sur tous les continents (Mayas et Aztèques aussi)... Plus tard, cela a continué dans l'Occident chrétien et le monde musulman, jusqu'au XIX siècle (l';apogée du système) ou l'on saignait pour tout (même pour une angine !).
C'est l'évolution de la médecine au début du XXème siècle qui a arrêté cette pratique systématique qui a tué plus de gens qu'elle n'en a sauvé ! ;)
Afficher tout
Petite remarque : il n'est pas dit dans l'anectode que les saignées sont apparues au Moyen-Âge, mais l'expression ! Même si les saignées existaient depuis bien longtemps, comme vous le précisez dans votre commentaire. :)

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Je ne comprends pas le sang "en trop" était d'une couleur différente ? Je pense que le sang leur paraissait foncé parce que la saignée se fait d'ordinaire à partir d'une veine (voir aussi Molière, Monsieur de Pourceaugnac, II) ; le sang veineux, pauvre en oxygène, est plus sombre que le sang artériel.

a écrit : Au moyen age, on pensait que les humeurs étaient directement liées au sang. Un excès de sang expliquait les sautes d'humeur, comme par exemple quand on est très inquiet (c'est pourquoi on essayait de réguler la quantité de sang en faisant des saignées). Et toujours selon les croyances de l'époque, si on avait trop de sang, celui-ci devenait foncé, d'où le sang "d'encre".
Lorsqu'on est inquiet, on a donc un excès de sang, donc notre sang devient foncé, on se faisait ainsi un sang d'encre !
Afficher tout
C'est la théorie des humeurs, qui n'était d'ailleurs pas seulement liée au sang ! Les 4 humeurs sont le sang, la lymphe, la bile jaune et la bile noire, chacune étant associée à un élément (réciproquement l'air, l'eau, le feu et la terre). Le corps fonctionnerait en harmonie autour de ces 4 éléments. Lorsqu'un élément est prédominent, un certain tempérament ressort de la personne, à savoir un tempérament sanguin pour l'air, flegmatique pour l'eau, bilieux pour le feu et atrabilaire pour la terre. Quand une "saute d'humeur" est trop intense, on tente de guérir la personne grâce à un verre de vin pour réchauffer le corps, un certain régime alimentaire ou, en l'occurrence, des saignées :)

Source : fr.m.wikipedia.org/wiki/Théorie_des_humeurs

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Au moyen age, on pensait que les humeurs étaient directement liées au sang. Un excès de sang expliquait les sautes d'humeur, comme par exemple quand on est très inquiet (c'est pourquoi on essayait de réguler la quantité de sang en faisant des saignées). Et toujours selon les croyances de l'époque, si on avait trop de sang, celui-ci devenait foncé, d'où le sang "d'encre".
Lorsqu'on est inquiet, on a donc un excès de sang, donc notre sang devient foncé, on se faisait ainsi un sang d'encre !
Afficher tout
Le gars qui te ré-explique ce que tu viens de lire en le paraphrasant. Pourquoi pas...

a écrit : Au moyen age, on pensait que les humeurs étaient directement liées au sang. Un excès de sang expliquait les sautes d'humeur, comme par exemple quand on est très inquiet (c'est pourquoi on essayait de réguler la quantité de sang en faisant des saignées). Et toujours selon les croyances de l'époque, si on avait trop de sang, celui-ci devenait foncé, d'où le sang "d'encre".
Lorsqu'on est inquiet, on a donc un excès de sang, donc notre sang devient foncé, on se faisait ainsi un sang d'encre !
Afficher tout
Pour compléter, on peut ajouter que ces humeurs, tout droit issues de la médecine greco-romaine antique, étaient au nombre de quatre : le sang (du coeur), la bile (du foie), la bile noire (de la rate), et la lymphe (ou phlegme, du cerveau). Selon la théorie des humeurs, la bonne santé d'une personne dépendait d'un savant équilibre entre les quatre, dès que l'une était en excès ou en manque, cela causait une maladie, ou influait sur le caractère.

Par exemple, une personne en excès de bile était plus souvent en colère, et une personne ayant trop de lymphe (ou phlegme) serait au contraire un peu trop flegmatique.

Ces humeurs étaient de plus associées aux quatre éléments ainsi qu'à leurs qualités liées : le sang, chaud et humide, était associé à l'air. La lymphe, à l'inverse, froide et humide, était liée à l'eau. La terre était représentée par la bile noire, froide et sèche, et, enfin, le feu était associé à la bile, chaude et sec.

Les principaux médecins et savants antiques ayant élaboré cette théorie, suivie pendant des siècles, furent notamment les grecs Aristote, Hippocrate et le romain Galien qui donnait une place très importante à la saignée dans ses traitements.

Aujourd'hui, il nous reste de cette théorie plusieurs expression, outre se faire un sang d'encre, on peut aussi ajouter "se faire de la bile" ou encore "un tempérament sanguin"

a écrit : Je ne comprends pas le sang "en trop" était d'une couleur différente ? Interprétation toute personnelle…

Lorsque tu te coupes le sang est rouge car il s'écoule « gentiment » sur une fine couche…
Lorsque tu fais une saignée, le sang est récupéré dans un récipient et prend une couleur très foncée… presque noire… (regarde dans une poche de sang lorsque tu fais un don, il est très foncé)
La différence de coloration justifie donc la saignée car tu as un sang d'encre…

Voily-voiloo…

a écrit : En fait on considérait, au Moyen-âge, que si quelqu'un était malade c'est parcequ'il avait du sang en trop en lui.

On faisait donc des saignées pour enlever ce sang "en trop".
Et, pour justifier la fin d'une saignée, les médecins de l'époque disait que le sang avai
t repris sa couleur "normale".

C'est d'ailleurs pour ca que l'expression est née, puisque ces même médecins trouvaient que ce "sang en trop" avait une couleur plus sombre (comme de l'encre) que le sang "normal", d'une personne saine.

Inutile de vous dire qu'on a fait quelques progrès :)

J'espère que j'ai été clair :)

Il y a d'ailleurs d'autres expressions issues de la médecine de l'époque comme "être de mauvaise humeur", "se faire du mauvais sang", ...

Les sources évoquent d'autres expressions issues de cette ancienne médecine comme "avoir le sang chaud" ou "garder son sang froid" mais ca paraît un peu plus tiré par les cheveux comme origine. C'est pas parcequ'on parle de sang que ca a forcément un lien avec les saignées
Afficher tout
Pour compléter ton commentaire sur les expressions issues du domaine médical il y a aussi "courir comme un dératé" qui vient du fait que l'on pensait que la rate était responsable des points de côté et que donc l'enlever rendait plus performant fr.m.wiktionary.org/wiki/courir_comme_un_dératé

a écrit : Au moyen age, on pensait que les humeurs étaient directement liées au sang. Un excès de sang expliquait les sautes d'humeur, comme par exemple quand on est très inquiet (c'est pourquoi on essayait de réguler la quantité de sang en faisant des saignées). Et toujours selon les croyances de l'époque, si on avait trop de sang, celui-ci devenait foncé, d'où le sang "d'encre".
Lorsqu'on est inquiet, on a donc un excès de sang, donc notre sang devient foncé, on se faisait ainsi un sang d'encre !
Afficher tout
C'est un peu ce que dit l'anecdote non? Je ne comprends pas l'intérêt de recopier cette dernière...

Je ne vois pas le rapport entre le fait de s inquieter et le fait d avoir le sang couleur encre. C est moi ou c est mal formulé ?

Posté le

android

(0)

Répondre